Base bibliographique

Sommaire :

Cystoscopie rigide versus rétro-vision pour le guidage des ballonnets péri-urétraux : comparaison de la précision grâce à un système de navigation chirurgicale
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 566-572, suppl. 10


Introduction

L’objectif principal de notre étude expérimentale était de comparer la précision du positionnement des ballonnets peri-urétraux selon que le guidage était fait par rétro-vision ou par cystoscopie rigide.


Matériels et méthodes

Un système de navigation chirurgicale a été utilisé pour repérer la position du mandrin d’introduction qui était équipé de marqueurs externes. Deux sites d’implantation idéale ont été prédéfinis et enregistrés dans le système de navigation. Ces deux points ont été placés symétriquement par rapport à un fantôme reproduisant l’urètre. Quatre opérateurs différent ont positionné la pointe du mandrin d’introduction le plus prés possible des sites d’implantation idéale en utilisant soit la cystoscopie rigide, soit la rétro-vision. Pour chaque essai, le logiciel a enregistré la distance (en mm) entre la pointe du mandrin d’introduction et les positions idéales.


Résultats

Un total de 20 ponctions directes et 20 ponctions controlatérales symétriques a été réalisé pour chaque technique. Pour la ponction directe les erreurs médianes ont été de 5,20 (±3,96) mm en vision directe et de 4,38 (±1,55) mm en rétro-vision (p =0,29). Pour la ponction controlatérale symétrique les erreurs médianes ont été de 7,19 (±3,78) mm en vision direct et de 6,86 (±2,76) mm en rétro-vision (p =0,69).


Conclusion

Notre étude in vitro n’a pas montré de différence statistiquement significative en faveur d’un système de guidage. Néanmoins elle a permis de démontrer l’utilité des systèmes de navigation chirurgicale comme instrument de mesure.


Niveau de preuve

4.


Objectives

The main goal of our phantom study was to compare the precision of adjustable periurethral balloons positioning depending whether the guidance was obtained by retrovision or rigid cystoscopy.


Material and methods

A navigation guidance system was used to localize the introduction mandrel which was equipped with tracking targets. Two ideal sites of implantation were predefined and recorded into the navigation system. The two points were placed symmetrically to the phantom reproducing the urethra. Four different users were asked to position the tip of the introduction mandrel as close as possible to the ideal site of implantation with the help of each method of guidance. For each attempt, the distance (mm) between the tip of the introduction mandrel and the ideal position was recorded by the navigation system.


Results

For each method of guidance, a total of 20 attempts on each side were made by direct puncture on one side and a symmetrical contralateral puncture. For direct puncture, the median distances were 5.20 (±3.96) and 4.38 (±1.55) mm with rigid cystoscopy and retrovision respectively (P =0.29). For symmetrical contralateral puncture, the median distance were 7,19 (±3,78) and 6,86 (±2,76) mm with rigid cystoscopy and retrovision respectively (P =0,32)


Conclusion

This study could not demonstrate any significant difference between the two guidance systems. Nevertheless, it showed that navigation guidance system could be used to compare the precision of surgical interventions.


Level of evidence

4.

Mots clés:
incontinence urinaire / Ballonnets ajustable / Rétro-vision / navigation chirurgicale / Étude comparative
Mots-clés:
Urinary incontinence / Adjustable continence therapy / Rétrovision / Surgical navigation / Comparative study
Devenir des communications libres présentées au congrès de la SIFUD-PP (2006–2012)
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 547-552, suppl. 10


Introduction

Les travaux présentés à l’occasion des congrès scientifiques restent souvent confidentiels en raison de la non-indexation des communications. Cependant, une publication ultérieure reste indispensable pour la diffusion des connaissances. La valeur globale d’un congrès est en partie représentée par le niveau de publication des communications qui y sont présentées.


Objectifs

Analyser quantitativement et qualitativement le devenir des communications libres présentées au congrès annuel de la SIFUD-PP entre 2006 et 2012.


