Accueil > Publications > Progrès FMC > Numéro 2- Volume 19- pp. F35-F78 (Juin 2009)

    Numéro 2- Volume 19- pp. F35-F78 (Juin 2009)

    • Index

      Progrès FMC, 2009, 2, 19, F35

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Prostatectomie radicale cœlioscopique après résection transurétrale de la prostate

      Résumé

      La prostatectomie radicale réalisée après RTUP est une intervention difficile. L’influence de la RTUP sur la morbidité de la prostatectomie reste débattue. La prostatectomie radicale cœlioscopique (PRC) est une intervention couramment réalisée. Quelques études ont montré que la PRC était techniquement possible après RTUP. Une analyse rétrospective de notre base de donnée retrouve pour les patients opérés après PRC, une augmentation de la morbidité (durée opératoire, durée de séjour, taux de complications et de marges positives). Les patients candidats à ce type d’intervention doivent être informés du risque de morbidité plus élevé.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Prostatectomie radicale cœlioscopique après résection transurétrale de la prostate

      Abstract

      The incidence of prostate cancer after transurethral résection of the prostate (TURP) in the first 7 years after intervention is approximately 4 %. Historically radical retropubic prostatectomy (RRP) after previous TURP was associated with increased intraoperative and postoperative morbidity. Currently the effect of previous TURP on outcomes after RRP is still controversial. The laparoscopic radical prostatectomy (LRP) is becoming a more commonly performed procedure for the primary treatment of localized prostate cancer. Some studies noted that LRP is feasible after TURP. In a retrospective review of our database, we report that patients with a history of transurethral prostate résection who undergo laparoscopic radical prostatectomy have worse outcomes with respect to operative time, length of stay, positive margin rate and overall complication rate. This subset of patients should be made aware of these potential risks before undergoing laparoscopic radical prostatectomy.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Laser prostate : principes et présentation du matériel : Partie II. La pratique

      Résumé

      Après avoir exposé les principes théoriques du laser dans l’HBP, cette seconde partie adopte une approche beaucoup plus pragmatique qui vise à familiariser l’utilisation des principaux lasers disponibles sur le marché français. Le fonctionnement des différents dispositifs médicaux est présenté dans le détail en insistant sur les fiches techniques et sans oublier les accessoires parfois indispensables. Seront décrits successivement le Greenlight d’AMS, le Revolix™ de Lisa, le Versapulse de Lumenis.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Laser prostate : principes et présentation du matériel : Partie II. La pratique

      Abstract

      Having already exposed the theoretical principles of laser treatment of BPH, this second part adopts a much more pragmatic approach, aiming to familiarize readers with the use of the main lasers available on the French market. The functioning of different medical equipment is presented in detail, with special attention given to technical aspects as well as accessories which are sometimes essential. We look at the Greenlight from AMS, the LISA Revolix™, and the Lumenis VersaPulse.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Ballons ACT™/Pro-ACT™ (Medtronic, Etats-Unis) : technique et indications

      Résumé

      Les prothèses sphinctériennes ACT™ et Pro-ACT™ sont en cours de développement clinique en France et à l’international. Indiquées respectivement pour le traitement de l’incontinence urinaire par insuffisance sphinctérienne chez la femme et chez l’homme, elles sont similaires et faites de deux ballons en silicone ajustables en volume grâce à un port placé sous la peau. Ces ballons sont implantés de part et d’autre du sphincter strié urétral pour assurer une compression passive de l’urètre et un renforcement de la continence à l’effort. Le matériel, la technique opératoire et les principales indications et résultats sont revus. Au moment où l’accès à l’implantation par l’ensemble de la communauté urologique devrait se faire dans les mois ou années à venir, il paraît opportun de comprendre la technique opératoire d’implantation d’un dispositif médical implantable innovant dans son principe et son caractère mini invasif.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Ballons ACT™/Pro-ACT™ (Medtronic, Etats-Unis) : technique et indications

