Base bibliographique

Chimiothérapie des organes génitaux externes chez l’homme (cancer du testicule et du pénis)
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1265-1270


But

Décrire les médicaments utilisés dans la chimiothérapie du cancer du testicule et du pénis.


Matériel et méthodes

Recherche bibliographique à partir de la base de données Medline (National Library of Medicine, outil PubMed), des sites de l’HAS et de l’ANSM. La recherche était centrée sur les caractéristiques, le mode d’action, l’efficacité et les effets secondaires des différentes classes de médicaments concernées.


Résultats

La chimiothérapie du cancer du testicule est aujourd’hui parfaitement codifiée en situation adjuvante ou en première ligne métastatique. La prescription d’une cure de carboplatine pour les tumeurs séminomateuses (stade I) en situation adjuvante est une des dernières avancées. S’agissant du cancer du pénis, les protocoles optimaux validés par un niveau de preuve élevé sont manquants.


Conclusion

La chimiothérapie dans le cancer des organes génitaux externes chez l’homme a connu peu d’avancées ces dernières années d’où la nécessité d’inclure des patients dans des protocoles de recherche clinique.


Aim

To describe drugs used in the chemotherapy of testis and penis neoplasms.


Material

Bibliographical search was performed from the database Medline (National Library of Medicine, PubMed) and websites of the HAS and the ANSM. The search was focused on the characteristics, the mode of action, the efficiency and the side effects of the various drugs concerned.


Results

Nowadays, the chemotherapy is perfectly codified in adjuvant treatment or in first-line treatment of metastatic testis cancer. A single dose of carboplatin for seminoma testicular (stade I) in adjuvant treatment situation is one of the latest advances. Concerning penis cancer, the optimal protocols validated by a high level of evidence are missing.


Conclusion

The chemotherapy in testis and penis neoplasms knew few advances in recent years. So, it is necessary to include patients in clinical research protocols.

Mots clés:
Cancer / testicule / Pénis / Chimiotherapie
Mots-clés:
Neoplsams / Testis / Pénis / chemotherapy
Généralités de prescription des anti-infectieux en urologie
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1318-1326


Objectif

Définir les généralités d’utilisation des anti-infectieux en urologie.


Matériel et méthode

Une revue des recommandations nationales ainsi que des articles publiés sur le sujet dans la base de donnée Medline, sélectionnés par mots clés, en fonction de la pertinence scientifique a été effectué.


Résultats

Alors que l’épidémiologie montre clairement la non diminution de la prescription d’anti-infectieux en France, les résistances augmentent jusqu’à mettre en exergue des germes toto-résistants. L’urologie n’échappe pas à ce constat et différents moyens sont énoncés afin d’améliorer les prescriptions faites par les urologues.


Conclusion

Le constat épidémiologique confirme la nécessité absolue d’améliorer la prescription des anti-infectieux particulièrement en urologie.


Objective

To define the general use of anti-infectious treatments in urology.


Materials and methods

A review of national guidelines and articles published on the subject in the Medline database, selected by keywords, depending on the scientific relevance was performed.


Results

While the epidemiology clearly shows the non-reduction of the anti-infectious treatments use in France, the resistance increases to highlight foo-resistant germs. Urology is not an exception to this observation, and different means are set to improve the prescription made by urologists.


Conclusion

The epidemiological observation confirms the urgent need to improve the prescription of anti-infectious treatments particularly in urology.

Mots clés:
Antibiotiques / Recommandations / Prescription / Réévaluation / Résistance antibiotique
Mots-clés:
Antibiotics / guidelines / Prescription / Réévaluation / Antibiotic resistance
La sécurité du médicament, pourquoi, comment ? « Tous les médicaments sont dangereux, certains sont utiles aussi »
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1213-1215

Mots clés:
Médicament / effet indésirable / Pharmacovigilance
Mots-clés:
Drugs / Side effects / Pharmacovigilance
La situation du générique en France en 2013
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1216-1217


Les médicaments génériques tardent à remplacer les princeps dans les officines françaises. Néanmoins, malgré une réputation douteuse et peu d’études contradictoires, leur efficacité semble identique aux molécules initiales, comme le démontrent les études réalisées par l’ANSM. La fabrication des génériques s’effectue à 85 % dans les pays européens malgré une forte proportion de matières premières en provenance d’autres continents.


Generic drugs are slow to replace the original molecule in French pharmacies. However, despite a questionable reputation and few contradictory studies, their effectiveness appears to be identical to the original molecules, as demonstrated by studies conducted by the ANSM. Manufacture generic occurs at 85% in European countries despite a high proportion of raw materials from other continents.

Mots clés:
Générique / Médicaments
Mots-clés:
Generic drugs / Drugs
Le bon critère de jugement en cancérologie n’est pas toujours celui qu’on pense
The good assessment criteria in oncology is not still the one we think
2013
- Médicaments de cancérologie urologique
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1224


Le critère de jugement principal d’un essai thérapeutique de phase III en cancérologie doit être cliniquement pertinent. En pratique, la survie globale est souvent considérée comme l’étalon or.


