Accueil > Publications > Progrès FMC > Numéro 1- Volume 21- pp. F1-F35 (Mars 2011)

    Numéro 1- Volume 21- pp. F1-F35 (Mars 2011)

    • Le défi de l’homme vieillissant

      Progrès FMC, 2011, 1, 21, F1

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Stent nu ou actif : quelle différence ?

      Résumé

      De plus en plus de patients sont porteurs de stents coronaires ce qui pose le problème de l’arrêt des antiagrégants plaquettaires (AAP) en cas d’intervention chirurgicale. Il existe deux types de stent : nu ou pharmaco-actif. Les stents actifs sont recouverts d’une substance antiproliférative qui diminue le risque de sténose mais retarde aussi l’endothélialisation coronaire. Après la pose des stents une thrombose peut se produire provoquant infarctus et décès tant que le vaisseau n’est pas endothélialisé. Pour cette raison une bithérapie antiplaquettaire par aspirine et clopidogrel est instaurée pendant six semaines pour les stents nus et 1 an pour les stents actifs. Tout arrêt des antiplaquettaires expose au risque de thrombose et doit être limité. Il est plus important pour les stents actifs. Il doit faire l’objet d’une réflexion entre cardiologue, chirurgien et anesthésiste, pour évaluation du rapport risque hémorragique/risque thrombotique.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Stent nu ou actif : quelle différence ?

      Abstract

      More and more patients are treated for coronary artery disease through percutaneous stent implantation, with a mandatory long-term antiplatelet therapy that is a common difficulty when a surgical procedure has to be performed. There are two different types of stents: bare metal stent and drug-eluting stent. Drug-eluting stents are coated with anti-proliferative agent that decrease the risk of stent obstruction. Following a stent implantation, an antiplatelet therapy allows protection from stent clotting during the period for stent epithelialization. Thus, a double antiplatelet therapy with aspirin and clopidrogel is prescribed for a period of 6 weeks in case of bare metal stent, and for a period of 1 year in case of drug-eluting stent. Protective treatment should not be stopped during these periods of time in order to prevent stent thrombosis and coronary obstruction, particularly for drug-eluting stents where this risk is even higher. Every antiplatelet therapy interruption in these patients before surgery should be discussed by cardiologist, surgeon and anaesthesiologist, for bleeding risk vs. thrombotic risk evaluation.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Place du (−2) proPSA comme outil diagnostique du cancer de la prostate

      Résumé

      Le diagnostic précoce du cancer de prostate repose actuellement en grande partie sur le dosage du PSA. Les limites de ce marqueur conduisent à développer de nouveaux outils plus performants tant dans le domaine de l’imagerie que des biomarqueurs qu’ils soient sanguins ou urinaires. Les auteurs analysent l’apport des isoformes circulantes du proPSA et en particulier le −2 proPSA.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Place du (−2) proPSA comme outil diagnostique du cancer de la prostate

      Abstract

      To this day, early diagnosis of prostatic cancer mainly lies on PSA dosage. The limits of this marker induce the developing of new and more performing diagnosis tols both in imaging, blood and urinary biomarkers. The authors study the role of pro PSA isoforms and particularly the −2 proPSA.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Technique de partition appendiculaire pour opération combinée de Mitrofanoff et Malone

      Résumé

      Dans l’immense majorité des cas, les patients présentant une neurovessie ont également un neurorectum avec des difficultés de vidange. Nous proposons donc la réalisation d’une cæcostomie continente (opération de Malone) à tous nos patients relevant d’une indication de cystostomie continente (opération de Mitrofanoff). Nous décrivons ici une technique de partition appendiculaire permettant une opération combinée de Mitrofanoff et Malone.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Technique de partition appendiculaire pour opération combinée de Mitrofanoff et Malone

      Abstract

      In the vast majority of cases, patients presenting with a neurological bladder also have a neurological rectum with difficult emptying. We propose to create a continent appendicocaecostomy (Malone antegrade continent enema) to all our patients candidates for a continent cystostomy (Mitrofanoff procedure). We describe a technique of appendicular division to perform a combined Mitrofanoff and Malone procedure.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Quel traitement d’entretien par instillations endovésicales de BCG pour les tumeurs de vessie n’infiltrant pas le muscle ?

