Base bibliographique

Instillations endovésicales dans les tumeurs de vessie n’infiltrant pas le muscle (TVNIM). Perspectives d’utilisation de la thermochimiothérapie
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 14, 26, 860-864, suppl. 14


Les tumeurs vésicales n’infiltrant pas le muscle (TVNIM) sont caractérisées par un taux élevé de récidives lorsque le traitement consiste en une résection transurétrale (RTUV) isolée. Les instillations endovésicales sont faites en postopératoire dans le but de diminuer ce taux de récidive. Les agents pharmacologiques utilisés de façon standard sont la mitomycine-C (MMC) ou le bacille de Calmette-Guérin (BCG). Afin d’améliorer l’efficacité de ces traitements adjuvants et/ou diminuer leurs effets secondaires potentiels, des traitements alternatifs sont en cours d’évaluation. La MMC endovésicale, associée à l’hyperthermie, pourrait être une alternative intéressante pour les tumeurs à risque intermédiaire, voire élevé. Deux méthodes en évaluation sont rapportées : augmentation de la température de la paroi vésicale à l’aide d’un générateur endovésical de micro-ondes (Synergo®) et l’hyperthermie de la MMC avant son instillation dans la vessie (Combat BRS®).


Niveau de preuve

5.


Non-muscle-invasive bladder cancer (NMIBC) is characterised by a high risk of recurrence when performing only a transurethral resection of the bladder (TURB). Intravesical instillations are performed postoperatively to decrease the rate of recurrence. The standard agents currently used are Mitomycin-C (MMC) or bacillus Calmette-Guérin (BCG). In order to further enhance the efficacy of the adjuvant treatments and/or diminish their side effects, alternative treatments are studied. Intravesical MMC combined with hyperthermia could be an interesting alternative active treatment for intermediate- and possibly high-risk NMIBC, and has been investigated in the past years. Two methods for achieving hyperthermia are described and presently evaluated: heating the bladder wall by the mean of an intravesical microwave generator (Synergo®) and heating the MMC before it is instilled in the bladder (Combat BRS®).


Level of evidence

5.

Mots clés:
Tumeurs de la vessie / TVNIM / Hyperthermie / Chimiothérapie endo-vésicale / MMC thermochimiothérapie
Mots-clés:
bladder cancer / NMIBC / Hyperthermia / Intravesical chemotherapy / Mitomycin-C
Les biopsies prostatiques et la fusion d’image IRM-échographie
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 14, 26, 854-859, suppl. 14


Le cancer de la prostate est le 1er cancer et correspond à la 2e cause de mortalité par cancer chez l’homme en France. Il s’agit aujourd’hui d’un enjeu de santé publique majeur, compte tenu notamment de l’augmentation de la durée de vie. Si son dépistage repose sur le dosage sanguin du PSA et l’examen clinique (toucher rectal), son diagnostic nécessite l’analyse histologique de prélèvements prostatiques. Actuellement, en routine clinique, ces biopsies prostatiques sont réalisées par voie endorectale, grâce à un guidage échographique. Le plus souvent, le cancer n’est pas visible dans l’image échographique et celle-ci est utilisée pour réaliser une douzaine de prélèvements (ou carotte), repartis au mieux dans la prostate. Pour augmenter la précision et la contribution de ces biopsies, l’utilisation des données acquises par l’imagerie par résonance magnétique (IRM), ainsi que la fusion des images échographiques et d’IRM est aujourd’hui une thérapeutique en voie de validation et réalisée dans de nombreux établissements disposant des outils dédiés. L’objectif de ce travail est de présenter les modalités pratiques de la réalisation de ces biopsies prostatiques utilisant la fusion d’image et d’en discuter les avantages et les bénéfices.


Prostate cancer is the first cancer and the second cause of cancer death in men in France. It is now a major public health issue, particularly given the increase of life expectancy. If screening is based on blood PSA and clinical examination (DRE), diagnosis requires the histological analysis of prostate samples. In current clinical routine, these biopsies are performed by endorectal through ultrasound guidance. In most cases, the cancer is not visible in the ultrasound image and the latter is used to make a dozen samples (or core), distributed as best as possible in the prostate. To increase the accuracy and the contribution of these biopsies, the use of data acquired by the magnetic resonance imaging (MRI), as well as the fusion of ultrasound and MRI images, is a therapeutic undergoing validation, and today performed in many institutions with dedicated tools. The objective of this work is to present the practical arrangements for the implementation of these biopsies using the image fusion, and discuss the advantages and benefits.

