Base bibliographique

Recommandations de bonne pratique : Biomarqueurs du cancer de prostate : synthèse
2021
- Recommandations
Préservation de la fertilité et cancer - Synthèse
2021
- Recommandations
Préservation de la fertilité et cancer - Thésaurus
2021
- Recommandations
Actualisation du risque lié à la corticothérapie en association à l’acétate d’abiratérone en période de pandémie COVID-19
Update on the risk of corticosterone therapy in combination with abiraterone acetate during the COVID-19 pandemic
2021
- Lettre à la rédaction
- Réf : Prog Urol, 2021, 5, 31, 243-244




 

Analyse des coûts de la photovaporisation prostatique au laser Greenlight versus résection transurétrale de la prostate : intérêt de la prise en charge ambulatoire
Cost analysis of GreenLight photoselective vaporization of the prostate versus standard transurethral resection of the prostate: Benefit of ambulatory care
2021
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2021, 5, 31, 275-281


But Étude médico-économique comparative des coûts entre résection transurétrale monopolaire de la prostate (RTUP) en hospitalisation complète avec 3 nuits et photovaporisation prostatique (PVP) au laser Greenlight en ambulatoire.


Matériel et méthodes

Une analyse rétrospective par minimisation des coûts sur la période 2017-2019 a été réalisée dans un centre hospitalier privé français pour les séjours associés aux actes de RTUP et de PVP en rapport avec une hypertrophie bénigne de la prostate. L’estimation de la balance coûts-bénéfices péri-opératoire liée aux deux techniques a été réalisée du point de vue de l’établissement par la méthode du micro-costing.


Résultats

871 résections d’adénome de prostate ont été réalisées sur la période de l’étude, dont 743 photovaporisations prostatiques (soit 85 %). La durée de séjour moyenne des patients opérés d’une RTUP était de 3,7jours versus 0,9jours pour la PVP dont 64,7 % étaient réalisées en ambulatoire. La balance coûts/recettes est en faveur de la PVP en ambulatoire par rapport à la RTUP en hospitalisation conventionnelle de 3 nuits, avec une différence de plus de 500€ par patient pour des séjours de niveau de sévérité 1.


Conclusion

Dans le centre hospitalier privé de notre étude, la PVP en ambulatoire apparaissait financièrement plus intéressante qu’une RTUP avec trois nuits d’hospitalisation complète pour un patient de niveau de sévérité 1. Le gain financier pour l’établissement se trouve principalement dans la réduction de la durée moyenne de séjour et la prise en charge ambulatoire.


Niveau de preuve

3.


Purpose

To compare the costs associated with GreenLight XPS 180W photoselective vaporization of the prostate (PVP) for an outpatient versus standard transurethral resection of the prostate (TURP) with a three nights hospitalization in a French private hospital.


Material and methods

A retrospective cost minimization analysis was performed between 2017 and 2019 in a French private hospital for the hospital stays associated with TURP and PVP procedures for benign prostatic hyperplasia (BPH). The peri-operative cost-benefit assessment of the two procedures was analyzed from the establishment's point of view according to the micro-costing method.


Results

871 surgical treatment for BPH had been performed during the period of the study, including 743 photoselective laser vaporization (85%). The average length of stay of patients undergoing TURP was 3,7 days versus 0,9 days for PVP including 64,7% ambulatory.

The cost-benefit was more of 500€ per patient in favor of ambulatory PVP compared with TURP in conventional three nights hospitalization for level 1 hospital stays.


Conclusion

In this private hospital center, ambulatory PVP seemed more cost-effective than TURP with a three nights hospitalization for a severity level 1 patient. The financial profit for the establishment was mostly due to reduction of the main length of stay and ambulatory care.


Level of evidence

3.

Le cancer des organes génitaux externes de l’homme dans le département de l’Hérault: résultats de 30 ans d’enregistrement du registre des tumeurs de l’Hérault (1987–2016)
Cancers of the external genital organs of male in Hérault: Results from the Hérault tumor register (RTH) over a period of 30 years (1987–2016)
2021
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2021, 5, 31, 282-292


Objectif

L’objectif de cette étude est de présenter l’évolution des données d’incidence et de mortalité du cancer des organes génitaux externes de l’homme dans l’Hérault à partir des données du Registre des tumeurs de l’Hérault (RTH) sur une période de 30 ans.


Matériel et méthodes

À partir de la base de données du RTH, nous avons étudié l’évolution des tumeurs germinales du testicule (TGT) et du cancer du pénis (CP) sur 30 ans (de 1987 à 2016). Nous avons analysé les données d’incidence et de mortalité de ces tumeurs. Nous avons comparé ces résultats aux données françaises, européennes et mondiales.


Résultats

En 30 ans d’enregistrement nous avons recensé 725 cas de TGT et 175 cas de CP. Le taux standardisé sur la population mondiale (TSM) d’incidence des TGT a doublé entre 1987 et 2016 (4,2/100 000 en 1987 et 9,3/100 000 en 2016). Il a été multiplié par 2,63 dans la population des patients de 30 à 44 ans. On observe une baisse du taux de mortalité avec un TSM à 0,8/100 000 en 1987, et 0,4/100 000 en 2016. Le TSM d’incidence des CP est stable entre 1987 et 2016 (TSM entre 0,4 et 0,9/100 000). La mortalité est stable avec un TSM entre 0,1 et 0,3/100 000 entre 1987 et 2016.


Conclusion

L’incidence des TGT a fortement augmenté dans l’Hérault durant les 30 dernières années alors que l’on observe une diminution de la mortalité. La proportion des tumeurs germinales séminomateuses augmente ; elle est passée de 53 % à 60 % en 30 ans dans l’Hérault. L’incidence et la mortalité du CP étaient stables dans l’Hérault durant les 30 dernières années.


Aim

The objective of this study is to present the history of cancers of the external genital organs of male in Hérault using data from the Hérault tumor register (RTH) over a period of 30 years.


Patients and methods

Using the RTH database, we studied the development of testicular germ cell tumors (TGCT) and penile cancer (PC) over 30 years, from 1987 to 2016. We analyzed the incidence and mortality data for these tumors. We compared these results to French, European and global data.


Results

In 30 years of registration we have recorded 725 cases of TGCT and 175 cases of PC. The age standardized incidence rate (ASR) of TGCT has doubled between 1987 and 2016 (4.2 per 100,000 in 1987 and 9.3 per 100,000 in 2016). It was multiplied by 2.63 in the population of patients aged 30 to 44. There is a decrease of the mortality rate with a ASR of 0.8 deaths per 100,000 in 1987, and 0.4/100 000 in 2016. The PC incidence ASR was stable between 1987 and 2016 (0.4-0.9/100,000). Mortality is stable with a ASR between 0.1 and 0.3 deaths per 100,000 between 1987 and 2016.


Conclusion

The incidence of TGCT has increased sharply in the Hérault over the past 30 years, while a decrease in mortality has been observed. The proportion of seminomas is increasing; it has gone from 53 % to 60 % in 30 years in the Hérault. The incidence and mortality of PC shows a stability in the Hérault over the past 30 years.