Mots clés:
C.
Mots-clés:
Conflict of interest / Drugs / Pharmaceutical company / Bias / Patient safety
Le conflit d’intérêts
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1218-1223


But

Définir la notion de conflit d’intérêts (CoIs) en général, dans le domaine biomédical et dans la relation médecin - industrie pharmaceutique (RMIP) en particulier. Connaître l’impact du CoI lié à la RMIP sur les activités de soin, de recherche et d’enseignement en médecine et plus spécifiquement en urologie. Exposer les moyens proposés pour limiter cet impact.


Méthode

Recherche bibliographique utilisant la littérature grise via Google pour affiner la définition du COI et l’outil PubMed avec les termes conflict of interest et urology .


Résultats

Un médecin ou un chercheur dans le domaine médical est en situation de CoIs chaque fois que son jugement, normalement au service exclusif de la santé du patient, est influencé ou pourrait l’être par des intérêts secondaires, qu’ils soient financiers ou non financiers. Ces situations existent en urologie comme dans le reste de la médecine et peuvent influencer les pratiques de soin et la production scientifique. Elles surviennent souvent, mais pas exclusivement dans le contexte de la RMIP. La prise de conscience de la nécessité d’une gestion des CoIs est récente. Trois axes de prévention existent : la transparence, la régulation et la restriction.


Conclusions

Les RMIP sont inévitables. Elles revêtent au moins quatre aspects : la promotion pharmaceutique, la participation à la formation médicale le partenariat de recherche et l’expertise. Elles sont, au moins dans le cas des partenariats de recherche, indispensables au développement de nouveaux traitements efficaces et en principe bénéfiques à l’objet premier de l’activité médicale qu’est l’amélioration de la santé à l’échelle individuelle et collective. Dans tous les cas, ces relations engendrent des situations de CoIs inhérent (inévitable). Pour autant, l’existence d’un risque ne débouche pas systématiquement sur un dévoiement inconscient (influence) ou conscient (corruption) de la prise en charge thérapeutique, de l’activité de recherche, ou du contenu des recommandations et avis d’experts. Des dispositifs de régulation sont indispensables. Une approche exclusivement prohibitionniste serait inadaptée. Des actions conjointes d’éducation des médecins, de plus grande transparence, de régulation éthique et de limitations ciblées mises en œuvre avec les sociétés savantes pourraient répondre à la problématique des CoIs liés aux RMIP.


Aim

To define what a conflict of interest is in general, in the field of medicine and more specifically in the setting of Doctor Drug Company Relationship (DDCR).


Method

Bibliographic research in the grey literature via Google to refine definitions and Pubmed searching to evaluate impact and management of CoI.


Results

Doctors or researchers have a CoI (are in the situation of) if another interest (financial or not) is in competition with the primary goal of doctors and researchers in medicine which is to promote health. Such situations occur often (not only) during DDCR. Nevertheless DDCR are necessary and beneficial at least to the development of new therapeutic drugs. Although CoIs signals an inherent risk of biased practice publication or recommendation, this does not mean the misleading will happened. Literature search demonstrates that financial CoIs may change drug prescriptions and impact publication quality or objectivity. Specific policies are needed to prevent and limit CoIs impact. Disclosure, regulation and prohibition are the main directions of such policy.


Conclusion

DDCR are usually fruitful, at least in the domain of research to develop new efficient drugs. Limitation of CoIs relies on adapted policies discussed in this paper. Medical education, disclosure, ethics regulation and specific restrictions supported by our medical associations seem more relevant.

Mots clés:
Conflit d’intérêt / Médicament / Compagnies pharmaceutiques / Biais / Sécurité du patient
Mots-clés:
Conflict of interest / Drugs / Pharmaceutical company / Bias / Patient safety
Le traitement hormonal du cancer de la prostate
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1246-1257


But

Décrire les médicaments utilisés dans le traitement hormonal (hormonothérapie) du cancer de la prostate.


Matériel

Recherche bibliographique à partir de la base de données Medline (National Library of Medicine, outil PubMed), des sites de l’HAS et de l’ANSM. La recherche était centrée sur les caractéristiques, le mode d’action, l’efficacité et les effets secondaires des différentes classes de médicaments concernées.


Résultats

Les analogues de la LHRH et les anti-androgènes demeurent la pierre angulaire dans la prise en charge du cancer de la prostate pour les stades localement évolués, métastatiques ou en cas de récidive de la maladie. Des nouvelles classes de médicaments ont émergé récemment (inhibiteur de la synthèse des androgènes, nouveaux anti-androgènes) et ont permis de repousser les limites de l’hormonorésistance et de définir le concept de résistance à la castration.


Conclusion

Le traitement hormonal du cancer de la prostate s’est enrichi de nouvelles classes thérapeutiques qui vont changer la prise en charge du cancer de la prostate dans les prochaines années où l’urologue doit prendre toute sa place.


Aim

To describe drugs used in the hormonal treatment (hormonotherapy) of prostate cancer.


Material

Bibliographical search was performed from the database Medline (National Library of Medicine, PubMed) and websites of the HAS and the ANSM. The search was focused on the characteristics, the mode of action, the efficiency and the side effects of the various drugs concerned.


