news

 
 

FORMATION

 

EXISTE-T-IL UNE ATTENTE DE FORMATION DE L’INTERNE EN CHIRURGIE ROBOTIQUE ? 

En 2014, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) a révélé 30 évènements indésirables pour 1700 interventions robot. L’AFUF a voulu évaluer l’importance du rôle de l’aide opératoire dans cette chirurgie à travers le prisme des internes et CCA, et s’il existait pour eux une attente de formation à ce sujet. 

La fin des années 90 a vu se développer la chirurgie robotique, évolution de la coeliochirurgie. L’aide opératoire est crucial dans cette chirurgie, et il n’existe à ce jour aucune formation spécifique pour ces derniers, s’agissant des internes en milieu hospitalier.
Présentée lors du dernier CFU, une enquête a été réalisée auprès des membres de l’AFUF sur le sujet afin de dresser une liste des savoir-faire et habilités à acquérir par un aide opératoire. 

Une enquête nationale à travers la mailing-list de l’AFUF

« Une étude descriptive multicentrique a donc été réalisée avec un questionnaire élaboré en concertation. Tous les membres de l’AFUF ont reçu ce questionnaire détaillé par l’intermédiaire de la mailing-list », précise François Lagrange (Nancy), un des investigateurs de l’étude. Plusieurs aspects étaient abordés, comme la description des participants, de leurs centres, de leurs formations et de leurs expériences en chirurgie robotique. Les problèmes concrets rencontrés lors d’interventions étaient également abordés. 
« Nous avons voulu faire cette enquête en réponse aux « résolutions » de l’Académie Nationale de Chirurgie émises suite à l’enquête de l’ASNM, comprenant une formation obligatoire des autres membres de l’équipe »(1).

Des résultats surprenants
 
Au total, 86 personnes ont répondu à ce questionnaire, dont 20 CCA. Elles avaient en moyenne validé 4 semestres d’urologie. 
Concernant l’entrainement coelioscopique sur simulateur, seuls 63 avaient pu en bénéficier, sur Pelvitrainer, Simbionix, ou tout autre support. Autre fait intéressant, 34 % des centres possédaient une double console, afin de permettre la formation des internes et jeunes chefs. 
La notion de non-accompagnement était fortement ressentie, avec une absence de seniorisation de l’aide opératoire pour plus de 94 % des participants. « Ces résultats permettent de révéler ce que les internes souhaitent quant à l’accompagnement et la formation pour l’activité robotique. 94 % d’entre eux considèrent en effet cette formation indispensable afin de se sentir à l’aise comme aide opératoire », appuie François Lagrange.

Il existe donc une attente forte au développement d’une formation d’aide opératoire en chirurgie robotique des membres de l’AFUF, qui devrait s’intégrer dans une formation de l’ensemble de l’équipe. 

Références :

  1. http://www.academie-chirurgie.fr/recomm/formation_pratique_robots2015.pdf 

Retour à la newsletter

 
 

www.urofrance.org

Retrouvez nous sur  

 

Communication de l'Association française d'urologie
Directeurs de la publication : Dr Christian Castagnola et Dr Richard Mallet
Conception et rédaction : Planète Med - Design : Luciole - Photo : DR, Thinkstock
Newsletter confidentielle destinée aux urologues adhérents de l'AFU. Tous droits réservés.

Vous recevez cette information en raison de vos activités professionnelles. Conformément à la loi "Informatique et Libertés", vous disposez d’un droit d’accès et de rectification pour toute information vous concernant, en nous contactant par téléphone ou email. Pour ne plus recevoir d’informations de notre part, veuillez le signaler à contact@urofrance.org.