news

 
 

ENTRE NOUS

 

LES ELECTIONS DU PROCHAIN CA : RETOUR D’EXPERIENCE

Le Dr Pierre Gimel (Perpignan) fait partie du conseil d’administration de l’AFU, sous la présidence du Pr Thierry Lebret. Après un mandat riche en rencontres et projets passionnants, il revient sur son expérience, et encourage tous les nouveaux membres de l’AFU à se lancer dans cette aventure certes chronophage mais enrichissante au point de vue scientifique et humain.

Urologue en secteur libéral à Perpignan, Pierre Gimel a toujours été « élevé » au plus près de l’AFU, lui qui a auparavant été formé durant son internat par le Pr Mangin, ancien président de l’association. Depuis la création d’applications jusqu’au mandat de 3 ans au sein du CA de l’AFU, en passant par le rôle de responsable du site Urofrance, il s’estime comblé d’avoir pu contribuer à ce qu’il considère comme « le train en marche » qu’il ne faut pas hésiter à prendre. 

Une réelle aventure hu maine et scientifique

 « Cela s’est fait de manière naturelle, au gré des rencontres. J’ai eu un premier contact avec l’AFU à travers les applications que j’avais fait développer et offert à l’association (iRein™ et iProstate™), puis j'ai été élu au CA de l'AFU, et le conseil m'a confié un rôle pour le site urofrance, que j’ai accepté spontanément. » Il estime que ce don de soi est tout à fait légitime pour une association « dynamique, et qui donne beaucoup pour nous ». 
« L’AFU est une association forte en France, ce qui nous permet à nous praticiens une qualité de vie agréable dans notre pays. Elle est efficace, avec des actions concrètes, qui sont votées au travers de missions lors du CA, et débriefées 6 semaines plus tard avec des comptes rendus ». 
Un conseil qui rassemble des urologues venant de tous les types d’institution, mais où « tout le monde a son mot à dire, son idée à proposer, sans hiérarchie aucune entre les divers membres du CA ». Et un CA qui rassemble également toutes les générations : « Il ne faut pas croire que le CA de l’AFU est inaccessible quand on est jeune, et uniquement réservé aux plus vieux ou aux professeurs ». Pour lui, ce sont aussi les jeunes qui peuvent apporter de nouvelles idées, nécessaires à faire avancer la spécialité. 

Motivation et passion, deux principes essentiels

« C’est une aventure humaine, où l’on rencontre uniquement des gens passionnés par l’urologie, et motivés pour faire avancer le système ». Entre la défense de l’urologie française auprès des instances, puis au niveau international mais également vis-à-vis des autres spécialités frontières, le travail de l’association est pour lui « tentaculaire ». « Ce qui est le plus agréable, c’est que cela nous permet de rester motivé à faire notre travail. C’est une véritable bouffée d’oxygène, qui nous change les idées et nous apporte une autre vision de l’urologie, surtout lorsque, en libéral, l’activité nous semble parfois répétitive. » 
Quant à la charge de travail, il estime qu’entre une réunion toutes les 6 semaines, et un séminaire annuel de 3 jours, tout est une « question de volonté, et que tout est faisable ». 

Un dernier mot ? « Les jeunes doivent être rassurés, il y a de la place pour tout le monde dans ce CA, et en plus d’être très abordable, c’est plus qu’agréable ! »
N’hésitez plus !
 

 

Retour à la newsletter

 
 
 

www.urofrance.org

Retrouvez nous sur  

 
 

Communication de l'Association française d'urologie
Directeurs de la publication : Dr Christian Castagnola et Dr Richard Mallet
Conception et rédaction : Planète Med - Design : Luciole - Photo : DR, Thinkstock
Newsletter confidentielle destinée aux urologues adhérents de l'AFU. Tous droits réservés.

 

Vous recevez cette information en raison de vos activités professionnelles. Conformément à la loi "Informatique et Libertés", vous disposez d’un droit d’accès et de rectification pour toute information vous concernant, en nous contactant par téléphone ou email. Pour ne plus recevoir d’informations de notre part, veuillez le signaler à contact@urofrance.org.