Néphrectomie partielle du transplant rénal : étude multicentrique

21 novembre 2014 - 3:30pm

Thème: 
Insuffisance rénale et transplantation
Référence: 
O-152

Objectifs
Étudier les résultats des néphrectomies partielles du greffon rénale (NPGR) pour tumeur rénale de novo.

Méthodes
Étude rétrospective nationale, multicentrique. Les données ont été recueillies dans 32 centres de transplantation français. De janvier 1988 à avril 2012, les patients traités pour tumeur rénale d’un greffon fonctionnel ont été inclus. Soixante-dix -neuf tumeurs de novo du greffon rénal ont été diagnostiquées.

Résultats
43 patients ont eu une NPGR. Le temps moyen entre la transplantation et le diagnostic de la tumeur était de 142,6 mois (12,2 à 300). Quinze tumeurs étaient des carcinomes à cellules claires (34,9 %), vingt-cinq (58,1 %) des carcinomes papillaires. Respectivement 10 (24,4 %), 24 (58,3 %) et 8 (19,5 %) tumeurs étaient Fuhrman grade 1, 2 et 3. Neuf patients ont eu des complications post-opératoires (20,9 %) dont 4 nécessitant une intervention chirurgicale (Clavien IIIb) et sans retour en dialyse dans les suites de la NPGR. Toutes les marges chirurgicales étaient négatives avec un diamètre moyen de 26 mm. La durée moyenne de suivi était de 29,6 mois (0,65 - 100,6) et 41 patients avaient un greffon rénal fonctionnel, sans dialyse et sans complications à long terme.

Conclusion
La NPGR est une indication sûre et appropriée pour toutes les petites tumeurs du rein transplanté avec des résultats fonctionnels et oncologiques très bons à long terme évitant aux patients un retour en dialyse.