Results

LHRH analogs and the antiandrogens remain the cornerstone in the treatment of locally advanced and metastatic prostate cancer. New therapeutic classes emerged recently (inhibitor of the synthesis of the androgen, the new antiandrogens) and allowed to grow again the limits of the hormone resistance and define the concept castration-resistant prostate cancer.


Conclusion

The hormonal treatment of the prostate cancer grew rich of new therapeutic classes which are going to change the medical care of the prostate cancer in the coming years and the urologist must play its full part.

Mots clés:
Cancer de la prostate / traitement hormonal / Analogues de la LHRH / Dégarélix / Anti-androgènes
Mots-clés:
prostate cancer / Hormonal treatment / LHRH analogs / Dégarélix / Antiandrogens
Le traitement non hormonal de la maladie métastatique du cancer de la prostate
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1258-1264


But

Décrire les médicaments utilisés dans le traitement non hormonal de la maladie métastatique du cancer de la prostate.


Matériel

Recherche bibliographique à partir de la base de données bibliographique Medline (National Library of Medicine, outil PubMed), des sites de l’HAS et de l’ANSM. La recherche était centrée sur les caractéristiques, le mode d’action, l’efficacité et les effets secondaires des différentes classes de médicaments concernées.


Résultats

La radiothérapie métabolique bien que sous-utilisée dans cette indication garde une place au début de la maladie. Le chlorure de radium 223 semble devoir occuper une place importante dans les prochaines années. La chimiothérapie, seul recours jusqu’à récemment dans le cancer de la prostate résistant à la castration, doit redéfinir en partie sa place. Le dénosumab apparaît être une alternative très intéressante aux bisphosphonates.


Conclusion

Le traitement non hormonal de la maladie métastatique du cancer de la prostate est en pleine mutation avec l’émergence de nouvelles molécules que l’urologue doit parfaitement connaître.


Aim

To describe drugs used in the non-hormonal treatment of metastatic prostate cancer.


Material

Bibliographical search was performed from the database Medline (National Library of Medicine, PubMed) and websites of the HAS and the ANSM. The search was focused on the characteristics, the mode of action, the efficiency and the side effects of the various drugs concerned.


Results

The metabolic radiotherapy although under-used for this indication, kept a place at the beginning of the disease. Radium-223 chloride seems to have to occupy an important place in the coming years. The chemotherapy, the only recourse until very recently in the castration-resistant prostate cancer, must redefine its place partially. The denosumab provide an interesting alternative to bisphosphonates.


Conclusion

The non-hormonal treatment of the metastatic disease of the prostate cancer is changing rapidly with the emergence of new molecules. Urologist must know perfectly these new drugs.

Mots clés:
Cancer de la prostate / Résistant à la castration / Métastases / Radiothérapie métabolique / Chimiotherapie
Mots-clés:
prostate cancer / Metastatic castration-resistant prostate cancer / Metabolic radiotherapy / chemotherapy / Bisphosphanates
Les médicaments anti-infectieux non antibiotiques en urologie
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1342-1356


Objectif

Définir les modalités d’utilisation des antiparasitaires, des antifongiques, des antiviraux et des antiseptiques en urologie.


Matériel et méthode

Une recherche bibliographique a été effectuée sur la base MEDLINE concernant tous ces traitements utilisables en urologie. Les molécules ont été classées par famille. Le mode d’action, les indications en urologie ainsi que les effets indésirables ont été détaillés. Les dossiers d’Autorisation de mise sur le marché (AMM) ont été consultés puis complétés par l’analyse de la littérature.


Résultats

Même si les affections parasitaires ou virales sont peu fréquentes en urologie, leur traitement spécifique mérite une connaissance approfondie des molécules antiparasitaires et antivirales. Les traitements antifongiques sont utilisés régulièrement en urologie avec des caractéristiques spécifiques à connaître pour améliorer le ratio efficacité/sécurité. Les antiseptiques sont utilisés quotidiennement en urologie et une meilleure connaissance de ces molécules permet une meilleure utilisation.


Conclusion

au-delà des antibiotiques, les antiviraux, les antiparasitaires et les antifongiques méritent une connaissance approfondie. Les antiseptiques, bien qu’utilisés quotidiennement, ont des caractéristiques peu connues.


Objective

To define the terms of use of pesticides, antifungal, antiviral and antiseptic treatments in urology.


Materials and methods

A literature search was conducted on MEDLINE for all these treatments used in urology. The molecules were classified by family. Modes of action, indications in urology and adverse effects have been detailed. Authorisation files were consulted and then complemented by a literature analysis.


Results

Although parasitic or viral diseases are uncommon in urology, their specific treatment deserves a thorough knowledge of pesticide and antiviral molecules. Antifungal treatments are regularly used in urology with special features to know to improve the efficacy/safety ratio. Antiseptics are used daily in urology and a better understanding of these molecules allows better use.


Conclusion

Beyond antibiotics, antiviral, antiparasitic and antifungal deserve a thorough knowledge. Antiseptic although used daily have features little known.

Mots clés:
Antiparasitaires / Antifongiques / Antiviraux / Antiseptiques
Mots-clés:
Antiparasite treatments / Antifungal / Antivirus treatment / Antiseptic
Les médicaments antibiotiques en urologie
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1327-1341


Objectif

Définir les modalités de prescription des antibiotiques en urologie.


