Anastomoses urétérales donneur-receveur robot-assistées chez les patients greffés rénaux pour sténose ou maladie de reflux

21 novembre 2014 - 4:30pm

Thème: 
Insuffisance rénale et transplantation
Référence: 
O-158

Objectifs
Évaluer la faisabilité, la sécurité et les résultats à moyen terme d’une approche laparoscopique robot-assistée pour la réalisation d’anastomoses urétérales entre le greffon et l’uretère natif chez les patients greffés rénaux présentant du reflux vésico-urétréal ou des sténoses urétérales.

Méthodes
Nous avons revu les dossiers de tous les patients éligibles à une telle approche opérés entre 2011 et 2013. Le premier temps opératoire consistait en la mise en place de sondes urétérales dans l’uretère du greffon et l’uretère natif ipsilatéral à la greffe. Consécutivement, lors du même temps anesthésique, une approche laparoscopique robot-assistée était systématiquement tentée. Les données démographiques, paramètres périopératoires, complications postopératoires et résultats à moyen terme ont été répertoriés chez tous les patients. Ces derniers ont ensuite été stratifiés en deux groupes : réussite de la laparoscopie et conversion à la chirurgie ouverte, groupes comparés entre eux.

Résultats
Neuf patients (6 hommes, 3 femmes) ont été recensés. Deux patients ont été rapidement convertis à la chirurgie ouverte en raison d’adhérences importantes. Sur les 7 autres, 5 (71 %) ont été terminés en chirurgie robotique. Le temps de pneumopéritoine médian était de 230 min pour les patients du groupe robotique. Les évènements périopératoires et les modifications sur la fonction rénale sont exprimés dans le Tableau 1. La période postopératoire immédiate s’est passée significativement plus simplement chez les patients du groupe robotique, et leurs résultats à 17 mois de suivi médian n’étaient pas inférieurs à ceux du groupe ouvert. Hormis le status adhérentiel, la principale raison pour la conversion à la chirurgie ouverte était l’échec d’identification de l’uretère du greffon en laparoscopie.

Conclusion
Les anastomoses urétérales donneur-receveur robot-assistées sont techniquement faisables chez les patients greffés rénaux. Leur réalisation demande une préparation opératoire adéquate avec repérage des structures par voie endoscopique. La morbidité est acceptable, avec des résultats à court terme meilleurs et à moyen terme similaires qu’avec la chirurgie ouverte.