Impact pronostique de l’indice de masse corporelle sur le devenir oncologique des patients atteints d’une tumeur de vessie infiltrant le muscle traités par cystectomie totale

20 novembre 2014 - 10:45am

Thème: 
Tumeurs de la vessie
Référence: 
O-045

Objectifs
Évaluation de l’impact de l’indice de masse corporelle (IMC) sur l’agressivité des tumeurs de vessie (TV) et la survenue d’une récidive tumorale et d’un décès lié à la TV.

Méthodes
Les données étaient collectées à partir de données de 701 patients traités par cystectomie associée à une lymphadenectomie pelvienne pour une tumeur de vessie infiltrant le muscle. Les effets de l’IMC sur la récidive tumorale, la mortalité spécifique et globale ont été analysés à l’aide de modèles uni- et multivariés (regression de Cox) en identifiant 3 groupes d’IMC (< 25 ; 25–29 vs ≥ 30 kg/m2).

Résultats
Parmi les 701 patients, 275 (39,2 %) avaient un IMC normal, 280 (39,9 %) étaient en surpoids (IMC = 25–30) et 146 (20,8 %) étaient obèses au moment de la chirurgie (IMC > 30). Avec un suivi moyen de 44 mois (écart interquartile 23–73), 163 patients (23,3 %) ont présenté une récidive tumorale et 127 (18,1 %) sont décédés de la TV. En analyse multivariée après ajustement sur les facteurs pronostiques cliniques et anatomopathologiques classiques, l’IMC était associé à un plus haut risque de survenue d’une récidive tumorale (p = 0,024, risque relatif = 1,58 IC 95 % (1,06–2,34)) et d’une mortalité spécifique ((p = 0,04, risque relatif = 1,58 IC 95 %(1,007–2,475)). À 5 ans, les survies sans récidive et spécifique étaient respectivement de 61 %/66 % chez l’obèse versus 74 %/78 % pour les patients en surpoids et 76 %/80 % pour les patients avec un IMC < 25 (Fig. 1)

Conclusion
L’obésité apparaît être un facteur pronostic indépendant du devenir oncologique des patients après cystectomie totale. Il est primordial de s’y intéresser en préopératoire du fait de son caractère modifiable.