      Abstract

      ACT and Pro ACT sphincteric prosthesis are under clinical development in France and worldwide. These implantable devices are indicated for stress urinary incontinence in both sexes and for neurogenic patients. The prosthesis is made of two silicon balloons which are adjustable through a port subcutaneously accessible. Balloons are placed on each side of urethra at the level of striated sphincter and are made to insure compression of urethra and to reinforce stress continence. The material, the operative technique are reviewed as main results and indications. Waiting for a full access to this therapy for all French urologists within a few months and/or years, it was of great interest to discuss feasibility and morbidity of the technique.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Anesthésie du blessé médullaire en chirurgie urologique

      Résumé

      Les troubles vésico-sphinctériens sont quasi constants après lésion médullaire. Le but de la prise en charge urologique est de réduire la morbidité uro-néphrologique et d’améliorer la qualité de vie des patients. Elle fait appel à l’endoscopie diagnostique et thérapeutique, à la chirurgie de reconstruction ou de dérivation urinaire par voie ouverte ou cœlioscopique. Les spécificités de la physiologie circulatoire et ventilatoire des blessés médullaires justifient une prise en charge anesthésique adaptée y compris en l’absence de sensibilité dans la région opérée. Le risque principal est l’hyperréflexie autonome (HRA) dont les conséquences peuvent engager le pronostic vital. D’autres spécificités comme la spasticité, le transit ralenti, la fragilité cutanée doivent également être prises en compte. Tous les types d’anesthésie sont utilisables avec un avantage à l’anesthésie locorégionale spinale lorsqu’elle est possible. Le choix sera fonction du niveau lésionnel et de sa complétude, du type de chirurgie, des antécédents d’HRA et de la préférence du patient.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Anesthésie du blessé médullaire en chirurgie urologique

      Abstract

      Voiding dysfunctions are almost always present after a spinal cord injury. The aim of the urologic management is to avoid upper urinary tract damage and to improve patients’ quality of life. Although sensibility may be absent of the surgical field, specific circulatory and respiratory changes due to the spinal lesion deserved an adapted anaesthesiology management. Autonomic dysreflexia represents a major risk since consequences may be life threatening. Spasticity, impaired bowel motility, skin fragility need also to be taken in count. All types of anesthesia (local, loco-regional and general) are feasible but spinal anaesthesia presents appealing advantages when possible. The choice of a technique is primarily made upon the level and completeness of injury, the type of surgery, the presence of autonomic dysreflexia history and the patient’s preference.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Dix conseils pour préserver son urétérorénoscope souple

      Résumé

      Les urétérorénoscopes souples (URS) sont des outils fragiles qu’il faut manipuler avec beaucoup de soin et d’attention. Cette grande fragilité est mise en avant pour expliquer le frein au développement de la technique, particulièrement dans les pays où l’acte d’URS n’est pas reconnu et donc pas ou mal remboursé. Pourtant ces limitations décrites dès 2000 par l’équipe de Clayman concernent des URS souples dits « d’ancienne génération », qui aujourd’hui ne sont plus commercialisés. Les récentes évaluations cliniques des URS souples de « nouvelle génération » tendent à montrer qu’ils permettent de réaliser chacun en moyenne une cinquantaine d’interventions.

      Nous décrivons ici dix conseils essentiels pour préserver son URS souple. Ces conseils pratiques sont le fruit de dix années d’expérience clinique de la technique à l’hôpital Tenon.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Dix conseils pour préserver son urétérorénoscope souple

      Abstract

      Flexible ureterorenoscopes are delicate tools which must be used with care and attention. The extreme fragility of flexible ureterorenoscopes has always been underlined to explain why the development of the technique has been slow, especially in countries where the ureterorenoscopy is not well-known and thus not reimbursed, or only partially. This notion of extreme fragility was reported in 2000 by Clayman et al. but concerned last generation flexible URSs, i.e. flexible URSs which now are no longer on the market. Clinical evaluations of flexible URSs of the “new generation” are totally different and nowadays it is estimated that a new generation URS can be used to carry out an average of fifty interventions.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Cancers du pénis et du testicule

      Progrès FMC, 2009, 2, 19, F76

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner

    Continuer votre lecture