Méthode

À partir du nom des auteurs et du titre des communications libres présentées lors des congrès de 2006 à 2012, nous avons essayé de découvrir si ces communications avaient abouti à une publication indexée PubMed/MedLine jusqu’en avril 2015. Nous avons étudié de façon anonyme la corrélation entre les données présentées dans le résumé communiqué lors du congrès de la SIFUD-PP et les données publiées dans l’article final. Nous avons évalué les caractéristiques de la publication en fonction de la langue de publication (français/anglais), du rang de la revue (A ou B versus autres), et du nombre de citations de l’article dans Google-Scholar.


Résultats

Au total, 270 communications libres ont été présentées à la SIFUD entre 2006–2012, soit une moyenne de 38,5 (±15) par an sur 7ans. En globalité, 110 articles (40 %) ont été publiés à ce jour (avril 2015) dans une revue indexée PubMed/MedLine. À noter que 10 articles des communications libres (8 %) avaient été publiés avant le congrès. Le délai moyen de publication était de 22 mois±15 mois. Sur le plan de la langue de publication, 79 articles (71 %) ont été publiés dans des revues anglophones. La publication a eu lieu dans 31 revues différentes (49 articles [44 %] en urologie, 14 articles [12 %] en gynécologie, 12 articles [10 %] en urogynécologie, 11 articles [10 %] en colo-proctologie, 16 articles [14 %] en neuro-urologie et en médecine physique et réadaptation, 3 articles [2 %] en sexologie). Aussi, 63 articles (57 %) ont été publiés dans des revues ayant un impact factor (IF) supérieur à 2 et 39 articles (35 %) ont été publiés dans des revues de rang A ou B.


Discussion

Le taux de publication après communication orale en congrès est variable selon les spécialités et le type de congrès. Par exemple, le taux de publication des communications présentées au congrès de l’ICS (International Continence Society) en 2003 a été de 61 %, tandis que celui de l’AFU (Association française d’urologie) en 2000 a été de 34,5 %. Le taux de publication des communications présentées à la SIFUD (40 % sur la période de 2006–2012) est donc comparable à ceux des autres congrès nationaux mais légèrement inférieur à ceux des congrès internationaux. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer la non-publication d’une communication (abandon du projet, communication concernant des résultats préliminaires, refus de publication par plusieurs journaux) et malheureusement nous ne disposons pas de ces résultats.


Conclusion

Au final, 40 % des communications libres présentées lors des congrès annuels de la SIFUD ont été publiées dans des revues indexées PubMed/MedLine, dont 71 % en anglais.


Niveau de preuve

4.


Introduction

The subjects presented at scientific congresses often remain confidential because of the non-indexation of the communications. A subsequent publication is necessary for the dissemination of knowledge. The value of a congress is somehow rated by the level of its publications.


Objectives

To analyze, quantitatively and qualitatively, the fate of the communications presented orally at the annual meeting of the SIFUD-PP between 2006 and 2012.


Method

From the authors’ names and the title of the communications presented orally at congresses between 2006 and 2012, we investigated if those communications had resulted as an indexed publication PubMed/Medline until April 2015. We studied anonymously the correlation between the data presented in the communication provided at the SIFUD-PP congress and the data published in the final article. We evaluated the “value” of the publication according to the language of publication (French/English), the ranking of the magazine (A or B versus others), and the number of citations of the article in Google-Scholar.


Results

A total of 270 oral communications were presented at the SIFUD congress between 2006 and 2012, so an average of 38.5 (±15) per year. Globally, 110 articles (40%) have been published in an indexed journal PubMed/MedLine to date (April 2015). Note that 10 articles of the oral communications (8%) were published before the congress. The average time of publication was 22 months±15 months. In terms of the language of publication, 79 articles (71%) were published in English magazines. They were published in 31 different journals (49 articles [44%] in urology, 14 articles [12%] in gynecology, 12 articles [10%] in urogynecology, 11 articles [10%] in coloproctology, 16 articles [14%] in neuro-urology and physical medicine and rehabilitation, 3 articles [2%] in sexology). Sixty-three articles (57%) were published in journals with an impact factor (IF) higher than 2 and 39 articles (35%) were published in journals of rank A or B.