      Résumé

      Les instillations endovésicales du bacille de Calmette et Guerin (BCG) après résection endoscopique sont aujourd’hui le traitement de référence des TVNIM de risque intermédiaire et élevé. L’objectif est de prévenir la récidive tumorale et la progression au sein du muscle vésical. Pour une efficacité optimale, un traitement d’attaque suivi d’un traitement d’entretien est fortement recommandé. Le schéma de référence reste actuellement celui du SWOG, consistant en un cycle de trois instillations hebdomadaires à trois et six mois, puis tous les six mois pendant trois années. Cependant, moins de 20 % des patients sont en mesure de recevoir la totalité du traitement en raison des effets secondaires du BCG. Une prophylaxie par Ofloxacine permettrait de réduire de 18,5 % l’incidence des toxicités de grade II et III. De nouvelles modalités sont actuellement en cours d’évaluation, afin d’améliorer la tolérance du traitement d’entretien par instillations endovésicales de BCG. Ainsi, la diminution de dose du BCG (1/3 dose soit 27mg) lors du traitement d’entretien ne semble pas modifier le taux de survie sans récidive et/ou le risque de progression tumorale. En revanche, le nombre suffisant d’instillations endovésicales de BCG pour un traitement d’entretien efficace reste encore à définir.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Quel traitement d’entretien par instillations endovésicales de BCG pour les tumeurs de vessie n’infiltrant pas le muscle ?

      Abstract

      Intravesical Bacillus Calmette-Guerin (BCG) is the standard treatment after transurethral resection for intermediate or high-risk non muscle-invasive bladder cancer. The objective is to prevent tumor recurrence and progression with muscle invasion. To improve immunotherapy efficacy, an induction course followed by maintenance BCG cycles is strongly recommended. The SWOG schedule is today considered as the gold standard, consist of three weekly instillations of BCG at 3 and 6 months, and every 6 months for 3 years. However, less than 20% of the patients are able to complete the 3-year maintenance-dosing schedule because of BCG side effects. Prophylactic ofloxacin could lead to a reduction of 18.5% of grade II and III toxicity. Alternative schedules have been currently evaluated to improve the tolerance of maintenance treatment with endo-vesical instillations of BCG. Thus, low dose BCG during maintenance therapy does not appear to affect the recurrence-free survival and/or the risk of tumor progression. In contrast, the optimal number of instillations of BCG maintenance therapy remains to be defined.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Comment je gère un échec de bandelettes sous-urétrales dans l’incontinence urinaire féminine ?

      Résumé

      La bandelette sous-urétrale est devenue le traitement de référence de l’incontinence urinaire d’effort féminine par hypermobilité urétrale. Cependant, 5 à 10 % des patients sont en échecs. Cet article propose une conduite pratique face à ces échecs et passe en revue tous les cas de figure qui peuvent se présenter.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Comment je gère un échec de bandelettes sous-urétrales dans l’incontinence urinaire féminine ?

      Abstract

      Suburethral tape is the gold standard treatment of female stress urinary incontinence related to urethral hypermobility. However a failure rate of 5 to 10% is described. An algorithm is proposed to deal with these failures.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner

    Vous pourrez également aimer

    • UROnews n°84 - HIGHLIGHTS VESSIELire la suite
    • UROnews thématique n°2 : D'AUTRES PISTES THÉRAPEUTIQUES POUR LES CARCINOMES UROTHÉLIAUXLire la suite
    • Chapitre 13 - Transplantation d'organesLire la suite

    Continuer votre lecture