Début d’expérience en promontofixation laparoscopique avec assistance robotique : étude rétrospective monocentrique comparative avec la laparoscopie classique

21 novembre 2014 - 4:15pm

Thème: 
Statique pelvienne, Périnéologie
Référence: 
O-147

Objectifs
L’utilisation du Robot DaVinci® a pris un essor considérable dans le traitement des Prolapsus Génito-Urinaire (PGU) par promontofixation. Nous avons essayé de savoir quels étaient réellement les bénéfices et les risques de l’assistance robotique en comparant les résultats de la cure de PGU par promontofixation laparoscopique avec assistance robotique (PRFLRA) en début d’expérience avec ceux de la laparoscopie classique (PRFL).

Méthodes
Nous avons revu les données de 57 patientes opérées en 2010, première année après l’implantation du Robot DaVinci® dans notre établissement. Quarante-deux patientes avaient bénéficié d’une PRFL et 15 patientes d’une PRFLRA. Le temps opératoire, le temps d’occupation de salle et le temps d’anesthésie (en minutes), la durée d’hospitalisation (en jours), le taux de complications per- et postopératoire et le taux de succès (résultats fonctionnels et anatomiques) à court terme ( < 1 an) ont été comparés (variables quantitatives par le test de Student et qualitatives par le test du Chi2 ou exact de Fisher ; seuil de signification à 5 %).

Résultats
Nous avons retrouvé une différence significative au bénéfice de la PRFL en ce qui concerne le temps d’anesthésie : 275 minutes versus 234 minutes (p = 0,03) ainsi que pour le temps d’occupation de salle : 287 minutes en PRFLA versus 251 minutes en PRFL (p = 0,035). Ceci a également été montré dans les sous-groupes « double prothèse » : 323 minutes versus 254 minutes (p < 0,01) et « prothèse antérieure seule » : 255 minutes versus 203 minutes (p = 0,007). La durée d’hospitalisation était significativement plus courte pour la PRFL de façon globale et dans les sous-groupes double ou simple prothèse (5,2 jours en PRFRA versus 4,36 jours) (p = 0,041). Il n’a pas été retrouvé de différence significative sur les complications (per- et postopératoires) et les résultats (anatomiques et fonctionnels).

Conclusion
La promontofixation laparoscopique avec assistance robotique peut être réalisée en début d’expérience sans perte de chance aussi bien en terme de résultats que de complications. La courbe d’apprentissage a un impact important sur le temps opératoire et d’hospitalisation. Cette courbe est cependant relativement courte avec une nette diminution du temps d’occupation de salle dès les 15 premières procédures.