Matériel et méthode

Une recherche bibliographique a été effectuée sur la base MEDLINE concernant tous les antibiotiques utilisables en urologie. Les molécules ont été classées par famille. Le mode d’action, les indications en urologie ainsi que les effets indésirables ont été détaillés. Les dossiers d’AMM ont été consultés puis complétés par l’analyse de la littérature.


Résultats

Environ 8 classes d’antibiotiques sont utilisables en urologie de façon régulière. Les modes d’action, les indications et les effets indésirables sont discutés.


Conclusion

Compte tenu de l’augmentation des résistances des germes impliqués dans les infections urologiques aux quinolones, il est indispensable de maîtriser la prescription d’environ 8 classes d’antibiotiques.


Objective

To define prescription modalities for the use of antibiotics in urology.


Methods

A bibliographic research was performed using the MEDLINE database concerning all the antibiotics usable in urology. Treatments were classified by families; modes of action, indications in urology and adverse events have been detailed. Administrative files for commercial use have been consulted and associated with literature analysis.


Results

About 8 classes of antibiotics are usable in urology in a routine use. How they work, indications in urology and adverse events are discussed.


Conclusion

Knowing that bacterial resistance to quinilones is increasing dramatically, it seems imperative to control the use of 8 classes of antibiotics.

Mots clés:
Antibiotiques / Bêtalactamines / Quinolones / Cotrimoxazole / Fosfomycine
Mots-clés:
Antibiotics / Bêtalactamines / Quinolones / Cotrimoxazole / Fosfomycine
Les médicaments de la médecine sexuelle
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1299-1311


Objectif

Décrire les médicaments efficaces en médecine sexuelle.


Méthode

Recherche bibliographique (NLM outil PubMed) centrée sur le mode d’action, l’efficacité et les effets indésirables des classes concernées complétée par recherche sur les sites de l’HAS et de l’ANSM.


Résultats

Les IPDE5 et l’alprostadil intracaverneux sont les deux médicaments de première et deuxième ligne efficace pour la dysfonction érectile. L’éjaculation prématurée a désormais un traitement spécifique avec l’obtention de l’AMM pour la dapoxetine. La supplémentation androgénique est efficace sur les troubles du désir au cours des hypogonadismes d’autant plus que la testostéronémie initiale est basse. Les dysfonctions sexuelles féminines n’ont pas bénéficié d’avancées comparables bien que des pistes pharmacologiques crédibles arrivent au stade de l’évaluation clinique de phase III.


Conclusion

Le médicament est un des outils thérapeutiques dont dispose la médecine sexuelle. Malgré des avancées spectaculaires telles que l’avènement des IPDE5 dans la dysfonction érectile, le retard accumulé dans la connaissance de la physiologie, la physiopathologie et la pharmacologie des fonctions sexuelles limite encore ses possibilités en particulier chez la femme.


Aim

To describe drugs used in sexual medicine.


Method

Pubmed search for efficacy, mode of action and side effects for each molecule. Additional data were searched from the French regulatory agencies web sites (HAS and ANSM).


Results

5PDIs and intracavernous injection of alprostadil are first- and second-line therapies of erectile dysfunction. Dapoxetine is the first specific and approved treatment of premature ejaculation. Androgene supplementation improves sexual desire among patient with hypogonadism as much as initial serum testosterone levels are low. Female sexual dysfunctions pharmacology is to date less developed, although candidate drugs reach phase III clinical studies.


Conclusion

Pharmacology is one but not the only therapeutic avenue in sexual medicine. Despite real breakthrough such as 5PDIs for erectile dysfunction, incomplete knowledge and understanding of physiology, pathophysiology and pharmacology of human sexual function reduces its development particularly for women.

Mots clés:
dysfonction érectile / Éjaculation prématurée / IPDE5 / Testostérone / déficit androgénique
Mots-clés:
erectile dysfunction / Premature ejaculation / 5PDIs / Testostérone / Testosterone deficiency
Les médicaments de la vessie
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1271-1286


Objectif

Décrire les médicaments des principales dysfonctions de la vessie : syndrome clinique d’hyperactivité vésicale (SCHV), hyperactivité du détrusor neurogène (HDN) et syndrome de douleur vésicale (SDV).


Méthode

Recherche bibliographique (NLM outil PubMed) centrée sur le mode d’action, l’efficacité et les effets indésirables des classes concernées complétée par recherche sur les sites de l’HAS et de l’ANSM.


