Accueil > Publications > Progrès en Urologie > Numéro 12- Volume 19- pp. 863-906 (Décembre 2009)

    Numéro 12- Volume 19- pp. 863-906 (Décembre 2009)

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Les techniques de destruction in situ des tumeurs rénales : où en est-on en 2009 ?

      Résumé

      La néphrectomie élargie reste le traitement de référence du cancer du rein. Les progrès de l’imagerie ont permis de découvrir des tumeurs du rein de petite taille pour lesquelles la chirurgie conservatrice est désormais validée. Parallèlement se sont développées pour ces petites tumeurs des techniques mini-invasives de destruction in situ. Cet article se propose de faire le point sur ces nouvelles techniques.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Les techniques de destruction in situ des tumeurs rénales : où en est-on en 2009 ?

      Summary

      Radical nephrectomy is the gold standard in renal cancer treatment. Imaging techniques allow to discover small renal masses for which conservative surgery is now validated. In parallel, in situ ablative techniques of these small renal masses have developed. This article will make a review of these ablative techniques in situ.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Instillations endovésicales et cancer de la vessie

      Résumé

      Le cancer de la vessie dans sa forme superficielle requiert dans certaines situations, en plus de la résection endoscopique de la tumeur, des traitements adjuvants par chimiothérapie intravésicale ou instillations endovésicales. Les modalités, les conditions d’administration et la place de ces traitements sont détaillées.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Instillations endovésicales et cancer de la vessie

      Summary

      Superficial bladder cancer is treated by transuretral resection and in some cases by intravesical chemotherapy. Modalities, ways of administration and indications of these treatments will be presented and discussed.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Remplacement vésical et cancer de la vessie

      Résumé

      Les tumeurs urothéliales qui infiltrent le muscle vésical ou les tumeurs plus superficielles qui résistent au traitement local (résection±BCG ou mytomicine C) doivent faire discuter l’exérèse chirurgicale. Le traitement de référence est la cystectomie chez la femme et la cystoprostatectomie radicale chez l’homme. Pour les tumeurs localisées à la vessie (<T3), ce traitement permet d’obtenir une survie spécifique à cinq ans de 90 %. Après exérèse de la vessie, plusieurs types de dérivation urinaire peuvent être proposées. La néovessie de remplacement par iléoplastie (remplacement orthotopique) doit être préférée lorsqu’elle est possible (conservation de l’urètre). De nombreuses techniques ont été proposées. L’iléon semble être le segment d’intestin le plus adapté et l’utilisation d’un segment court souhaitable (moins de 50cm). La confection de la néovessie nécessite que les règles chirurgicales établies soient bien suivies. La préparation préopératoire et les soins postopératoires se sont simplifiés mais doivent être bien respectés. Le suivi des patients est biannuel dans les trois premières années, puis annuel, afin de guetter une éventuelle récidive locale ou à distance. Le bon fonctionnement de la néovessie doit être vérifié régulièrement afin de s’assurer de la bonne vidange urinaire. L’acquisition de la continence, se fait grâce à une autorééducation.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Remplacement vésical et cancer de la vessie

      Summary

      Urothelial tumours which infiltrate the vesical muscle or more superficial tumours which resist localised treatment (resection±BCG or mytomicin C) should be considered for excision. Excision is successful in female cystectomy and in male radical cystoprostatectomy. For local tumours of the bladder (<T3), this treatment allows for a specific survival of 5 years at 90 % to be obtained. After the excision of the bladder, several types of urinary diversions may be proposed. The replacement neo-bladder by ilioplasty (orthotopic replacement) should be chosen when possible (conservation of the urether). Numerous techniques were proposed. The ilieum would appear to be the segment of the intestine best adapted for this use and of a short segment is preferable (less than 50cm). For the creation of the neo-bladder it is necessary that the established surgical rules are followed carefully. Pre-operative preparation and post-operative treatment have become easier but must be well respected. Patients have a check-up every 6 months for the first 3 years, then annually, in order to detect possible local or secondary relapses. The correct functioning of the neo-bladder should be verified regularly in order to ensure that the bladder is emptied properly. Continence returns through auto-exercise.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Quel bilan face à une suspicion de cystite interstitielle ?

      Résumé

      Malgré de nombreux travaux de recherche sur l’étiologie et le traitement de la cystite interstitielle, le diagnostic dépend toujours de la suspicion de cette affection par le médecin.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Quel bilan face à une suspicion de cystite interstitielle ?

      Summary

      Despite considerable research on the etiology and treatment of interstitial cystitis, diagnosis still depends on the suspicion of this condition by the physician.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Les autosondages : pour quels patients ?

      Résumé

      L’autosondage est un traitement fréquemment proposé aux patients ayant des troubles de la vidange vésicale. L’indication repose sur la situation clinique mais doit aussi prendre en compte les aptitudes motrices, sensitives, visuelles et cognitives du patient.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Les autosondages : pour quels patients ?

