Étude exploratoire de l’activité de l’ELSSr (PERMIXON®) et de la Tamsulosine sur les biomarqueurs de l’inflammation dans le traitement des troubles urinaires liés à l’hyperplasie bénigne de la prostate

19 novembre 2014 - 4:45pm

Thème: 
Hypertrophie bénigne de la prostate
Référence: 
O-020

Objectifs
De nombreuses études montrent que l’inflammation pourrait jouer un rôle clé dans le développement des symptômes liés à l’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP). Cette étude exploratoire multicentrique, randomisée à double insu (groupes parallèles), a pour critère principal l’évaluation de l’impact de l’extrait hexanique lipido stérolique de Serenoa repens (ELSSr, Permixon®) et de Tamsulosine (TAM) sur les biomarqueurs de l’inflammation chez des patients souffrant d’HBP.

Méthodes
Deux cent six patients répondant aux critères d’inclusion ont été randomisés (V2), après une période de 28 jours sans traitement, pour recevoir chaque jour pendant 3 mois soit l’ELSSr 160 mg b.i.d soit Tamsulosine LP 0,4 mg o.a.d. Après massage prostatique par toucher rectal, les cellules prostatiques desquamées sont récupérées dans le jet des premières urines avant traitement à V2, et après à 30 jours (V3) et à 90 jours (V4). Après extraction de l’ARN de ces cellules, l’expression de 29 marqueurs de l’inflammation, potentiellement impliqués dans le processus biologique de l’HBP, ont été analysés par PCR (Polymerase Chain Reaction) quantitative.

Résultats
L’activité de l’ELSSr versus TAM entre V2 et V4 a été évaluée au regard de la régression (défini par une augmentation de la sous-expression du marqueur) et de la progression (défini par une réduction de la surexpression). Parmi les marqueurs de l’inflammation exprimés à V2 chez plus de 30 % des patients, l’effet de l’ELSSr est supérieur à celui de TAM, en termes de régression et de progression pour 9 marqueurs (CAT, CCL2, IL8, HIF1A, MIF, NFKB1, PTGES3, PTPRC, STAT3), alors que l’effet de TAM est plus marqué uniquement pour 2 marqueurs (IL1B, PTGS2). De plus, certains marqueurs, notamment CCR7, qui ne sont pas exprimés à V2 le sont à V3 et/ou V4 chez des patients traités avec TAM ce qui n’est pas le cas chez ceux traités avec l’ELSSr.

Conclusion
Cet essai clinique exploratoire montre que Permixon® réduit efficacement l’expression des marqueurs de l’inflammation, et permet également de mieux comprendre l’activité anti inflammatoire spécifique de ce produit. Ainsi l’inflammation peut être diminuée voire prévenue par le traitement avec Permixon®, un avantage spécifique de ce produit indiquée dans le traitement de l’HBP.