Discussion

The rate of publications of oral communications varies according to specialties and the type of the congress. For example, the rate of the published communications at the ICS Congress (International Continence Society) in 2003 was 61% and of the AFU (French Association of Urology) in 2000, was 34.5%. The rate of publication of the oral abstracts presented at the SIFUD (40% over the period 2006–2012) is comparable to other national congresses but slightly inferior to those of international congresses. Several hypotheses may explain the non-publication of the oral communications (quitting the project, communication about preliminary results, refused publication by many journals) and unfortunately we do not have those results. We should get back individually to the submitters to know the reasons for non-publication of their works.


Conclusion

In the end, 40% of the oral communication presented at the annual congress of the SIFUD were published in an indexed journals PubMed/MedLine. Seventy-one percent of them are in English.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Communication libre / Publication / Congrés / SIFUD
Mots-clés:
Oral communication / Publication / Congress / SIFUD
Impact de la promontofixation cœlioscopique sur les symptômes pelviens, la qualité de vie et la sexualité : résultats à 3 ans d’une étude prospective
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 558-565, suppl. 10


Objectifs

Évaluer l’impact de la promontofixation cœlioscopique sur les symptômes pelviens, la qualité de vie et la sexualité après 36 mois de suivi. Nous avons aussi rapporté les taux de récidive anatomique et de ré-intervention.


Matériels et méthodes

Un suivi prospectif monocentrique a été mené sur 82 patientes souffrant d’un prolapsus des organes pelviens symptomatique de grade≥2 selon la classification Pelvic Organ Prolapse Quantification. Les symptômes pelviens ont été évalués par le questionnaire Pelvic Floor Distress Inventory (PFDI-20) et la qualité de vie avec le Pelvic Floor Impact Questionnaire (PFIQ-7). La sexualité a été évaluée avec le Pelvic Incontinence Sexual Questionnaire (PISQ-12). Les questionnaires ont été remplis en préopératoire puis à 3 mois, 12 mois et 36 mois après chirurgie.


Résultats

Le score PFDI-20 a été amélioré significativement à 3 mois (91,9 vs 31,8, p <0,05) et le score PFIQ-7 également (60,8 vs 16, p <0,05). Cette amélioration significative des scores persiste à 12 mois après chirurgie. Il n’y a pas de différence significative entre les scores à 12 mois et 36 mois pour le PFDI-20 (36,8 vs 42,2, p >0,05) et pour le PFIQ-7 (18,4 vs 24,7, p >0,05). Les scores PISQ-12 étaient significativement améliorés entre le préopératoire et ceux à 3 mois, 12 mois et 36 mois (34,8 vs 35,3 vs 38,5 vs 38,5, p <0,05). Les taux de récidive anatomique à 36 mois ont été de 12,8 % à l’étage postérieur, 5,1 % à l’étage antérieur et 1,2 % l’étage moyen. Le taux de ré-intervention pour récidive a été de 4,9 %.


Conclusion

La promontofixation cœlioscopique entraîne une amélioration fonctionnelle précoce qui se maintient à moyen terme.


Niveau de preuve

4.


Objectives

To evaluate the impact of laparoscopic sacrocolpopexy on symptoms, health-related quality of life and sexuality after a 36 month-follow-up. We also reported anatomical outcomes and reoperation rate.


Patients and methods

A prospective monocentric study was carried out including 82 women with symptomatic Pelvic Organ Prolapse (POP) stage2 according to Pelvic Organ Prolapse Quantification classification. Symptoms were evaluated using the Pelvic Floor Distress Inventory (PFDI-20) and health-related quality of life by the Pelvic Floor Impact Questionnaire (PFIQ-7). Sexual function was evaluated using the Pelvic Incontinence Sexual Questionnaire (PISQ-12). Measurements were recorded at the preoperative examination, then at 3, 12 and 36 months after surgery.