Résultats

Les anticholinergiques antimuscariniques (ACH) demeurent le traitement pharmacologique de première ligne du syndrome clinique d’hyperactivité vésicale (SCHV) idiopathique ou de l’hyperactivité détrusorienne neurogène (HDN). Les bêta-3 adrénergiques, autorisés par l’European Medicine Agency (EMA) et en attentes d’AMM ont une efficacité comparable au ACH dans le SCHV avec un profil de tolérance favorable. Les évaluations post autorisation devront préciser leur profil efficacité/tolérance en usage réel, évaluer leur place vis-à-vis des ACH et l’intérêt de l’association à d’autres médicaments du cycle mictionnel. Les inhibiteurs de la phosphodiestérase 5 (IPDE5) en prise continue, seuls ou associés à un α-bloquant, sont efficaces et approuvés dans le SCHV de l’homme avec ou sans obstruction sous-vésicale. L’injection d’un médicament à base de toxine botulique A (TBA) dans la paroi vésicale est efficace et approuvée en deuxième ligne pour l’incontinence par HDN résistante aux ACH chez des patients SEP ou blessés médullaires pratiquant les auto-sondages. En deuxième ligne pour l’incontinence par SCHV idiopathique, les résultats des études convergent quant à l’efficacité cependant les modalités exactes du traitement sont en cours d’analyse en vue d’une AMM. Aucun des médicaments per os ou en instillation endovésicale utilisés dans le SDV ne fait l’objet d’AMM. Seul le pentosan polysulfate et le DMSO sont éligibles à l’ATU malgré des données divergentes d’efficacité pour le premier et anciennes non confirmées pour le second. Leurs effets sont considérés comme faibles. Il n’y a pas de médicament améliorant efficacement la contraction détrusorienne en cas d’hypo- ou d’acontractilité.


Conclusion

L’arsenal pharmacologique des dysfonctions vésicales non douloureuses s’enrichit de trois nouvelles classes thérapeutiques. L’efficacité en usage réel (post AMM), les possibilités de traitement combiné de ces molécules modulant le message afférent d’origine vésicale par des voies d’action complémentaires et leur sécurité dans ce contexte devront être étudiées dans chaque sous-populations (femmes, sujets obstructifs, âgés, neurologiques, pédiatriques). Ces résultats conduiront à revoir les algorithmes thérapeutiques des troubles mictionnels.


Aim

To describe drugs targeting urinary bladder to treat bladder dysfunctions such as OAB, NDO and bladder pain syndrome.


Method

Pubmed search for efficacy, mode of action and side effects for each molecule. Additional data were searched from the French regulatory agencies web sites (HAS and ANSM).


Results

Anticholinergics antimuscarinics remain the first-line treatment option for both OAB and NDO. Beta-3 adrenergics emerges as a new therapeutic class for OAB. Post approval safety as well as association with other micturition cycle's drugs need to be evaluated. Phosphodiesterase 5 inhibitors are effective to treat BPH-related LUTS including storage symptoms. Botulinum toxin type A injections within the detrusor are effective and approved to treat NDO in MS and spinal cord injured patients voiding with clean intermittent catheterization. Evaluation of such approach to treat OAB is ongoing. Drug therapy for bladder pain syndrome has limited efficacy including pentosan polyphosfate despite it has a temporary autorisation. There is no drug treatment to restore or improve bladder contraction.


Conclusion

Armamenterium to treat bladder dysfunction has recently increased. Three new therapeutic classes emerged. Careful post approval evaluation is mandatory and study of these drugs’ combination is expected. Results should drive changes in bladder dysfunction treatment algorithms.

Mots clés:
anticholinergiques / Bêta-3 agonistes / Inhibiteur des phosphodiestérases / Toxine botulinique / Syndrome clinique d’hyperactivité vésicale
Mots-clés:
Anticholinergic / Beta-3 adrenergic / Botulinum toxin / Overactive bladder / Neurogenic detrusor overactivity
Les médicaments de l’urètre
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1287-1298


Objectif

Décrire les médicaments agissant sur l’urètre et ses dysfonctions, SUBA liés à l’HBP, dysfonction sphinctériennes augmentant les résistances (maladie du col, dyssynergies vésicosphinctériennes lisse et striée) ou les diminuant (insuffisance sphinctérienne).


Méthode

Recherche bibliographique (NLM outil Pubmed) centrée sur le mode d’action, l’efficacité et les effets indésirables des classes concernées complétée par recherche sur les sites de l’HAS et de l’ANSM.


Résultats

Pour les SUBA liés à l’HBP : les alpha-bloquants (AB) et les inhibiteurs des 5-alpha réductases (I5AR) ont une efficacité plus nette que les extraits de plantes (Serenoa repens [SR] et Pygeum africanum [PA]). Les I5AR sont désormais réservés à un usage de 2e intention. Les inhibiteurs des phosphodiestérases 5 (IPDE5) en prise quotidienne ont une action urétrale et vésicale, ils sont efficaces sur les SUBA lié à l’HBP indication pour laquelle ils sont une nouvelle classe thérapeutique. Les AB sont une option dans la maladie du col. Dans la dyssynergie vésicosphinctérienne des patients souffrant de SEP ils bénéficient d’une prise en charge dérogatoire. Les médicaments à base de toxine botulique sont capables de réduire transitoirement la pression urétrale des patients blessés médullaires ou SEP mais leur efficacité en pratique clinique reste à démontrer. La Duloxétine malgré une efficacité démontrée dans l’IUE féminine n’a pas d’AMM en France du fait d’un profil efficacité/tolérance médiocre.


