Base bibliographique

Conclusion
Conclusion
2019
- Réf : Prog Urol, 2019, 14, 29, 896-897

  Conclusion

Mots clés:
P. / E. / G. / Y.
Mots-clés:
Kidney cancer / Elderly / Immunothérapies / Targeted therapies
Évaluation du patient âge présentant un cancer
Evaluation of the elderly patient with cancer
2019
- Réf : Prog Urol, 2019, 14, 29, 807-827

But

Expliquer la notion de fragilité, puis expliquer le caractère indispensable de la détection de fragilités chez le patient âgé et, en cas de fragilité suspectée, la nécessité d’une évaluation gériatrique. Décrire les modalités de cette évaluation du patient âgé présentant un cancer, la place que doivent tenir les résultats de cette évaluation dans la prise de décision thérapeutique, ainsi que le rôle du gériatre dans le parcours de soin.

Méthode

Recherche bibliographique à partir de la base de données bibliographiques Medline (NLM outil Pubmed) et Embase, ainsi que sur les sites internet des sociétés savantes de gériatrie, de l’Institut national du cancer à partir des mots-clés suivants : personne âgée, gériatrie, cancer, fragilité, évaluation, décision.

Résultats

La détection de fragilités a pour objectif d’optimiser les soins pour maintenir l’indépendance, voire la survie, du patient. La prévalence de la fragilité augmente avec l’âge et le diagnostic de cancer. La détection des fragilités du patient âgé présentant un cancer est réalisée à l’aide du questionnaire G8 recommandé par l’INCa. En cas d’anomalie ou de justification clinique, le patient reçoit alors une évaluation gériatrique, procédure multidimentionnelle et multidisciplinaire. Le clinicien peut faire appel pour cela à l’UCOG de la région dans laquelle il exerce. La pertinence des décisions de soin se fondera sur les résultats de cette évaluation. Le gériatre se positionne comme un partenaire crucial qui sera impliqué dans tout le parcours de soins.

Conclusion

La détection de fragilités chez le patient âgé présentant un cancer est une obligation. L’évaluation consécutive peut être assurée l’UCOG de la région considérée. Les résultats de l’évaluation serviront de base pour toute prise de décision thérapeutique et la préservation de l’indépendance du patient restera la priorité.

Purpose

To explain the notion of frailty, then to explain how crucial is the detection of frailty detection in the elderly patient, and, in cases of suspected frailty, how crucial is the need for geriatric assessment. To describe (i) how this assessment of the elderly cancer patient is performed, (ii) how the results of this geriatric assessment must drive the decision making, and (iii) the role of the geriatrician in the care pathway.

Method

Bibliographic research from the Medline bibliographic database (NLM Pubmed tool) and Embase, as well as on the websites of scientific geriatric societies, from the National Cancer Institute using the following keywords: elderly, geriatrics, cancer, frailty, assessment, decision making.

Results

The goal of frailty detection is to optimize care, to maintain the independence and the survival of the patient. The prevalence of frailty increases with the age and the diagnosis of cancer. Detection of frailty in the elderly patient with cancer is performed using the G8 questionnaire recommended by the INCa. In case of anomaly or clinical justification, the patient receives a geriatric assessment, which is a multidimensional and multidisciplinary procedure. The clinician can call on the UCOG of the region in which he practices. The relevance of medical decisions will be based on the results of this geriatric assessment. The geriatrician plays a crucial role and will be involved throughout the care.

Conclusion

The detection of frailty in the elderly patient with cancer is obligatory. Consecutive geriatric assessment can be performed by the UCOG of the region. The results of the geriatric assessment must serve as a basis for any therapeutic decision making and the preservation of the independence of the patient must remain the priority.