Results

PFDI-20 scores were significantly improved at 3 months (91.9 vs. 31.8, P <0.05) and PFIQ-7 scores also (60.8 vs. 16, P <0.05). This scores improvement remained significant at 12 months. There was no significant difference between results obtained at 12 and 36 months for PFDI-20 (36.8 vs. 42.2, P >0.05) and for PFIQ-7 (18.4 vs. 24.7, P >0.05). PISQ-12 score remained significantly improved at 3, 12 and 36 months compared to baseline (34.8, 35.3, 38.5 and 38.5, respectively). Ten patients (12.8%) had anatomical recurrence at 36 months for posterior compartment, 4 (5.1%) for anterior compartment and 1 (1.2%) for medium compartment. Four patients (4.9%) required reintervention.


Conclusion

Laparoscopic sacrocolpopexy improved early functional outcome that remained significant after at least a 36 months follow up.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Prolapsus uro-génital / Promontofixation cœlioscopique / PFDI-20 / Qualité de vie / PFIQ-7
Mots-clés:
Pelvic organ prolapse / Laparoscopic sacrocolpopexy / PFDI-20 / Health-related / Quality of life
Neurogenic bowel dysfunction (NBD) translation and linguistic validation to classical Arabic
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 553-557, suppl. 10


Introduction


Mots clés:
Neurological patient / Anorectal / Évaluation / questionnaire / Translation
Mots-clés:
A. / M.H. / S.
Résultats, tolérance et satisfaction des patientes à 6 mois d’une cure de cystocèle par voie vaginale avec pose de prothèse
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 582-588, suppl. 10


But

Évaluer à 6mois l’efficacité, la tolérance et la satisfaction des cures de cystocèle réalisées par voie vaginale avec pose d’une prothèse légère en polypropylène et sacrospinofixation antérieure bilatérale (NUVIA™ SI antérieure).


Matériel et méthode

Il s’agit d’une étude de cohorte prospective monocentrique. L’évaluation préopératoire comprenait une stadification du prolapsus selon la classification POP-Q ainsi que 3 questionnaires validés sur la symptomatologie, la qualité de vie et la qualité des rapports sexuels (PFDI-20, PFIQ-7, PISQ-12). Le succès était défini par un critère composite : Ba≤0, absence de sensation de tuméfaction vaginale et absence de réintervention sur l’étage antérieur. Les objectifs secondaires étaient d’évaluer la tolérance, la satisfaction des patientes ainsi que la prévalence des complications.


Résultats

Sur une période de 10mois, 16 patientes, âgées en moyenne de 61,9±8,8ans, ont été incluses et ont eu un suivi complet indépendant de l’opérateur à 6mois. Quatre patientes étaient sexuellement actives avant l’intervention et 5 patientes l’étaient à 6 mois. Le taux de succès était de 93,75 % (15/16) avec 1 complication peropératoire (plaie vésicale) et 1 complication à distance (majoration d’une dyspareunie préexistante). Aucune récidive de cystocèle n’a été constatée. Le taux de satisfaction était aussi de 93,75 % (15/16) avec une amélioration significative des questionnaires PFDI-20 et PFIQ-7 (p <0,0001 et p =0,0013). Trois patientes ont eu une reprise chirurgicale mais aucune ne concernait l’étage antérieur (section de la bandelette sous-urétrale (BSU) pour rétention aiguë d’urine, exposition BSU, cure de rectocèle et d’incontinence urinaire à l’effort de novo).


Conclusion

Dans cette courte série, la chirurgie du prolapsus avec prothèse NUVIA™ a été associée à un taux de succès et de satisfaction à court terme de 93,75 % avec un cas de majoration de dyspareunie et 3 réinterventions ne concernant pas l’étage antérieur (complications urinaires).


Niveau de preuve

4.


Objective

To assess at 6 months the efficiency, the safety and the satisfaction of a lightweight polypropylene mesh used for the transvaginal repair of cystocele by bilateral anterior sacrospinous ligament fixation (NUVIA™ SI).


Materiel and methods

A prospective cohort study was performed from January 2014 to June 2015. Preoperative assessment included an evaluation using the Pelvic Organ Prolapse Quantification system (POP-Q) and 3 questionnaires about symptoms, quality of life and quality of sex life (PFDI-20, PFIQ7, PISQ-12). Results were evaluated by a composite criteria: Ba0, absence of bulge sensation and absence of reoperation for cystocele recurrence. Secondary objectives were to assess the complications rates and patient's satisfaction.


