Accueil > Publications > Progrès en Urologie > Numéro 2- Volume 17- pp. 155-274 (Avril 2007)

    Numéro 2- Volume 17- pp. 155-274 (Avril 2007)

    • Pourquoi écrire un article en 2007 ?

      Prog Urol, 2007, 2, 17, 155

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Contraceptions masculines non déférentielles : revue de la littérature

      Resume
      Objectifs

      Faire l’état d’avancée des différentes méthodes contraceptives masculines (à l’exception des méthodes déférentielles).

      Matériel et Méthodes

      Une recherche bibliographique a été réalisée en utilisant les mots clés : male/contraception. Nous avons restreint la recherche aux articles originaux en anglais et en français. Les articles portant sur la vasectomie et les autres méthodes de contraception déférentielles ne seront pas considérés dans la présente revue.

      Résultats

      Actuellement les méthodes de contraception masculine utilisées à large échelle restent encore au nombre de 3 : Le retrait, le préservatif masculin et la vasectomie, bien que d’autres types de contraception masculine aient fait la preuve de leur efficacité. Parmi celles-ci, la contraception hormonale apparaît la plus prometteuse et fait d’ailleurs l’objet de la majorité des recherches. Les autres méthodes contraceptives (immunologiques, thermiques …) pourraient constituer des alternatives possibles.

      Conclusion

      La contraception masculine reste sous-utilisée, et seul le préservatif masculin est d’utilisation courante (si on exclut le retrait et la vasectomie). En conséquence, de nouveaux protocoles de recherche dans le champ de la contraception masculine doivent être fortement encouragés.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Contraceptions masculines non déférentielles : revue de la littérature

      Summary
      Objectives

      To review the state of progress of the various maie contraceptive methods (with the exception of deferential methods).

      Material and Methods

      A review of the literature was performed by using the key words : male/contraception, limiting the search to original articles in English and French. Articles on vasectomy and the other deferential methods of contraception are not considered in the present review.

      Results

      Three methods of male contraception are widely used at the present time : withdrawal, maie condom and vasectomy, although other types of male contraception have been shown to be effective, including hormonal contraception, which appears to be the most promising technique and the subject of the majority of research. Other contraceptive methods. (immunological, thermal …) could constitute possible alternatives.

      Conclusion

      Male contraception remains under-used, as only male condoms are commonly used (apart from withdrawal and vasectomy). Consequently, new research protocols in the field of male contraception must be strongly encouraged.

    • Les formes moléculaires du PSA

      Prog Urol, 2007, 2, 17, 165-171

      Voir l'abstract Summary

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Les formes moléculaires du PSA

      Resume

      Les formes moléculaires du PSA (antigène spécifique prostatique) ont été développées afin d’améliorer la sensibilité et la spécificité du PSA total (tPSA) dans la détection et le pronostic du cancer de la prostate. Le tPSA est dosé sous deux formes, une forme libre (fPSA) et une forme complexée (cPSA). Leur valeur absolue, ainsi que leur taux rapporté à la valeur du tPSA (et exprimé en pourcentage - % de f/tPSA et % de c/tPSA) ont été évalués. Le rapport f/tPSA est plus spécifique mais moins sensible que le tPSA et n’est pas recommandé en première intention. II reste réservé à une utilisation en deuxième intention, par l’urologue en cas de première série de biopsies négative. La majorité des études s’accordent à dire que le cPSA est plus spécifique que le tPSA, à sensibilité égale, dans la détection du cancer de la prostate, pour les valeurs de tPSA d’intérêt en pratique clinique (2 à 10 ng/ml). Cependant l’habitude de l’interprétation du tPSA par les cliniciens et le faible gain en spécificité explique sa faible utilisation.

      Des isoformes moléculaires du fPSA ont été identifiées : les Pro-PSA (précurseurs du fPSA), le PSA intact (autre PSA inactif et intact), la kallikréine humaine de type 2 (hK2) et le BPSA (fPSA associé à une Hypertrophie Bénigne de la Prostate) et sont en cours d’évaluation. Les résultats des études préliminaires de ces marqueurs n’ont pas permis de valider leur pouvoir discriminant entre cancer et HBP et de définir des valeurs seuils d’utilisation.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Les formes moléculaires du PSA

      Summary

      Molecular forms of serum PSA (prostate specifie antigen) have been developped to improve total PSA sensitivity and specificity in prostate cancer diagnosis and staging. Total PSA is measured in bound (complexed PSA) and unbound (free PSA) molecular forms. Their levels in absolute values and in relation to total PSA (f/t PSA and c/t PSA) have been evaluated. The percentage of free PSA is more specific but less sensitive than tPSA and it is not recommended as a first line diagnostic test, it may be useful as a second-line test, prescribed by the urologist after a first series of negative biopsies. There is general agreement that at high sensitivity, cPSA provides higher specificity compared with tPSA in the gray zone (2-10 ng/ml). Nevertheless the widespread use of tPSA an the small benefit in terms of specificity explains why cPSA is not generally recommanded. Molecular derivates of free PSA have been identified : proPSA (precursor inactive form of PSA), intact PSA (an additionnal form of proPSA that is found intact and inactive), human Kallikrein 2 and BPSA (for benign PSA wich is associated to BPH) have been evaluated. Preliminary studies did not have demonstrate their ability to discriminate between cancer and BPH, and did not define cutoff values.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Synthèse de veille 2006 Recommandations pour la pratique clinique : utilisation de la TEP-FDG dans les cancers du rein, de la prostate, du testicule et de la vessie

      Resume

      Cet article est extrait du bulletin de synthèse 3 Recommandations pour la pratique clinique : SOR prise en charge thérapeutique du cancer de la prostate non métastatique, réalisé conjointement par l’Association française d’urologie et la FNCLCC.

      Le programme Standards, Options et Recommandations (SOR) en cancérologie a été initié par la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer (FNCLCC) en 1993 et réalisé en partenariat avec la Fédération hospitalière de France (FHF), la Fédération nationale de cancérologie des CHRU (FNCHRU), la Fédération française de cancérologie des CHG (FFCCHG) et depuis 2005, en collaboration avec l’Institut national du Cancer (INCa). Il s’agit d’un travail coopératif national des Centres de lutte contre le cancer (CLCC) avec la participation active d’experts des secteurs public et privé et de sociétés savantes. Ce programme comprend la définition de recommandations pour la pratique clinique (RPC) en cancérologie, leur actualisation, leur diffusion vers les cliniciens et l’évaluation de leur impact. L’actualisation de ces recommandations repose sur une seconde approche : une veille technologique et scientifique.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Mots clés : diagnostic, cancer, TEP-FDG, rein, prostate, testicule, vessie

      Plan
      Haut de page
      © 2007 
      Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Transplantation rénale et transmission tumorale

    Resume

    Le rein transplanté peut être un vecteur pour différentes pathologies parmi lesquelles les tumeurs. Ces tumeurs développées à partir de cellules du donneur peuvent être rénales, bénignes ou malignes, on extra-rénales et transmises au receveur sous forme de métastase occulte dans le transplant. Ce travail a fait le point sur les risques statistiques et la prise en charge thérapeutique et préventive de ces tumeurs transmises lors des transplantations rénales.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Transplantation rénale et transmission tumorale