Mots clés:
personne âgée / Gériatrie / Cancer / Fragilité / Évaluation
Mots-clés:
Elderly / Geriatrics / Cancer / Frailty / assessment
Introduction
Introduction
2019
- Réf : Prog Urol, 2019, 14, 29, 795-796

  Introduction

Mots clés:
P. / E. / G. / Y.
Onco-urologie du sujet âgé : aspects épidemiologiques et biologiques
Onco-urology of the aging patient: Epidemiological and biological aspects
2019
- Réf : Prog Urol, 2019, 14, 29, 797-806

But

Présenter dans un premier temps les données épidémiologiques du vieillissement et des cancers et en décrire les évolutions attendues. Présenter dans un second temps les données biologiques et génétiques concernant le vieillissement et les relations entre veillissement et oncogenèse.

Méthode

Recherche bibliographique à partir de la base de données bibliographiques Medline (NLM outil Pubmed) et Embase, ainsi que sur les sites internet des sociétés savantes de gériatrie, des Nations Unies, de la Banque Mondiale, de l’Organisation mondiale de la santé, de l’Institut National du Cancer, de la Ligue Contre le Cancer à partir des mots-clés suivants : vieillissement, personne âgée, cancer, épidémiologie, biologie, génétique.

Résultats

On observe un vieillissement de toute la population mondiale très marquée et croissant. En France, les nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués dans 62,4 % chez des patients de plus de 65 ans et dans 11,5 % chez des patients de plus de 80 ans. La mortalité par cancer y survient dans 75,3 % chez des patients de plus de 65 ans et dans 24,8 % chez des patients de plus de 80 ans. La mortalité spécifique par cancer est toujours supérieure chez les patients âgés de plus de 75 ans par rapport aux patients plus jeunes ; cela traduit, entre autre, une discrimination selon l’âge qui est appelée âgisme. On a pu établir que le vieillissement cellulaire est marqué par 9 grandes familles d’anomalies biologiques et génomiques. Vieillissement biologique et oncogenèse sont étroitement intriqués avec des relations de mieux en mieux établies. Ils sont tous deux le produit de la sélection naturelle et sont observés chez toutes les espèces ayant à la fois des tissus de renouvellement et une distinction entre tissu germinal et tissu somatique.

Conclusion

Les données épidémiologiques prédisent que la cancérologie, dont la cancérologie urologique, est en passe de devenir très majoritairement de la cancérologie gériatrique ; il est indispensable et urgent que la société y soit préparée et que chaque soignant y soit aussi préparé, c’est-à-dire, formé. Les données biologiques et génétiques plaident pour une grande intrication entre vieillissement et oncogenèse ; les recherches menées dans chacun de ces domaines devraient être rapprochées pour un bénéfice réciproque.

Purpose

First, to present the epidemiological data of aging and of cancers and to describe the respectives expected evolutions. Second, to present biological and genetic data on aging and on the relationships between aging and oncogenesis.

Method

Bibliographic search from the Medline bibliographic database (NLM Pubmed tool) and Embase, as well as from the web sites of geriatric scientific societies, the United Nations, the World Bank, the World Health Organization, the Institut National du Cancer and the Ligue Contre le Cancer from the following keywords: aging, elderly, cancer, epidemiology, biology, genetics.

Results

The entire world population is aging very significantly and very rapidly. In France, new cases of cancer are diagnosed in 62.4% of cases in patients over 65 and in 11.5% of cases in patients over 80 years. Cancer mortality occurs in 75.3% of cases in patients over 65 years of age and in 24.8% of cases in patients over 80 years of age. Cancer-specific mortality is consistently higher in patients older than 75 years compared to younger patients; this reflects, among other things, an age discrimination which is called agism. It has been established that cellular aging is marked by 9 major families of biological and genomic abnormalities. Biological aging and oncogenesis are intertwined with increasingly well established relationships. They are both the product of natural selection and they are found in all species with both renewal tissues and a distinction between germinal tissue and somatic tissue.

Conclusion

Epidemiological data predict that oncology, including urological oncology, is becoming very predominantly geriatric oncology; it is critical and urgent that society be prepared for it and that every care-giver be prepared, that is, be specifically trained. Biological and genetic data argue for a great entanglement between aging and oncogenesis; research in each of these areas should be reconciled for mutual benefit.

