Évaluation du stress du chirurgien par le dosage du cortisol salivaire. Comparaison entre la prostatectomie radicale par voie laparoscopique robot-assistée et par voie ouverte

20 novembre 2014 - 5:30pm

Thème: 
Formation, pédagogie
Référence: 
O-114

Objectifs
La littérature a souligné l’impact du stress sur la performance chirurgicale. Il a été démontré que les interventions chirurgicales laparoscopiques robot-assistées étaient physiquement moins stressantes que les procédures laparoscopiques standards. Afin d’évaluer le stress de l’opérateur en fonction de la voie d’abord, nous avons comparé les taux de cortisol libre salivaire lors de prostatectomies réalisées par voie laparoscopiques robot-assistées (RALP) et par voie ouverte (ORP).

Méthodes
Nous avons recueilli des échantillons salivaires en début et en fin d’intervention lors de 30 prostatectomies radicales consécutives (24 RALP et 6 ORP) réalisées le matin par deux chirurgiens experts dans leur domaine. Le cortisol salivaire a ensuite été dosé par une technique Elisa (Demeditech). Les valeurs normales était comprises entre 1 et 11,3 ng/mL. Les résultats ont été comparés en utilisant le test t de Student.

Résultats
En début d’intervention, des taux de cortisol supérieures à la norme ont été observés pour la RALP et la ORP (24,5 ± 16,0 et 31,9 ± 7,2 ng/mL, respectivement, p = 0,28, ns). Alors que le taux de cortisol salivaire est resté inchangé au cours des RALP (24,5 ± 16,0 vs 23,3 ± 12,7 ng/mL, respectivement en début et en fin d’intervention, p = 0,76, ns) une diminution significative vers des valeurs normales a été observée au cours des ORP (31,9 ± 7,2 vs 16,6 ± 4,3 ng/mL, p = 0,0012) (Fig. 1).

Conclusion
Nous avons observé des profils de stress différents en fonction de la voie d’abord. Le taux de cortisol reste stable au cours des RALP alors qu’il diminue au cours des ORP, pourtant considérée comme physiquement plus exigeante. Le taux de cortisol reflèterait majoritairement la part mentale du stress (éloignement du champ opératoire et perfectionnisme permis par la magnification).