    Summary

    The transplanted kidney can be a vector of various diseases including tumours. These tumours, arising from donor cells, can be benign or malignant renal tumours or extrarenal tumours transmitted to the recipient in theform ofoccult metastases in the transplant. The authors review the statistical risks, prevention and therapeutic management of these tumours transmitted during renal transplantation

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Marges après prostatectomie totale : aspects techniques et valeur pronostique

    Resume

    Le statut des marges chirurgicales après prostatectomie totale est un facteur pronostique majeur. Plusieurs aspects techniques de la prostatectomie totale tels que la voie d’abord chirurgicale, la conservation du col vési-cal ou la préservation des bandelettes neuro-vasculaires sont des sujets de controverse depuis de nombreuses années pour leur rôle dans la survenue de marges positives supplémentaires. La valeur pronostique de la marge chirurgicale positive lorsqu’elle est associée à d’autres facteurs pronostiques péjoratifs est également un point de discussion important dans la communauté scientifique urologique, en particulier pour la décision de réaliser un traitement adjuvant. L’analyse de la littérature a été faite à partir de la source Medline. L’objectif de cette revue de la littérature est de faire le point sur ces différentes questions auxquelles les urologues sont confrontés dans leur quotidien.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Marges après prostatectomie totale : aspects techniques et valeur pronostique

    Summary

    The status of surgical margins after radical prostatectomy is a major prognostic factor. The role of several technical aspects of radical prostatectomy, such have surgical access, bladder neck preservation or neurovascular bundle sparing, in generating. supplementary positive margins has been controversial for many years. Positive margins along with other poor prognostic factors are important elements in the decision to perform adjuvant therapy after radical prostatectomy. This review of the literature, based on a Medline search, was designed to update these various issues encountered by urologists in their everyday practice.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • L’expression tumorale de VEGF est-elle associée à l’envahissement veineux et à la survie dans les carcinomes du rein pT3 ?

    Resume
    But de l’étude

    Déterminer s’il existe une relation entre l’expression de VEGF et la progression dans la veine rénale et dans la veine cave d’une tumeur rénale de stade pT3 et évaluer l’impact sur la survie de l’expression de VEGF au sein des carcinomes à cellules rénales pT3.

    Matériel et méthodes

    Soixante dix huit patients avec une tumeur pT3a, pT3b sans envahissement de la veine cave et pT3b avec atteinte de la veine cave ont été comparés pour l’âge, le sexe, le grade de Furhman et l’expression immunohistochimique de VEGF. Toutes ces variables ont fait l’objet d’une analyse uni et multivariée afin d’établir leur impact sur la survie.

    Résultats

    Les 3 groupes étaient comparables pour l’âge, le sexe, le grade tumoral et l’expression de VEGF. Seule la taille de la tumeur apparaissait comme significativeinent différente. En analyse univariée, l’envahissement de la graisse périrénale, l’atteinte ganglionnaire, les métastases à distance et l’expression de VEGF étaient associées de façon significative à la survie (p<0,01). En analyse multivariée, l’atteinte ganglionnaire, les métastases à distance et l’expression de VEGF (OR 6,07) ressortaient comme des facteurs prédictifs indépendants de la survie.

    Conclusion

    La progression d’une tumeur pT3 dans la veine rénale et dans la veine cave n’est pas associée à une augmentation de l’expression tumorale de VEGF. Cependant VEGF apparaît être un facteur pronostique indépendant dans ce groupe de tumeurs rénales de mauvais pronostic.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    L’expression tumorale de VEGF est-elle associée à l’envahissement veineux et à la survie dans les carcinomes du rein pT3 ?

    Summary
    Study objective

    To determine whether there is a relationship between VEGF expression and renal vein and vena cava invasion in stage pT3 renal cell carcinoma and to evaluate the impact of VEGF expression on survival in pT3 renal cell carcinoma.

    Material and methods

    78 patients with a pT3a or pT3b tumour without vena cava invasion or pT3b tumour with vena cava invasion were comparedfor age, gender, Fuhrman grade and immunohistochemical expression of VEGF. All these variables were submitted to univa-riate and multivariate analysis to establish their impact on survival.

    Results

    Only tumour size appeared to be significantly different between the 3 groups. On univariate analysis, invasion of the perirenalfat, lymph node involvement, distant metastases and VEGF expression were significantly associated with survival (p<0.01). On multivariate analysis, lymph node involvement, distant metastases and VEGF expression (OR 6.07) were identified as independent predictive factors of survival.

    Conclusion

    Progression of a pT3 tumour into the renal vein and vena cava is not associated with increased tumour expression of VEGF. However, VEGF is an independent prognostic factor in this group of poor prognosis renal tumours.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Prélèvement rénal chez le donneur vivant : morbidité et suivi à long terme

    Resume
    But

    Evaluer la morbidité du prélèvement rénal chez le donneur vivant (DV), les conséquences médicales et l’impact sur la qualité de vie (QdV) à long terme.

    Matériel et méthodes

    Analyse rétrospective des données médico chirurgicales de 114 patients prélevés dans un seul centre universitaire entre 1977 et 2005. La survenue de complications a été évaluée par rapport à la voie d’abord chirurgicale et à l’indice de masse corporel (IMC) en utilisant le test du chi 2 ou le test exact de Fisher. Les évolutions de la fonction rénale (créatininémie, clairance de la créatinine), de la protéinurie et de la pression artérielle (PA) ont été étudiées par le test t de Student ou le test non paramétrique U de Mann et Withney Wilcoxon. La QdV à long terme a été évaluée par le questionnaire MOS SF-36 et par un questionnaire local puis comparée à celle de la population générale française.

    Résultats

    Le suivi médian était de 63 mois. La morbidité du prélèvement était significativement corrélée à la voie d’abord (p=0,018) et à un IMC ≥ 25kg/m2 (p=0,014). La mortalité était nulle. Une élévation modérée de la créatininémie a été enregistrée au cours du suivi (créatininémie moyenne de 82,2μmol/1[+/- 16,3] à 104,5[+/-19,9]), ainsi qu’une baisse de la clairance (de 113,4ml/min [+/- 27,6] à 76[+/- 29,9]). La protéinurie et la PA ont été peu influencées. La QdV n’a pas été altérée par le prélèvement rénal.

    Conclusion

    Le taux de complications péri opératoire est corrélé à l’IMC et à l’abord par lombotomie. Le prélèvement rénal réduit la filtration glomérulaire mais la clairance demeure stable durant le suivi. Une macro albuminurie ou une HTA peuvent apparaître. Leur fréquence n’est pas majorée par rapport à la population générale. La QdV des DV n’est pas altérée. Une information claire auprès du grand public permettrait la promotion de la transplantation à partir de DV.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Prélèvement rénal chez le donneur vivant : morbidité et suivi à long terme

    Summary
    Objective

    To evaluate the morbidity of living donor kidney harvesting and the long-term medical consequences and impact on quality oflife (QoL).