Mots clés:
vieillissement / personne âgée / Cancer / Épidémiologie / Biologie
Mots-clés:
Aging / Elderly / Cancer / epidemiology / Biology
Optimisation de la prise en charge du cancer de la vessie chez les patients a?gés
Optimizing the management of bladder cancer in older patients
2019
- Réf : Prog Urol, 2019, 14, 29, 849-864

But

Définir et présenter les améliorations potentielles dans la prise en charge du cancer de la vessie chez les patients âgés.

Méthode

Recherche bibliographique à partir de la base de données bibliographiques Medline (NLM outil Pubmed) et Embase à partir des mots-clés suivants : cancer de vessie, traitement, BCG, chimiothérapie, cystectomie et personne âgée.

Résultats

Les principes oncologiques de la prise en charge médico-chirurgical du cancer de la vessie ne diffèrent pas en fonction de l’âge. En revanche, les comorbidités du patient sont susceptibles d’altérer la tolérance des traitements. Au stade de TVNIM, aucune adaptation du traitement standard n’a démontré d’intérêt. Au stade de TVIM, le pronostic a été amélioré par la prise en charge gériatrique multidisciplinaire péri-opératoire.

Conclusion

Les indications et principes des traitements chirurgicaux doivent être identiques quel que soit l’âge des patients. Au stade de TVNIM, la prescription des traitements adjuvant, notamment de la BCG-thérapie ne doit pas être remise en question du fait de l’âge du patient. En revanche, au stade de TVIM localisée, la chimiothérapie néoadjuvante et adjuvante ne doivent pas être considérées comme un standard et ses indications doivent être évaluées individuellement après une évaluation gériatrique.

Aim

To define and present potential improvements for the management of bladder cancer in older patients.

Method

Bibliographical search was performed from the Medline bibliographic database (NLM Pubmed tool) and Embase focused on: bladder cancer, treatment, BCG, chemotherapy, cystectomy, and elderly.

Results

The oncological principles of medico-surgical management of bladder cancer do not differ according to age. On the other hand, the patient comorbidities have been likely to alter the tolerance of these treatments. At the NMIBC stages, no adaptation of the standard treatment has demonstrated any interest. At the MIBC stages, the prognosis was improved by geriatric multidisciplinary perioperative management.

Conclusion

The indications and principles of surgical treatments must be identical regardless of the patient age. At the NMIBC stages, adjuvant therapy, including BCG therapy, should not be questioned because of the age of the patient. On the other hand, at the localized MIBC stages, neoadjuvant and adjuvant chemotherapy should not be considered as a standard and their indications assessed individually after geriatric assessment.

Mots clés:
BCG / Cancer de la vessie / Chimiotherapie / Cystectomie / personne âgée
Mots-clés:
BCG / Bladder cancer / Elderly / Chemotherapy / Cystectomy
Spécificité de la prise en charge du cancer du rein métastatique chez le patient âgé
Specificity of the management of metastatic renal cancer in the older patient
2019
- Réf : Prog Urol, 2019, 14, 29, 874-895

But

Définir les aménagements du traitement médical par les anti-angiogéniques, l’inhibiteur de mTOR ou les immunothérapies systémiques lors de la prise en charge du cancer du rein métastatique chez les patients âgés.

Méthode

Recherche bibliographique à partir de la base de données bibliographiques Medline (NLM outil Pubmed) et Embase à partir des mots-clés suivants : cancer du rein métastatique, personne âgé, traitement.

Résultats

Les critères de sélections du traitement médical du cancer du rein métastatique chez les patients âgés sont le score IMDC nécessairement complété par le performance status , le profil de tolérance du traitement, les interactions médicamenteuses plus fréquentes, l’observance du traitement, la capacité de gestion de ses effets secondaires et la préférence des patients. Chacun de ces critères est détaillé de manière critique.

Conclusion

L’efficacité et la tolérance de traitements médicaux du cancer du rein métastatique n’ont pas été rapportées comme différentes en fonction de l’âge. Aucune adaptation posologique n’est recommandée de principe. Toutefois, la prévention et le traitement précoce des effets secondaires des traitements doivent être renforcés chez les patients âgés.

