Base bibliographique

Évaluation de la charge en soins paramédicaux des patients neurologiques dans un service d'urologie
Assessment in a urological department of nurses' workload for neurological patients
2009
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, 2, 122-126

Objectifs : Évaluer la charge en soins des patients neurologiques opérés dans un service d’urologie et la comparer à celle des patients oncologiques.
Méthode : Entre 2006 et 2007, une étude prospective a été réalisée chez 15 patients consécutifs ayant des troubles vésicosphinctériens d’origine neurologique pris en charge par la réalisation d’une cystectomie laparoscopique associée à une dérivation non continente de type Bricker. La charge en soins a été évaluée par la méthode de soins infirmiers individualisés à la personne soignée (SIIPS). Trois types de soins ont ainsi été évalués : les soins de base (SB), techniques (ST) et relationnels (SR). Les résultats ont été comparés aux 15 premiers patients opérés durant la même période d’une cystectomie laparoscopique associée à une dérivation non continente de type Bricker pour un cancer de vessie.
Résultats : La charge en soins de base était supérieure chez les patients neurologiques par rapport aux patients oncologiques la veille de l’intervention et à compter du troisième jour postopératoire jusqu’au huitième jour postopératoire. La charge en soins relationnels était supérieure chez les patients neurologiques par rapport aux patients oncologiques les deuxième, troisième, sixième et septième jours postopératoires. Aucune différence n’a été notée en termes de soins techniques entre les deux groupes.
Conclusion : En dehors du jour de l’intervention et du premier jour postopératoire, la charge en soins de base et relationnels est plus élevée chez les patients neurologiques que chez les patients oncologiques. Aucune différence n’a été notée en termes de soins techniques entre les deux groupes.

Objectives: To assess the nurses’ workload in care of the neurological patients operated in a department of urology and compare it to the nurses’ workload of oncological patients.
Method: Between 2006 and 2007, a prospective study was realized in 15 consecutive patients with neurogenic voiding dysfunction managed by laparoscopic cystectomy and ileal conduit urinary diversion. The nurses’ workload was assessed by the soins infirmiers individualisés à la personne soignée (SIIPS) indicator. Three types of care were so estimated: basic care, technical care and relational care. Results were compared with the first 15 patients in whom, during the same period, a laparoscopic cystectomy and ileal conduit urinary diversion was performed to treat a bladder cancer.
Results: The nurses’ workload in basic care was higher for the neurological patient's compared to the oncological patients the day before the intervention and from the third postoperative day until the 8th postoperative day. The nurses’ workload in relational care was higher in the neurological patient's the 2nd, 3rd, 6th and 7th postoperative days. No difference was noted in terms of technical care between both groups.
Conclusion: Except the operative day and the first postoperative day, the nurses’ workload in relational and basic care is higher in the neurological patient's than in the oncological patients. No difference was noted in terms of technical care between both groups.

Mots clés:
vessie neurologique / Charge en soins / Cystectomie
Mots-clés:
neurogenic voiding dysfunction / Workload / Cystectomy
Gangrène de Fournier : revue de la littérature récente
Fournier's gangrene: A review of the recent literature
2009
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, 2, 75-84

La gangrène de Fournier est une fasciite nécrosante rapidement progressive du périnée et des organes génitaux externes. Elle est secondaire à une infection polymicrobienne par des bactéries aérobies et anaérobies ayant une action synergétique. L’étiologie est identifiée dans 95 % des cas. La source de l’infection est, soit cutanée, urogénitale ou colorectale. Des facteurs favorisants, comme l’âge, le diabète et l’immunodépression, sont souvent présents chez les patients atteints. Un traitement urgent et agressif est primordial pour assurer la survie du patient. Une rééquilibration hydroélectrolytique, avec une antibiothérapie à large spectre suivies rapidement par un débridement chirurgical, est la base du traitement. Cependant, la mortalité reste élevée, de l’ordre de 20 à 80 %, souvent en raison du retard dans le diagnostic et la prise en charge. Les patients qui survivent à l’infection vont subir des chirurgies de reconstruction avec des séquelles parfois très marquées en rapport avec l’étendue de la fasciite et du débridement.

