Bénéfice d’inclure la densité du PSA

22 novembre 2014 - 12:30pm

Thème: 
Cancer de la prostate localisé
Référence: 
O-188

Objectifs
La densité du PSA avant la première biopsie est un facteur prédictif indépendant d’arrêt de la surveillance active (SA) et d’agressivité du cancer dans notre population de descendance subsaharienne. Nous recherchons un bénéfice à l’ajouter aux critères SURACAP dans l’inclusion de nos patients en SA.

Méthodes
Dans notre série prospective de SA de 153 patients, 117 répondaient strictement aux critères SURACAP. Avec un suivi moyen de 37,6 ± 23,9 mois, 34 patients ont été sortis de SA selon les critères SURACAP dont 32 patients ont bénéficiés d’une prostatectomie radicale. Nous avons recherché une valeur seuil à la densité du PSA puis avons analysé son bénéfice à l’inclusion dans les critères SURACAP.

Résultats
Le Gleason de toutes les prostatectomies radicales en arrêt de SA sont en moyenne de 6,65 ± 0,48. Le PSA densité < 0,2 ng/ml/ml à la première biopsie est le seul facteur prédictif indépendant de grade 4 majoritaire sur les pièces de prostatectomie radicale (p = 0,04). Le PSA densité ≤ 0,15 comme utilisé à Johns Hopkins n’est pas un facteur significatif (p = 0,12). L’analyse est résumée Tableau 1. Pour les patients dont la densité du PSA est < 0,2 (groupe 1), 22 patients (25 %) sont sortis de SA versus 12 patients (46,15 %) pour les patients dont la densité du PSA était ≥ 0,2. De plus, 3 patients du groupe 1 (13,6 %) versus 3 patients du groupe 2 (30 %) ont aggravé leur Gleason majoritaire.

Conclusion
Dans notre population en SA, la densité du PSA ≥ 0,2 à l’inclusion double le risque d’arrêt de SA (critères SURACAP) et double l’agressivité du cancer sur les pièces de prostatectomie (grade 4 majoritaire). Il serait souhaitable de ne pas inclure en SA les patients dont le PSA densité est ≥ 0,2 même s’ils répondent aux critères SURACAP.