Validation en médecine générale d’un score visuel prostatique en images (SVPI), dans l’évaluation des symptômes du bas appareil urinaire (SBAU) associés à une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP)

19 novembre 2014 - 3:15pm

Thème: 
Hypertrophie bénigne de la prostate
Référence: 
O-011

Objectifs
Valider, en médecine générale, l’utilisation d’un SVPI dans la détermination et le suivi de la sévérité des SBAU associés à une HBP. Ce score, échelonné de 0 à 24 points, comporte cinq questions illustrées par des pictogrammes (Fig. 1)

Méthodes
Étude prospective réalisée par 547 médecins généralistes auprès de 1359 patients (âge 69,1 ± 6,4 ans), traités pour des SBAU associés à une HBP depuis 3,6 ans en moyenne, chez qui une mesure simultanée des scores SVPI et IPSS et ont été effectuées, à l’inclusion puis 1 à 3 mois après mise en route d’un traitement par ?-bloquant.

Résultats
À l’inclusion, les médianes du score IPSS et SVPI étaient de 17 [9–34] et 14 [6–24] respectivement et ont diminué significativement après 1 à 3 mois de traitement par ?-bloquant à 10 [0–27] et 8 [0–24] respectivement (p < 0,0001). Le test de cohérence interne du SVPI était de 0,74 (coefficient de Cronbach) à l’inclusion. Le SVPI total était significativement corrélé à l’IPSS total, de même que les sous-scores irritatifs, obstructifs et la qualité de vie évalués sur les pictogrammes correspondants (Tableau 1). 64,6 % des médecins ont trouvé le score plus facile ou franchement plus facile à comprendre pour les patients et 92,9 % souhaitaient continuer à l’utiliser.

Conclusion
Sur une large cohorte suivie en médecine générale, le SVPI s’est avéré étroitement corrélé à l’IPSS et facile d’utilisation, soulignant son intérêt potentiel dans l’évaluation et le suivi des SBAU associés à l’HBP. Toutefois, l’analyse des sous-scores, montre une moins bonne corrélation pour les symptômes obstructifs qui méritera une analyse complémentaire en pratique urologique en vue d’une validation éventuelle.