Résultats fonctionnels à long terme des entérocystoplasties d’agrandissement chez les patients spina bifida : expérience monocentrique au sein d’une équipe multidisciplinaire

20 novembre 2014 - 3:45pm

Thème: 
Neuro-urologie et autres troubles mictionnels
Référence: 
O-101

Objectifs
L’entérocystoplastie d’agrandissement (EA) a pour but de protéger le haut appareil urinaire et améliorer le confort mictionnel des patients ayant une vessie neurologique. Peu de données existent sur le suivi à long terme des patients spina bifida, opérés d’une EA à l’âge adulte. Le but de notre travail était de rapporter les résultats fonctionnels de l’EA chez les patients spina bifida.

Méthodes
Les patients spina bifida, opérés d’une EA de 1988 à 2008 ont été évalués de manière rétrospective. Les données suivantes ont été recueillies : mode mictionnel préopératoire, bilan urodynamique initial et postopératoire, association d’un geste de continence, complications postopératoires précoces et tardives, continence postopératoire, fonction rénale. Les patients étaient revus à 3 et 6 mois postopératoires puis annuellement. Une évaluation subjective de la qualité de vie a été effectuée systématiquement en consultation en demandant aux patients s’ils se jugeaient stables, améliorés ou dégradés par rapport à avant l’intervention.

Résultats
Au total, 36 patients, d’âge moyen 20,2 ans (IQR 17,1–25,6) ont été inclus. Le suivi médian était de 10,1 ans (IQR 3,51–18,12). Les caractéristiques préopératoires des patients ont été présentées dans le Tableau 1. Aucune complication peropératoire n’a été rapportée. Les résultats fonctionnels ont été présentés dans le Tableau 2. Deux patients ont eu des lithiases vésicales, 7 des infections urinaires symptomatiques, 9 des troubles du transit de novo. Un patient n’était pas satisfait de la chirurgie. Un patient a eu une dérivation urinaire cutanée continente par la suite. Deux patients ont eu des sondes JJ pour pyélonéphrite. À distance aucun cancer, ou perforation de la néovessie n’était retrouvé. Au terme du suivi, 61,1 % des patents étaient totalement continents avec les autosondages intermittents.

Conclusion
Chez les patients spina bifida, l’EA a permis d’améliorer la continence et la protection du haut appareil urinaire à long terme au prix de complications acceptables. De plus, elle a permis une amélioration de la qualité de vie qui devra être confirmée par des échelles validées.