    Material and methods

    Retrospective analysis of medical and surgical data for 114 living kidney donors in a single teaching hospital between 1977 and 2005. Complications were evaluated in relation to the surgical approach and body mass index (BMI) using a Chi-square test or Fisher’s exact test. Changes in renal function (serum creatinine, crea-tinine clearance), proteinuria and blood pressure (BP) were studied by Student’s t test or a Mann-Whitney U or Wilcoxon nonparametric test. Long-term QoL was evaluated by the MOS SF-36 questionnaire and a local questionnaire and was then compared to that ofthe French general population.

    Results

    The median follow-up was 63 months. The morbidity of kidney harvesting was significantly correlated with the surgical approach (p=0.018) and a BMI ≥ 25kg/m2 (p=0.014). No mortality was observed in this series. A moderate elevation of serum creatinine was obser-ved during follow-up (mean serum creatinine increased from 82.2μmol/l [± 16.3] to 104.5μmol/l [± 19.9]), and mean creatinine clearance decreased from 113.4ml/min [±27.6] to 76ml/min [±29.9]. Little impact was observed on proteinuria and BP and QoL was not altered by kidney harvesting.

    Conclusion

    The perioperative complication rate is correlated with BMI and a flank incision. Kidney harvesting lowers glomerular filtration, but clearance remained stable during follow-up. Macroalbuminuria or hypertension may be observed, but their frequency is not higher than in the general population. The QoL of living donors is not altered. Clear information for the general public would allow promotion of living donor transplantation.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Le faible poids de la prostate est un facteur de risque indépendant de marges chirurgicales positives sur pièce de prostatectomie radicale

    Resume
    Objectif

    Analyser l’influence du poids de la glande prostatique sur le statut des marges chirurgicales après prostatectomie.

    Patients et méthodes

    Une cohorte de 295 patients opérés consécutivement entre 1998 et 2004 dans notre institution a été étudiée prospectivement. Les variables significativement associées au statut des marges chirurgicales en analyse univariée ont été utilisées pour l’analyse multivariée.

    Résultas

    Le taux de marges chirurgicales positives était de 23% (9% pour les stades pT2). Les paramètres significativement associés au statut des marges étaient le PSA préopératoire (p=0.02), le nombre de biopsies positives (p=0.04), le stade histologique (p<0.001) et le score de Gleason sur pièce de prostatectomie (p<0.001). De plus, l’âge des patients et le poids de la pièce opératoire étaient inversement liés au statut des marges (respectivement p=0.008 et p=0.001). En analyse multivariée, 3 paramètres étaient significativement associés au statut des marges : le stade anatomo-pathologique (p<0.001), l’âge des patients (p=0.02), et le poids de la pièce opératoire (p=0.02). Les taux de marges chirurgicales positives étaient respectivement de 6% et 25% chez les patients ayant une prostate ≥ 70g et < 70g (p=0.008), et 15% et 28% chez ceux ayant une prostate ≥ 50g et < 50g (p=0.015).

    Conclusion

    Le poids de la prostate est un facteur de risque indépendant de marges chirurgicales positives sur pièce de prostatectomie. Les patients ayant une prostate de plus de 70g devraient être considérés à faible risque de marge positive, et ceux ayant une prostate de moins de 50g à haut risque de marge positive.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Le faible poids de la prostate est un facteur de risque indépendant de marges chirurgicales positives sur pièce de prostatectomie radicale

    Summary
    Objective

    The presence of positive surgical margins (PSM) on radical prostatectomy specimen is predictive of biological recurrence. Our objective was to analyze the influence of prostate weight on surgical margins status after radical prostatectomy.

    Patients and methods

    A cohort of 295 patients operated consecutively between 1998 and 2004 at our institution was prospectively studied. The variables significantly associated with the surgical margins status in univariate analysis were used for multivariate analysis.

    Results

    The overall rate of PSM was 23% (9% for pT2 patients). Parameters significantly associated with surgical margins status were preoperative PSA (p=0.02), number of positive biopsy cores (p=0.04), pathological stage (p< 0.001), and Gleason score on radical prostatectomy specimen (p<0.001). In addition, patient age and surgical specimen weight were conversely associated with surgical margins status (p= 0.008 and p= 0.001, respectively). In multivariate analysis, only three parameters were found to be independent factors of PSM: the pathological stage (p<0.001), the patient age (p=0.02), and the surgical specimen weight (p= 0.02). PSM rates were 6% and 25% in patients with prostate ≥ 70g and < 70g, respectively (p= 0.008), and 15% and 28% in those with prostate weight ≥ 50g and < 50g, respectively (p=0.015).

    Conclusion

    Low prostate weight is an independent risk factor of PSM. Patients with prostate weight ≥ 70g should be considered at low risk of PSM, while those with prostate weight <50g are at high risk of PSM.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Cystectomie laparoscopique et urétérostomie transiléale pour troubles vésico-sphinctériens d’origine neurologique. Evaluation de la morbidité

    Resume
    Objectifs

    Evaluer la morbidité et la mortalité de la cystectomie laparoscopique associée à une urétérostomie transiléale pour traiter les troubles vésico-sphinctériens d’origine neurologiques.

    Matériel

    Etude prospective réalisée entre février 2004 et avril 2006, auprès de 26 patients consécutifs, d’âge moyen 55,0 ± 12,7 ans, ayant bénéficié d’une cystectomie laparoscopique pour des troubles vésicosphinctériens d’origine neurologique. La pathologie neurologique était une Sclérose en Plaques (SEP) dans 20 cas, un traumatisme médullaire dans 4 cas et une myélite transverse dans 2 cas. Le score ASA médian préopératoire était de 3 (2-3).

    Résultats

    Aucune conversion n’a été nécessaire. Une complication per-opératoire a été notée (plaie vasculaire). Aucun décès péri-opératoire n’a été constaté. La sonde naso-gastrique a été maintenue en post-opératoire en moyenne 8,69 ± 5,9 heures. Le délai moyen de reprise de boissons était de 1,4 ± 0,7 jours et celui de reprise de l’alimentation de 2,6 ± 1,0 jours. Le délai moyen de reprise du transit était de 3,8 ± 3,2 jours. La durée moyenne d’hospitalisation en unité de soins intensifs était de 3,9 ± 1,1 jours. Deux complications postopératoires ont été notées chez le même patient (un iléus et un encombrement bronchique). La prise post-opératoire de morphi-niques a été nécessaire dans 60% des cas. La durée moyenne d’hospitalisation était de 10,3 ± 4,1 jours. Deux complications post-opératoires tardives ont été notées chez la même patiente (deux pyélonéphrites).

    Conclusion

    La cystectomie laparoscopique chez les patients neurologiques est peu morbide, permettant une réalimentation précoce des patients et une durée d’hospitalisation modérée.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Cystectomie laparoscopique et urétérostomie transiléale pour troubles vésico-sphinctériens d’origine neurologique. Evaluation de la morbidité

    Summary
    Objectives

    To evaluate the morbidity and mortality of laparoscopic cystectomy combined with transileal ureterostomy to treat neurogenic vesicosphincteric disorders.

