Base bibliographique

Anastomose pyélo-urétérale, pour sténose de l’uretère du transplant, par voie coelioscopique avec assistance robotique
Pyelo-ureteral anastomosis, for stenosis of the kidney transplant ureter, by laparoscopic approach with robotic assistance
2018
- Lettre à la rédaction
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 557-559

Mots clés:
Anastomose pyélo-urétérale / Sténose urétérale / Transplant rénal / laparoscopie / Assistance robotique
Mots-clés:
Pyelo-ureteral anastomosis / ureteral stenosis / Kiney transplant / Laparoscopic approach / Robotic surgey
Association between phosphodiesterase type 5 inhibitors and prostate cancer: A systematic review
Association inhibiteurs de la Phosphodiestérase type 5 et cancer de la prostate : revue systématique de la littérature
2018
- Revue de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 560-566


Introduction


Mots clés:
PDE5 inhibitors / prostate cancer / radical prostatectomy / Inhibiteurs de la Phosphodiesterase type 5 / Cancer de la prostate
Mots-clés:
Fouad / Amine / Al Hajj Obeid / Simone / Grégoire
Dérivations urinaires continentes trans-conduit selon Mitrofanoff chez l’enfant : suivi à long terme et complications spécifiques
Appendicovesicostomy (Mitrofanoff procedure) in children: Long-term follow-up and specific complications
2018
- Urologie pédiatrique
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 575-581


Buts

Chez l’enfant, le cathétérisme vésical intermittent (CI) par une cystostomie continente trans-conduit (CCTC) selon Mitrofanoff est une alternative à la voie urétrale. L’objectif de l’étude était d’évaluer le taux de complications spécifiques de ces CCTC.


Méthode

Ont été recueillies de façon rétrospective les données concernant l’ensemble des enfants opérés et suivis pour une CCTC dans un centre hospitalier universitaire, entre 1997 et 2017. Les différentes complications chirurgicales rencontrées spécifiquement sur la CCTC, leur délai de survenue, leur fréquence et les différentes réinterventions chirurgicales nécessaires ont été rapportées.


Résultats

Trente-quatre patients ont été opérés et suivis pendant une médiane de 6,2 ans [0,3–24]. Cinquante pour cent ont eu une complication, survenant à une médiane de 8 mois postopératoires et 38 % ont nécessité au moins une réintervention chirurgicale. En cas de complication, un ajustement du traitement médical et des CIP était suffisant chez 12 % des patients, un geste endoscopique ou une chirurgie sus-aponévrotique était nécessaire dans 17 % des cas et une réintervention sous-aponévrotique dans 21 % des cas. Le délai médian de survenue d’une complication après la création ou après réintervention sur la CCTC était de 4 mois [1–90]. On rapportait 38 % de difficultés de sondage, dont 46 % de sténoses sus- ou sous-aponévrotiques. On retrouvait 18 % d’incontinence urinaire inaugurale, et seulement 9 % en cas d’utilisation de l’appendice. À terme, 97 % des CCTC étaient continentes.


Conclusions

La CCTC reste une intervention à haut risque de complications et de réinterventions postopératoires avant d’obtenir un conduit fonctionnel, sans incontinence urinaire ni difficultés de cathétérisme.


Niveau de preuve

4.


Objective

In children, intermittent catheterization by appendicovesicostomy according to Mitrofanoff is an interesting alternative to the urethral approach. Objective of the study was to evaluate the rate of appendicovesicostomy's specific complications.


Method

From 1997 to 2017, data on children treated and followed for an appendicovesicostomy in an academic institution were collected retrospectively. Rates of surgical complications specifically encountered on appendicovesicostomy, time of onset, frequency, and necessity of surgical reinterventions have been reported.


Results

Thirty-four patients were operated on and followed for a median of 6.2 years [0.3–24]. Fifty percent had a complication, occurring after a median of 8 months [2–90], and 38% required at least one surgical revision. If complication occurred, adjustment of medical treatment and intermittent catheterization was effective in 12% of patients, endoscopic or over-fascial surgery was necessary in 17% of cases, and under-fascial revision in 21% of cases. Median time to complication was 4 months [1–90] after creation or revision of appendicovesicostomy. Thirty-height percent of difficult channel catheterization were reported, of which 46% were over or under-fascial stenosis. Inaugural urinary incontinence was 18%, and only 9% if using the appendix. At the end, 97% of appendicovesicostomy were continent.


