Impact pronostique de la prise en charge chirurgicale dans le corticosurrénalome malin à propos d’une série de 23 cas

22 novembre 2014 - 12:15pm

Thème: 
Tumeur : rétropéritoine et surrénale
Référence: 
O-214

Objectifs
Étude de l’impact de la qualité du geste chirurgical sur le pronostic des patients opérés d’un corticosurrénalome.

Méthodes
D’août 1996 à janvier 2010, 23 patients ont été opéré d’un corticosurrénalome (17 dans un CHU et 6 dans d’autres établissements). La prise en charge médicale postopératoire et le suivi ont été assurés par une même équipe d’endocrinologie au CHU. Il n’existait pas de différence sociodémographique entre les deux populations (âge, sexe, IMC, taille de la lésion. Une analyse de survie a été réalisée selon la méthode de Kaplan–Meyer, avec comparaison des groupes par le test du log rank.

Résultats
Quatre patients ont eu une évolution métastatique à distance (17 %), 6,25 ± 8,5 mois (1–19) après la chirurgie. Sept patients (30 %) ont eu une récidive de la maladie locale et à distance, survenues respectivement 12,7 ± 11,1 mois (1–33) et 16,7 ± 19,8 mois (4–60) après la chirurgie. En août 2010, 7 patients étaient vivants en rémission de leur maladie avec un recul moyen de 48,6 ± 36,4 mois (5–114). Les facteurs pronostiques de survie étaient le stade (p < 0,001), le score de Weiss (p = 0,002), la présence de marges chirurgicales positives (p < 0,001), un âge inférieur à 55 ans (p < 0,001). Les patients opérés dans un autre centre avaient un taux de survie diminué (p = 0,005).

Conclusion
En plus des facteurs pronostiques déjà décrits (stade, score de Weiss, marges positives, âge), nous avons observé que la qualité du geste chirurgical dans le corticosurrénalome avait un impact pronostique sur la maladie. Ce résultat plaide pour une prise en charge de ces tumeurs rares dans des centres experts.