L’examen andrologique en association avec un spermogramme chez les hommes infertiles : une perte de temps ?

21 novembre 2014 - 3:45pm

Thème: 
Andrologie
Référence: 
O-169

Objectifs
Préciser la fréquence des anomalies à l’examen clinique des hommes consultant pour infertilité masculine, et les orientations étiologiques apportées par l’examen clinique.

Méthodes
Cohorte rétrospective de 1672 patients venus consulter dans notre centre pour infertilité masculine entre 2000 et 2004. La consultation andrologique comportait un interrogatoire et un examen clinique suivant une grille standardisée. Les analyses de sperme ont été faites dans le même laboratoire et seul le premier échantillon de sperme a été pris en compte. Nous avons également étudié la relation entre l’examen andrologique et l’examen de sperme par analyse factorielle des correspondantes multiples, arbre de régression et régression polytomique.

Résultats
Sur les 1672 hommes, au moins 85 % présentaient une anomalie à l’examen andrologique ; 21 % présentaient un antécédent d’infection urogénitale, 13 % un antécédent de cryptorchidie, 9 % un antécédent chirurgical et 4 % un antécédent de traumatisme testiculaire ; 23 % avaient une évaluation anormale des épididymes, 22 % une varicocèle, 20 % une évaluation anormale du scrotum et 4 % une anomalie des canaux déférents. L’oligospermie était principalement liée à un antécédent de cryptorchidie ou à la présence d’une varicocèle alors que l’azoospermie était uniquement associée à une évaluation épididymaire anormale. Les hommes présentant une évaluation anormale des volumes testiculaires quelle que soit l’évaluation des canaux déférents avaient un risque accru d’oligospermie ou d’azoospermie.

Conclusion
Une évaluation clinique standardisée (antécédents et examen) de l’homme permet souvent de poser un diagnostic étiologique aux anomalies spermatiques et permet ainsi de mettre en place la prise en charge la plus appropriée à l’homme et au couple infécond.