Conclusions

Appendicovesicostomy is a high risk of complications and postoperative revisions surgery, in order to have a functional continent channel.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Cystostomie / Mitrofanoff / Enfant / Résultat thérapeutique
Mots-clés:
appendicovesicostomy / urinary diversion / child / treatment outcome
Long-term renal outcome in infants with congenital lower urinary tract obstruction
Pronostic rénal à long terme des enfants présentant une obstruction sous-vésicale congénitale
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 596-602


Introduction


Mots clés:
Lower urinary tract obstruction (LUTO) / Congenital anomalies of the kidney and the urinary tract (CAKUT) / Posterior urethral valves / Paediatric urology / Paediatric nephrology
Mots-clés:
N. / I. / O. / V. / C.
Néphrectomie partielle pour tumeur de plus de 7 cm : morbidité, résultats oncologiques et fonctionnels (UroCCR-7 study)
Partial nephrectomy for renal masses > 7 cm: Morbidity, oncological and functional outcomes (UroCCR-7 study)
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 588-595


Objectifs

Décrire la morbidité, la mortalité, les résultats carcinologiques et fonctionnels après néphrectomie partielle (NP) pour la prise en charge des tumeurs rénales de plus de 7cm.


Matériel et méthodes

Trente-sept néphrectomies partielles pour tumeurs de plus de 7cm opérées en monocentrique entre 1987 et 2016 ont été analysées rétrospectivement. Les données clinico-biologiques et pathologiques étaient recueillies au sein de la base UroCCR. L’évaluation fonctionnelle était réalisée en comparant le débit de filtration glomérulaire (DFG) préopératoire à celui de j5, 1 mois et au dernier suivi. Les complications chirurgicales, les taux de récidive locale et de progression ainsi que la mortalité globale et spécifique ont été également évalués.


Résultats

L’âge moyen des patients était de 57 ans (44–68). Le DFG préopératoire et la taille tumorale médians étaient respectivement de 80mL/min et 8cm. L’indication opératoire était élective pour 21 patients (60 %) et 19 tumeurs (54 %) étaient malignes. Neuf complications postopératoires (24,3 %) ont été rapportées. Les DFG médians étaient respectivement de 77mL/min, 80mL/min et 77mL/min à j5, 1 mois et au dernier suivi. Avec un suivi médian de 31 mois (1–168), 5 patients (26,3 %) présentaient une progression métastatique dont 1 (5,3 %) associée à une récidive locale et 3 (15,8 %) étaient décédés suite à leur cancer.


Conclusion

Cette série confirme la faisabilité de la NP pour des tumeurs de gros volume avec une morbidité chirurgicale acceptable, un risque de récidive locale limité et une excellente préservation de la fonction rénale.


Conclusion

Cette série confirme la faisabilité de la NP pour des tumeurs de gros volume avec une morbidité chirurgicale acceptable, un risque de récidive locale limité et une excellente préservation de la fonction rénale.


Niveau de preuve

4.


Objectives

To describe the morbidity, mortality, oncological and functional results of Partial nephrectomy (PN) for the treatment of renal tumors of more than 7cm.


Material and methods

Thirty-seven partial nephrectomies for tumors larger than 7cm operated in a single center between 1987 and 2016 were analyzed retrospectively. The pre, per and postoperative clinico-biological data were collected within the UroCCR database. The GFR was assessed at day 5, 1 month and last follow-up. Intraoperative and postoperative surgical complications, the recurrence rate and the overall and specific mortality were collected.


Results

The mean age of the patients was 57 years (44–68). The preoperative GFR and the median tumor size were 80mL/min and 8cm, respectively. The indication for surgery was elective in 21 cases (60%) and 19 tumors (54%) were malignant. Postoperative complications occurred in 24,3 cases (24.3%). The median post-operative GFR was respectively 77mL/min, 80mL/min and 77mL/min at day 5, 1month and at last follow-up. With a median follow up of 31 months [1–168], 5 patients (26,3%) had metastatic progression of whom 1 (5.3%) had a concomitant local recurrence and 3 (15.8%) had died from cancer.