Mise au point sur les nouvelles techniques chirurgicales et interventionnelles dans la prise en charge de l’obstruction sous-vésicale liée à l’hyperplasie bénigne de la prostate
An update on the most recent mini-invasive surgical and interventional techniques in the management of benign prostatic obstruction
2021
- Revue de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2021, 5, 31, 266-274


Introduction

De nombreuses techniques dites mini-invasives ont émergé ces dernières années dans le traitement chirurgical de l’obstruction due à l’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP). L’objectif de cet article était de faire le point sur leurs évolutions et leurs résultats respectifs.


Matériel et méthode

Une revue cohérente de la littérature entre 2013 et 2020 a été réalisée par un panel d’experts nationaux de la chirurgie de l’HBP. Les données ont ensuite été discutées par l’ensemble des co-auteurs afin d’obtenir un consensus vis-à-vis des articles sélectionnés et de leur analyse. Un état des lieux a enfin été rédigé pour proposer une vue d’ensemble de ces avancées technologiques et de leur disponibilité en France.


Résultats

Le traitement de l’obstruction sous-vésicale liée à l’HBP s’est beaucoup diversifié ces 5 dernières années. L’inventaire comporte 5 nouvelles technologies permettant aujourd’hui une désobstruction transurétrale non ablative (UROLIFT®, ITIND®), transurétrale ablative (REZUM®), transurétrale ablative avec assistance robotique (AQUABEAM®) ou endovasculaire par embolisation des artères prostatiques. Seul l’UROLIFT® est considérée comme une technologie établie dans les dernières recommandations de l’EAU. Les quatre autres sont en cours d’évaluation et des recommandations européennes n’ont été émises uniquement pour deux d’entre eux, l’AQUABEAM® et l’embolisation des artères prostatiques.


Conclusion

Ces nouvelles techniques mini-invasives ont pour but d’augmenter les options thérapeutiques pour la prise en charge de l’HBP afin de proposer une prise en charge plus adaptée aux souhaits du patient. Certaines se positionnent en alternative au traitement chirurgical, d’autres à la place du traitement médical ou entre le traitement médical et chirurgical. Ces technologies ne sont pas toutes au même niveau de développement, d’évaluation et de niveau de preuve mais ont en commun une diffusion restreinte en France, compte tenu notamment de leur coût. Leur utilisation au sein d’études validées permettra de positionner leur utilisation ultérieure de façon plus précise.


Introduction

New surgical techniques for the treatment of benign prostatic obstruction (BPO) have emerged in recent years. We sought to give an overview on each of these technologies.


Material

A comprehensive review of the literature between 2013 and 2020 was carried out by a panel of national experts already practicing these interventions. All the data were then discussed among all the co-authors in order to obtain a consensus with regard to the selected articles and their analysis. Finally, an inventory was drawn to provide an overview of these technological advances and their availability in France.


Results

The treatment benign prostatic obstruction has diversified greatly over the past 5 years. 5 new technologies have emerged, allowing today a transurethral non-ablative treatment (UROLIFT®, ITIND®), a transurethral ablative treatment (REZUM®), a transurethral ablative treatment with robotic assistance (AQUABEAM®) or an endovascular management by embolization of the prostatic arteries. Only UROLIFT® is considered an established technology in the latest EAU-Guidelines. The other four are under evaluation and recommendations have only been issued for two of them, AQUABEAM® and the embolization of the prostatic arteries.


Conclusion

These new minimally invasive techniques aim to increase the therapeutic options for the management of BPO in order to offer a management more suited to the wishes of the patient. Some are positioned as an alternative to surgical or medical treatment, others between medical and surgical treatment. These technologies are not all at the same level of development, evaluation and level of proof, but have in common a limited distribution in France, in particular given their cost. Validated studies will allow them to position their subsequent use more precisely.

Onco-TESE et cancer du testicule
Onco-TESE and testicular cancer
2021
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2021, 5, 31, 293-302


Introduction

La préservation de la fertilité est indispensable avant tout traitement du cancer. En cas d’échec à la conservation de spermatozoïdes éjaculés, un prélèvement chirurgical de tissu testiculaire est possible dans le cadre d’une Onco-TESE (Oncological Testicular Sperm Extraction) afin d’isoler des spermatozoïdes. Nous rapportons notre expérience d’Onco-TESE chez les patients atteints d’un cancer du testicule, au sein du CHU de Rouen.


Matériel

Étude rétrospective incluant l’ensemble des hommes pubères, prise en charge pour un cancer du testicule, uni ou bilatéral, avant tout traitement carcinologique, ayant bénéficié d’une Onco-TESE au CHU de Rouen. Le poids des fragments, la présence de spermatozoïdes ou de ses précurseurs ont été analysés. Une relecture histologique des pièces d’orchidectomies a été effectuée. Pour chaque prélèvement positif, des paillettes ont été conservées au CECOS.


Résultats

Vingt-quatres patients ont eu une Onco-TESE : 58,34 % altération sévère du spermogramme (ASS) et 41,36 % échec de recueil de sperme (ERS), entre 1996 et 2019. L’âge moyen était de 26,6 (±5,29) ans. Les durées moyennes de l’intervention et de séjour étaient respectivement de 71minutes (±30,7) et de 3,75jours (±2,83). Le taux de biopsies testiculaire (BT) positives était de 58,33 % de façon général et de 66,67 % en cas de BT sur testicule tumoral. Un patient a présenté une complication Clavien III. Le nombre moyen de paillettes conservées par patient était de 14,28 (±15,34) pour 7,14 % d’utilisation.


Conclusion

Nos résultats semblent confirmer que l’Onco-TESE est une solution efficace pour préserver la fertilité des hommes atteints de cancer du testicule en cas d’ASS ou d’ERS.


Niveau de preuve

III.


Introduction

Fertility preservation is essential before cancer treatment. When ejaculated sperm preservation is not possible, testicular tissue can be surgically collected by Onco-TESE technic (Oncological Testicular Sperm Extraction) to isolate sperm. We report on our experience with Onco-TESE in testicular cancer patients at the Rouen University Hospital.


Material and method

Retrospective study including all pubescent men, treated for testicular cancer, uni- or bilateral, before any carcinological therapy, who have undergone Onco-TESE at the Rouen University Hospital. Fragment weight, detection of sperm or its precursors were analysed. A histological interpretation of the testicular tumor was carried out. For each positive sample, straws were kept at the French Sperm Bank.


Results

Twenty-four patients had an Onco-TESE: 58.34% severe sperm alteration (SSA) and 41.36% sperm collection failure (SCF), between 1996 and 2019. The mean age was 26.6 (±5.29) years. The mean procedure and length of stay were 71minutes (±30.7) and 3.75 days (±2.83), respectively. The rate of positive testicular biopsies (TB) was 58.33% overall and 66,67% in the case of TB on tumour testis. One patient had a Clavian-Dindo III complication. The mean number of straws preserved per patient was 14.28 (±15.34) for 7.14% use.


