news

 
 

PUBLICATION SCIENTIFIQUE

 

CURAGE GANGLIONNAIRE DE RATTRAPAGE : QUEL INTERET EN CAS DE RECIDIVE LOCALE DU CANCER DE PROSTATE ?

Quel intérêt y a-t-il à réaliser un curage ganglionnaire de rattrapage en cas de récidive ganglionnaire isolée après un traitement local du cancer prostatique ? Dans une publication parue en octobre dernier dans la revue European urology, le Dr Guillaume Ploussard fait une analyse pertinente des différents postulats avancés dans la littérature.

Existe-t-il réellement un bénéfice clinique dans le curage ganglionnaire de rattrapage, après un traitement local du cancer de prostate, en cas de récidive ganglionnaire sans métastase ? Alors que plusieurs études sur le sujet ont été publiées ces dernières années, le Dr Guillaume Ploussard, membre du CCAFU prostate, a souhaité « faire le point sur toutes les publications qui concernent cette pathologie relativement rare, dans un contexte expérimental international limité, afin d’aboutir à un niveau de preuve plus important »(1).

Une chirurgie réalisable sans complication fréquente ou grave

En pratique, Guillaume Ploussard a effectué une revue systématique de la littérature, de janvier 2000 à août 2018, à partir des bases de données PubMed, Web of Sciences et Embase, conforme aux lignes directrices PRISMA relatives aux revues systématiques et méta-analyses(2).
Pour le moment, le retour d’expérience de cette chirurgie reste modeste avec un suivi court et des résultats très variables selon les études. Pour autant, « nous avons mis en évidence qu’il s’agissait d’une chirurgie réalisable, sûre et sans risque pour le patient. Toutefois, nous ne sommes toujours pas certains de son impact positif en termes de rémission à l’heure actuelle »(1).

Un ralentissement de l’évolution de la maladie

Le chirurgien, qui espère monter une étude de phase II sur le curage de rattrapage avec le comité de cancérologie de l’AFU, a montré que cette chirurgie avait un effet biologique sur l’évolution de la maladie dans près de la moitié des cas, mais qu’il y avait, malgré tout, des récidives assez fréquentes quelques temps après. « Un traitement complémentaire, soit par radiothérapie soit par hormonothérapie est nécessaire. En outre, nous n’avons pas pu mettre en évidence de bénéfice en termes de survie spécifique, par contre l’intérêt réside dans le fait de pouvoir retarder les traitements palliatifs du cancer ».

D’autres études en cours

Bien que les données ne soient pas encore disponibles, d’autres études en cours, notamment randomisées, permettront sans doute de démontrer s’il existe un vrai bénéfice à réaliser cette chirurgie. « Deux situations sont comparées actuellement : l’absence d’une prise en charge chirurgicale ou radiothérapique de la récidive ganglionnaire versus la réalisation du curage ganglionnaire de rattrapage », précise Guillaume Ploussard qui constate que le diagnostic de cette tumeur devient de plus en plus précoce grâce aux évolutions de l’imagerie métabolique.
« La majorité des études avait été faite avec des TEP-scan à la choline(3). Désormais, on va en avoir de plus en plus avec le 68 Ga-PSMA qui est plus sensible, plus spécifique. Il permettra sûrement de mieux sélectionner les patients pour ce type de chirurgie »(4).

 

Références :

  1. Guillaume P, et al. Salvage Lymph Node Dissection for Nodal Recurrent Prostate Cancer: A Systematic Review. European Urology, octobre 2019. Volume 76, Issue 4, 493 – 504. DOI: https://doi.org/10.1016/j.eururo.2018.10.041.
     
  2. Moher D, et al. Preferred reporting items for systematic reviews and meta-analyses: the PRISMA statement. PLoS Med. 2009 Jul 21;6(7):e1000097. DOI: 10.1371/journal.pmed.1000097. Epub 2009 Jul 21.
     
  3. Passoni NM, Suardi N, Abdollah F, et al. Utility of [11C]choline PET/ CT in guiding lesion-targeted salvage therapies in patients with prostate cancer recurrence localized to a single lymph node at imaging: results from a pathologically validated series. DOI: 10.1016/j.urolonc.2013.03.006.
     
  4. Jilg CA, Drendel V, Rischke HC, et al. Diagnostic accuracy of Ga-68- HBED-CC-PSMA-ligand-PET/CT before salvage lymph node dissec- tion for recurrent prostate cancer. Theranostics 2017;7:1770–80. DOI: 10.7150/thno.18421.

 

 

Retour à la newsletter

 
 
 

www.urofrance.org

Retrouvez nous sur  

 
 

Communication de l'Association française d'urologie
Directeurs de la publication : Dr Christian Castagnola et Dr Richard Mallet
Conception et rédaction : Planète Med - Design : Luciole - Photo : DR, Thinkstock
Newsletter confidentielle destinée aux urologues adhérents de l'AFU. Tous droits réservés.

 

Vous recevez cette information en raison de vos activités professionnelles. Conformément à la loi "Informatique et Libertés", vous disposez d’un droit d’accès et de rectification pour toute information vous concernant, en nous contactant par téléphone ou email. Pour ne plus recevoir d’informations de notre part, veuillez le signaler à contact@urofrance.org.