      Summary

      Clean intermittent self-catheterization is often proposed to patients with bladder emptying disorders. It is based on clinical conditions but motor, visual, cognitive and sensory patient’s skills have also to be taken into account.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Traitement médical de l’hyperplasie bénigne de prostate

      Résumé

      Quatre classes thérapeutiques peuvent être utilisées dans le traitement de l’HBP : les alphabloquants, les inhibiteurs de la 5 alpha réductase (I5AR), les anticholinergiques et la phytothérapie. Les associations alphabloquants et I5AR, d’une part, et alphabloquants et anticholinergiques, d’autre part, ont montré leur efficacité. Les alphabloquants ont l’avantage d’un délai d’action rapide. Les I5AR diminuent le volume prostatique. L’efficacité de la phytothérapie est controversée mais leur profil de tolérance est excellent. Les anticholinergiques peuvent être utiles chez les patients ayant des troubles irritatifs prédominants sur les troubles de vidange vésicale.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Traitement médical de l’hyperplasie bénigne de prostate

      Summary

      Four therapeutic classes can be used for the treatment of BPH: alphablockers, 5 alpha reductase inhibitors (5ARI), muscrinic receptor antagonists, and plant extracts. Two combination therapies have been proven to be efficient: 5ARI – alphablockers, and muscarinic receptor antagonists – alphablockers. Alphablockers have the advantage to be efficient quickly. 5ARI decrease prostate volume. Efficacy of plant extracts is still discussed, but their tolerance is excellent. Muscrinic receptor antagonists can be a viable treatment option for men with predominantly bladder storage symptoms but without bladder outlet obstruction.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • La dysfonction érectile après prostatectomie totale : quelle prise en charge ?

      Résumé

      L’objectif de la prostatectomie totale est de guérir le cancer de la prostate en préservant au mieux la qualité de vie des patients. L’altération de la qualité des érections après l’opération est le problème le plus préoccupant en matière de sexualité. Elle est la conséquence de lésions parfois définitives des nerfs caverneux au cours de la dissection latérale de la prostate. La pris en charge de la dysfonction érectile après prostatectomie totale débute par une évaluation de la sexualité du patient et une information sur les conséquences du geste chirurgicale avant l’intervention. Une rééducation érectile doit être proposée aux patients dans les deux à trois mois qui suivent l’intervention. En cas d’échec de cette rééducation, la prise en charge fait appel aux moyens thérapeutiques classique de la dysfonction érectile. Dans le cadre du transfert de tâche et la délégation de compétences une collaboration est souhaitable entre médecin et infirmiers(ières) clinicien(ne) tout au long de cette prise en charge.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      La dysfonction érectile après prostatectomie totale : quelle prise en charge ?

      Summary

      The objective of a radical prostectomy is to cure cancer of the prostate while preserving the best quality of life of patients. Changes in the quality of erections after the operation pose the greatest problems as far as sexuality is concerned. This is the consequence of lesions of the cavernous nerves during the lateral dissection of the prostate, which are sometimes definitive. The treatment of erectile dysfunction after radical prostectomy begins with an evaluation of the sexuality of the patient who is informed of the consequences of surgery before operating. Specialized physiotherapy should be proposed to patients in the 2 to 3 months following the intervention. Should this treatment prove to be unsuccessful, patients are treated using classical therapy for erectile dysfunction. In the case of patient transfer and delegation of competences, consultation between the doctor and clinical nurses is advised throughout treatment.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • L’incontinence urinaire d’effort chez l’homme : place des alternatives au sphincter artificiel urinaire

      Résumé

      L’incontinence urinaire d’effort chez l’homme est le plus souvent une conséquence de la chirurgie pour cancer localisé de la prostate. Le mécanisme est un déficit sphinctérien et un défaut de soutien. L’analyse clinique repose sur l’interrogatoire que vient compléter le catalogue mictionnel, les questionnaires standardisés et le pad-test. La valeur de la pression du sphincter urétral et la vérification de l’absence de sténose urétrale sont recherchées. Cela permet d’apprécier la gravité de l’incontinence en sévère, modérée ou mineure. Le sphincter artificiel est le traitement de référence des formes sévères. Pour les formes modérées à mineures mal tolérées, un traitement mini-invasif peut être proposé en cas d’échec de la rééducation. Les bandelettes sous-urétrales sont insérées par voie périnéale et transobturatrice, les ballons périuréthraux sont insérés par une voie périnéale et gonflée en plusieurs sessions. Une continence complète est rétablie pour la moitié des patients avec la bandelette et un tiers pour les ballons. Les complications sont plus nombreuses pour les ballons mais dans les deux méthodes le recul à long terme reste à évaluer.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      L’incontinence urinaire d’effort chez l’homme : place des alternatives au sphincter artificiel urinaire

      Summary

      Male stress urinary incontinence is most often the consequence of surgery for localised cancer of the prostate. The mechanism is a deficit of the sphincter and a problem of support. Clinical analysis is based on a questionnaire together with mictional results, a standard questionnaire and the pad-test. The value of the pressure of the urethral sphincter and a verification of the absence of urethral stenosis are checked. This allows for the gravity of the incontinence to be evaluated: severe, moderate or minor. First line treatment for severe forms is an artificial sphincter. For more moderate forms or disabling minor forms, mini-invasive surgery can be proposed if physiotherapy does not work. Suburethral tape is inserted via the perineal and transurethral routes, the periurethral balloons are inserted by perineal route and inflated progressively. Total continence is reestablished for half the patients treated with the tape and a third of those with the balloons. There are many complications with the balloons but the long-term effectiveness of both methods needs to be assessed.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Traitement de la maladie de Lapeyronie

      Résumé

      La maladie de Lapeyronie est une pathologie touchant les hommes d’âge moyen et entraînant à la phase de séquelles des déformations plus ou moins importantes de la verge. L’atteinte de la verge peut être responsable de douleur ou de déformation en érection, altérant la qualité de la vie sexuelle qui peut rendre nécessaire une correction chirurgicale. Une meilleure connaissance de la physiopathologie est nécessaire pour améliorer les modalités de prise en charge ainsi que leur efficacité.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Traitement de la maladie de Lapeyronie

      Summary

      Lapeyronie’s disease occurs mostly in middle age men and consists in pain and bending or arching of the penis during erection. This could negatively impact quality of life. A good knowledge of the physiopathology is necessary to adapt the different treatment modalities.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Editorial Board

      Prog Urol, 2009, 12, 19, ii

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner

    Continuer votre lecture