    Material

    Prospective study performed between february 2004 and april 2006 on 26 consecutive patients with a mean age of 55.0 ± 12.7 years treated by laparoscopic cystectomy for neurogenic vesicosphincteric disorders. The underlying neurological disease was multiple sclerosis (MS) in 20 cases, spinal cord injury in 4 cases and transverse myelitis in 2 cases. The median preoperative ASA score was 3 (range: 2-3).

    Results: No open conversion was necessary. One intraoperative complication was observed (vascular injury). No perioperative death was observed. The nasogastric tube was maintained postoperatively for an average of 8.69 ±5.9hours. The mean time to resumption of oral fluids was 1.4 ±0.7 days and mean time to resumption of solids was 2.6 ± 1.0 days. The mean time to resumption of bowel movements was 3.8 ± 3.2 days. The mean intensive care stay was 3.9 ± 1.1 days. Two postoperative complications were observed in the same patient (ileus and bronchial congestion). Postoperative narcotic analgesies were necessary in 60% of cases. The mean hospital stay was 10.3 ± 4.1 days. Two late postoperative complications were observed in the same patient (two episodes of pyelonephritis).

    Conclusion

    Laparoscopic cystectomy has a low morbidity in neurological patients, allowing early return of feeding and a moderate length of hospital stay.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • La prostate : Identification des attentes du médecin généraliste. Une enquête qualitative. Association Française d’Urologie (AFU) – IPSOS

    Resume
    Introduction

    L’information sur les pathologies de la prostate, incluant le cancer de la prostate, est soutenue par l’Association Française d’Urologie (AFU) depuis plusieurs années mais se développe lentement en France. En 2005, une première communication était consacrée au public masculin et avait identifié les raisons de son fatalisme, et paradoxalement, pourquoi la prostate incarne la vulnérabilité de son capital sexuel. Dans une seconde phase, cet article présente les résultats d’une étude complémentaire conduite auprès de médecins généralistes ayant pour but d’identifier leurs attentes et les leviers les plus adaptés pour favoriser le dépistage.

    Matériel et Méthode

    La société Ipsos a développé un protocole qualitatif Krisis™ réalisée en octobre 2005 (après la première journée nationale de la prostate du 15 septembre 2005). Trois groupes de médecins généralistes ont été constitués : des médecins très actifs en matière de dépistage, des médecins mal à l’aise avec ce problème ou des médecins s’en remettant systématiquement aux Urologues.

    Résultats

    Les pathologies prostatiques abordées en consultation dépendaient de l’aisance du médecin ce qui est liée à sa formation et ses liens avec les urologues. Pour entamer la question du dépistage, les généralistes impliqués posaient des questions simples à propos de pratiques quotidiennes sans crainte d’être ludiques ou de s’appuyer sur la médiatisation de la pathologie. Le toucher rectal apparaissait comme un des éléments cliniques importants mais pas toujours facile à réaliser. Le PSA apparaissait comme un examen pas toujours approprié et caractérisé par un déficit d’informations sur les conditions de sa prescription, son utilité et sa pertinence par rapport au dépistage. L’échographie pouvait être une astuce pour alerter le patient sans dramatiser et faire faire le toucher rectal par un Urologue. Les médecins genera listes femmes préfèaient le PSA et l’échographie. Les médecins interrogés attenaient une médiatisation des pathologies de la prostate, une grande interactivité avec les urologues et des documents, des brochures à mettre en salle d’attente pour relayer les messages.

    Conclusion

    Les Médecins généralistes avaient besoin que leurs instances, les spécialistes et les institutions de santé publique développent et médiatisent l’andrologie au même titre que la gynécologie. Les Urologues ont un rôle majeur d’accompagnement par le biais de conférences, enseignements postuniversitaires ou par des invitations initiées par l’AFU.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    La prostate : Identification des attentes du médecin généraliste. Une enquête qualitative. Association Française d’Urologie (AFU) – IPSOS

    Summary
    Introduction

    Information on prostate diseases, including prostate cancer, has been promoted by the Association Française d’Urologie (AFU) for several years, but is developing slowly in France. In 2005, a first communication was targeted to the male public and identifled the reasons for the fatalistic attitude of men, and paradoxically, why the prostate incarnates the vulnerability oftheir sexual capital. As part of a second phase, this article presents the results of a complementary study conducted among general practitioners to identify their expectations and the most appropriate levers to promote screening.

    Material and Method

    The Ipsos survey company developed a KrisisTM qualitative protocol in October 2005 (after the first French prostate day on 15 September 2005). Three groups of general practitioners were defined: doctors who are very active in terms of screening, doctors who are uncomfortable with this problem and doctors who systematically refer their patients to urologists.

    Results

    The management of prostate diseases often highlights the ageing process for the patient. The ability to discuss these problems during the consultation depended on the doctor’s degree of comfort with this subject, which is related to his/her training and relationships with urologists. To initiate the question of screening, general practitioners involved in this process asked simple questions about everyday practices without being afraid of making jokes or basing their approach on mediatization ofthe disease.

    Digital rectal examination is one of the important clinical elements but is not always easy to perform. PSA was found to be an examination that is not always appropriate, characterized by a lack of information on the conditions for ordering this test, its usefulness and Us relevance for screening. Ultrasound could be a way of alerting the patient without dramatizing the situation, letting the urologist perform digital rectal examination. Female general practitioners preferred PSA and ultrasound. The doctors surveyed relied on mediatization of prostate diseases, a high level of interactivity with urologists and documents and brochures to be placed in waiting rooms to relay screening messages.

    Conclusion

    General practitioners need their authorities, specialists and public health institutions to develop and mediatize andrology in the same way as gynaecology. Urologists play a major supportive role by means of conferences, postgraduate training or AFU invitations.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Cancer de vessie et origine professionnelle : une analyse descriptive en Haute Normandie en 2003

    Resume
    But

    La Haute Normandie est caractérisée par la présence de nombreuses industries susceptibles d’avoir exposé des salariés au risque de cancer de vessie. L’objectif de l’étude réalisée par l’Assurance Maladie et le Réseau d’Onco-Urologie de Haute Normandie (ROUHN) était de décrire les caractéristiques épidémiologiques des carcinomes vésicaux et d’évaluer la part des cancers potentiellement d’origine professionnelle.

    Matériel

    Un questionnaire élaboré pour l’étude et comprenant des données démographiques, cliniques, environnementales et professionnelles a été complété pour tous les patients pour lesquels une demande d’exonération du ticket modérateur pour cancer de vessie avait été effectuée en 2003.