Aim

To define the necessary arrangements of medical treatment with anti-angiogenics, mTOR inhibitor or systemic immunotherapies in the management of metastatic renal cell carcinoma in elderly patients.

Method

Bibliographical search was performed from the Medline bibliographic database (NLM Pubmed tool) and Embase focused on: metastatic renal cell carcinoma, elderly, treatment.

Results

The selection criteria for the medical treatment of metastatic renal cell carcinoma in elderly patients are the IMDC score, necessarily complemented by performance status, the tolerability profile of treatments, more frequent drug interactions, treatment adherence, management capacity of side effects, and patient preference. Each of these criteria is detailed in critical ways.

Conclusion

The efficacy and tolerability of medical treatments for metastatic renal cancer have not been reported as different depending on age. No dosage adjustment is recommended in principle. However, prevention and early treatment of side effects of treatment should be strengthened in elderly patients.

Mots clés:
cancer du rein / Immunothérapies / Personne âgé / Thérapies ciblées
Mots-clés:
Kidney cancer / Elderly / Immunothérapies / Targeted therapies
Spécificités épidémiologiques, pathologiques et pronostiques du cancer de la vessie chez les patients âgés
Epidemiological, pathological and prognostic characteristics of bladder cancer in elderly patients
2019
- Réf : Prog Urol, 2019, 14, 29, 840-848

But

Définir et discuter les différences épidémiologiques, pathologiques et pronostiques du cancer de la vessie chez les patients âgés.

Méthode

Recherche bibliographique à partir de la base de données bibliographiques Medline (NLM outil Pubmed) et Embase à partir des mots-clés suivants : cancer de vessie, épidémiologie, oncogenèse, personne âgé, pronostic.

Résultats

Le cancer de la vessie concerne en premier lieu et avec une incidence croissante les personnes âgées, principalement celles consommatrices ou anciennes consommatrices de tabac. Les comorbidités associées au tabagisme, notamment vasculaires, sont fréquentes. Le vieillissement favorise la carcinogenèse tant en potentialisant les anomalies génétiques induites par le tabagisme qu’en réduisant les performances du système immunitaire pour détruire les cellules cancéreuses. Le diagnostic des cancers de la vessie est plus fréquemment retardé chez les patients âgés, ce qui contribue à détériorer le pronostic de la maladie.

Conclusion

Le vieillissement favorise la survenue et l’agressivité des cancers de la vessie. Ainsi, l’arrêt de l’exposition aux carcinogènes est à promouvoir quel que soit l’âge des patients. L’exploration d’une hématurie chez les personnes âgées doit rechercher systématiquement un cancer de la vessie.

Aim

To define and present explanations for the epidemiological, pathological and prognostic differences in bladder cancer in elderly patients.

Method

Bibliographical search was performed from the Medline bibliographic database (NLM Pubmed tool) and Embase focused on: bladder cancer, carcinogenesis, elderly, epidemiology, prognosis.

Results

Bladder cancer is a growing concern for the elderly first and foremost and with an impact, mainly those who are consumers or former users of tobacco, whose therefore frequently have comorbidities associated with this consumption. The initiated carcinogenesis extends with the life length of patients, increasing the prevalence of bladder cancer. Aging promotes carcinogenesis by both potentiating its genetic abnormalities and reducing the immune system performance of the aged host to destroy cancer cells. The delay in the diagnosis of bladder cancer in elderly patients is explained and make up for the time could improve the prognosis.

Conclusion

Regardless of variations in therapeutic effect and morbidity and mortality of treatments, aging promotes the occurrence and aggressiveness of bladder cancer. The incentive to stop exposure to carcinogens and the search for bladder cancer in patients with hematuria should not reduce with advanced age but instead be promoted in order to improve the prognosis.

