Évaluation de différents isotypes de VEGF 121 dans la réparation vasculaire au cours de la conservation : analyse dans un modèle pré-clinique

19 novembre 2014 - 4:45pm

Thème: 
Transplantation
Référence: 
O-039

Objectifs
Le réseau vasculaire est reconnu comme une cible majeure au cours de l’ischémie reperfusion avec les conséquences à cours et long terme sur le devenir des organes. Il a été démontré que l’évolution péjorative de fonction des reins peut être liée à réponse discordante entre hypoxia inducible factor-1α (HIF-1α) et vascular endothelial growth factor (VEGF). Dans cette perspective, nous avons étudié différents isotypes de VEGF.

Méthodes
Deux isotypes de VEGF (165 et 121) ont été étudiés après ajout dans la solution Viaspan (UW solution) à la posologie de 25 μg par litre de solution de conservation. L’évaluation s’est faite dans un modèle d’autotransplantation rénale chez le porc Large White (6 animaux par groupe) avec un suivi à 3 mois et comparée à un groupe témoin et un groupe néphrectomisé. La reprise de fonction rénale et la réaction inflammatoire (détermination des marqueurs pro inflammatoires) et les marqueurs de lésions tubulaires. À trois mois, les animaux étaient sacrifiés. L’expression de HIF-1α ; VEGF et TGF-β et l’évaluation de la fibrose tubulo-interstitielle étaient effectuées.

Résultats
Après 24 h de conservation, la reprise de fonction s’est faite plus précocement dans le groupe conservé avec Viaspan + VEGF 121 et durant le suivi des animaux (Fig. 1). Les fonctions tubulaires ont également été significativement améliorées. Au niveau tissulaire, le tenuer en eau était moins importante avec le groupe Viaspan + VEGF 121. L’utilisation du VEGF 121 a limité l’expression des marqueurs pro-inflammatoire de façon significative pour TNF-α, Il-1 et HMGB1 (Fig. 2). L’excrétion urinaire et la détermination plasmatique de NGAL est diminuée significativement dans les deux groupes traités mais de façon plus marquée dans le groupe traité avec VEGF 121. Trois mois après la transplantation, la fibrose interstitielle et l’atrophie tubulaire étaient réduites de façon plus marquée dans le groupe Viaspan + VEGF 121 (Tableau 1).

Conclusion
Ce travail l’importance des facteurs intervenant sur les lésions vasculaires et leur intérêt dans la réparation. De plus, le type de la molécule concernée est important avec un impact différent en fonction des isotypes. Ce travail souligne que la cellule endothéliale est une cible qui mérite une approche thérapeutique conjuguée et complémentaire, pouvant avoir des conséquences sur l’aspect tubulaire.