Impact de la densité du PSA dans les critères d’inclusion d’un programme de surveillance active

22 novembre 2014 - 11:45am

Thème: 
Cancer de la prostate localisé
Référence: 
O-183

Objectifs
Déterminer des facteurs prédictifs d’agressivité du cancer de prostate dans une population d’origine Afro-Caribéenne incluse dans une base prospective de surveillance active (SA).

Méthodes
Dans notre série prospective de 153 patients en SA, 36 patients ont été exclus car ne répondant pas aux critères SURACAP. Nous avons ensuite analysé les patients en arrêt de SA sur les critères biologiques et anatomo-pathologiques. Une analyse univariée, puis multivariée a été réalisée pour définir les facteurs prédictifs d’agressivité du cancer chez les patients en SA.

Résultats
L’analyse descriptive des patients en arrêt de SA (causes, anatomo-pathologie de la pièce de prostatectomie radicale) est résumée (Tableau 1). Des facteurs prédictifs d’aggravation du Gleason sur les pièces opératoires de patients en arrêt de SA ont été recherchés. En analyse univariée, la densité du PSA lors de la première biopsie est un facteur significativement lié à une aggravation du Gleason sur la pièce opératoire. L’âge, le PSA initial, le stade clinique (T2A versus T1C), le nombre de biopsies positives (2 versus 1), la longueur tumorale et le temps de doublement du PSA lors de la première biopsie ne sont pas significatifs. En analyse multivariée, la densité du PSA avant la première biopsie est le facteur prédictif indépendant (p = 0,0083) d’aggravation du Gleason sur la pièce de prostatectomie radicale (Tableau 2).

Conclusion
Dans notre population d’origine Afro-Caribéenne, la densité du PSA avant les premières biopsies est un facteur prédictif indépendant d’agressivité du cancer chez les patients en arrêt de SA. Il serait peut-être intéressant de l’ajouter aux critères SURACAP.