Conclusion

Our results seem to confirm that Onco-TESE is an effective solution for preserving fertility in men with testicular cancer in cases of SSA or SCF.


Level of evidence

III.

Prise en charge chirurgicale des complications de bandelette sous uretrale et résultats fonctionnels. N. Hermieu, N. Schoentgen, R. Aoun, P. Neveu, Y. Grassano, C. Egrot, A. Kassem, E. Xylinas, I. Ouzaid, J.F. Hermieu. Progrès en urologie (...
Surgical management of complications related to Mid-urethral slings and functional results. N. Hermieu, N. Schoentgen, R. Aoun, P. Neveu, Y. Grassano, C. Egrot, A. Kassem, E. Xylinas, I. Ouzaid, J.F. Hermieu. Progrès en urologie (2020) 30, 4...
2021
- Commentaire à...
- Réf : Prog Urol, 2021, 5, 31, 241-242




 

Recommandations courtes du CIAFU : intérêt de l’ECBU avant biopsie de la prostate réalisée par voie endo-rectale
Short recommendations from the CIAFU: Interest of the urine bacterial culture performed before endo-rectal prostate biopsy
2021
- Recommandations
- Réf : Prog Urol, 2021, 5, 31, 245-248

Introduction

Les biopsies de la prostate se compliquent parfois d’infection pouvant conduire au décès. Les facteurs de risques restent polémiques notamment l’examen cytobactériologique des urines réalisé avant biopsie de la prostate. L’augmentation des résistances induit une augmentation du nombre de complications et la nécessité de définir de nouvelles stratégies d’antibioprophylaxie. L’ECBU reste largement discuté lors des affaires juridiques en lien avec les biopsies de la prostate et les urologues ou experts attendent des recommandations claires sur ce sujet. Le Comité d’infectiologie de l’AFU a donc mis en place un travail d’analyse de la littérature afin d’aboutir à un consensus au sein du comité.

Méthode

Une recherche bibliographique a été effectuée sur Pubmed et Medline. Nous avons sélectionné les études randomisées ou les méta analyses en utilisant les mots clés « prostate biopsy » et « infection » ou « infectious complications ». L’ensemble des résumés et articles ont été analysés. La synthèse de l’analyse a été revue par l’ensemble des membres du comité d’experts du CIAFU proposant la recommandation la plus consensuelle possible.

Résultats

La littérature sur le sujet reste pauvre, mais aucune preuve de lien entre bactériurie prébiopsie et infection post-biopsie n’a pu être démontré.

Conclusions

En dehors d’une situation clinique pouvant faire évoquer une infection urinaire masculine, devant par ailleurs faire préférer le report des biopsies, il n’est pas recommandé de réaliser un ECBU avant biopsies de la prostate par voie endo-rectale (avis d’experts).

Prostate biopsy is sometimes complicated by infection which can lead to death. The risk factors remain controversial, notably the urine bacterial culture carried out before a prostate biopsy. The increase in resistance induces an increase in the number of complications and the need to define new antibiotic prophylaxis strategies. The urine bacterial culture remains widely discussed in cases with post-prostate biopsy infections and urologists or experts await clear recommendations on this subject. The Infectiology Committee of the French Association of Urology has therefore set up a literature analysis work in order to reach a consensus within the committee.

Method

A literature search was performed on Pubmed and Medline. We selected randomized studies or meta-analyzes using the keywords “prostate biopsy” and “infection” or “infectious complications”. All abstracts and articles have been analyzed. The summary of the analysis was reviewed by all the members of the committee proposing the most consensual recommendation possible.

Results

The literature on the subject remains poor, but no evidence of a link between prebiopsy bacteriuria and post-biopsy infection has been demonstrated.

Conclusions

Apart from a clinical situation which could evoke a male urinary tract infection, and moreover having to prefer the postponement of biopsies, it is not recommended to perform a routine urine culture before endo-rectal prostate biopsies (expert opinion).

Traitement chirurgical et interventionnel de l’obstruction sous-vésicale liée à une hyperplasie bénigne de prostate : revue systématique de la littérature et recommandations de bonne pratique clinique du Comité des Troubles Mictionnels de l??...
Surgical and interventional management of benign prostatic obstruction: Guidelines from the Committee for Male Voiding Disorders of the French Urology Association
2021
- Recommandations
- Réf : Prog Urol, 2021, 5, 31, 249-265


Objectif

L’objectif du Comité des Troubles Mictionnels de l’Homme (CTMH) de l’Association Française d’Urologie (AFU) était de mettre à jour les recommandations françaises parues en 2012 et celles de l’EAU parues en 2019 concernant la prise en charge chirurgicale et interventionnelle de l’obstruction sous-vésicale (OSV) liée à une hyperplasie bénigne de prostate (HBP).


Méthodes

Une revue systématique de la littérature (PubMed®), concernant l’OSV liée à l'HBP, a été conduite entre 2018 et 2020 afin de compléter celle prise en compte par les recommandations précédentes. Ce travail a comporté une stratégie bibliographique prédéfinie puis une analyse critique de la littérature avec attribution de niveaux de preuve et rédaction de conclusions et de recommandations permettant de répondre aux questions cliniques posées.


Résultats/recommandations

Proposer une incision cervicoprostatique (ICP) pour traiter chirurgicalement les patients ayant des symptômes du bas appareil urinaire (SBAU) modérés à sévères avec un volume prostatique<30cm3, sans lobe médian. Proposer une résection transurétrale de prostate (RTUP) mono- ou bipolaire pour traiter chirurgicalement les patients ayant des SBAU modérés à sévères avec un volume prostatique entre 30 et 80cm3. La vaporisation par laser Greenlight™ ou bipolaire peuvent être proposées en alternative à la RTUP. Proposer une vaporisation laser Greenlight™ aux patients à risque hémorragique. Proposer une énucléation endoscopique de prostate pour traiter chirurgicalement les patients ayant des SBAU modérés à sévères en alternative à la RTUP et à l’adénomectomie voie haute (AVH). L’adénomectomie mini-invasive est une alternative à l’AVH pour les centres ne disposant pas de technique endoscopique adaptée. L’embolisation des artères prostatiques peut être proposée en cas de contre-indication ou de refus d’une intervention chirurgicale pour des prostates de volume>80cm3. Les implants intra-prostatiques sont une alternative pour traiter les SBAU chez les patients souhaitant conserver leur fonction éjaculatoire et ayant un volume prostatique<70cm3 sans lobe médian. L’Aquablation et le Rezum™ ne peuvent être recommandées en pratique courante en raison d’un recul clinique insuffisant et de l’absence de comparaison aux techniques de référence.


Conclusion

Les évolutions notables des techniques de prise en charge chirurgicales de l’OSV liée à l’HBP s’orientent vers une diminution de la morbidité des gestes et une amélioration de la qualité de vie au-delà du simple traitement des SBAU.