Results

In 10 months, 16 patients, with a mean age of 61.9±8.8years, were included and evaluated by an independent observator at 6months. Four patients were sexually active before surgery and 5 at 6 months. Results were optimal in 93.75% cases (15/16) with one intraoperative injury (bladder injury) and one postoperative complication (increase of preoperative dyspareunia). Satisfaction rate was 93.75% (15/16) and questionnaires PFDI-20 and PFIQ-7 were statistically improved (P <0.0001 and P =0.0013). Three patients had a reintervention but not about anterior wall prolapse (section of a suburethral sling for urinary retention, suburethral sling exposure and cure of stress urinary incontinence).


Conclusion

At short term, transvaginal mesh repair by anterior sacrospinous ligament fixation with NUVIA™ presents 93.75% optimal result with one case of increased dyspareunia and 3 reoperations which don’t concern anterior wall (urinary outcomes).


Level of evidence

4.

Mots clés:
prolapsus / cystocèle / Prothèse en polypropylène / Prothèse légère / Sacrospinofixation antérieure
Mots-clés:
Prolapse / Anterior wall / Polypropylene mesh / Light weight mesh / Anterior sacrospinous ligament fixation
Rupture spontanée de néovessie iléale survenue après 8 ans de sa confection : à propos d’un cas et revue de la littérature
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 589-590, suppl. 10


Introduction


Mots clés:
Néovessie iléale / Cancer vésical / Cystectomie radicale / Rupture spontanée
Mots-clés:
Ileal neobladder / bladder cancer / radical cystectomy / spontaneous rupture
Sévérité des troubles colorectaux associés aux maladies neurologiques et évaluation pratique par questionnaire à un item (PGI-S)
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 573-581, suppl. 10


Introduction

Les troubles colorectaux (TCR) sont fréquents chez les patients présentant une lésion neurologique, mais leur évaluation rarement systématique en centre de rééducation.


Objectif

Étudier la prévalence des TCR chez ces patients, et leur sévérité à l’aide du PGI-S (Patient Global Impression of Severity).


Matériel

Étude prospective sur la sévérité des TCR dans 2 centres de rééducation, par questionnaire, avec notamment utilisation du Neurogenic Bowel Dysfunction Score (Score NBD, de 0 à 47), du PGI-S, questionnaire à 1 item pour évaluer la gêne liée aux TCR (absente, légère, modérée ou sévère), et l’échelle de Bristol (consistance des selles). Les patients devaient présenter plus de 2 mois d’évolution de la maladie neurologique.


Résultats

Cent soixante-neuf patients ont été inclus : 97 patients blessés médullaires, 42 scléroses en plaques et 30 hémiplégiques. Dans chaque population, les prévalences respectives étaient de 67 %, 45 % et 17 % pour la constipation, de 82 %, 45 % et 27 % pour la dyschésie, et de 74 %, 48 % et 43 % pour les fuites (gaz ou selles). Les TCR modérés à sévères étaient retrouvés chez 61 % des patients médullaires, 43 % des scléroses en plaques et 23 % des hémiplégiques, avec des scores NBD respectifs de 11,9±6,5, 5,7±4,9 et 3,7±4,2 (p <0,01). On retrouvait un lien significatif entre PGI-S et score NBD (p <0,01). Les scores NBD les plus bas étaient associés aux consistances de selles normales (Bristol type 3 ou 4) (p <0,01).


Conclusion

Le PGI-S et l’échelle de Bristol sont des outils cliniques simples permettant une évaluation rapide des TCR.


Niveau de preuve

4.


Introduction

Bowel symptoms (constipation and incontinence) are frequent in patients with a neurologic disease, but rarely assessed in rehabilitation centres.


Aim

To study the prevalence of neurogenic bowel dysfunction (NBD) in those patients, and to assess its severity with the Patient Global Impression of Severity (PGI-S).