Mots clés:
Cancer de la vessie / Épidémiologie / pathologie / Personne âgé / Pronostic
Mots-clés:
Bladder cancer / Elderly / epidemiology / Pathology / prognosis
Spécificités gériatriques du cancer de la prostate
Geriatric specificities of prostate cancer
2019
- Réf : Prog Urol, 2019, 14, 29, 828-839

But

Décrire l’épidémiologie du cancer de la prostate (CaP) et son histoire naturelle chez le patient âgé. Proposer des adaptations de l’évaluation gériatrique spécifiques du CaP. Rappeler les options thérapeutiques et la conduite des traitements propres aux patients âgés.

Méthode

Recherche bibliographique à partir de la base de données bibliographiques Medline (NLM outil Pubmed) et Embase, ainsi que sur les sites internet des sociétés savantes de gériatrie, de l’Institut National du Cancer à partir des mots clés suivants : personne âgée, gériatrie, cancer de la prostate, diagnostic, traitement.

Résultats

L’âge médian au diagnostic du CaP est 69 ans, faisant du CaP le type même du cancer du sujet âgé. La mortalité spécifique du CaP augmente avec l’âge. Cela traduit deux caractéristiques. Premièrement, un diagnostic des formes de stade et de grade élevés plus fréquent chez les patients âgés que chez les patients plus jeunes. Deuxièmement, un recours aux options thérapeutiques curatives moins fréquent chez les patients âgés que chez les patients plus jeunes. La SIOG propose une évaluation gériatrique spécifique pour les patients présentant un CaP ; elle peut être une aide, mais la recommandation d’une évaluation initiale des troubles cognitifs est critiquable. Nous ne disposons pas d’études thérapeutiques, ne serait ce que prospective, dédiées aux patients âgés. Cependant, un double objectif doit présider aux choix des soins chez le patient âgé : premièrement le respect des attentes propres à chaque patient et deuxièmement la recherche du bénéfice clinique global ; objectifs qui n’ont aucune raison d’être réservés aux patients âgés.

Conclusion

Le CaP chez le patient âgé répond aux recommandations diagnostiques et thérapeutiques générales en cours. Le respect de ces recommandations devrait permettre de corriger à la fois le diagnostic tardif et le sous-traitement observés.

Purpose

To describe the epidemiology of prostate cancer (PCa) and its natural history in the elderly patient. To propose adaptations of geriatric evaluation specific to PCa. Recall therapeutic options and the treatment options specific to elderly patients.

Method

Bibliographic research from the Medline bibliographic database (NLM Pubmed tool) and Embase, as well as on the websites of scientific societies of geriatrics, from the National Cancer Institute using the following keywords: elderly, geriatrics, prostate cancer, diagnosis, treatment.

Results

The median age at diagnosis for PCa is 69 years old, making PCa the very type of cancer of the elderly. The specific mortality of the disease increases with age. This translates two of its characteristics. First, a diagnosis at higher grade and stage is more common in older patients than in younger patients. Secondly, use of curative therapeutic options is less common in elderly patients than in younger patients. SIOG recommends a specific geriatric assessment for patients with PCa, which may be useful, but the need for an initial detection of cognitive disorders is open to criticism. There is no therapeutic trial, if only prospective, dedicated to elderly patients with PCa. However, decision-making in the elderly patient with PCa must pursue two goals: first, the respect of the expectations specific to each patient and secondly, the search for the global clinical benefit; goals that should not be restricted to elderly patients.

Conclusion

PCa in the elderly patient follow the current guidelines for diagnostic and for treatment. Compliance with these guidelines should eliminate both the late diagnosis and the under-treatment actually observed.

Mots clés:
personne âgée / Gériatrie / Cancer de la prostate / Diagnostic / Traitement
Mots-clés:
Elderly / Geriatrics / Prostate cancer / Diagnosis / treatment
Spécificités gériatriques du cancer du rein localisé
Geriatric specificities of localized renal cell carcinoma
2019
- Réf : Prog Urol, 2019, 14, 29, 865-873

But

Décrire l’épidémiologie du cancer du rein (CaR) et son histoire naturelle chez le patient âgé. Proposer des adaptations de l’évaluation gériatrique spécifiques du CaR. Rappeler les options thérapeutiques et la conduite des traitements propres aux patients âgés.