Mots clés:
J. / C. / P.
Prise en charge des lésions kystiques du rein
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 14, 26, 849-853, suppl. 14


Les lésions rénales kystiques sont une entité spécifique du rein dont la prise en charge diffère des lésions tissulaires. Les kystes rénaux sont présents chez plus de 50 % des plus de 50 ans, leur diagnostic radiologique permet de les classer selon leur caractère suspect de malignité grâce à la classification de Bosniak. Les lésions de type III et IV à haut risque de malignité sont le plus souvent traitées chirurgicalement en privilégiant la néphrectomie partielle.


Cystic renal masses are a specific renal entity with a different management from solid lesions. Renal cysts are present in over 50% of patients after 50 years. Radiological diagnostic enables to rank their suspect nature of malignancy through the Bosniak classification. Type III and IV lesions are at high risk of malignancy, and are usually treated by partial nephrectomy.

Mots clés:
B. / B. / K. / F.
Sondage sur les sondages : us et coutumes des infirmiers en France
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 14, 26, 865-870, suppl. 14


Introduction

L’allongement de l’espérance de vie s’associe fréquemment à un alourdissement des comorbidités. Cela conduit à gérer toujours plus de patients sondés à demeure de longue durée (SAD-LD). Le SAD, source de nombreuses complications iatrogènes, est en première intention le fait des infirmiers/ères (IDE). Aucune recommandation n’est écrite concernant la gestion des patients SAD-LD. Afin d’évaluer la nécessité d’éditer des recommandations et des outils de soutien aux IDE, nous avons réalisé une enquête sur les connaissances théoriques et les pratiques des IDE dans la gestion du patient SAD-LD.


Matériel et méthodes

Il s’agissait d’une étude prospective épidémiologique, à type d’études de pratiques sur un mode déclaratif et anonyme, réalisée via sondage informatisé diffusé sur le site Internet www.infirmiers.com/.


Résultats

Un total de 1254 IDE inscrits ont répondu. On observait de nombreuses différences statistiquement significatives sur la gestion des soins et les produits utilisés pour ceux-ci mais également pour les changements de poches, la lubrification de la sonde, le respect du système clos, le rythme du changement des sondes ainsi que pour la gestion des sondes bouchées. Au total, 76 % des IDE souhaitent une aide théorique et pratique concernant le SAD-LD.


Conclusion

Nous avons constaté une très grande hétérogénéité des connaissances et des pratiques en termes de SAD-LD. Au total, 40,67 % des IDE réalisaient au moins une erreur technique lors du sondage vésical. Afin d’uniformiser la gestion des SAD-LD, nous proposons : la rédaction de recommandations sous l’égide de l’AFU, des cours aux élèves IDE, ainsi que des documents accessibles sur Internet pour les IDE.


Introduction

The lengthening of life expectancy associated with multiple comorbidities leads physicians and nurses to manage more and more patients with long-term urinary catheterization (LTUC). No recommendation is written about the management of LTUC patients. To assess the need to publish recommendations and tools to help nurses in a better management of LTUC, we conducted a survey of theoretical and practical knowledge of French nurses.


Materials and methods

Epidemiological prospective study, type of practical studies in a declarative fashion, anonymous, made via computerized poll released on the website www.infirmiers.com/.


Results

A total of 1254 registered nurses fulfilled the questionnaire. We observed a massive heterogeneity in different aspects of LTUC: local care and products used in them, urine bag change rhythm, lubrication of the catheter, respect of closed system, the rhythm of catheter change and in the management of blocked catheters. In total, 76% of nurses desire a theoretical and practical help for LTUC.


Conclusion

We found a great diversity of knowledge and practices in terms of LTUC. In total, 40.67% of nurses realized at least a technical error during catheterization. To standardize the management of LTUC, we propose to draft recommendations under the aegis of the French Association of Urology. This will allow a better education of students, and providing online available support.