Objective

The aim of the Male Lower Urinary Tract Symptoms Committee (CTMH) of the French Urology Association was to propose an update of the guidelines for surgical and interventional management of benign prostatic obstruction (BPO).


Methods

All available data published on PubMed® between 2018 and 2020 were systematically searched and reviewed. All papers assessing surgical and interventional management of adult patients with benign prostatic obstruction (BPO) were included for analysis. After studies critical analysis, conclusions with level of evidence and French guidelines were elaborated in order to answer the predefined clinical questions.


Results/guidelines

Offer a trans-uretral incision of the prostate to treat patients with moderate to severe lower urinary tract symptoms (LUTS) with a prostate volume<30cm3, without a middle lobe. TUIP increases the chances of preserving ejaculation. Propose mono- or bipolar trans-urethral resection of the prostate (TURP) to treat patients with moderate to severe LUTS with a prostate volume between 30 and 80cm3. Vaporization by Greenlight™ or by bipolar energy can be offered as an alternative to TURP. Offer a Greenlight™ laser vaporization to patients at risk of bleeding. Offer endoscopic prostate enucleation to surgically treat patients with moderate to severe LUTS as an alternative to TURP and open prostatectomy (OP). Minimally invasive prostatectomy is an alternative to OP in centers without access to adequate endoscopic procedures. Embolization of the prostatic arteries may be offered in the event of a contraindication or refusal of surgery for prostates with a volume>80cm3. Prostatic uretral lift is an alternative in patients interested in preserving their ejaculatory function and with a prostate volume<70cm3 without a middle lobe. Aquablation and Rezum™ are under evaluation and should be offered in research protocols.


Conclusion

Major changes in surgical management of BPO have occurred and aim at reducing morbidity and improving quality of life of patients.

L’essentiel des présentations de l’ASCO GU 2021
2021

 

Retrouvez l'essentiel des présentations de l’ASCO GU 2021 en cliquant sur le bouton suivant.

 

 

CYSTECTOMIE SUPRA-TRIGONALE
2021
- Traitement
Auto-rééducation pour le traitement de l’incontinence urinaire féminine : revue de la littérature
Home-based devices for the treatment of female urinary incontinence: A literature review
2021
- Revues de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2021, 4, 31, 186-194


Objectif

Revue systématique de la littérature concernant les options de prise en charge conservatrice par auto-rééducation de l’incontinence urinaire d’effort à l’aide de biofeedback (BF) et de cônes vaginaux (CV).


Méthode

Des recherches ont été menées dans la Cochrane Library et Pubmed afin d’y trouver les articles, publiés en français et en anglais jusqu’à mars 2020, traitant de la prise en charge conservatrice par auto-rééducation de l’incontinence à domicile selon la méthode des flux PRISMA. Les mots-clés utilisés étaient : stress urinary incontinence , biofeedback , home-based et vaginal cones .


Résultats

Au total 9 essais contrôlés randomisés ont été retenus, 4 concernant le BF associé à l’entraînement musculaire du plancher pelvien (EMPP) et 5 concernant les CV. L’analyse statistique des mesures objectives, de l’amélioration subjective et de la qualité de vie a montré une efficacité de chacune de ces deux techniques sans démontrer une supériorité par rapport à la rééducation périnéale par entraînement de la musculature du plancher pelvien supervisée par un professionnel de santé.


Conclusion

Les dispositifs à domicile pour traiter l’incontinence urinaire à l’effort de la femme semblent être efficaces mais n’ont pas démontré de supériorité comparés au renforcement musculaire du plancher pelvien guidé par kinésithérapeute. Plus de données sont nécessaires pour envisager cette approche comme option thérapeutique de première ligne.


Objective

Literature review on the home-based options for the conservative management of stress urinary incontinence including biofeedback and weighted vaginal cones..


Methods

Research was conducted in the Cochrane Library and Pubmed to find articles, published until March 2020, dealing with the conservative management of incontinence.


Results

A total of 9 randomized controlled trials were included, 4 concerning biofeedback and 5 concerning vaginal cones. Most of them highlighted the superiority of these three methods compared to the absence of treatment but were not superior compared to the pelvic floor muscles training in the clinic setting.


Conclusion

Home-based devices for female stress urinary incontinence is a safe and effective treatment for female urinary incontinence. It has not shown superiority to physiotherapist-guided pelvic floor muscle reinforcement and needs more evidence to gain its place as a first line therapeutic option.

Corrigendum à « Troubles urinaires et génito-sexuels dans le syndrome d’apnée obstructive du sommeil : revue de la littérature » [Prog. Urol. 30 (2020), 1069–1077]
Corrigendum to “Urinary tract symptoms and erectile dysfunction in obstructive sleep apnea: Systematic review”
2021
- Corrigendum
- Réf : Prog Urol, 2021, 4, 31, 240


Étude de survie des ballonnets ACT®/proACT® : un nouveau message pour les patients
Survival analysis of adjustable continence therapy device (ACT®/proACT®): a new message for patients
2021
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2021, 4, 31, 215-222


Introduction

L’objectif principal était d'évaluer la survie sans perte d’efficacité des ballonnets péri-urétraux ACT®/proACT® une fois la continence obtenue et de chercher des facteurs influençant cette dernière.


Matériel et méthodes

Étude de survie rétrospective, mono-centrique, des ballonnets implantés entre 2007 et 2014. L’efficacité était définie par le port de 0 ou 1 protection de sécurité. Le critère de jugement principal était la survie sans perte d’efficacité des ballonnets estimée selon la méthode de Kaplan-Meier. Les facteurs étudiés pouvant influencer la survie étaient : le sexe, l’âge, la radiothérapie, le diabète, le nombre de regonflage, le nombre de protections initial, l’incontinence urinaire mixte, les complications précoces et l’antécédent de pose de ballonnets. Ils ont été évalués par une régression de COX.


Résultats

Parmi les 82 ballonnets posés, 41 étaient efficaces chez 36 patients. La probabilité de survie sans perte d’efficacité était de 50 % à 60 mois. La radiothérapie, le diabète et l’antécédent de pose de ballonnets diminuaient significativement la survie (respectivement p =0,031 ;p =0,025 ;p =0,029). Quinze ballonnets étaient toujours efficaces à la date du dernier suivi, un était perdu de vue et 25 ont nécessité une réintervention pour perte d’efficacité. La principale cause de perte d’efficacité était la fuite du système. Cinquante-deux pour cent des ballonnets devenus inefficaces étaient remplacés par de nouveaux ballonnets et 28 % par un sphincter urinaire artificiel.


Conclusion

Les patients devenus continents grâce aux ballonnets ACT®/proACT® avaient une probabilité de réintervention de 50 % à 5 ans pour baisse de l’efficacité. La radiothérapie semblait être le principal facteur prédictif de l’échec.


Niveau de preuve

IV.