Conclusion

L’arsenal pharmacologique ciblant l’urètre s’est enrichi de deux nouvelles classes thérapeutiques : les IPDE5 pour les SUBA liés à l’HBP et les IRSN avec la Duloxétine pour l’IUE. Ces deux classes ont en commun des actions combinées au niveau de l’urètre et de la vessie. Seuls les IPDE5 sont disponibles en pratique clinique quotidienne. L’évaluation de l’efficacité et la tolérance des combinaisons de médicament de l’urètre et de la vessie est en cours elle ouvre la voie à une modulation pharmacologique plus fine des dysfonctions du cycle mictionnel.


Aim

To describe drugs targeting urethra and prostate to treat dysfunctions such LUTS related to BPH, primary bladder neck obstruction (PBNO), detrusor sphincter dyssynergia (DSD) or sphincter deficiency (SD).


Method

Pubmed search for efficacy, mode of action and side effects for each molecule. Additional data were searched from the French regulatory agencies web sites (HAS and ANSM).


Results

To treat LUTS related to BPH alpha-blockers (AB) and 5-alpha reductase inhibitors (5ARIs) have a clearer efficacy than plant extract. Daily Phospdiesterase 5 inhibitors (PDE5Is) alone or in association with AB also demonstrate efficacy in this indication. AB are an option in PBNO and DSD related to multiple sclerosis. Although Botulinum toxin A derived molecules decrease urethral pressure in patient with DSD related to spinal cord injury or multiple sclerosis, efficiency remains to be demonstrated. Duloxetine a serotonin reuptake inhibitor increases urethral sphincter pressure and reduce stress urinary incontinence in women and men. Nevertheless, moderate efficacy combine with frequent side effects lead French regulation agency to reject its agreement.


Conclusion

Armamenterium to treat urethral dysfunctions has recently increases. Two new therapeutic classes emerge: PDE5Is to treat LUTS related to BPH and an SRIs (Duloxetine) to treat stress urinary incontinence. Efficacy and safety evaluation of all the possible associations between drugs targeting urethra and/or bladder is needed to a subtler and more efficient pharmacologic modulation of lower urinary tract dysfunction.

Mots clés:
alpha-bloquant / Inhibiteur des 5-alpha réductases / Inhibiteur des phosphodiestérases 5 / Extrait de plante / Toxine botulinique
Mots-clés:
alpha-blockers / 5-alpha reductase inhibitors / Phosphodiesterase 5 inhibitors / Plant extract / Botulinum toxin
Les médicaments du cancer de vessie
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1238-1245


Objectif

Décrire les médicaments efficaces dans le cancer de la vessie.


Méthode

Recherche bibliographique (NLM outil Pubmed) centrée sur le mode d’action, l’efficacité et les effets indésirables des classes concernées, complétée par une recherche sur les sites de l’HAS et de l’ANSM.


Résultats

Les médicaments utilisés dans la prise en charge du cancer de vessie sont représentés par les produits à visée diagnostic (hexylaminolévulinate), les instillations endovésicales pour le traitement des tumeurs n’infiltrant pas le muscle et les chimiothérapies des tumeurs infiltrantes (traitement néo-adjuvant ou tumeurs métastatiques). L’hexylaminolévulinate permet en cystoscopie d’identifier un nombre significativement plus important de lésions, notamment de type carcinome in situ, par rapport à la cystoscopie conventionnelle en lumière blanche. Concernant les instillations endovésicales, le BCG a une efficacité supérieure à la Mitomycine C avec une tolérance inférieure. Les chimiothérapies proposées pour les tumeurs infiltrantes ne sont efficaces en situation métastatique que dans 15 à 20 % des cas avec une survie moyenne de 12 à 14 mois.


Conclusion

En dehors de l’utilisation de l’hexylaminolévulinate pour l’amélioration du diagnostic, il n’y a pas eu dans les dernières années émergence de nouveaux médicaments pour la prise en charge du cancer de vessie. Les thérapies ciblées actuellement disponibles pour de nombreuses néoplasies se sont avérées inefficaces pour le cancer de vessie.


Aim

To describe drugs used in bladder carcinoma.


Method

Pubmed search for efficacy, mode of action and side effects for each molecule. Additional data were searched from the French regulatory agencies web sites (HAS and ANSM).


Results

The drugs used in the treatment of bladder cancer are represented by the products referred to diagnosis (hexyl aminolevulinate), the intravesical instillations for the treatment of tumors not infiltrating the muscle and the infiltrating tumor chemotherapy (neo-adjuvant treatment or metastatic tumors). The hexyl aminolevulinate cystoscopy allows to identify a significantly greater number of lesions, including carcinoma in situ, compared to conventional white light cystoscopy. For intravesical instillations, BCG has a superior efficacy to mitomycin C with a lower tolerance. The chemotherapies for invasive tumors are effective in metastatic disease in 15–20% of cases with a mean survival of 12 to 14 months.


Conclusion

Except the use of hexyl aminolevulinate for improving the diagnosis, there was no emergence in recent years of new drugs for the treatment of bladder cancer. Targeted therapies currently available for many neoplasms were ineffective for bladder cancer.

Mots clés:
Cancer de la vessie / Diagnostic / instillations endovésicales / BCG / Chimiotherapie
Mots-clés:
bladder cancer / Diagnosis / Bladder instillations / BCG / chemotherapy
Les médicaments du cancer du rein
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1225-1237


Objectif

Décrire les médicaments efficaces dans le cancer du rein.