Fournier’s gangrene is a rapidly progressive necrotizing fasciitis of the perineum and external-genital organs. It is secondary to polymicrobial infection by aerobic and anaerobic bacteria with a synergistic action. The aetiology is identified in 95% of cases. The source of infection is either cutaneous, urogenital or colorectal. Predisposing factors, such as age, diabetes and immunodepression, are often present in affected patients. Urgent and aggressive treatment is essential to ensure the patient’s survival. Treatment consists of restoration of the fluid and electrolyte balance and broad-spectrum antibiotic therapy rapidly followed by surgical debridement. However, the mortality remains high, about 20 to 80%, frequently, due to delayed diagnosis and management. Patients who survive the infection require reconstructive surgery with sometimes marked sequelae related to the extent of fasciitis and debridement.

Mots clés:
gangrène de Fournier / Fasciite nécrosante
Mots-clés:
Fournier's gangrene / Necrotizing fasciitis
Métastases endovésicales de mélanome malin cutané : à propos d'un cas et revue de la littérature
Bladder metastasis of malignant melanoma: A case report and review of literature
2009
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, 2, 139-141

Les métastases vésicales de mélanome malin cutané restent une entité clinique rarissime avec moins de dix cas décrits dans la littérature internationale lors des 30 dernières années. À notre connaissance, notre observation concerne le premier cas relaté en langue française.

Metastatic malignant melanoma to the urinary bladder remains rare in clinical practice with less than 10 cases reported in the last 30 years in the literature. According to our knowledge, our case report is the first in french language.

Mots clés:
Maladie métastatique / Mélanome malin / Vessie
Mots-clés:
Metastatic disease / Malignant melanoma / Urinary bladder
Oncocytose rénale : à propos d'un cas
Renal oncocytosis: Case report
2009
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, 2, 142-144

Les oncocytomes représentent 5 % des tumeurs rénales. L’oncocytome est une tumeur bénigne, le plus souvent asymptomatique et de découverte fortuite. Son traitement de référence est la tumorectomie lorsqu’elle est techniquement réalisable. Schématiquement l’exérèse chirurgicale est indiquée lorsque la tumeur devient symptomatique, volumineuse ou lorsqu’elle croît rapidement. Dans une faible proportion de cas, les oncocytomes se présentent sous forme de tumeurs bilatérales et/ou multifocales. Ces formes sont le plus souvent sporadiques ou s’intègrent dans le cadre du syndrome de Birt-Hogg-Dubé. Nous rapportons ici le cas clinique d’un patient atteint d’oncocytose rénale, entité rare qui se caractérise par l’envahissement du parenchyme rénal par des nodules oncocytaires.

Renal oncocytoma represent 5% of kidney tumors. Oncocytoma is a benign tumor, usually asymptomatic and fortuitous discovery. Standard treatment is tumorectomy when technically feasible. Surgery is indicated when oncocytoma becomes symptomatic, large or grows quickly. In a small proportion of cases, oncocytomas are bilateral and/or multifocal. These forms are most often sporadic or are integrated in the Birt-Hogg-Dube syndrome. We report here the case of a patient suffering from renal oncocytosis responsible for a diffuse renal involvement by numerous oncocytic nodules.

Mots clés:
oncocytome / Néphrectomie partielle / Oncocytose rénale / Oncocytomatose
Mots-clés:
oncocytoma / Nephron sparing surgery / Renal oncocytosis / Oncocytomatosis
Résultats de la néphrectomie partielle pour les carcinomes à cellules rénales de plus de 4 cm
Results of nephron-sparing surgery for renal cell carcinoma of more than 4 cm in diameter
2009
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, 2, 69-74