Introduction

The main purpose was to assess the failure free survival of adjustable continence therapy ACT®/proACT® after continence was obtained and to seek factors influencing it.


Material and methods

Retrospective, single-center survival study of peri-urethral balloons implanted between 2007 and 2014. Efficacy was defined by the wearing of 0 or 1 safety pad per day. The primary end point was time to failure estimated from a survival curve (Kaplan-Meier). Factors that could influence failure free survival were: sex, age, radiotherapy, diabetes, number of pad before surgery, number of balloon inflation, early complications, mixed urinary incontinence and previous ACT®/proACT® placement. They were analyzed in a COX regression.


Results

Of the 82 peri-urethral balloons placed, 41 were effective in 36 patients. The failure free survival was 50 % at 60 months. Radiotherapy, diabetes and previous peri-urethral balloon placement appeared to significantly decrease survival (P =0.031;P =0.025;P =0.029, respectively). Fifteen peri-urethral balloons were still effective at the last follow-up, one was lost to follow-up and 25 required re-intervention for loss of efficacy. The main cause of efficacy loss was system leakage. Fifty-two percent of peri-urethral balloons that became ineffective were replaced by new peri-urethral balloons and 28% by an artificial urinary sphincter.


Conclusion

Patients who became continent with adjustable continence therapy (ACT®/proACT®) had a 50 % new surgery probability at 5 years for a loss of efficacy. Radiotherapy seems to be the main risk factor of the efficacy loss.


Level of evidence

IV.

Implant pénien pour dysfonction érectile chez le patient neurologique, indication, complications et satisfaction : étude rétrospective sur 27 patients
Penile prosthesis for erectile dysfunction in the neurological patient, indication, complications and satisfaction: Retrospective study on 27 patients
2021
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2021, 4, 31, 223-230


Introduction

L’implant pénien pour dysfonction érectile chez le patient blessé médullaire ou avec une sclérose en plaques est parfois discuté après échec des traitements médicamenteux ou instrumentaux (vacuum). L’objectif de cette étude était d’évaluer les complications, l’évolution et la satisfaction du patient et de la partenaire après la pose d’une prothèse pénienne pour dysfonction érectile chez le patient souffrant de trouble neurologique.


Matériel et méthode

Étude rétrospective multicentrique de 27 patients consécutifs dont 18 blessés médullaires et 9 patients présentant une sclérose en plaques bénéficiant de la pose d’un implant pénien pour dysfonction érectile sur deux centres français entre 2009 et 2019. Ont été évalué les complications post implantation, l’évolution de l’utilisation de la prothèse et la satisfaction globale du patient à l’aide du questionnaire standardisé Erectile Dysfunction Inventory of Treatment Satisfaction (EDITS) lors d’un appel téléphonique entre mars et mai 2020.


Résultats

L’âge moyen à l’implantation était de 46,4 ans (±12,74). La durée de suivi à date de l’appel était de 6,05 ans (±2,86). 8/27 patients (29,6 %) ont présenté au moins une complication tout grade Clavien-Dindo dont 2 infections. 2/27 patients (7,4 %) ont présenté une panne mécanique de prothèse durant le suivi. La dextérité du patient concernant le gonflage de la prothèse était parfaite dans 85 % des cas, et de 75 % pour le dégonflage. Le taux de satisfaction de l’utilisation de la prothèse à date de l’appel était de 75,36/100pts pour le patient et de 66,88/100pts pour la partenaire.


Conclusion

Nous avons observé une prévalence d’infection de prothèse augmentée par rapport à la population générale chez le patient neurologique mais une satisfaction du patient et de la partenaire pérenne à plus de 5 ans d’implantation. La dextérité est conservée au long cours témoignant d’une bonne sélection des indications. Ces données invitent à considérer favorablement la mise en place d’une prothèse pénienne chez le patient souffrant de trouble neurologique en cas d’échec des traitements de première ligne.


Niveau de preuve

4.


Introduction

Penile prosthesis for erectile dysfunction in patients with spinal cord injury or multiple sclerosis is sometimes discussed after failure of drug or instrumental treatments (vacuum). The objective of this study was to evaluate the complications, evolution and patient satisfaction after the implantation of a penile prosthesis in the neurological patient.


Materials and methods

Multi-center retrospective study of 27 consecutive patients including 18 spinal cord injured patients and 9 patients with multiple sclerosis benefiting from the implantation of a penile prosthesis for erectile dysfunction purposes in two French centers between 2009 and 2019. Post-implantation complications, evolution of the use of the prosthesis and global patient satisfaction were evaluated using the standardized questionnaire Erectile Dysfunction Inventory of Treatment Satisfaction (EDITS) during a telephone call between March and May 2020.


Results

The average age of implantation was 46.4 years (±12.74). The length of follow-up to date of call was 6.05 years (±2.86). 8/27 patients (29.6 %) had at least one complication of any Clavien-Dindo grade included 2 infection. 2/27 (7,4 %) patients had a mechanical prosthesis injury during follow-up. The patient's dexterity with inflation of the prosthesis was perfect in 85 % of cases, and 75 % for deflation. The satisfaction rate for prosthesis use at the time of the call was 75.36/100pts for the patient and 66.88/100pts for the partner.


Conclusion

This study found an increased rate of prothesis infection compared to the general population in the neurologic patient, but patient and partner satisfaction remain sustainable after more than 5 years of implantation. Dexterity was maintained over the long term, demonstrating a good selection of indications. These data invite to favorably consider the installation of a penile prosthesis in neurological patients who have failed first-line treatments.


Level of evidence

4.

Instruction verbale pour obtenir une contraction des muscles du plancher pelvien. Acceptabilité et compréhension
Verbal instruction to obtain voluntary pelvic floor muscle contraction: Acceptability, and understanding
2021
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2021, 4, 31, 231-237




 

Myiase périnéale multiple : une première observation Togolaise
Multiple périneal myasis: A first Togolese observation
2021
- Lettre à la rédaction
- Réf : Prog Urol, 2021, 4, 31, 238-239




 

Note de l’Éditeur à propos du numéro de Progrès en Urologie Pelvi-Périnéologie [Prog. Urol 2020;30(17)]
2021
- Note de l'éditeur
- Réf : Prog Urol, 2021, 4, 31, 183


Sclérose en plaques et autosondage intermittent
Multiple sclerosis and intermittent self-catheterization
2021
- Revues de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2021, 4, 31, 195-203


Contexte

Les troubles vésico-sphinctériens sont fréquents chez les patients atteints de sclérose en plaques (SEP). Ils impactent la qualité de vie et peuvent entraîner des complications uro-néphrologiques. En cas de rétention urinaire ou de vidange vésicale incomplète, le traitement de choix est l’autosondage intermittent propre dès qu’il est possible.


Objectif

Recenser les données connues sur l’utilisation de l’autosondage chez les patients atteints de SEP.


Sources documentaires

Une revue de la littérature a été réalisée à partir de la base de données Medline/Pubmed, en sélectionnant les articles en français et en anglais. Les mots clés utilisés étaient : « multiple sclerosis and intermittent catheterization, self catheterization, neuro-urology/urinary guidelines, continent stoma, continent vesicostomy ».