Méthode

Recherche bibliographique (NLM outil Pubmed) centrée sur le mode d’action, l’efficacité et les effets indésirables des classes concernées, complétée par une recherche sur les sites de l’HAS et de l’ANSM.


Résultats

Depuis 2007, sont apparues au total 3 différentes classes thérapeutiques dans la prise en charge du cancer du rein métastatique. Ces 3 classes sont les inhibiteurs des tyrosines kinases avec le sunitinib et le sorafénib, les anticorps anti-VEGF (le bévacizumab qui est associé à l’interféron alpha dans le traitement du cancer du rein évolué) et les inhibiteurs de mTOR avec le temsirolimus et l’évérolimus. Ces thérapies, dites ciblées, constituent une avancée majeure dans la prise en charge des patients atteints de cancers du rein métastatique. Les effets secondaires rencontrés avec ces molécules sont nombreux mais les effets secondaires graves représentent moins de 5 % de l’ensemble des effets secondaires rapportés.


Conclusions

Une meilleure compréhension des mécanismes moléculaires a permis le développement de nouvelles thérapeutiques dans le traitement du carcinome rénal métastatique. Dans l’avenir, une approche personnalisée prenant en compte la biologie de chaque tumeur pourrait voir le jour pour proposer un traitement encore plus ciblé.


Aim

To describe drugs used in renal cell carcinoma.


Method

Pubmed search for efficacy, mode of action and side effects for each molecule. Additional data were searched from the French regulatory agencies websites (HAS and ANSM).


Results

Since 2007, a total of three different therapeutic classes in the management of metastatic renal cell carcinoma are available. These three classes are tyrosine kinase inhibitors with sunitinib and sorafenib, the anti-VEGF antibodies (bevacizumab which is associated with alpha interferon in the treatment of advanced kidney cancer) and mTOR inhibitors with temsirolimus and everolimus. These targeted therapies are a major progress in the treatment of patients with metastatic kidney cancer. The side effects encountered with these molecules are numerous but serious side effects are less than 5% of all reported side effects.


Conclusions

A better understanding of molecular mechanisms has enabled the development of new therapies for the treatment of metastatic renal cell carcinoma. In the future, a personalized approach taking into account the biology of each tumor could be created to provide a more targeted treatment.

Mots clés:
cancer du rein / Thérapie ciblée / Inhibiteur de mTOR / Inhibiteur des tyrosines kinases / Anticorps anti-VEGF
Mots-clés:
Renal cell carcinoma / Targeted therapy / mTOR Inhibitor / Tyrosine kinase inhibitor / Anti-VEGF antibodies
Les traitements anti-infectieux non médicamenteux en urologie
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1357-1364


Objectif

Définir les modalités d’utilisation des vaccins, des probiotiques, de la canneberge en urologie


Matériel et méthode

Une recherche bibliographique a été effectuée sur la base MEDLINE concernant tous ces traitements utilisables en urologie. Les modes d’action, indications en urologie ainsi que les effets indésirables ont été détaillés pour chacun des traitements.


Résultats

Les vaccins font l’objet de publications dans le cadre des infections urinaires. Les produits permettant des interférences bactériennes tels que les probiotiques sont aussi utilisables, leurs propriétés sont décrites. Quant à la canneberge largement utilisé dans les infections urinaires récidivantes, l’efficacité ainsi que le mode d’action sont discutés.


Conclusion

Les vaccins anti-E. coli , la canneberge et les probiotiques peuvent être utiles en infectiologie urinaire.


Objective

To define the terms of use of vaccines, probiotics, and cranberry in urology.


Materials and methods

A literature search was conducted on MEDLINE for all these treatments used in urology. Modes of action, indications in urology and adverse effects have been detailed for each treatment.


Results

Vaccines have been published in urinary tract infections. Products for bacterial interference such as probiotics are also used, their properties are described. As for the cranberry widely used in recurrent urinary tract infections, efficacy and mode of action are discussed.


Conclusion

The anti-E. coli vaccines, cranberry and probiotics may be useful in urinary tract infection.

Mots clés:
Vaccin / Probiotique / Canneberge / infection urinaire
Mots-clés:
Vaccine / Probiotic / Cranberry / Urinary infection
L’éclosion de la thérapeutique médicale en urologie
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1199-1200

Mots clés:
D. / J.
Mots-clés:
Cancer / Carcinoma / Adrenal / adrenalectomy / Adrenocortical carcinoma
Prescrire un médicament en 2013 : aspects légaux
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1201-1207


Objectif

Décrire le cadre juridique de la prescription des médicaments en France en 2013.


Méthode

Avec l’aide d’experts juriste et médecins légiste enseignant en droit de la santé, consultation des textes légaux (légifrance.gouv.fr), analyse et résumé de ceux-ci.


Résultats

La liberté de prescription du médecin est essentielle à son action, elle est encadrée par la loi. Prescrire engage la responsabilité du médecin au plan déontologique, civil et pénal. La prescription obéit à des règles stricte dont l’objectif principal est de préserver la sécurité des patients. Ce cadre légal laisse une marge de décision au médecin en insistant sur la référence aux données scientifiques publiées et aux recommandations des sociétés savantes.


