Diagnostic des cancers de prostate de la zone antérieure à l’aide d’une plateforme de fusion échographie/IRM

20 novembre 2014 - 3:45pm

Thème: 
Cancer de la prostate localisé
Référence: 
O-064

Objectifs
Le cancer de prostate est situé dans environ 20 % des cas au niveau de la zone antérieure. L’objectif de cette étude était d’évaluer les performances d’une plateforme de fusion échographie/IRM (Urostation®) pour le diagnostic de ces cancers de la zone antérieure.

Méthodes
De novembre 2011 à novembre 2013, nous avons inclus prospectivement 72 patients avec une indication de biopsies prostatiques après IRM multiparamétrique dans notre centre. Parmi ceux-ci, 13 (18 %) présentaient une zone suspecte située exclusivement dans la zone antérieure. Un protocole de 12 biopsies randomisées était réalisé, plus 2 biopsies ciblées à l’aide de l’Urostation®. L’âge médian des patients était de 64 ans (59–69), le PSA médian 9,6 ng/ml (6,5–21) et le volume prostatique 43 ml (34-50). Ils avaient eu 1–3 séries de biopsies négatives dans 62 % des cas. Le score PIRADS médian de la lésion était de 12 (10–15), sa taille de 13 mm (10–17).

Résultats
Les 2 biopsies ciblées ont permis de diagnostiquer dans 10 cas un cancer de prostate significatif (score de Gleason ≥ 7 ou longueur cancer sur biopsie ≥ 10 mm). Dans 9 cas sur 10, les biopsies randomisées réalisées seules n’auraient pas permis de faire le diagnostic (biopsies négatives) ou auraient dans 1 cas sur 10 sous-estimé le volume et/ou le score de Gleason de la tumeur. Les 10 cancers significatifs ont été traités par chirurgie dans 8 cas et radio-hormonothérapie dans 2 cas. Un cancer non significatif est en cours de surveillance active. Le suivi des 2 patients dont les biopsies étaient négatives (recul 29 et 27 mois) n’a pas mis en évidence d’adénocarcinome prostatique.

Conclusion
Cette étude confirme l’intérêt d’une plateforme de fusion échographie/IRM pour le diagnostic des tumeurs de la zone antérieure qui concernent ici 18 % des patients et n’auraient pas été correctement évaluées par des biopsies classiques randomisées dans 77 % des cas (Fig. 1).