    Résultats

    La population comprenait 258 patients d’âge moyen 70,4 ans. Le sex-ratio était de cinq hommes pour une femme. Les tumeurs étaient diagnostiquées à un stade précoce : 73,9% de tumeurs superficielles et 26,1% de lésions infiltrantes. II y avait 72,1% des sujets qui fumaient ou avaient fumé (32 paquets-années en moyenne). Parmi les 41% de sujets exposés professionnellement, 47,2% l’étaient principalement aux hydrocarbures polycycliques aromatiques, 27,4% aux fumées de diesel et 17,9% aux aminés aromatiques. Après concertation multidisciplinaire, 14,7% des patients (n=38) relevaient d’une déclaration en maladie professionnelle.

    Conclusion

    Une sous-évaluation manifeste de l’origine professionnelle des cancers de vessie est retrouvée dans notre étude. L’urologue a un rôle primordial à jouer dans la reconnaissance de tous les facteurs de risque de cancer de vessie, la constatation d’un tabagisme ancien n’excluant pas la possibilité d’une origine professionnelle.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Cancer de vessie et origine professionnelle : une analyse descriptive en Haute Normandie en 2003

    Summary
    Objective

    Haute Normandie is characterized by the presence of a large number of industries likely to have exposed their employees to a risk of bladder cancer : The objective of the study performed by Assurance Maladie (national health insurance) and Réseau d’Onco-Urologie de Haute Normandie (ROUHN) (Haute Normandie Urological Oncology Network) was to describe the epidemiological characteristics of bladder cancers and to estimate the proportion of potentially work-related cancers.

    Material

    A questionnaire elaborated for the study and comprising demographic, clinical, environmental and occupational data was completed for al1 patients in whom exemption of co-payment for bladder cancer was requested in 2003.

    Results

    The population comprised 258 patients with a mean age of 70.4 years. The sex-ratio was five males for one female. Tumours were diagnosed at an early stage: 73.9% of superficial tumours and 26.1% of invasive lesions. 72.1% of subjects were current smokers or ex-smokers (mean of 32 packet-years). Among the 41% of occupationally exposed subjects, 47.2% were mainly exposed to polycyclic aromatic hydrocarbons, 27.4% to diesel smoke and 17.9% to aromatic amines. Based on a multidisciplinary consultation, 14.7% of patients (n = 38) were considered to be eligible for an occupational disease declaralion.

    Conclusion

    This study demonstrated that the incidence of occupational bladder cancers is underestimated. The urologist plays an essential role in the recognition of al1 risk factors of bladder cancer, as a history of smoking does not exclude the possibility of an occupational cause.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Etude prospective de traitement des sténoses urétérales localisées par endoprothèse grillagée métallique

    Resume
    Objectifs

    Evaluer I’efficacité des endoprothèses grillagées métalliques Mémotherm® BARD® dans le traitement des sténoses urétérales inopérables.

    Matériel et méthode

    Etude prospective de sténoses urétérales traitées consécutivement par endoprothèses urétérales métalliques Mémotherm® BARD®. Les critères de jugement (fréquence de la récidive sténotique, perméabilité, tolérance, complications), ont été évalués par examen clinique, urographie, échographie, culture urinaire à 1 mois puis tous les 3 mois.

    Résultats

    Treize endoprothèses ont été insérées chez 12 patients (âge moyen : 68 ans) présentant une sténose urétérale secondaire (9 néoplasiques, 3 post-radiques) sur une période de 3 ans. Aucune difficulté technique n’a été constatée lors de l’insertion. Le recul moyen est de 19 mois. La sténose a récidivé chez 5 patients par progression tumorale, mais sans envahissement tissulaire endoprothétique. Aucune incrustation ou migration, aucune douleur, hématurie, infection en rapport avec la prothèse n’ont été constatée durant l’étude. Toutes les prothèses restaient perméables et fonctionnelles chez les patients encore vivants à l’issue de l’étude.

    Conclusions

    Dans notre expérience, la pose d’endoprothèses urétérales grillagées métalliques Mémotherm® BARD® a semblé être une alternative intéressante aux sondes double J et à la chirurgie conventionnelle chez les patients inopérables ou en fin de vie, avec une morbidité et un coût moindres. Le taux élevé de récidive de la sténose urétérale est lié à la pathologie initiale. Compte-tenu de ces résultats encourageants, cette étude doit représenter la première étape d’un essai contrôlé multicentrique qui permettra de prendre en compte les développements technologiques rapides de ce type de matériel.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Etude prospective de traitement des sténoses urétérales localisées par endoprothèse grillagée métallique

    Summary
    Aims

    To assess efficacy of Mémotherm® BARD® ureteral metallic stent in the treatment of non-operable ureteral stenoses.

    Material and Method

    Prospective evaluation of ureteral stenoses consecutively treated using Mémotherm® BARD® ureteral metallic stent. Assessment criteria (recurrence frequency, permeability, tolerance, complications) were measured by clinical examination, Intra Veinous Pyelography, renal sonography, urine culture at 1, and every 3 months.

    Results

    Thirteen stents were inserted in 12 patients (mean age: 68yrs) presenting with subsequent ureteral stenosis (9 neoplastic, 3 following radiotherapy) over a 3 year period. No technical difficulty was observed. Mean follow-up was 19 months. Stenosis recurrence was observed in 5 patients, due to tumoural progression, but with no tumour ingrowth. There was non incrustation or migration, pain, hematuria, infection due to the stent. All stent remained permeable and functional in surviving patients.

    Conclusions

    In our experience, Mémotherm® BARD® ureteral metallic stent could be considered a useful cost-effective alternative to double J stent or traditional surgery in non-operable or end-of-life patients. The high ureteral stenosis recurrence rate was linked to the patient initial pathology. Considering these encouraging results, this study could represent the first stage of a multicenter tracker-study, which would permit to take into account further technological development of this type of material.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Evaluation de la stimulation visuelle combinée aux injections intra-caverneuses pour le traitement de la dysfonction érectile sévère

    Resume
    Objectif

    Etudier l’intérêt d’une stimulation visuelle sexuelle combinée aux injections intra-caverneuses (IIC) chez les patients traités pour une dysfonction érectile sévère.

    Matériels et méthodes

    Entre 2005 et 2006, tous les patients ayant une dysfonction érectile sévère ont été inclus prospectivement. Le protocole en consultation consistait à comparer l’efficacité d’une IIC seule d’alprostadil à J0, puis d’une IIC combinée à une stimulation érotique à J8. Les critères de jugement étaient : le délai d’apparition et la rigidité de l’érection. Une échelle de cotation subjective (1 à 5) a permis de quantifier l’érection.

    Résultats

    Quarante patients ont été inclus. L’âge moyen était de 64,5 ans (52-70). Tous les patients avaient un score IIEF5 inférieur à 15. Un acte de chirurgie urologique était à l’origine de la dysfonction érectile dans 35% des cas. À JO et à J8, le délai moyen d’obtention de l’érection a été respectivement de 10 mn 18 s (2-20) et de 10 mn 50 s (2-20). Concernant la rigidité et la qualité de l’érection, aucune différence significative n’a été constatée entre J0 et J8 et les érections ont été évalués respectivement à 5 dans 30 cas (75%), à 4 dans 8 cas (20%) et à 3 dans 2 cas (5%), lors de chaque consultation.