Conclusion

This study confirms the feasibility of PN for large tumors with acceptable morbidity, limited risk of local recurrence and excellent functional results.


Level of evidence

4.

Mots clés:
cancer du rein / Tumeur du rein / Néphrectomie partielle / Fonction rénale
Mots-clés:
Kidney cancer / Kidney tumor / partial nephrectomy / Renal function
Pièce opératoire ypT0N0 après séquence chimiothérapie néo-adjuvante – cystectomie pour TVIM : épidémiologie et impact pronostique. Une mise au point du CCAFU Vessie
ypT0N0 after neoadjuvant chemotherapy and cystectomy for muscle-invasive bladder cancer: Incidence and prognosis. A review from the Bladder group of the French Committee of Oncology
2018
- Mise au point
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 567-574


Introduction

La chimiothérapie néo-adjuvante (CNA) est recommandée pour les tumeurs de vessie infiltrant le muscle localisé chez les patients éligibles au cisplatine. Localement, une réponse pathologique complète peut être observée (stade ypT0N0 sur la cystectomie). Cet article fait le point sur la fréquence des ypT0N0 après CNA, l’impact sur le pronostic et l’évolution du cancer.


Méthode

Une revue analytique et narrative de la littérature a été réalisée en utilisant le moteur de recherche Pubmed, sans limite de date, en sélectionnant les articles sur l’association de mots clés suivante : « Bladder cancer » (Mesh) AND « Neoadjuvant chemotherapy » (Mesh) AND « pT0 » (Mesh).


Résultats

Le taux de ypT0N0 après CNA varie de 9 à 46 % selon les séries, ce qui est nettement supérieur aux taux rapportés sans traitement néo-adjuvant. Cette fréquence varie selon le protocole de chimiothérapie réalisé (effet local maximal avec les sels de platine) et de l’histologie. L’analyse moléculaire des tumeurs aurait également un intérêt pour identifier des profils de répondeurs à la CNA. L’absence de résidu tumoral (ypT0N0) est significativement associée à une meilleure survie sans récidive et survie globale. Néanmoins, le taux de récidive n’est pas nul, de l’ordre de 10 à 15 % à 5 ans. Plusieurs facteurs prédictifs de réponse à la CNA sont en cours d’évaluation.


Conclusion

La fréquence des ypT0N0 après CNA est de l’ordre de 25 %, soit une fréquence augmentée d’un facteur 4,3 par rapport à la résection seule. Leur pronostic est supérieur à celui des ypT≥2 et équivalent à celui des pT0 sans traitement néo-adjuvant.


Introduction

Neoadjuvant chemotherapy (NAC) is recommended for localized muscle-invasive bladder cancer when patients are fit for cisplatin-based chemotherapy. A pathological complete response can be observed, corresponding to ypT0N0 stage on the radical cystectomy specimen. This review discusses the incidence, prognosis and potential therapeutic impact of complete response on pathological specimen in NAC treated patients.


Methods

A comprehensive review of the literature was conducted using Medline database, with no time frame. The articles were selected using the following keywords association: “Bladder cancer” (Mesh) AND “Neoadjuvant chemotherapy” (Mesh) AND “pT0” (Mesh).


Results

After NAC, ypT0N0 rates vary from 9 to 46% among the series, reported rates that are higher compared to those of pT0 without NAC administration. The incidence depends on the chemotherapy regimen (maximal local effect with cisplatin-based chemotherapy) and the pathological type of the disease (presence of variant histologies). Molecular analyses of bladder cancer could probably help in the near future to identify and predict NAC responders. Pathological complete response is associated with a favorable prognosis in terms of recurrence-free and overall survival. Nevertheless, disease recurrences are still observed in 10–15% of cases, which underlies the importance of local treatment and close follow-up even in these patients.


Conclusion

ypT0N0 rate is approximately 25% after NAC, that is 4.3 higher than after bladder resection alone. The prognosis is better than that with residual tumor on specimen and is comparable to that of pT0 without NAC administration.