Sélection des études

Il a été sélectionné les études traitant de la SEP exclusivement ou en groupe majoritaire.


Résultats

L’autosondage est recommandé et fréquemment utilisé dans la SEP. Les études sont peu nombreuses dans cette population spécifique. Des questions persistent sur les indications et les modalités pratiques dans cette pathologie. L’indication doit s’évaluer au cas par cas en fonction des symptômes et des complications. La mise en place de l’autosondage peut apporter une amélioration de la symptomatologie ou de la qualité de vie mais une prise en charge globale est nécessaire sur le plan vésico-sphinctérien. L’infection urinaire est la complication la plus fréquemment rapportée. L’apprentissage doit être adapté au handicap physique ou cognitif de ces patients. Compte tenu de l’évolutivité de la pathologie, l’indication et la réalisation du geste doivent être réévaluées régulièrement.


Limites du travail

La recherche a été limitée à une seule source bibliographique et les études sont peu nombreuses dans cette population.


Conclusion

Des études seraient nécessaires pour mieux connaître les spécificités de l’utilisation de l’autosondage dans la SEP par rapport aux autres populations neurologiques.


Introduction

Lower urinary tract dysfunctions are frequent in patients with multiple sclerosis (MS). These disorders impair quality of life and can cause urological complications. In cases of urinary retention or incomplete bladder emptying, clean intermittent self-catheterization is the preferred option where possible.


Objective

To identify data concerning the use of intermittent self-catheterization by patients with MS.


Bibliographic source

A review was done using Medline/Pubmed with selection of articles in either English or French. The key words were: « multiple sclerosis and intermittent catheterization, self-catheterization, neuro-urology/urinary guidelines, continent stoma, continent vesicostomy».


Study selection

Studies were selected if they concerned either multiple sclerosis exclusively or with a majority of cases concerning MS.


Results

Intermittent self-catheterization is recommended and commonly used in patients with MS. Studies are rare in this specific population. Questions still remain about indications and practicalities in this disease. Indications must be individually evaluated according to symptoms and complications. The use of self-catheterization can improve symptomatology or quality of life, however, global urinary management is necessary. Urinary infection is the most frequently reported side effect. The teaching of self-catheterization should take into account physical and cognitive impairment. Due to the developing nature of the pathology, indications and the patients’ ability to carry out self-catheterization should be regularly assessed.


Limitations

The search was limited to a single bibliographic source and studies are rare.


Conclusion

Further studies are necessary to increase knowledge of self-catheterization specificities in MS patients compared to other neurogenic patients.

Troubles pelvipérinéaux de la période périnatale : état des connaissances des femmes, une revue systématique
Knowledge of pelvic floor disorders in peripartum women: A systematic review
2021
- Revues de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2021, 4, 31, 204-214


Contexte

La grossesse et le post-partum sont des périodes de la vie au cours desquelles peuvent apparaître des troubles pelvipérinéaux (TPP).


Objectif

L’objectif de cette revue est de préciser les connaissances des femmes en période périnatale sur les TPP, leurs facteurs de risques et les mesures préventives.


Sources documentaires

Une revue systématique a été réalisée à partir des bases de données PubMed, Cochrane Library, LISSA et Kinédoc et à partir des mots-clés « knowledge  », « awareness  », « beliefs  », « pelvic floor  », « post-partum  », « pregnancy  ». Seules les études, rédigées en anglais ou en français, évaluant les connaissances des femmes à l’aide d’un questionnaire, ont été incluses dans la revue. La recherche a été effectuée sans limitation temporelle et jusqu’au 10 mai 2020.


Sélection des études

Au total, sur 240 études, 14 études transversales ont été retenues, regroupant un échantillon de 3950 participantes.


Résultats

Les thèmes abordés dans les questionnaires ont été l’anatomie, la fonction du plancher pelvien, l’ensemble des TPP, leurs facteurs de risque et les mesures préventives. Les scores de connaissances des femmes interrogées sur ces différents thèmes sont faibles. Il a également été montré que l’éducation des femmes sur les facteurs de risque et les mesures préventives concernant la survenue des TPP était incomplète.


Conclusion

Au final, les femmes en période périnatale ont peu de connaissances sur les TPP.


Background

Pregnancy and postpartum are periods of life during which pelvic floor disorders (PFD) can occur.


Purpose

The aim of this review is to make an inventory of what women in the perinatal period know about PFD, their risk factors and preventive measures.


Documentary sources

We performed a systematic review of the literature in PubMed, Cochrane Library, LISSA and Kinédoc databases by using the keywords “knowledge”, “awareness”, “beliefs”, “pelvic floor”, “postpartum” and “pregnancy”. We included studies written in English or French, assessing women's knowledge using a questionnaire and published up to May 2020 with no restriction on start date.


Selection of studies

A total of 14 cross-sectional studies were selected from 240 studies, with a sample size of 3950 participants.


Results

The topics covered in the questionnaires were anatomy, pelvic floor function, all PFD, risk factors and preventive measures. Overall, women's knowledge of the perinatal period is limited. It has also been shown that education of women on risk factors and preventive measures regarding the occurrence of PFD was incomplete.


Conclusion

To conclude, the knowledge of women in the perinatal period about PFD is limited.

TVT et BOTOX concomitant pour les femmes ayant une incontinence urinaire mixte : une fausse bonne idée ?
TVT and concomitant intra-detrusor botox injection for women with mixed urinary incontinence: Is it a good idea?
2021
- Éditorial
- Réf : Prog Urol, 2021, 4, 31, 184-185




 

Faut il encore proposer la toxine botulique en première intention chez les patients porteurs d’une hyperactivité de vessie idopathique ? Commentaire à : efficacité et tolérance à long terme des injections d’abobotulinumtoxinA dans le traite...
Should we still offer botulinum toxin in first line treatment of idiopathic overactive bladder? Commentary to: Long-term follow-up reveals a low persistence rate of abobotulinumtoxinA injections for idiopathic overactive bladder
2021
- Commentaire à...
- Réf : Prog Urol, 2021, 3, 31, 145-146




 

Faut-il réaliser des biopsies systématiques en cas d’IRM suspecte de cancer de prostate en 2020 ? Une revue de littérature
Should we perform systematic biopsies in case of suspicious MRI for prostate cancer in 2020? A review of literature
2021
- Revues de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2021, 3, 31, 147-157




 

Le cancer du rein dans le département de L’Hérault : résultats de 30 ans d’enregistrement
Renal cell carcinoma in the department of Hérault: Results over a 30 year period
2021
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2021, 3, 31, 175-182


Objectif

L’objectif de cette étude est de présenter l’évolution de l’épidémiologie du cancer du rein dans l’Hérault à partir des données collectées par le registre des tumeurs de l’Hérault (RTH) sur une période de 30 ans.