    Conclusion

    La stimulation visuelle sexuelle n’a pas fait la preuve de son efficacité réelle en milieu hospitalier en association avec les injections intra-caverneuses. Pour augmenter le taux de satisfaction des patients, l’urologue doit veiller avant tout à éduquer le patient aux injections intra-caverneuses dans un environnement adapté.

    Objective

    To assess the value of visual sexual stimulation combined with intracavernous injections (ICI) in patients treated for severe erectile dysfunction.

    Materials and methods

    Al1 patients with severe erectile dysfunction were prospectively included in this study between 2005 and 2006. The outpatient protocol consisted of comparing the efficacy of alprostadil ICI alone on DO and ICI combined with erotic stimulation on D8. Endpoints were: time to onset and rigidity of erection. A subjective score (1 to 5) was used to quantify erection.

    Results

    Forty patients with a mean age of 64.5 years (range: 52-70 years) were included in the study. Allpatients had an IIEF5 score less than 15. Erectile dysfunction was secondary to uroiogical surgery in 35% of cases. The mean time to onset of erection was I0 min 18 s (range: 2-20 min) on D0 and 10 min 50 s (range: 2-20 min) on D8. No signifcant difference for rigidity and quality of erection was observed between D0 and D8 and erections were scored as 5 in 30 cases (75%), 4 in 8 cases (20%) and 3 in 2 cases (5%) at each visit.

    Conclusion

    Visual sexual stimulation has not been demonstrated to be truly effective in the hospital setting in combination with intracavernous injections. In order to increase the patient satisfaction rate, the urologist must above al1 educate the patient in the intracavernous injection technique in an appropriate environment.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Mots clés : dysfonction érectile, stimulation sexuelle visuelle, érection, image fonctionnelle, éveil sexuel, PGE1

    Key words : erectile dysjimction, visual sexual stimulation, penile erection, functional imaging, sexual arousal, prostaglandin-El

    Plan
    Haut de page
    © 2007 
    Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Protheses péniennes: évaluation multicentrique des pratiques : résultats d’une série de 282 implantations

    Resume
    Objectifs

    Evaluation multicentrique des pratiques dans le domaine des protheses péniennes à partir de la banque de données du Club des Implanteurs de Protheses Péniennes (CIPP).

    Méthode

    Deux cent quatre vingt deux protheses péniennes, dont 276 gonflables (97,8%), ont été implantées chez 254 patients entre 1996 et 2005 dans trois centres (1 public et 2 privés). Les données pré-opératoires (âge des patients, étiologie et durée de la dysfonction érectile, traitements préalables) et per-opératoires (type d’implant utilisé, voie d’abord chirurgicale) ont été rapportées. Les complications post-opératoires ont été étudiées et la fonction érectile post-opératoire évaluée par auto-questionnaires (IIEF). Le suivi moyen est de 27,7 mois.

    Résultats

    Les protheses péniennes étaient posées en moyenne apres 39,2 mois de dysfonction érectile chez des patients d’âge moyen 58,6 ans. Les étiologies principales étaitent artérielles (35,3%), le diabete (22,8%) et la pro-statectomie radicale (16,5%). Le taux de sepsis post-opératoire était de 2,2% et celui des dysfonctions mécaniques de 7,5% lors des premieres poses. Les autres complications nécessitant une révision chirurgicale (érosion, migration, auto-inflation) étaient de 1,8% lors des premieres poses. Le risque septique était augmenté (7,6%) en cas de diabete (p=0,01). La satisfaction globale post-opératoire était de 86,7% et le score IIEF évolue de 20,5 ± 11,8 en pré-opératoire à 68,9 ± 5,4 en post-opératoire.

    Conclusion

    La prothese pénienne, avec un taux de complications faible, avait de hauts scores de satisfaction post-opératoire. Elles n’étaient néanmoins indiquées qu’en cas d’échec des traitements moins invasifs et devaient être implantées par des opérateurs en ayant l’expérience. Ces résultats étaient comparables aux grandes séries monocentriques internationales.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Protheses péniennes: évaluation multicentrique des pratiques : résultats d’une série de 282 implantations

    Summary
    Objectives

    Multicentre practice evaluation in the field of penile prostheses based on the Club des Implanteurs de Prostheses Peniennes (CIPP) database.

    Method

    282 penile prostheses, including 276 inflatable prostheses (97.8%), were implanted in 254 patients between 1996 and 2005 in three centres (1 public and 2 private). Preoperative data (patient’s age, aetiology and duration of erectile dysfunction, preliminary treatments) and intraoperative data (type of implant used, surgical approach) were recorded. Postoperative complications were studied and postoperative erectile function was evaluated by a self-admi-nistered questionnaire (IIEF). The mean follow-up was 27.7 months.

    Results

    Penile prostheses were implanted after an average of 39.2 months of erectile dysfunction in patients with a mean age of ’58.6 years. The main aetiologies were arterial disease (35.3%), diabetes (22.8%) and radical prostatectomy (16.5%). The postoperative sepsis rate was 2.2% and the mechanical dysfunction rate was 7.5% at the beginning of the operators’ experience. The rate of other complications requiring repeat surgery (erosion, migration, self-inflation) was 1.8% at the beginning of the operators’ experience. The septic risk was increased (7.6%) in the presence of diabetes (p=0.01). The postoperative overall satisfaction was 86.7% and the IIEF score increased from 20.5±11.8 preoperatively to 68.9±5.4 postoperatively.

    Conclusion

    Penile prostheses achieve a high postoperative satisfaction score with a low complication rate. However, they are only indicated after failure of less invasive treatments and must be implanted by experienced operators. These results are comparable to those of large international single-centre series.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Etude randomisée multicentrique comparant la castration médicale par triptoréline à la castration chirurgicale dans le traitement du cancer de la prostate localement avancé ou métastatique

    Resume
    Objectif

    Rapporter les résultats carcinologiques d’une étude comparant l’efficacité de la triptoréline à celle de la castration chirurgicale dans le traitement du cancer de la prostate localement avancé ou métastatique.

    Matériels et méthodes

    Quatre vingt patients ayant un cancer de la prostate localement avancé ou métastatique et sans traitement préalable ont été inclus pendant 1 an dans un essai thérapeutique prospectif randomisé ouvert, multicentrique. Les patients ont eu soit une injection tous les 28 jours de triptoréline (groupe 1; n=40), soit une pulpectomie (groupe 2; n=40). Les patients ont été revus tous les 3 mois, puis tous les 6 mois.

    Résultats

    L’âge moyen des patients était de 71,22 + 8,25 ans. À 1 mois, 38 patients étaient castrés (testostéronémie <0,5 mg/ml) dans le groupe pulpectomie et 35 dans le groupe triptoréline. La durée moyenne de suivi a été de 38,8 + 26 mois dans le groupe triptoréline et de 36,3 ± 25 mois dans le groupe pulpectomie. En analyse multivariée, l’âge, l’altération du performance status et le niveau des PAP (> 3,2 ng/ml) étaient des facteurs prédictifs d’une évolution péjorative. La médiane de survie a été de 37,5 ± 9 mois dans le groupe triptoréline et de 33 ± 3 mois dans le groupe pulpectomie. À 3 ans, il n’y avait aucune différence significative concernant la survie spécifique entre les 2 groupes. À 8 ans de recul, 63 patients étaient décédés.

