Plaies rénales par arme blanche : y-a-t-il une indication au traitement conservateur ? (à propos de 24 cas)

20 novembre 2014 - 3:15pm

Thème: 
Traumatologie
Référence: 
O-092

Objectifs
Mettre en exergue les indications du traitement conservateur et chirurgical dans la prise en charge des plaies rénales par arme blanche.

Méthodes
Étude rétrospective de 24 cas colligés sur une période de 10 ans (janvier 2004 et décembre 2013). Nous avons étudié les signes cliniques et biologiques à l’admission (pression artérielle, hémoglobine, hématocrite, créatinine), les résultats de l’échographie abdominale et de l’uroscanner, les lésions associées, le traitement et les complications.

Résultats
L’âge moyen était de 25 ans (14–50 ans). Le siège de la plaie : la fosse lombaire gauche (17 cas), lombaire droite (6 cas) et le flanc gauche (1 cas). Selon la classification de l’American Association of the Surgery Trauma, les lésions rénales ont été classées grade I (3 cas), grade II (5 cas), grade III (8 cas), grade IV (5 cas) et grade V (3 cas). Seize patients ont eu un traitement conservateur. Montée de sonde double J pour une fuite urinaire dans 3 cas. Une néphrectomie d’hémostase était nécessaire dans 5 cas : grade IV (2 cas) et grade V (3 cas). La durée moyenne d’hospitalisation : 12 jours (6–33 jours).

Conclusion
Les moyens de drainage endourologique, associés à une réanimation adéquate et une surveillance armée, ont permis de limiter les complications et de minimiser le recours à la chirurgie chez des patients stables et bien sélectionnés. Le grade V est une indication chirurgicale.