Mots clés:
M. / F.
Mots-clés:
bladder cancer / NMIBC / Hyperthermia / Intravesical chemotherapy / Mitomycin-C
Instillations endovésicales dans les tumeurs de vessie n’infiltrant pas le muscle (TVNIM). Perspectives d’utilisation de la thermochimiothérapie
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 14, 26, 860-864, suppl. 14


Les tumeurs vésicales n’infiltrant pas le muscle (TVNIM) sont caractérisées par un taux élevé de récidives lorsque le traitement consiste en une résection transurétrale (RTUV) isolée. Les instillations endovésicales sont faites en postopératoire dans le but de diminuer ce taux de récidive. Les agents pharmacologiques utilisés de façon standard sont la mitomycine-C (MMC) ou le bacille de Calmette-Guérin (BCG). Afin d’améliorer l’efficacité de ces traitements adjuvants et/ou diminuer leurs effets secondaires potentiels, des traitements alternatifs sont en cours d’évaluation. La MMC endovésicale, associée à l’hyperthermie, pourrait être une alternative intéressante pour les tumeurs à risque intermédiaire, voire élevé. Deux méthodes en évaluation sont rapportées : augmentation de la température de la paroi vésicale à l’aide d’un générateur endovésical de micro-ondes (Synergo®) et l’hyperthermie de la MMC avant son instillation dans la vessie (Combat BRS®).


Niveau de preuve

5.


Non-muscle-invasive bladder cancer (NMIBC) is characterised by a high risk of recurrence when performing only a transurethral resection of the bladder (TURB). Intravesical instillations are performed postoperatively to decrease the rate of recurrence. The standard agents currently used are Mitomycin-C (MMC) or bacillus Calmette-Guérin (BCG). In order to further enhance the efficacy of the adjuvant treatments and/or diminish their side effects, alternative treatments are studied. Intravesical MMC combined with hyperthermia could be an interesting alternative active treatment for intermediate- and possibly high-risk NMIBC, and has been investigated in the past years. Two methods for achieving hyperthermia are described and presently evaluated: heating the bladder wall by the mean of an intravesical microwave generator (Synergo®) and heating the MMC before it is instilled in the bladder (Combat BRS®).


Level of evidence

5.

Mots clés:
Tumeurs de la vessie / TVNIM / Hyperthermie / Chimiothérapie endo-vésicale / MMC thermochimiothérapie
Mots-clés:
bladder cancer / NMIBC / Hyperthermia / Intravesical chemotherapy / Mitomycin-C
Les biopsies prostatiques et la fusion d’image IRM-échographie
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 14, 26, 854-859, suppl. 14


Le cancer de la prostate est le 1er cancer et correspond à la 2e cause de mortalité par cancer chez l’homme en France. Il s’agit aujourd’hui d’un enjeu de santé publique majeur, compte tenu notamment de l’augmentation de la durée de vie. Si son dépistage repose sur le dosage sanguin du PSA et l’examen clinique (toucher rectal), son diagnostic nécessite l’analyse histologique de prélèvements prostatiques. Actuellement, en routine clinique, ces biopsies prostatiques sont réalisées par voie endorectale, grâce à un guidage échographique. Le plus souvent, le cancer n’est pas visible dans l’image échographique et celle-ci est utilisée pour réaliser une douzaine de prélèvements (ou carotte), repartis au mieux dans la prostate. Pour augmenter la précision et la contribution de ces biopsies, l’utilisation des données acquises par l’imagerie par résonance magnétique (IRM), ainsi que la fusion des images échographiques et d’IRM est aujourd’hui une thérapeutique en voie de validation et réalisée dans de nombreux établissements disposant des outils dédiés. L’objectif de ce travail est de présenter les modalités pratiques de la réalisation de ces biopsies prostatiques utilisant la fusion d’image et d’en discuter les avantages et les bénéfices.


Prostate cancer is the first cancer and the second cause of cancer death in men in France. It is now a major public health issue, particularly given the increase of life expectancy. If screening is based on blood PSA and clinical examination (DRE), diagnosis requires the histological analysis of prostate samples. In current clinical routine, these biopsies are performed by endorectal through ultrasound guidance. In most cases, the cancer is not visible in the ultrasound image and the latter is used to make a dozen samples (or core), distributed as best as possible in the prostate. To increase the accuracy and the contribution of these biopsies, the use of data acquired by the magnetic resonance imaging (MRI), as well as the fusion of ultrasound and MRI images, is a therapeutic undergoing validation, and today performed in many institutions with dedicated tools. The objective of this work is to present the practical arrangements for the implementation of these biopsies using the image fusion, and discuss the advantages and benefits.