    Conclusion

    Cette étude a mis en évidence une survie spécifique équivalente entre les patients traités par triptoréline ou par castration chirurgicale. La castration est obtenue précocement avec la triptoréline (< 2 mois) et se maintient dans le temps pendant toute la durée du traitement.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Etude randomisée multicentrique comparant la castration médicale par triptoréline à la castration chirurgicale dans le traitement du cancer de la prostate localement avancé ou métastatique

    Summary
    Objective

    To report the results of a trial comparing the efficacy of triptorelin and surgical castration in the treatment of locally advanced or metastatic prostate cancer.

    Materials and methods

    80 patients with previously untreated locally advanced or metastatic prostate cancer prostate cancer were included in a one-year multicentre, randomized, prospective, open-label therapeutic trial. Patients either received a monthly injection of triptorelin (group 1; n = 40), or were treated by pulpectomy (group 2; n = 40). Patients were reviewed every 3 months, then every 6 months.

    Results

    The mean age of the patients was 71.22 ± 8.25 years. At 1 month, 38patients were castrated (plasma testosterone < 0.5 mg/ml) in the pulpectomy group versus 35 in the triptorelin group. The mean follow-up was 38.8 ± 26 months in the triptorelin group and 36.3 ± 25 months in the pulpectomy group. On multivariate analysis, age, impaired performance status and PAP level (> 3.2 ng/ml) were predictive factors of a poor outcome. The median survival was 37,5 ± 9 months in the triptorelin group and 33 ± 3 months in the pulpectomy group. At 3 years, no significant difference in specifie survival was observed between the 2 groups. At 8 years of follow-up, 63 patients had died.

    Conclusion

    This study demonstrates an equivalent specifie survival between patients treated by triptorelin or surgical castration. Castration is rapidly obtained with triptorelin (< 2 months) and is maintained over time throughout the duration of treatment.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Évaluation prospective des effets du stage d’initiation pratique sur le recrutement des internes d’urologie à Paris : résultats définitifs

    Resume
    Objectifs

    Évaluer les effets d’un stage d’initiation pratique à l’urologie sur le recrutement des internes parisiens depuis la mise en place de l’Examen National Classant (ENC).

    Matériels et méthodes

    Depuis 2004, tous les internes nommés en chirurgie à Paris ont participé à un stage d’initiation à l’urologie avant de prendre leur fonction hospitalière. Un questionnaire leur a été remis. L’enquête prospective s’est intéressée à : l’âge, le sexe, l’existence d’un stage d’urologie pendant l’externat et au souhait d’orientation au sein des 11 disciplines chirurgicales. Les internes ont été recontactés annuellement pour connaître l’évolution de leur orientation professionnelle.

    Résultats

    Population. Deux cent cinquante cinq internes ont participé dont 145 femmes (56,9%) et 110 hommes (43,1%). L’âge moyen était de 24,6 ± 5 ans (22-31). 173 internes étaient issus d’un CHU parisien (67,8%) et 82 (32,2%) d’un CHU de province. Cinquante deux internes (21,2%) avaient effectué au moins un stage dans un service d’urologie pendant leur externat. Disciplines chirurgicales. L’orthopédie a été le plus souvent citée (n=48; 28,9%). L’urologie a été choisie par 32 internes (12,5%) qui avaient effectué un stage d’externe dans la spécialité dans 28 cas. À la fin du stage, 18 internes étaient tentés par l’urologie. À un an, 31 internes134 (91,2%) ont confirmé leur choix pour I’urologie.

    Conclusion

    La réalisation d’un stage pratique intervenant très tôt dans la formation des jeunes chirurgiens est une bonne solution pour les initier a l’urologie. En bénéficiant d’un choix éclairé, les internes les plus motives sont incités à rejoindre volontairement notre discipline.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Évaluation prospective des effets du stage d’initiation pratique sur le recrutement des internes d’urologie à Paris : résultats définitifs

    Summary
    Objectives

    To evaluate the effects of a practical introduction to urology session on the recruitment of Parisian interns since introduction of the National Classljjing Examination.

    Materials and methods

    Since 2004, all surgery interns appointed in Paris have participated in a practical introduction to urology session before starting work in hospital. They were asked to complete a questionnaire. The prospective survey studied: age, gender, urology training as a medical student and the intern’s preferences in relation to 11 surgical specialties. Interns were recontacted annually to determine their choice of specialization.

    Results

    Population. 255 interns participated, including 145 females (56.9%) and 110 maies (43.1%). The mean age was 24.6 ± 5 years (range: 22-31). 173 interns were attached to a Parisian teaching hospital (67.8%) and 82 (32.2%) were attached to a provincial teaching hospital. 52 interns (21.2%) had completed at least one attachment in a urology department during their medical training. Surgical specialties. Orthopaedics was most frequently listed (n = 48 ; 28.9%). Urology was chosen by 32 interns (12.5%), 28 of whom had completed an urology attachment during their medical training. At the end of the introductory training sessions, 18 interns were tempted by urology. At one year, 31/34 interns (91.2%) confirmed their choice in favour of urology.

    Conclusion

    A practical training sessions very early in the training of young surgeons is a good solution to introduce them to urology. Based on a more informed choice, the most motivated interns are encouraged to preferentially choose this discipline.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Appendicovésicostomie de Mitrofanoff chez I’enfant : indications et résultats

    Resume
    But

    présenter les indications et les résultats à court et à long terme de I’appendicovésicostomie de type Mitrofanoff chez I’enfant.

    Patients et Méthode

    Entre 1992 et 2004,13 garçons et 17 filles ont eu une appendicovésicostomie de type Mitrofanoff avec confection d’une stomie en fosse iliaque droite. L’âge moyen était de 10 ans (5 à 15 ans). L’indication opératoire a été une vessie neurologique (28 cas) et une vessie altérée sur valve de l’urètre postérieur (2 cas). Le diagnostic a été fait à un stade évolué avec insuffisance rénale modérée dans 16 cas (clearance moyenne de la créatinine 60 mYmn/1,73m2).

    Résultats

    Le recul moyen a été de 53 mois (24 à 156 mois). Tous les enfants ont été continents dont 29 (96,66%) après une seule intervention. Les complications ont été mineures représentées essentiellement par les difficultés du cathétérisme intermittent (13,3%). La fonction rénale a évolué vers le stade d’insuffisance rénale terminale dans 1 cas 6 ans après l’intervention, est restée stable dans 9 cas (clearance moyenne de la créatinine 72 ml/mn/1,73m2) et s’est normalisée dans 6 cas. Par ailleurs, les auto sondages intermittents ont été acceptés par tous les enfants avec complète réadaptation aux activités quotidiennes.

