Cartographie de l’expression des différentes isoenzymes de la monoxyde d’azote synthase dans l’hyperplasie bénigne prostatique

19 novembre 2014 - 3:45pm

Thème: 
Hypertrophie bénigne de la prostate
Référence: 
O-014

Objectifs
Étudier la répartition des trois monoxide d’azote synthase (NOS) : nNOS, iNOS, eNOS entre les zones périphérique (ZP) et transitionnelle (ZT) chez des patients ayant une hyperplasie bénigne prostatique (HBP).

Méthodes
Une étude prospective unicentrique a été réalisée sur les tissus non tumoraux des ZP et ZT de pièces de prostatectomie radicale d’hommes ayant une HBP. Les patients ayant eu des traitements modifiant la structure de la glande ont été exclus. Une étude de l’expression des 3 isoenzymes a été menée par qRT-PCR dans chaque zone. L’inflammation histologique aiguë et chronique a été scorée. Chaque patient a répondu en préopératoire aux questionnaires symptomatiques IPSS, USP et IIEF5. Le critère de jugement principal était l’expression des différentes NOS au sein de la prostate par qRT-PCR.

Résultats
Seize des 85 patients ayant eu une prostatectomie totale entre le 01/11/13 et le 01/05/14 ont été inclus. La qRT-PCR a montré une expression des trois isoenzymes dans la ZP et la ZT. Leur expression était comparable au sein de la ZT, mais dans la ZP, il existait significativement moins de nNOS que de eNOS (p = 0,0017) et de iNOS (p = 0,0016). Il existait une corrélation inverse entre l’expression de eNOS au sein de la ZP et le score IPSS (r = –0,5414), le score de qualité de vie (r = –0,5613) et une corrélation positive avec l’IIEF (r = 0,5680). En revanche, aucune différence d’expression des NOS n’a été trouvée entre la ZP et la ZT, et il n’y avait pas de relation entre expression des NOS et poids prostatique, scores USP dysurie et hyperactivité vésicale.

Conclusion
Les trois NOS étaient exprimées dans la ZP et la ZT. Dans la ZP, l’expression de la nNOS était plus faible que celle de eNOS et de iNOS. De plus, il y avait une corrélation inverse entre l’expression de eNOS au sein de la ZP et les symptômes urinaires et une corrélation positive avec l’IIEF.