Marges chirurgicales positives après cystectomie totale : une issue fatale ?

20 novembre 2014 - 11:45am

Thème: 
Tumeurs de la vessie
Référence: 
O-050

Objectifs
L’objectif de notre étude était de confirmer le caractère péjoratif sur la survie sans récidive et spécifique de la présence de marges chirurgicales positives après cystectomie totale pour une tumeur de vessie infiltrant le muscle. De plus, nous avons voulu évaluer l’impact de la localisation des marges sur le devenir des patients.

Méthodes
Nous avons inclus dans l’étude 701 patients ayant bénéficié d’une cystectomie totale pour tumeur de vessie n’infiltrant pas le muscle entre 1995 et 2012. Les marges chirurgicales positives étaient définies comme la présence de cellules cancéreuses au niveau de la limite de résection de la pièce opératoire. Des modèles de régression de Cox uni- et multivariées ont permis d’évaluer l’impact de la présence de marges chirurgicales positives et de leur localisation sur la survenue d’une récidive tumorale et d’une mortalité spécifique.

Résultats
Parmi 701 patients, 29 avaient des marges chirurgicales positives (4,1 %) de localisation d’abord postérieure (n = 12, 41 %) puis latérale (n = 9, 31 %), antérieure (n = 8, 28 %). Sept patients (24 %) présentaient des marges multifocales. En analyse univariée, la présence de marges était associée à un stade tumoral plus élevé (pT4) et un envahissement ganglionnaire (p < 0,01). En cas de marges chirurgicales, le risque de survenue d’une récidive tumorale (RR : 4,2 (IC 95 % [2,6–6,8], p < 0,05)) et d’une mortalité spécifique (RR : 5,1 (IC 95 % [3,0–8,6], p < 0,05)) étaient augmentés. En analyse multivariée, ajustant sur l’effet de facteurs cliniques et anatomo-pathologiques connus, la présence de marges chirurgicales positives est un facteur prédictif indépendant de récidive et de mortalité spécifique mais la localisation et la multifocalité des marges chirurgicales n’avaient pas d’impact pronostique.

Conclusion
Notre étude a confirmé l’impact pronostique péjoratif de la présence de marges chirurgicales positives sur la survie sans récidive et la survie spécifique des patients traités par cystectomie totale pour une tumeur de vessie n’infiltrant pas le muscle.