Cure de cystocèle par prothèse libre intervésico-vaginale : résultats anatomiques et fonctionnels à plus de 6ans chez une cohorte de 90 patientes

21 novembre 2014 - 4:00pm

Thème: 
Statique pelvienne, Périnéologie
Référence: 
O-146

Objectifs
Le traitement de la cystocèle par voie vaginale est un challenge. De nombreux implants prothétiques ainsi que de nombreuses techniques de pose ont été développées afin d’effectuer une réparation optimale du prolapsus génital. L’objectif de cette étude est d’étudier le bénéfice anatomique et fonctionnel à long terme de la mise en place d’une prothèse libre de polypropylène posée en intervésico-vaginale dans la cure de cystocèle.

Méthodes
Quatre-vingt dix patientes opérées entre juin 2006 et novembre 2008 ont été incluses dans une cohorte. Les patientes sont revues à 1, 6, 12 mois, 4 ans et à plus de 6 ans postopératoire. Des questionnaires de symptômes, de sexualité et de qualité de vie ont été utilisés avant et après l’intervention pour évaluer les résultats fonctionnels. La classification POP-Q a été utilisée pour l’évaluation anatomique du prolapsus. Une attention particulière a été donnée à la tolérance de la prothèse (exposition, rétraction, infection, douleur). Une prothèse de polypropylène de faible grammage, 22 g/m2, Novasilk (Coloplast) a été confectionnée et est utilisée dans cette étude sans aucune tension.

Résultats
Le taux de suivi à 79 mois est de 74,4 % (63 patientes). Quatre patientes sont décédées. L’âge moyen au moment de l’intervention était de 67,6 ans. Les résultats fonctionnels à 6 ans et demi sont très satisfaisants avec des taux de satisfaction de 89 %. Les scores de qualité de vie et de symptômes ont été significativement améliorés. Sur le plan anatomique, le taux de récidive (Ba ≥ 0) est de 16,7 %. Les taux de complications péri et post-opératoires observés dans cette technique de prothèse posée sans tension, sont faibles. Le taux de rétraction et d’exposition de la prothèse est de l’ordre de 1,7 %. Le taux de ré-intervention est de 6,7 %. Aucune patiente n’a été ré-opérée pour récidive de cystocèle. Le taux de dyspareunie de novo est de 1,7 %.

Conclusion
Cette technique de Prothèse InterVésico-Vaginale (PIVV) libre dans la cure des cystocèles, donne des résultats anatomiques et fonctionnels satisfaisants et stables à très long terme, avec un taux de complications et ré-interventions très faible, rendant cette technique acceptable pour une chirurgie fonctionnelle.