Le traitement de référence actuel des carcinomes à cellules rénales (CCR) de plus de 4 cm est la néphrectomie totale élargie (NTE). Depuis la fin des années 1990, plusieurs équipes se sont intéressées à la néphrectomie partielle (NP) pour le traitement des tumeurs de plus de 4 cm. Cette technique chirurgicale a l’avantage d’offrir au patient une moindre détérioration de la fonction rénale au prix d’une morbidité à peine supérieure, avec des taux de récidive et de survie identiques à la NTE. Les séries récentes de la littérature ne mettent pas en évidence de différence carcinologique à moyen terme entre la NP et la NTE. Les taux de survie spécifique et sans récidive à cinq ans (de 82 à 97,3 % et de 81 à 97,3 %, respectivement) ont confirmé que la NP était une alternative viable à la chirurgie radicale. Concernant la voie d’abord laparoscopique, le recul est encore limité pour pouvoir tirer des conclusions définitives vis-à-vis de la chirurgie ouverte. Cette voie d’abord n’a pas totalement fait la preuve de son innocuité. Toutefois, le recul et l’hétérogénéité des séries restent encore limités. Selon les recommandations, il faut limiter les indications de principe de la NP aux tumeurs de moins de 4 cm, dogme remis en cause en cas d’indication de nécessité. Dans la pratique, les indications tendent en réalité à s’élargir au-delà de la limite dogmatique de 4 cm, les chirurgiens prenant en considération les contraintes techniques ou anatomiques pour l’exérèse plutôt que la taille de la tumeur. La NP entraîne un risque accru d’hémorragie peropératoire, notamment en cas de tumeur de plus de 4 cm. Il est donc indispensable d’effectuer une cartographie optimale de la vascularisation du rein et de planifier la chirurgie d’exérèse en fonction des données exhaustives fournies par l’imagerie préopératoire.

To date, radical nephrectomy (RN) remains the gold standard treatment for renal cell carcinoma (RCC) larger than 4 cm. However, from the early 1990's, improvements in surgical techniques have lead to the development of nephron-sparing surgery (NSS) for small renal tumours of less than 4 cm in diameter. This surgical procedure avoids nephronic waste with an acceptable morbidity and similar oncological outcomes compared to radical surgery. Recent large published series did not show any difference between NSS and RN in terms of oncological safety. Specific and disease-free five-year survival rates (82% to 97.3% and 81% to 97.3%, respectively) have confirmed the safety of NSS. Regarding laparoscopic NSS, the technique is still under evaluation and only mid-term outcomes are available so far. However, these studies are still limited and longer follow-up is needed before any definitive statement can be made. Current guidelines recommend NSS only in case of RCC of less than 4 cm in diameter in elective indications. In daily practice however, surgical teams are pushing back the limit above the threshold of 4 cm. More and more surgeons are either considering anatomical location or technical expected difficulties rather than just the tumour size. NSS leads to higher risk of bleeding, especially in case of tumours larger than 4 cm. Therefore, it is absolutely necessary to investigate thoroughly the vascularization of the tumour to avoid such complications with exhaustive and accurate preoperative imaging.

Mots clés:
chirurgie conservatrice / Tumorectomie rénale / Cancer à cellules rénales / Taille tumorale / Marges chirurgicales
Mots-clés:
Nephron-sparing surgery / Tumorectomy / Renal cell carcinoma / Tumour size / Surgical margins
Techniques et innovations en radiothérapie pour le traitement conservateur des cancers infiltrants localisés de vessie
State of the art and advances in radiotherapy for bladder cancer
2009
- Mise au point
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, 2, 85-93

La cystectomie radicale est le traitement de référence des cancers infiltrants de vessie non métastatiques. Des stratégies de conservation du réservoir vésical peuvent être discutées dans des cas sélectionnés. Leurs buts sont de garantir un contrôle local et une survie identiques à ceux de la cystectomie radicale, en conservant une vessie fonctionnelle et une bonne qualité de vie. Les stratégies incluent la résection trans-uréthrale avec radiochimiothérapie, la cystectomie partielle avec curiethérapie, la radiothérapie–cystotomie–électronthérapie selon des indications strictes et avec un suivi rigoureux obligatoire. Les nouvelles techniques d’irradiation visent à augmenter le contrôle local en préservant la qualité de vie. Elles comprennent la radiothérapie guidée par l’image, le boost concomitant avec irradiation conformationnelle ± modulation d’intensité, la curiethérapie haut débit ou débit pulsé, ou une irradiation conformationnelle avec système de « tracking » de la tumeur par le Cyberknife™. Les indications spécifiques de ces techniques innovantes sont discutées.

