Faisabilité du Penile Cuff Test (PCT) en préopératoire des gestes de désobstruction prostatiques chez une population âgée

19 novembre 2014 - 3:00pm

Thème: 
Hypertrophie bénigne de la prostate
Référence: 
O-010

Objectifs
Sur le premier trimestre 2014, dans le but d’apprécier la faisabilité du PCT (cystomanométrie non invasive) en pratique clinique quotidienne, tous les patients hospitalisés pour un geste de désobstruction prostatique, ont été inclus.

Méthodes
Les données de pression et de débit étaient alors recueillies automatiquement sur le nomogramme modifié de l’ICS, le patient étant accompagné d’un urologue pour la mise en place du PCT. Cinquante-cinq patients ont été admis pour un geste de désobstruction prostatique. La moyenne d’âge était de 76 ans [50–92]. Le volume prostatique moyen était de 60 g [30–120]. Le score IPSS moyen était de 18,8/35 [7–31], l’index de qualité de vie moyen 4,78/6 [2–6].

Résultats
Dix-sept pour cent des patients ont pu faire le test dont 2 ont été non interprétables (volume mictionnel < 100 mL). Soixante pour cent présentaient une obstruction (volume moyen uriné : 152 ml). Les échecs du test sont expliqués par : 13 % de troubles cognitifs sévères, 16 % absence d’envie d’uriner, 17 % de problèmes techniques lors de la procédure, 5 % de patients porteurs d’une sténose urétrale associée, 32 % avaient une sonde urétrale ou un cathéter sus-pubien. Le temps estimé pour la procédure dépassait en moyenne les 10 minutes. Les patients éligibles au PCT ont évalué sa difficulté en moyenne à 7/10 sur une EVA (0 = très difficile, 10 = très facile).

Conclusion
Le PCT a été inadapté chez cette population (âgée, troubles cognitifs sévères, fréquence des rétentions préopératoire). Les patients ayant la capacité de le réaliser, ont jugé d’une utilisation simple. Cette étude préliminaire a mis l’accent sur le caractère primordial de sélectionner les malades, alors même que ce sont les patients fragiles qui pourraient en avoir le plus grand bénéfice.