Material

Prospective study by questionnaires, with the Neurogenic Bowel Dysfunction Score (0–47) and the PGI-S, a 1-item questionnaire (absent, mild, moderate, severe) for the severity of the bowel symptoms, and the Bristol Stool Chart for stool consistency. All patients presenting a chronic (>2months) neurological disease were included.


Results

Inclusion of 169 patients, 97 with spinal cord injury, 42 with multiple sclerosis and 30 with hemiplegia. In each population, prevalence of constipation was 67 %, 45 % and 17 %, of pelvic floor dyssynergia 82 %, 45 % and 27 %, and leakages (gas or stools) de 74 %, 48 % and 43 %, respectively. Moderate to severe bowel symptoms were seen in 61 % of spinal cord injury, 43 % of multiple sclerosis and 23 % of hemiplegic patients, with NBD scores of 11.9±6.5, 5.7±4.9 and 3.7±4.2, respectively (P <0.01). There was a significant relation between PGI-S and NBD score (P <0.01). Significant lower NBD scores were associated with normal stool consistency (Bristol type 3 or 4) (P <0.01). In case of severe bowel symptoms, the use of transanal irrigation was hampered by patients’ motivation and acceptation, and their autonomy.


Conclusion

PGI-S and Bristol Stool Chart are reliable tools to assess the presence of bowel symptoms in clinical practice.

Mots clés:
Constipation / Incontinence / Échelle de Bristol / PGI-S / Blessés médullaires
Mots-clés:
Constipation / Incontinence / Bristol Stool Chart / PGI-S / spinal cord injury
Cystoscopie rigide versus rétro-vision pour le guidage des ballonnets péri-urétraux : comparaison de la précision grâce à un système de navigation chirurgicale
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 566-572, suppl. 10


Introduction

L’objectif principal de notre étude expérimentale était de comparer la précision du positionnement des ballonnets peri-urétraux selon que le guidage était fait par rétro-vision ou par cystoscopie rigide.


Matériels et méthodes

Un système de navigation chirurgicale a été utilisé pour repérer la position du mandrin d’introduction qui était équipé de marqueurs externes. Deux sites d’implantation idéale ont été prédéfinis et enregistrés dans le système de navigation. Ces deux points ont été placés symétriquement par rapport à un fantôme reproduisant l’urètre. Quatre opérateurs différent ont positionné la pointe du mandrin d’introduction le plus prés possible des sites d’implantation idéale en utilisant soit la cystoscopie rigide, soit la rétro-vision. Pour chaque essai, le logiciel a enregistré la distance (en mm) entre la pointe du mandrin d’introduction et les positions idéales.


Résultats

Un total de 20 ponctions directes et 20 ponctions controlatérales symétriques a été réalisé pour chaque technique. Pour la ponction directe les erreurs médianes ont été de 5,20 (±3,96) mm en vision directe et de 4,38 (±1,55) mm en rétro-vision (p =0,29). Pour la ponction controlatérale symétrique les erreurs médianes ont été de 7,19 (±3,78) mm en vision direct et de 6,86 (±2,76) mm en rétro-vision (p =0,69).


Conclusion

Notre étude in vitro n’a pas montré de différence statistiquement significative en faveur d’un système de guidage. Néanmoins elle a permis de démontrer l’utilité des systèmes de navigation chirurgicale comme instrument de mesure.


Niveau de preuve

4.


Objectives

The main goal of our phantom study was to compare the precision of adjustable periurethral balloons positioning depending whether the guidance was obtained by retrovision or rigid cystoscopy.


Material and methods

A navigation guidance system was used to localize the introduction mandrel which was equipped with tracking targets. Two ideal sites of implantation were predefined and recorded into the navigation system. The two points were placed symmetrically to the phantom reproducing the urethra. Four different users were asked to position the tip of the introduction mandrel as close as possible to the ideal site of implantation with the help of each method of guidance. For each attempt, the distance (mm) between the tip of the introduction mandrel and the ideal position was recorded by the navigation system.