Radical cystectomy is the treatment of choice for nonmetastatic, muscle-infiltrating bladder cancer. However, bladder-sparing approaches can be discussed in carefully selected patients. Bladder-preservation protocols aim to guaranty local control and survival with a functional bladder and a good quality of life. Such strategies include combinations of transurethral resection and radiochemotherapy, partial cystectomy and brachytherapy, radiotherapy–cystotomy and electrontherapy. Strict selection criteria and close follow-up are mandatory. New irradiation techniques hold the promise to improve local control by selectively boosting the dose to the tumor while better sparing the organs at risk. Such advances include the use of multimodal imaging, image-guided radiotherapy, concomitant boost with conformal irradiation ± intensity modulated radiation therapy. Brachytherapy, either high-dose or pulsed-rate, is a promising technique for selected cases. Highly-conformal irradiation with tumor tracking using the Cyberknife™ technology may also provide opportunities to boost the tumor while reducing toxicities. Specific innovative irradiation techniques are discussed.

Mots clés:
Vessie / Cancer / radiothérapie / Curiethérapie / Préservation d'organe
Mots-clés:
bladder / Cancer / radiotherapy / Brachytherapy / organ preservation
Une technique modifiée de cystostomie continente avec iléocystoplastie d'agrandissement : à propos d'une série de 32 patients
A technique of continent vesicostomy with ileocystoplasty: Study of 32 patients
2009
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, 2, 116-121

Objectifs : Présenter dans une population d’handicapés moteurs, porteur de neurovessie, les premiers résultats d’une technique d’iléocystoplastie d’agrandissement avec cystostomie continente selon Mitrofanoff, permettant une implantation systématique de la stomie au niveau de l’ombilic sans fermer le col vésical.
Méthodes : Entre 2004 et 2006, 32 patients adultes porteurs de neurovessie ont été opérés d’iléocystoplastie d’agrandissement avec cystostomie continente selon Mitrofanoff implanté sur un lambeau vésical postérieur. L’âge moyen était de 42,2 ans. Les diagnostics neurologiques étaient : traumatisme médullaire (26), spina-bifida (deux) et sclérose en plaque (quatre). Les cystostomies étaient réalisées avec l’appendice (17) et l’iléon retubulé selon Monti (15). Les stomies étaient réalisées dans 29 cas à l’ombilic (29). Un questionnaire de satisfaction ainsi que le « Qualiveen® » était adressé en postopératoire pour évaluer la qualité de vie.
Résultats : À une moyenne de suivie de 21,6 mois, le taux de continence était de 86 %. La satisfaction des résultats fonctionnels de l’intervention et de l’aspect esthétique de la stomie était de 88 et 92 %. La dépendance à une tierce personne étaient abaissée de 36 à 12 %. Le taux de sténose stomiale était de 33 %. Douze patients ont bénéficié d’une réintervention dont huit pour sténose.
Conclusion : Cette intervention d’iléocystoplastie d’agrandissement avec cystostomie continente ombilicale répond aux objectifs de traitement des patients porteurs de neurovessie : la restauration de la continence et l’amélioration de la qualité de vie.

Objectives: To evaluate the functional outcomes and quality of life of adult's disabled motor with neurogenic bladders, who had undergone a continent catheterizable vesicostomy with ileocystoplasty permitting a systematic implantation of the stoma at the umbilicus without closure of the bladder neck.
Methods: Between 2004 and 2006, 32 adults with neurogenic bladder who underwent Mitrofanoff continent catheterizable vesicostomy with ileocystoplasty were evaluated with the “Qualiveen®” and a local satisfaction questionnaire. The median age was 42.2 years. The neurological diagnoses were: spinal cord injury (26), spina bifida (two) and multiple sclerosis (four). The cystostomies were conducted with appendix (17) and the ileum according Monti's technique (15). The stomas were conducted in 29 cases at the umbilicus.
Results: The 31 patients were followed up for a mean of 21.6 months. The continence rate was 86%. The satisfaction with functional result and aesthetic of the stoma was of 88% and 92%. Capacity to self catheterize increased from 64% to 88%. Thirty-three percent of stoma stenosis was noted and 36% of patients underwent a reintervention including 25% for stenosis.
Conclusion: The results of this study have demonstrated that the ileocystoplasty with umbilical continent vesicostomy fullfill with treatment objective's of patients with neurogenic bladder: restoration of continence and improved quality of life by granting them social life.

Mots clés:
Vessie neurogène / cystostomie continente / Mitrofanoff / Iléocystoplastie / Qualiveen®
Mots-clés:
Continent catheterizable vesicostomy / Ileocystoplasty / Neurogenic bladder / Quality of life / Qualiveen®