Mots clés:
J. / C. / P.
Prise en charge des lésions kystiques du rein
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 14, 26, 849-853, suppl. 14


Les lésions rénales kystiques sont une entité spécifique du rein dont la prise en charge diffère des lésions tissulaires. Les kystes rénaux sont présents chez plus de 50 % des plus de 50 ans, leur diagnostic radiologique permet de les classer selon leur caractère suspect de malignité grâce à la classification de Bosniak. Les lésions de type III et IV à haut risque de malignité sont le plus souvent traitées chirurgicalement en privilégiant la néphrectomie partielle.


Cystic renal masses are a specific renal entity with a different management from solid lesions. Renal cysts are present in over 50% of patients after 50 years. Radiological diagnostic enables to rank their suspect nature of malignancy through the Bosniak classification. Type III and IV lesions are at high risk of malignancy, and are usually treated by partial nephrectomy.

Mots clés:
B. / B. / K. / F.
Sondage sur les sondages : us et coutumes des infirmiers en France
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 14, 26, 865-870, suppl. 14


Introduction

L’allongement de l’espérance de vie s’associe fréquemment à un alourdissement des comorbidités. Cela conduit à gérer toujours plus de patients sondés à demeure de longue durée (SAD-LD). Le SAD, source de nombreuses complications iatrogènes, est en première intention le fait des infirmiers/ères (IDE). Aucune recommandation n’est écrite concernant la gestion des patients SAD-LD. Afin d’évaluer la nécessité d’éditer des recommandations et des outils de soutien aux IDE, nous avons réalisé une enquête sur les connaissances théoriques et les pratiques des IDE dans la gestion du patient SAD-LD.


Matériel et méthodes

Il s’agissait d’une étude prospective épidémiologique, à type d’études de pratiques sur un mode déclaratif et anonyme, réalisée via sondage informatisé diffusé sur le site Internet www.infirmiers.com/.


Résultats

Un total de 1254 IDE inscrits ont répondu. On observait de nombreuses différences statistiquement significatives sur la gestion des soins et les produits utilisés pour ceux-ci mais également pour les changements de poches, la lubrification de la sonde, le respect du système clos, le rythme du changement des sondes ainsi que pour la gestion des sondes bouchées. Au total, 76 % des IDE souhaitent une aide théorique et pratique concernant le SAD-LD.


Conclusion

Nous avons constaté une très grande hétérogénéité des connaissances et des pratiques en termes de SAD-LD. Au total, 40,67 % des IDE réalisaient au moins une erreur technique lors du sondage vésical. Afin d’uniformiser la gestion des SAD-LD, nous proposons : la rédaction de recommandations sous l’égide de l’AFU, des cours aux élèves IDE, ainsi que des documents accessibles sur Internet pour les IDE.


Introduction

The lengthening of life expectancy associated with multiple comorbidities leads physicians and nurses to manage more and more patients with long-term urinary catheterization (LTUC). No recommendation is written about the management of LTUC patients. To assess the need to publish recommendations and tools to help nurses in a better management of LTUC, we conducted a survey of theoretical and practical knowledge of French nurses.


Materials and methods

Epidemiological prospective study, type of practical studies in a declarative fashion, anonymous, made via computerized poll released on the website www.infirmiers.com/.


Results

A total of 1254 registered nurses fulfilled the questionnaire. We observed a massive heterogeneity in different aspects of LTUC: local care and products used in them, urine bag change rhythm, lubrication of the catheter, respect of closed system, the rhythm of catheter change and in the management of blocked catheters. In total, 76% of nurses desire a theoretical and practical help for LTUC.


Conclusion

We found a great diversity of knowledge and practices in terms of LTUC. In total, 40.67% of nurses realized at least a technical error during catheterization. To standardize the management of LTUC, we propose to draft recommendations under the aegis of the French Association of Urology. This will allow a better education of students, and providing online available support.

Mots clés:
M. / F.
Mots-clés:
bladder cancer / NMIBC / Hyperthermia / Intravesical chemotherapy / Mitomycin-C