Matériels et méthodes

À partir de la base de données du RTH, nous avons étudié l’évolution du cancer du rein de 1987 à 2016. Nous avons analysé les données concernant l’incidence, la mortalité, l’anatomopathologie des tumeurs et leur stade au diagnostic. Nous avons comparé ces résultats aux données nationales et internationales.


Résultats

Nous avons recensé 3769 nouveaux cas de cancers du rein: 2628 chez l’homme (69,7 %) et 1141 chez la femme (30,3 %). En 2016, le cancer du rein était le 8e cancer tous sexes confondus, le 7e cancer chez l’homme et le 11e chez la femme. Entre 1987 et 2016 le nombre de nouveaux cas de cancer du rein a été multiplié par 4,2 chez l’homme et par 3,3 chez la femme. Le nombre de formes localisées a augmenté de 9 % en 20 ans. En 2016 la probabilité, d’être atteint d’un cancer du rein avant 75 ans est de 2,11 % pour un homme et de 0,62 % pour une femme.


Conclusion

En 30 ans, l’incidence du cancer du rein a fortement augmenté dans l’Hérault alors que l’on observe une diminution de sa mortalité. Ces données analytiques seront améliorées par le développement du Registre de l’Hérault Spécialisé en Onco Urologie (RHESOU)


Niveau de preuve

3.


Objective

The objective of the study was to determine the specificities of renal cell carcinoma (RCC) in the department of Herault using the Herault Tumor Registry over 30 years.


Methods

Data of this study were obtained from the Herault cancer database. We analysed the evolution of RCC from 1987 to 2016, including the incidence, mortality, cancer pathology and staging at the moment of diagnosis. We compared our results with national and international data.


Results

We identified 3769 newly diagnosed RCC: 2628 in men (69,7%) and 1141 in women (30,3%). In 2016, RCC was the 8th most frequent cancer, both genders combined, the 7th most frequent cancer in men and the 11th in women. New cases of RCC increased by 4.2 in men and 3.3 in women over the study period. The number of localised forms increased by 9% over 20 years. In 2016, the probability of having a RCC before the age of 75 was of 2.11% for a man and of 0.62% for a woman.


Conclusion

Over 30 years, the incidence rate of RCC increased in the department of Herault; however, mortality decreased over the same period. This analytical data should be improved by the development of the Registry of Herault Specialised in Onco-Urology (RHESOU).


Level of evidence

3.

Place de la radiothérapie adjuvante après cystectomie pour les tumeurs de vessie infiltrant le muscle
Adjuvant radiotherapy after radical cystectomy for muscle-invasive bladder cancer
2021
- Revues de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2021, 3, 31, 158-168


Objectifs

La récidive locorégionale (RLR) après cystectomie est un événement fréquent, précoce et grave ; la question de l’intérêt de la radiothérapie adjuvante reste controversée. L’objectif de cet article est de réaliser une mise au point des données actuelles sur la radiothérapie adjuvante.


Matériel et méthodes

Une revue exhaustive de la littérature a été réalisé à l’aide du moteur de recherche Pubmed avec les mots clés suivants : « radiotherapy » [Mesh], « adjuvant » [Mesh], « local recurrence » [Mesh], « bladder cancer » [Mesh].


Résultats

Plusieurs publications récentes ont conduit au développement de nomogrammes prédictifs du risque de RLR, afin d’identifier les patients pour lesquels la radiothérapie adjuvante pourrait être pertinente. Plusieurs essais suggèrent un bénéfice de la radiothérapie adjuvante, potentiellement associée à la chimiothérapie, en termes de réduction du risque de RLR, avec une tendance en termes de survie globale, et une bonne tolérance. Il existe cependant de nombreux biais et la question de l’intérêt de la radiothérapie adjuvante sur les carcinomes urothéliaux reste débattue.


Conclusion

L’inclusion des patients dans des essais utilisant les nouvelles techniques d’irradiation permettra de déterminer la place de la radiothérapie adjuvante pour les cancers de vessie localement avancés.


Objectives

Locoregional relapse (LRR) after cystectomy is a common early event associated with poor prognosis. The role of radiotherapy as an adjunct to radical cystectomy is not well-defined. The aim of this critical literature review is to provide an overview of the elements in favor of adjuvant radiation for patients treated for muscle-invasive bladder cancer.


Material and methods

An exhaustive review of the literature was carried out using the Pubmed search tool with the following keywords: “radiotherapy” [Mesh], “adjuvant” [Mesh], “local recurrence” [Mesh], “Bladder cancer” [Mesh].


Results

Several recent publications have led to the development of a nomogram that predicts the risk of LRR, in order to identify patients for which adjuvant radiotherapy could be beneficial. Several randomized trials seem to suggest a benefit of radiotherapy, in particular when combined with chemotherapy, in terms of reducing LRR, and may even improve overall survival, with good safety profile. However, there are many biases and the interest of adjuvant radiotherapy in urothelial carcinomas remains debated.


Conclusion

Prospective trials evaluating adjuvant radiotherapy with current techniques should be undertaken.

Recommandations de l’AFU et de la SALF concernant l’évaluation de l’homme infertile
AFU and SALF recommendations for the evaluation of male infertility
2021
- Recommandations
- Réf : Prog Urol, 2021, 3, 31, 131-144

Contexte

Ces recommandations communes de l’Association Française d’Urologie (AFU) et de la Société d’Andrologie de Langue Française (SALF) ont pour objectif de fournir des directives pratiques à la communauté urologique et andrologique Française concernant l’évaluation des hommes infertiles.

Matériel et méthodes

Recherche bibliographique dans PubMed en utilisant les mots-clés «male infertility», «diagnosis», «management» et «evaluation» limitée aux articles cliniques en anglais et en français antérieurs au 1/01/2020. Pour renseigner le niveau de preuves, le système de gradation de l’HAS (2013) a été appliqué.

Résultats

Concernant l’évaluation des hommes infertiles, l’AFU et la SALF recommandent : (1) un interrogatoire systématique explorant les antécédents familiaux, les antécédents de fertilité de l’homme hors couple, les antécédents personnels du patient pouvant avoir un impact sur sa fertilité, ses habitudes de vie, ses traitements, ses symptômes et les éventuelles difficultés sexuelles du couple ; (2) un examen physique général pour évaluer les signes d’hypogonadisme et les caractères sexuels secondaires ; (3) un examen physique scrotal par un urologue ou un andrologue pour évaluer (i) le volume et la consistance des testicules, (ii) les canaux déférents et les épididymes à la recherche d’une absence totale ou partielle ou des nodules, et (iii) la présence de varicocèle ; (4) d’effectuer 2 spermogrammes, conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), si le premier présente au moins une anomalie ; (5) une échographie scrotale systématique, pouvant être complétée par une échographie pelvienne endorectale selon la clinique ; (6) un bilan hormonal comportant au moins une détermination de la testostérone sérique et de FSH ; si la testostérone est basse, la LH permettra de différencier hypogonadisme hypogonadotrope (central) et hypogonadisme périphérique ; (7) un caryotype chez les hommes infertiles ayant une concentration de spermatozoïdes ≤10,106/ml ; (8) l’évaluation des microdélétions du chromosome Y chez les hommes infertiles ayant une concentration de spermatozoïdes ≤1,106/ml ; (9) l’évaluation du gène CFTR en cas de suspicion d’agénésie bilatérale ou unilatérale des canaux déférents et des vésicules séminales. La place de l’analyse de l’intégrité de l’ADN du sperme (SCSA, TUNEL par exemple) dans le bilan de l’homme infertile est encore en cours d’évaluation.

