Uréthrocystoscopie mictionnelle : une nouvelle méthode d’analyse de l’obstruction sous-vésicale

21 novembre 2014 - 3:15pm

Thème: 
Hypertrophie bénigne de la prostate
Référence: 
V-023

Objectifs
L’uréthrocystoscopie mictionnelle a pour but d’étudier la dynamique du col vésical et de la prostate durant la miction, afin de documenter la nature de l’obstruction et de la classer en différentes catégories. Le but de cette étude était de décrire le principe de réalisation de cet examen d’en présenter la faisabilité et les résultats sur une cohorte prospective de 192 patients.

Méthodes
Les examens ont été réalisés par un seul opérateur, sous anesthésie locale, au fibroscope Ch16, chez des patients ayant des symptômes évocateurs d’une obstruction sous-vésicale. Les patients étaient informés au préalable du déroulement de la procédure : fibroscopie passive habituelle, exploration de la vessie, rétrovision du col, puis un ordre de miction (après un remplissage de la vessie de maximum 500 cm3), le fibroscope étant placé en regard du sphincter externe. Le résultat était classé comme succès lorsque le patient arrivait à uriner, et comme échec sinon. Les succès étaient divisés plusieurs catégories selon les mouvements des lobes prostatiques observés durant la miction (Tableau 1).

Résultats
Sur 192 examens, 161 succès (84 %) ont été constatés avec les détails suivants :10 cas non obstrués, 25 cas intermédiaires, et 126 cas obstrués, dont 38 sans ouverture des lobes latéraux (type IA), 47 avec ouverture partielle de l’apex des lobes (type IB), 31 avec clapet par lèvre postérieure (type IIA), et 10 avec lobe médian mobile (type IIB). La vidéo illustre les 5 situations retrouvées lors d’une fibroscopie mictionnelle. Les seules complications notées étaient trois cas d’infections urinaires ayant nécessité une antibiothérapie.

Conclusion
L’uréthrocystoscopie mictionnelle permet une analyse dynamique de l’obstruction sous-vésicale et permet de la classifier. Cet examen est facilement réalisable, peu morbide et ouvre la voie d’une approche thérapeutique par une chirurgie partielle et élective de l’hyperplasie bénigne de la prostate par une chirurgie ne portant que sur l’obstruction sous-vésicale.