Bénéfices et risques d’un traitement itératif par ultrasons focalisés de haute intensité pour cancer localisé de la prostate résiduel.

1 décembre 2006 - 4:30pm

Thème: 
Cancer de la prostate
Référence: 
0054

OBJECTIF: Les principaux avantages du traitement par ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU) pour cancer localisé de la prostate sont sa faible morbidité et la possibilité de traitement itératif. Le but de ce travail est d'évaluer la faisabilité, l'efficacité et la morbidité d'un re-traitement par Ablatherm® en cas de cancer résiduel.

MATERIEL ET METHODES : Parmi 277 sujets traités par Ablatherm® entre 2002 et 2005, 62 (22,4%) patients, d'âge moyen 66,0 ± 6,1 ans et de PSA sérique moyen au diagnostic initial de 8,9 ± 3,7 ng/ml, ont été retraités par Ablatherm®. Ce traitement itératif a été motivé par un échec biologique défini par 3 élévations successives du PSA avec une vélocité supérieure à 0,75 ng/ml/an, puis confirmé par des biopsies de prostate positives, en l'absence de métastases. L'efficacité carcinologique de cet HIFU itératif a été évaluée par le dosage du PSA tous les 3 mois. L'aggravation du statut mictionnel et sexuel, couplée à une mesure des scores IPSS et IIEF-15, a été déterminée.
RESULTATS : Les patients ont été traités dans un délai moyen de 17,1± 9,1 mois après le 1er HIFU. Ce traitement a été impossible chez 3 (4,8%) patients et incomplet chez 9 (14,5%) patients en raison d'un épaississement du rectum. Vingt (32,3%) échecs biologiques de cet Ablatherm® itératif ont été relevés. Trois (4,8%) sujets ont présenté des épisodes de rétention aiguë d'urines nécessitant un drainage prolongé. Une aggravation de l'incontinence urinaire a été constatée chez 7 (11,3%) patients ; l'incontinence urinaire de grade 3 touchant 2 (3,2%) d'entre eux. Une aggravation de la dysfonction érectile a été également notée chez 7 (11,3%) patients. Par contre, aucune modification statistiquement significative des scores IPSS et IIEF-15 n'a été constatée par rapport aux données répertoriées après le 1er HIFU.
CONCLUSION : Pouvant être répété sans dose limite, le traitement par Ablatherm® constitue ainsi une alternative thérapeutique intéressante du cancer localisé de la prostate. Le patient doit néanmoins être informé du risque d'aggravation de ses troubles mictionnels et sexuels après le traitement itératif.

20542006Mallick SDiaporama