Méthode

Recherche bibliographique à partir de la base de données bibliographiques Medline (NLM outil Pubmed) et Embase, ainsi que sur les sites internet des sociétés savantes de gériatrie, de l’Institut National du Cancer à partir des mots-clés suivants : personne âgée, gériatrie, cancer du rein, petite masse rénale, diagnostic, traitement.

Résultats

Le CaR connaît en France une augmentation d’incidence avec un pic entre 70 et 80 ans. Cette augmentation d’incidence se fait essentiellement par le diagnostic de petites masses rénales (PMR). La mortalité spécifique du CaR augmente avec l’âge (au moins entre 75 et 95 ans). La biopsie de la tumeur, à fortiori d’une PMR, devrait être envisagée chez le patient âgé. L’évaluation gériatrique des patients porteurs d’un CaR ne présente pas de particularité en dehors de des appréciations spécifiques de la fonction rénale et du risque opératoire. Nous ne disposons pas d’essai thérapeutiques prospectifs dédiés aux patients âgés ayant un CaR localisé. Le traitement chirurgical nécessite de recourir à une réhabilitation améliorée (dont les modalités sont en cours de définition) dans lequel les gériatres tiennent une place de choix tout au long du parcours de soins. La place des traitements ablatifs percutanés doit être mieux précisée chez les patients âgés. Cependant, devant une mortalité spécifique faible, la surveillance des PMR (au moins initialement) est une option probablement appropriée, certainement sous-utilisée, même si ses conséquences sur la qualité de vie restent à préciser. Le double objectif général de l’onco-gériatrie doit présider aux choix des soins chez le patient âgé ayant un CaR : premièrement le respect des attentes propres à chaque patient et deuxièmement la recherche du bénéfice clinique global ; objectifs qui n’ont aucune raison d’être réservés aux patients âgés.

Conclusion

Le CaR est en passe de devenir un cancer majoritairement du patient âgé. Il répond aux recommandations diagnostiques et thérapeutiques générales en cours. Il est souhaitable que la recherche clinique aide à mieux définir les places respectives de la biopsie des tumeurs rénales et de leur traitement percutané.

Purpose

To describe the epidemiology of renal cell carcinoma (RCC) and its natural history in the elderly patient. To propose adaptations of geriatric evaluation specific to RCC. Recall therapeutic options and the treatment options specific to elderly patients.

Method

Bibliographic research from the Medline bibliographic database (NLM Pubmed tool) and Embase, as well as on the websites of scientific societies of geriatrics, from the National Cancer Institute using the following keywords: elderly, geriatrics, renal cell carcinoma, small renal mass, diagnosis, treatment.

Results

The incidence of RCC increases in France and peaks between 70 and 80 years. This increase in incidence is mainly due to the diagnosis of small renal masses (SMR). The specific mortality of RCC increases with age (at least between 75 and 95 years). Tumor biopsy, especially of SMR, should be considered in the elderly patient. The geriatric assessment of patients with CaR has no specificity apart from specific evaluation of renal function and operative risk. There is no prospective therapeutic trials dedicated to elderly patients with localized RCC. Surgical treatment requires the use of fast track protocol (the modalities of which are being elaborated) in which geriatricians play a key role throughout the process. The role of percutaneous ablative treatment should be better defined in elderly patients. However, given their low specific mortality, surveillance of SRM (at least initially) is probably an interesting option, certainly under-used, although its impact on quality of life remains to be clarified. The overarching goal of geriatric oncology must guide the decisions of care in the older patient with CaR: first, the respect of patient-specific expectations and secondly the search for an overall clinical benefit; objectives that have no reason to be restricted to elderly patients.

Conclusion

RCC is becoming a predominantly elderly cancer. It responds to the current general diagnostic and therapeutic guidelines. It is desirable that clinical research help to better define the respective roles of percutaneous biopsy and treatment of localized RCC.

Mots clés:
personne âgée / Gériatrie / cancer du rein / Petite masse rénale / Diagnostic
Mots-clés:
Elderly / Geriatrics / Renal cell carcinoma / Small renal mass / Diagnosis