Results

For each method of guidance, a total of 20 attempts on each side were made by direct puncture on one side and a symmetrical contralateral puncture. For direct puncture, the median distances were 5.20 (±3.96) and 4.38 (±1.55) mm with rigid cystoscopy and retrovision respectively (P =0.29). For symmetrical contralateral puncture, the median distance were 7,19 (±3,78) and 6,86 (±2,76) mm with rigid cystoscopy and retrovision respectively (P =0,32)


Conclusion

This study could not demonstrate any significant difference between the two guidance systems. Nevertheless, it showed that navigation guidance system could be used to compare the precision of surgical interventions.


Level of evidence

4.

Mots clés:
incontinence urinaire / Ballonnets ajustable / Rétro-vision / navigation chirurgicale / Étude comparative
Mots-clés:
Urinary incontinence / Adjustable continence therapy / Rétrovision / Surgical navigation / Comparative study
Devenir des communications libres présentées au congrès de la SIFUD-PP (2006–2012)
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 547-552, suppl. 10


Introduction

Les travaux présentés à l’occasion des congrès scientifiques restent souvent confidentiels en raison de la non-indexation des communications. Cependant, une publication ultérieure reste indispensable pour la diffusion des connaissances. La valeur globale d’un congrès est en partie représentée par le niveau de publication des communications qui y sont présentées.


Objectifs

Analyser quantitativement et qualitativement le devenir des communications libres présentées au congrès annuel de la SIFUD-PP entre 2006 et 2012.


Méthode

À partir du nom des auteurs et du titre des communications libres présentées lors des congrès de 2006 à 2012, nous avons essayé de découvrir si ces communications avaient abouti à une publication indexée PubMed/MedLine jusqu’en avril 2015. Nous avons étudié de façon anonyme la corrélation entre les données présentées dans le résumé communiqué lors du congrès de la SIFUD-PP et les données publiées dans l’article final. Nous avons évalué les caractéristiques de la publication en fonction de la langue de publication (français/anglais), du rang de la revue (A ou B versus autres), et du nombre de citations de l’article dans Google-Scholar.


Résultats

Au total, 270 communications libres ont été présentées à la SIFUD entre 2006–2012, soit une moyenne de 38,5 (±15) par an sur 7ans. En globalité, 110 articles (40 %) ont été publiés à ce jour (avril 2015) dans une revue indexée PubMed/MedLine. À noter que 10 articles des communications libres (8 %) avaient été publiés avant le congrès. Le délai moyen de publication était de 22 mois±15 mois. Sur le plan de la langue de publication, 79 articles (71 %) ont été publiés dans des revues anglophones. La publication a eu lieu dans 31 revues différentes (49 articles [44 %] en urologie, 14 articles [12 %] en gynécologie, 12 articles [10 %] en urogynécologie, 11 articles [10 %] en colo-proctologie, 16 articles [14 %] en neuro-urologie et en médecine physique et réadaptation, 3 articles [2 %] en sexologie). Aussi, 63 articles (57 %) ont été publiés dans des revues ayant un impact factor (IF) supérieur à 2 et 39 articles (35 %) ont été publiés dans des revues de rang A ou B.


Discussion

Le taux de publication après communication orale en congrès est variable selon les spécialités et le type de congrès. Par exemple, le taux de publication des communications présentées au congrès de l’ICS (International Continence Society) en 2003 a été de 61 %, tandis que celui de l’AFU (Association française d’urologie) en 2000 a été de 34,5 %. Le taux de publication des communications présentées à la SIFUD (40 % sur la période de 2006–2012) est donc comparable à ceux des autres congrès nationaux mais légèrement inférieur à ceux des congrès internationaux. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer la non-publication d’une communication (abandon du projet, communication concernant des résultats préliminaires, refus de publication par plusieurs journaux) et malheureusement nous ne disposons pas de ces résultats.


Conclusion

Au final, 40 % des communications libres présentées lors des congrès annuels de la SIFUD ont été publiées dans des revues indexées PubMed/MedLine, dont 71 % en anglais.


Niveau de preuve

4.


Introduction

The subjects presented at scientific congresses often remain confidential because of the non-indexation of the communications. A subsequent publication is necessary for the dissemination of knowledge. The value of a congress is somehow rated by the level of its publications.