Conclusion

Ces recommandations peuvent être appliquées en pratique clinique en routine chez tout homme infertile.

Background

The aim of these Association Française d’Urologie (AFU) and Société d’Andrologie de Langue Française (SALF) common recommendations are to provide practice guidelines for the French Urological and Andrological community regarding the evaluation of infertile men.

Material and methods

Literature search in PubMed using the keywords “male infertility”, “diagnosis”, “management” and “evaluation” limited to clinical articles in English and French prior to 1/01/2020. To inform the level of evidence, the HAS grading system (2013) was applied.

Results

Concerning the evaluation of infertile men, the AFU and the SALF recommend : (1) a systematic interview exploring the family history, the fertility history of the man outside the couple, the patient's personal history that may have an impact on his fertility, lifestyle habits, treatments, symptoms and possible sexual difficulties of the couple; (2) a general physical examination to assess signs of hypogonadism and secondary sexual characters; (3) a scrotal physical examination performed by an urologist or andrologist to assess (i) the testes for volume and consistency, (ii) vas deferens and epididymes for total or partial absence or nodules, and (iii) presence of varicoceles; (4) Performing two semen analyses, according to World Health Organization guidelines, if the first one has at least one abnormaly; (5) a scrotal ultrasound as part of routine investigation, that can be completed with an endorectal pelvic ultrasound according to the clinic; (6) an endocrine evaluation with at least a Testosterone and FSH serum determination; (7) Karyotype analysis in infertile men with a sperm concentration ≤10 106/mL; (8) assessment of Yq microdeletions in infertile men with a sperm concentration ≤1 106/mL; (9) Cystic fibrosis transmembrane conductance regulator gene evaluation in case of suspicion for bilateral or unilateral congenital agenesis of vas deferens and seminal vesicles.

The interest of tests analyzing DNA fragmentation (TUNEL, SCSA) is still under investigation.

Conclusion

These guidelines can be applied in routine clinical practice in all infertile men.

Recommandations du Comité d’Andrologie et de Médecine Sexuelle de l’AFU concernant la prise en charge de la Varicocèle
Recommendations of the Committee of Andrology and Sexual Medicine of the AFU concerning the management of Varicocele
2021
- Recommandations
- Réf : Prog Urol, 2021, 3, 31, 119-130

Le diagnostic de la varicocèle est clinique, réalisé en position couchée et debout et en manœuvre de Valsalva. Seules les varicocèles cliniques méritent d’être traitées. Une échographie scrotale avec doppler sera généralement réalisée dans le cadre du bilan de l’homme infertile ou en cas de difficulté d’examen. Une indication classique de cure de varicocèle est l’homme adulte présentant une varicocèle clinique et des anomalies des paramètres spermatiques, dans un contexte d’infécondité de couple, avec une partenaire ayant une réserve ovarienne satisfaisante et aucune cause d’infécondité féminine ou une cause féminine d’infécondité curable. Cependant, compte tenu des données récentes de la littérature, la cure de varicocèle peut être proposée malgré une problématique féminine car elle améliore les taux de grossesse en procréation médicalement assistée (PMA). Dans tous les cas, la décision de traiter la varicocèle doit donc être prise après évaluation des 2 partenaires du couple. Les adultes ayant une varicocèle symptomatique et ceux ayant des anomalies du spermogramme peuvent également se voir proposer une cure de leur varicocèle même en l’absence de projet de paternité, de même que les adolescents ayant une réduction de la croissance testiculaire, une diminution homolatérale du volume testiculaire, ou un gradient de taille entre les 2 testicules. La cure de varicocèle peut être réalisée par chirurgie ou embolisation percutanée. La microchirurgie (inguinale ou subinguinale) offre des taux de récidive et de complications plus faibles que les approches chirurgicales hautes (laparoscopiques ou non) et les chirurgies sans magnification. Elle doit donc être considérée comme la technique de référence chirurgicale. L’embolisation percutanée rétrograde est une alternative mini-invasive offrant des résultats satisfaisants avec des complications rares et souvent bénignes. La cure de varicocèle entraîne une amélioration des paramètres spermatiques et des données récentes semblent confirmer qu’elle augmente le taux de grossesse naturelle. Ces résultats apparaissent après un délai de 3 à 9 mois (1 à 2 cycle de spermatogenèse. Quand l’atteinte spermatique est sévère (azoospermie, oligospermie sévère), l’amélioration du spermogramme peut permettre (1) d’éviter la chirurgie d’extraction de spermatozoïdes testiculaires ou (2) de réaliser une insémination intra-utérine plutôt qu’une ICSI.

The diagnosis of varicocele is clinical, carried out in supine and standing position and in Valsalva maneuver. Only clinical varicoceles have to be treated. A scrotal ultrasound with Doppler is generally performed as part of the infertile man's evaluation or in case of examination difficulties. The main indication for varicocele treatment is the adult man with clinical varicocele and abnormalities of sperm parameters, in a context of infertility of couple, with a partner having a satisfactory ovarian reserve and no cause of female infertility or a curable infertility cause. The decision to treat varicocele must therefore be taken after evaluation of the two partners of the couple. Adults with symptomatic varicocele and those with spermogram abnormalities may also be offered a cure for their varicocele even in the absence of a paternity plan, as well as adolescents with reduced testicular growth, an ipsilateral decrease testicular volume, or a size gradient between the 2 testes. The cure of varicocele can be carried out by surgery or by percutaneous embolization. Microsurgery (inguinal or subinguinal) offers lower rates of recurrence and complications than high surgical approaches (laparoscopic or not) and surgeries without magnification. It is therefore the reference surgical technique. Percutaneous retrograde embolization is a minimally invasive alternative to microsurgery offering satisfactory outcomes with rare and often benign complications. The cure for varicocele results in an improvement in sperm parameters and recent data seem to confirm that it increases the natural pregnancy rate. These results appear after a delay of 3 to 9 months (at least 1 to 2 cycles of spermatogenesis). When the sperm involvement was severe (azoospermia, severe oligospermia), the improvement of the spermogram allow (1) to avoid surgery testicular sperm extraction or (2) perform intrauterine insemination rather than ICSI.

Reproductibilité à court terme de la cystomanométrie chez des patients atteints de sclérose en plaques
Short-term reproducibility of cystometry in multiple sclerosis patients
2021
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2021, 3, 31, 169-174