    Conclusion

    L’appendicovésicostomie de type Mitrofanoff a eu de bons résultats chez I’enfant. Elle a permi d’assure une bonne continence, un faible taux de complications et une réadaptation socio-éducative satisfaisante. Nos résultats étaient comparables avec ceux de la littérature en terme de succès et de durabilité de ce type de derivation chez I’enfant.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Appendicovésicostomie de Mitrofanoff chez I’enfant : indications et résultats

    Summary
    Objective

    To present the indications and short-term and long-term results of Mitrofanoff appendicovesicostomy in children.

    Patients and method

    Between 1992 and 2004, 13 boys and 17 girls undenvent Mitrofanoff appendicovesicostomy with creation of a stoma in the right iliac fossa. The mean age was 10 years (range: 5-15 years). The indication for surgery was neurogenic bladder (28 cases) and altered bladder seconday to posterior urethral valve (2 cases). The diagnosis was established at an advanced stage with moderate renal failure in 16 cases (mean creatinine clearance: 60 rnl/min/l.73 m2).

    Results

    Mean follow-up was 53 months (range: 24 to 156 months). All children were continent and 29 (96.66%) of them were continent after only one operation. Complications were minor essentially consisting of difficulties of intermittent catheterization (13.3%). Renal function deteriorated to end-stage renal failure in one case 6 years after the operation, remained stable in 9 cases (mean creatinine clearance: 72 rnl/min/1.73 m2) and returned to normal in 6 cases. Intermittent selfcatheterization was accepted by al1 children with complete readaptation to daily activities.

    Conclusion

    Mitrofanoff appendicovesicostomy gives good results in children. It ensures good continence, a low complication rate and satisfactoly school and social readaptation. The results of this study are comparable to those of the literature in terms of success and durability of this type of diversion in children.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Métastase testiculaire d’un adénocarcinome prostatique : à propos d’un cas

    Resume

    Le cancer de la prostate est exceptionnellement responsable d’un envahissement métastatique testiculaire. En cas de suspicion clinique, I’orchidectomie est indispensable. Elle permet la confirmation histologique du diagnostic et élimine une autre origine primitive. L’attitude thérapeutique ultérieure s’intègre dans le cadre de la prise en charge globale de la maladie prostatique métastatique. Nous rapportons l’observation d’un patient de 62 ans porteur d’un adénocarcinome prostatique métastatique au testicule.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Métastase testiculaire d’un adénocarcinome prostatique : à propos d’un cas

    Summary

    Metastasis of prostate adenocarcinoma to testis is an extremely rare occurrence. Orchiectomy is necessary to confirm histopathological diagnosis. Metastatic carcinoma of the prostate to the testis is a commonly accepted as a sign of disseminated disease. Systemic treatment are therefore required. We report a case of a 62-year-old patient who presented a prostatic carcinoma with a testicular metastasis.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Fistule vésico-vaginale après bandelette transobturatrice

    Resume

    La voie transobturatrice se substitue peu à peu à la voie rétropubienne dans le domaine de I’incontinence urinaire d’effort féminine et des bandelettes sous-urétrales. L’argument majeur en est la diminution du risque de brèche vésicale au moment du passage des aiguilles qui demeure cependant une complication sans gravité. Sous couvert d’un nouveau passage plus médian, plus au contact de l’os et d’un sondage urinaire prolongé de 24 à 48 heures, il n’y a pas de conséquence.

    Nous rapportons le cas d’une plaie vésicale, au cours de la réalisation d’un TOT, chez une patiente sans antécédent particulier, imputable à la technique même puisque survenue lors du temps de dissection digitale vers la membrane obturatrice. Cette complication a abouti à la constitution secondaire d’une fistule vésico-vaginale, après mise en place de la bandelette prothétique, bien que la vessie ait été correctement réparée.

    Le TOT n’est pas dénué de risque vésical, avec des conséquences parfois même graves. En cas de suture vésicale, il est inopportun de mettre en place la bandelette de TOT. Si une fistule est constatée après la realization d’un TOT son retrait en intégralité s’impose rapidement. Pour autant la guérison des fuites urinaires peut persister.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Fistule vésico-vaginale après bandelette transobturatrice

    Summary

    The transobturator approach is gradually replacing the retropubic approach for the treatment of female stress urinary incontinence and suburethral tape. The major argument in favour of this approach is the decreased risk of bladder injury during insertion of the needles, which nevertheless remains a minor complication. Provided another more median approach is used in closer contact with the bone, followed by prolonged bladder catheterization for 24 to 48 hours, this complication has no consequences.

    However; the authors report a case of bladder injury during insertion of transobturator tape (TOT) in a patient with no particular history, attributable to the technique itself, as it occurred during finger dissection towards the obturator membrane. This complication led to secondary formation of a vesicovaginal fistula after insertion of the tape, despite satisfactory repair of the bladder.

    This case illustrates that TOT is not devoid of risks to the bladder; with sometimes even serious consequences. TOT should not be inserted when bladder suture is required. If a fistula is observed after insertion of TOT, the tape should be completely removed as soon as possible, but correction of urinary incontinence may persist.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Migration intravésicale d’un dispositif intra-utérin. Stratégies d’exploration et modalités thérapeutiques

    Resume

    La migration trans-utérine d’un dispositif intra-utérin (DIU) est une complication peu fréquente. Nous rapportons ici un cas de stérilet ayant partiellement migré dans la vessie.

    Il s’agissait d’une patiente de 39 ans. Elle a consulté initialement pour découverte d’un DIU ectopique lors d’un ASP réalisé dans le cadre de la prise en charge d’une infertilité secondaire.

    Le diagnostic de migration partiellement intra vésicale a été affirmé par l’échographie et la cystoscopie. Une IRM pelvienne a recherché une éventuelle atteinte digestive.

    Une extraction du stérilet par voie laparoscopique et endoscopique a été réalisée avec succès.

    Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Migration intravésicale d’un dispositif intra-utérin. Stratégies d’exploration et modalités thérapeutiques

    Summary

    The migration of an intra uterine device (IUCD) into the bladder is a rare complication. The authors report a case of IUCD migrated into the bladder. The patient was asymptomatic. Diagnosis was made on abdominal X-ray performed for another reason. It was confirmed by ultra-sound and cystoscopy. As the IUCD was only partially intra vesical, it’s removal was made by laparoscopy and cystoscopy. The authors then discussed the frequency, the physiopathology, the diagnosis and the treatment with arguments from the literature.

  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Index

    Prog Urol, 2007, 2, 17, 264

    Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Index

    Prog Urol, 2007, 2, 17, 265-266

    Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Erratum

    Prog Urol, 2007, 2, 17, 263

    Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
  • Vous pourrez également aimer

    • The effect of finasteride in men with benign prostatic hyperplasia. The Finasteride Study Group.Lire la suite
    • Traitement chirurgical et interventionnel de l’obstruction sous-vésicale liée à une hyperplasie bénigne de prostate : revue systématique de la littérature et recommandations de bonne pratique clinique du Comité des Troubles Mictionnels de l’HommeLire la suite
    • UROnews n°83 - PATHOLOGIE DU MOISLire la suite

    Continuer votre lecture