Mots clés:
MeSH / Cancer de la vessie / Chimiotherapie / Pronostic / Survie
Mots-clés:
MeSH / bladder cancer / chemotherapy / prognosis / survival
Risk factors for systemic inflammatory response syndrome after percutaneous nephrolithotomy
Facteurs de risque du syndrome de réponse inflammatoire systémique après néphrolithotomie percutanée
2018
- Article du mois
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 582-587


Introduction


Mots clés:
PCNL / SIRS / risk factor / Preoperative urinary sediment microscopy / WBC
Mots-clés:
Z. / F. / H. / Y. / G.
Traitement focal par HIFU versus prostatectomie radicale robot-assistée pour cancer de la prostate localisé : résultats carcinologiques et fonctionnels à 1 an
Focal HIFU vs robot-assisted total prostatectomy: Functionnal and oncologic outcomes at one year
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 603-610


Objectif Comparer les résultats fonctionnels et carcinologiques à 1 an d’un traitement focal par HIFU et par prostatectomie totale (PT) pour cancer localisé de la prostate (CaP) localisé.


Patients et méthodes

Étude rétrospective monocentrique de 2008 à 2014 comparant, par un score de propension, deux cohortes de patients ayant un CaP de stade clinique T1-T2, de score de Gleason 3+4=7 et un PSA<15ng/mL, l’une traitée par HIFU focal (groupe HIFU-F) et l’autre par prostatectomie totale robot-assistée (groupe PT). Le critère de jugement principal était un « trifecta » défini par l’absence de fuite urinaire, une fonction érectile permettant un rapport sexuel sans traitement et un PSA négatif avec marges chirurgicales négatives (groupe PT) ou des biopsies négatives (groupe HIFU-F).


Résultats

Les 53 patients inclus dans le groupe HIFU et les 66 dans le groupe PT étaient comparables en terme de : PSA initial, le groupe de D’Amico, la continence et la fonction érectile mais différaient par l’âge, le volume prostatique, la longueur de cancer et le Gleason initial. Il n’existait pas de différence significative sur le taux de complications. En analyse multivariée avec score de propension, le « trifecta » était en faveur du groupe HIFU (OR=8,3, p =0,005).


Conclusion

L’analyse par score de propension à un an retrouvait de meilleurs résultats fonctionnels après HIFU focal qu’après prostatectomie totale robot-assistée, réalisée en début d’expérience chirurgicale. Une évaluation à long terme par un critère de jugement commun est nécessaire pour juger de l’équivalence oncologique des deux techniques.


Niveau de preuve

3.


Objective

To analyse the functional and oncologic outcomes at one year of focal therapy with HIFU compared with total prostatectomy in patients with localised prostate cancer (PCa).


Patients and methods

Retrospective and monocentric study from 2008 to 2014 comparing 2 cohorts of patients with localised PCa (T1/T2 clinical stage, Gleason score≤3+4=7 and PSA<15ng/mL), one treated by focal therapy (HIFU-F group), one by robot-assisted total prostatectomy (RATP group). Primary outcome was a trifecta defined as: absence of urinary incontinence, erectile function with sexual relations without treatment, negative PSA with negative surgical margins (RATP group) or negative biopsy cores (HIFU-F group).


Results

The 53 patients included in the “HIFU-F” group and the 66 patients in the “RATP” group were similar in terms of preoperative PSA, D’Amico risk group, erectile function but were different in terms of age, prostatic volume, length of cancer, Gleason score. Complication rate was not different. In multivariate analyse with propensity score, “HIFU-F” group achieved a better trifecta score than “RATP” group (OR=8,3, p =0,005).


Conclusion

In case of low or intermediate risk localised PCa, “HIFU-F” group had better functional outcomes than initial learning curse “RATP” group, at one year. A long-term evaluation by a common endpoint is necessary to judge the oncological equivalence of both techniques.


Level of evidence

3.

Mots clés:
cancer de prostate / Thérapie focale / Ultrasons focalisés à haute intensité / Prostatectomie totale / Résultats fonctionnels
Mots-clés:
prostate cancer / Focal therapy / High intensity focused ultrasound / total prostatectomy / Functional outcomes