news

 
 

ECHOS DES CONGRES

 
L’IMMUNOTHERAPIE DANS LES CANCERS UROTHELIAUX

L’immunothérapie permet de cibler un phénomène physiologique, celui de l’activation du système immunitaire face aux agressions telles que le développement de cellules cancéreuses. Le point en urologie sur les dernières études et les nouveautés présentées lors du dernier Congrès de l’AFU par le Pr Yann Neuzillet (Foch, Paris).

L’année 2018 a été riche pour l’immunothérapie, avec un prix Nobel de Médecine attribué à Allison et Honjo pour leurs travaux sur l’inhibition de la régulation immunitaire négative. En urologie, de nombreuses études ont été publiées concernant les cancers urothéliaux. Le résumé après les nombreuses présentations de ce congrès :

L’immunothérapie dans les stades avancées

« Le cancer de la vessie reste une pathologie hétérogène, allant de la petite tumeur localisée non infiltrant jusqu’au cancer métastatique, en passant par la récidive agressive.
Concernant les patients métastatiques, il existe une période où ces derniers deviennent réfractaires à la chimiothérapie, diminuant drastiquement leur espérance de vie. »

De nombreuses études de phase I et II ont été mises en place pour le Pembrolizumab et l’Atézolizumab, avec des résultats surprenants sur la survie globale, permettant de passer à des phases III. Ces dernières n’ont retrouvé des résultats positifs que pour le Pembrolizumab1. « Le principal problème de l’étude de phase III de l’Atézolizumab était avant tout un défaut dans sa méthodologie » souligne Yann Neuzillet.
Les résultats montraient une réponse objective pour 28,6% des patients sous Pembrolizumab, avec un niveau de preuve suffisant pour en faire un traitement de référence. Malheureusement la Haute Autorité de Santé refuse pour l’instant le remboursement.
D’autres études sont également en cours pour le traitement en première ligne des cancers métastasés, avec des résultats préliminaires, notamment l’étude CHECKMATE 901, montrant un taux de réponse de 55% pour des patients sélectionnés (avec un marqueur tumoral)2.

L’immunothérapie en adjuvant et néo-adjuvant pour les stades localisés

L’immunothérapie agissant à tous les stades de la maladie, des essais sont réalisés en adjuvant (Checkmate 274, iMVigor010, fermée aux inclusions) mais également en néo adjuvant ; par exemple avec PURE 013 qui montre 42% de disparition de la tumeur avant chirurgie, et jusqu’à plus de 50% chez les patients avec une forte expression du récepteur.

Des résultats encourageants pour l’immunothérapie, qui est donc appelée à devenir l’un des traitements de référence dans les prochaines années en onco-urologie.

Références :

  1. Del Alba G, A., Velasco G, Lainez N, Maroto P, Morales-Barrera R, Muñoz-Langa J et al. SEOM Clinical Guideline for Treatment of Muscle-Invasive and Metastatic Urothelial Bladder Cancer. Clinical & Translational Oncology: Official Publication of the Federation of Spanish Oncology Societies and of the National Cancer Institute of Mexico, December 18, 2018. 
  2. Galsky MD, Powles T, Li S, Hennicken D, Sonpavde G. A Phase 3, Open-label, Randomized Study of Nivolumab Combined With Ipilimumab, or With Standard of Care Chemotherapy, Versus Standard of Care Chemotherapy in Participants With Previously Untreated Unresectable or Metastatic Urothelial Carcinoma. Journal of clinical oncology (en cours).
  3. Necchi A, Anichini A, Raggi D, Briganti A, Massa S, Lucianò R et al. Pembrolizumab as Neoadjuvant Therapy Before Radical Cystectomy in Patients With Muscle-Invasive Urothelial Bladder Carcinoma (PURE-01): An Open-Label, Single-Arm, Phase II Study. Journal of Clinical Oncology: Official Journal of the American Society of Clinical Oncology, October 20, 2018, JCO1801148.
     

Retour à la newsletter

 
 
 

www.urofrance.org

Retrouvez nous sur  

 
 

Communication de l'Association française d'urologie
Directeurs de la publication : Dr Christian Castagnola et Dr Richard Mallet
Conception et rédaction : Planète Med - Design : Luciole - Photo : DR, Thinkstock
Newsletter confidentielle destinée aux urologues adhérents de l'AFU. Tous droits réservés.

 

Vous recevez cette information en raison de vos activités professionnelles. Conformément à la loi "Informatique et Libertés", vous disposez d’un droit d’accès et de rectification pour toute information vous concernant, en nous contactant par téléphone ou email. Pour ne plus recevoir d’informations de notre part, veuillez le signaler à contact@urofrance.org.