Conclusion

Connaître et respecter le cadre légal de la prescription des médicaments est essentiel à une pratique de qualité. Les sociétés savantes ont un rôle essentiel pour maintenir et améliorer l’usage des médicaments.


Aim

To describe the legal framework of medicine prescription in France in 2013.


Methods

With the assistance of lawyer and forensic pathologist, consultation (legifrance.gouv.fr), analysis, summary of French laws and rules surrounding drugs prescriptions to humans for medical purpose.


Results

Free medicine prescription is an essential feature of a doctor's action. To prescribe involve his responsibility at 3 levels: deontological, civilian and penal. Aim of the rules of medicine prescription is to preserve patient's safety and health. Doctors are encouraged to refer to recommendations and peer-reviewed publication every time the prescriptions go out of the case planned by law.


Conclusion

Knowledge and respect of medicine prescription legal rules is essential for a good quality practice. Medical societies have a major role to improve medicine use among practitioners.

Mots clés:
Médicament / Prescription / effet indésirable / Loi
Mots-clés:
Drugs / Medicine / Law / Side effect
Principes d’évaluation de l’efficacité d’un (nouveau) médicament
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1208-1212


Objectif

Pour le praticien urologue, évaluer l’efficacité d’un nouveau médicament n’est pas simple. Les sources d’informations sont multiples et de qualité inégale. Cette mise au point fourni un guide de lecture critique simple des essais thérapeutiques médicamenteux de phase III et développe la notion d’efficacité en thérapeutique humaine.


Méthode

Synthèse établie par une équipe de santé publique universitaire et illustrée d’exemples dans le domaine de l’urologie.


Résultats

La lecture critique des essais thérapeutiques soutenant la mise sur le marché (études pivots) reste le moyen le plus objectif de « se faire une idée » de l’efficacité d’un nouveau médicament. Pourtant la notion d’efficacité des études pivots peut être éloignée du bénéfice ressenti par les patients, de leur motivation à poursuivre le traitement, ou du gain de santé en termes collectif.


Conclusion

L’évaluation de l’efficacité d’un nouveau médicament se fonde sur la connaissance des patients et du contexte d’une pathologie (pertinence des déterminants de la satisfaction du patient et de l’efficience) confrontés aux données objectives et limitées issus des essais thérapeutiques de phase III.


Aim

To give a practical guide for phase III clinical trial reading in order to evaluate independently the efficacy of a (new) drug therapy.


Method

Synthesis established by public health teachers and illustrated with examples in the field of urology.


Results

A structured and simplified critical review of clinical trial remains the main way to “have an idea” of a new drug efficacy. Efficacy in clinical trial may be far from patient satisfaction, willingness to pursue with this treatment or cost-effectiveness relevance.


Conclusion

Knowledge of patient expectation, disease evolution and epidemiology have to be put side by side to raw efficacy data coming from phase III study in order to evaluate efficiency and effectiveness of new drugs therapy.

Mots clés:
Randomisation / Essai clinique / Critère de jugement / efficacité / Efficience
Mots-clés:
Clinical trial / Randomisation / Primary outcome / efficacy / Efficiency
Prise en charge pharmacologique de la lithiase urinaire
2013
- Réf : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1312-1317


Objectif

Connaître la place du traitement médical dans la prise en charge actuelle de la lithiase urinaire.


Méthode

Synthèse établie à partir d’une recherche bibliographique PubMed résumée et organisée par un collège de lecteurs (SD, JL, KB, OT).


Résultat

L’incidence de la lithiase urinaire est en augmentation constante dans les pays industrialisés et sa prévalence en France, dans la population générale, est estimée à 10 %. Du fait d’un taux de récidive important, elle engendre un véritable problème de santé publique. Des avancées significatives dans la prise en charge chirurgicale et médicale de la lithiase urinaire au cours des trois dernières décennies ont amélioré les perspectives pour les patients à haut risque de récidive.


Conclusion

La compréhension des désordres physiologiques à l’origine de la formation de calculs a permis d’identifier au moins un facteur chez la plupart des patients sur lequel il sera possible d’agir grâce à des mesures diététiques adaptées, associées dans certains cas à un traitement pharmacologique afin de réduire la récidive lithiasique.


Aim

To describe the pharmacotherapy of urinary lithiasis.


Method

Results of a literature search (PubMed) was summarized by an experts board.


Results

The incidence of urolithiasis constantly increases in industrialized countries and its prevalence in France is estimated around 10% in the general population. Due to its high recurrence rate urolithiasis is a public health concern. Significant progresses in both surgery and pharmacotherapy during the last thirty years markedly improve prognostic of high recurrence risk patients.


Conclusion

Better understanding of the physiologic disturbances involve in stone formation has allowed to identify at lest one factor in every subset of patient in which diet and pharmacotherapy will reduce the recurrence rate. In this review are discussed treatments of the crisis as well as the metabolic treatment.

Mots clés:
Lithiase urinaire / traitement médical
Mots-clés:
Urinary lithiasis / Medical treatment