Accueil > Publications > Progrès FMC > Numéro 2- Volume 22- pp. F39-F75 (Juin 2012)

    Numéro 2- Volume 22- pp. F39-F75 (Juin 2012)

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Néphrectomie partielle laparoscopique robot-assistée : une technique d’aide opératoire et une instrumentation standardisées

      Résumé

      L’introduction de la robotique dans une équipe chirurgicale ne peut se concevoir qu’au mieux comme un projet d’équipe ambitieux à même d’assurer le transfert et l’intégration d’une expertise acquise dans un centre de référence. Nous présentons dans cet article les rôles de l’assistant et de l’instrumentiste lors de la néphrectomie partielle laparoscopique robot-assistée. Les objectifs de cette technique standardisée sont d’obtenir de bons résultats carcinologiques, une courte ischémie chaude et un faible taux de complications. Nous insisterons particulièrement sur le rôle de l’assistant et de l’instrumentiste, en sachant que leur performance a des répercussions directes sur celle du chirurgien à sa console. Une technique inspirée de centres de référence, standardisée à la fois pour l’opérateur et son assistant, est indispensable à la mise en place d’un programme de robotique sûr et ambitieux.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Néphrectomie partielle laparoscopique robot-assistée : une technique d’aide opératoire et une instrumentation standardisées

      Summary

      The introduction of robotics into a surgical team should be imagined as an ambitious team project able to ensure the transfer and the integration of a proficiency acquired in a reference centre. This surgical technique has to be reproducible to minimize the complications rate, the clamping time and to preserve good oncological results. We insist particularly on the assistant and scrub nurse part, giving that their performances impact directly patients’ outcomes. A technique inspired from reference centre, standardized for the surgeon and his assistant, is essential to introduce safely and ambitiously a robotic program.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Chirurgie conservatrice du testicule pour tumeur : à qui et comment ?

      Résumé

      Le dogme de l’orchidectomie totale pour toute tumeur est, depuis 20ans, éprouvé par l’expérience accumulée des chirurgies conservatrices « de nécessité », sur testicule unique. Le bénéfice fonctionnel mis en balance avec le risque carcinologique induit par une attitude conservatrice semble en faveur de l’orchidecomie partielle. Pour autant, certains principes techniques doivent être strictement respectés afin de conserver les excellents taux de survie spécifiques des cancers du testicule, obtenus avec une attitude classique. Ils concernent en particulier la voie d’abord, l’utilisation d’un échographe peropératoire, la réalisation d’un examen extemporané. Les indications, dites électives, (situations à testicule controlatéral sain), doivent encore être évaluées. Les incidentalomes échographiques testiculaires pourraient cependant bénéficier d’une chirurgie conservatrice.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Chirurgie conservatrice du testicule pour tumeur : à qui et comment ?

      Summary

      The dogma of total orchiectomy for any tumor, has been challenged for 20 years, by the experience of sparing surgery on a single testicle. The functional benefit weighed against the oncologic risk induced by a conservative attitude seems in favor of partial orchidecomy. However, certain technical rules must be strictly observed to maintain the excellent specific survival rates of testis cancers, obtained with a classic attitude. They cover the surgical approach, the use of intraoperative ultrasound, the realization of a frozen section. The elective indications (situations in healthy conrolateral testis), are still to be evaluated. The testicular ultrasound incidentalomas, however, may benefit from conservative surgery.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • La réunion de concertation pluridisciplinaire en onco-urologie (RCP)

      Résumé

      Le Plan cancer définit les modalités du processus décisionnel pour les démarches diagnostiques et thérapeutiques en s’appuyant sur la réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP). L’organisation des RCP prévoit des fiches préremplies, une fréquence préétablie bimensuelle au minimum et un quorum de base prévoyant au moins trois spécialités différentes, dont un urologue et un oncologue. Tous les dossiers de cancer doivent être archivés mais ne nécessitent pas systématiquement une discussion en RCP ; seules les situations de soins hors consensus sont discutées en RCP. Le patient peut ne pas accepter la proposition issue de la RCP. La consultation de synthèse diagnostique et de proposition thérapeutique qui suit la RCP permet la remise du plan personnalisé de soins (PPS) qui résume les objectifs et les modalités du traitement.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      La réunion de concertation pluridisciplinaire en onco-urologie (RCP)

      Abstract

      The Cancer Program defines the terms of how to make a decision concerning diagnostic and therapeutic procedures based on the multidisciplinary meeting (MDM), the organization of the MDM provides Sheets that are filled out, at regular period of at least twice monthly and a basic quorum of providing a minimum of three different spécialities including a urologist and an oncologist, all cancer cases should be documented but does not necessary discussed in MDM, only nonconsensual management are discussed in MDM. The patient may not accept the management plan decision of MDM. The clinical follow-up after the MDM allows the delivery of personal care plan which summarizes the objectives and modalities of treatment.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Résultats d’une enquête de pratiques auprès des urologues français concernant la prise en charge des calculs et de la lithiase urinaire en 2012

      Résumé

      Une enquête de pratique a été menée par internet auprès des urologues membres de l’AFU de septembre à décembre 2011 pour déterminer la prise en charge diagnostique et thérapeutique des calculs et de la lithiase urinaire. Huit questions ont été adressées et 403 urologues ont répondu. Les résultats montrent que la prise en charge des calculs urinaires et de la lithiase sont conformes aux recommandations de bonnes pratiques émises par l’AFU et l’EAU.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Résultats d’une enquête de pratiques auprès des urologues français concernant la prise en charge des calculs et de la lithiase urinaire en 2012

      Summary

      A survey was performed among french urologists affiliated to the French urological association. Among them 403 answered online to eight questions about their practical management of urinary stones and urolithiasis. The results showed that French urologists practice is complying with French and European recommendations.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Tumeurs urothéliales

      Progrès FMC, 2012, 2, 22, F69

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Cancer du rein, lithiase urinaire

      Progrès FMC, 2012, 2, 22, F74

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Editorial Board

      Progrès FMC, 2012, 2, 22, CO2

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner

    Continuer votre lecture