Impact de la protrusion prostatique intra-vésicale dans la prédiction de résultat du sevrage de sonde après rétention aiguë d’urine : étude prospective de 60 cas

19 novembre 2014 - 4:45pm

Thème: 
Hypertrophie bénigne de la prostate
Référence: 
O-021

Objectifs
La protrusion prostatique intra-vésicale (PPI) est définie par la saillie intra-vésicale du lobe médian et/ou des lobes latéraux de la prostate. Nous évaluons l’impact de PPI dans la prédiction de résultat du sevrage de sonde après rétention aiguë d’urine (RAU).

Méthodes
Soixante patients porteurs d’une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) compliquée de RAU, nécessitant un sondage vésical, étaient inclus dans cette étude. Le sevrage de sonde était réalisé après 15 jours de traitement α bloquant. La PPI était évalué à l’aide d’une échographie sus-pubienne et classée en 3 grades (grade 1 si ≤ 5 mm, grade 2 si 5–10 mm et grade 3 si > 10 mm). L’échec de sevrage était défini comme l’absence d’une miction spontanée ou un volume résiduel/(volume résiduel + volume uriné) > 50 %. Le taux d’échec de sevrage était corrélé à chaque grade de PPI.

Résultats
L’âge moyen des patients était de 70,2 ans (54–85). Le VP et l’indice de PPI moyens étaient respectivement de 58,3 g (30–80) et 12,5 mm (3–22,6). Le sevrage de sonde avait été possible chez 28 patients (46,66 %). Parmi les 60 patients, 15 (25 %) avaient une PPI de grade 1 ; 13 patients (21,66 %) un grade 2 et 32 patients (53,33 %) un grade 3. Le taux d’échec de sevrage était, respectivement, de 6,66 % (1/15), 7,69 % (1/13) et 84,37 % (27/32) dans les grades 1, 2 et 3. Le grade 3 de PPI est corrélé à un taux d’échec statistiquement significatif comparé au grade 1 (p = 0,013) et au grade 2 (p = 0,022).

Conclusion
La PPI peut être utilisée comme facteur prédictif du résultat de sevrage de sonde sous traitement α bloquant après RAU en rapport avec une HBP. Un indice de PPI > 10 mm est considéré comme facteur d’échec.