Objectives

To analyze, quantitatively and qualitatively, the fate of the communications presented orally at the annual meeting of the SIFUD-PP between 2006 and 2012.


Method

From the authors’ names and the title of the communications presented orally at congresses between 2006 and 2012, we investigated if those communications had resulted as an indexed publication PubMed/Medline until April 2015. We studied anonymously the correlation between the data presented in the communication provided at the SIFUD-PP congress and the data published in the final article. We evaluated the “value” of the publication according to the language of publication (French/English), the ranking of the magazine (A or B versus others), and the number of citations of the article in Google-Scholar.


Results

A total of 270 oral communications were presented at the SIFUD congress between 2006 and 2012, so an average of 38.5 (±15) per year. Globally, 110 articles (40%) have been published in an indexed journal PubMed/MedLine to date (April 2015). Note that 10 articles of the oral communications (8%) were published before the congress. The average time of publication was 22 months±15 months. In terms of the language of publication, 79 articles (71%) were published in English magazines. They were published in 31 different journals (49 articles [44%] in urology, 14 articles [12%] in gynecology, 12 articles [10%] in urogynecology, 11 articles [10%] in coloproctology, 16 articles [14%] in neuro-urology and physical medicine and rehabilitation, 3 articles [2%] in sexology). Sixty-three articles (57%) were published in journals with an impact factor (IF) higher than 2 and 39 articles (35%) were published in journals of rank A or B.


Discussion

The rate of publications of oral communications varies according to specialties and the type of the congress. For example, the rate of the published communications at the ICS Congress (International Continence Society) in 2003 was 61% and of the AFU (French Association of Urology) in 2000, was 34.5%. The rate of publication of the oral abstracts presented at the SIFUD (40% over the period 2006–2012) is comparable to other national congresses but slightly inferior to those of international congresses. Several hypotheses may explain the non-publication of the oral communications (quitting the project, communication about preliminary results, refused publication by many journals) and unfortunately we do not have those results. We should get back individually to the submitters to know the reasons for non-publication of their works.


Conclusion

In the end, 40% of the oral communication presented at the annual congress of the SIFUD were published in an indexed journals PubMed/MedLine. Seventy-one percent of them are in English.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Communication libre / Publication / Congrés / SIFUD
Mots-clés:
Oral communication / Publication / Congress / SIFUD
Impact de la promontofixation cœlioscopique sur les symptômes pelviens, la qualité de vie et la sexualité : résultats à 3 ans d’une étude prospective
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 558-565, suppl. 10


Objectifs

Évaluer l’impact de la promontofixation cœlioscopique sur les symptômes pelviens, la qualité de vie et la sexualité après 36 mois de suivi. Nous avons aussi rapporté les taux de récidive anatomique et de ré-intervention.


Matériels et méthodes

Un suivi prospectif monocentrique a été mené sur 82 patientes souffrant d’un prolapsus des organes pelviens symptomatique de grade≥2 selon la classification Pelvic Organ Prolapse Quantification. Les symptômes pelviens ont été évalués par le questionnaire Pelvic Floor Distress Inventory (PFDI-20) et la qualité de vie avec le Pelvic Floor Impact Questionnaire (PFIQ-7). La sexualité a été évaluée avec le Pelvic Incontinence Sexual Questionnaire (PISQ-12). Les questionnaires ont été remplis en préopératoire puis à 3 mois, 12 mois et 36 mois après chirurgie.


Résultats

Le score PFDI-20 a été amélioré significativement à 3 mois (91,9 vs 31,8, p <0,05) et le score PFIQ-7 également (60,8 vs 16, p <0,05). Cette amélioration significative des scores persiste à 12 mois après chirurgie. Il n’y a pas de différence significative entre les scores à 12 mois et 36 mois pour le PFDI-20 (36,8 vs 42,2, p >0,05) et pour le PFIQ-7 (18,4 vs 24,7, p >0,05). Les scores PISQ-12 étaient significativement améliorés entre le préopératoire et ceux à 3 mois, 12 mois et 36 mois (34,8 vs 35,3 vs 38,5 vs 38,5, p <0,05). Les taux de récidive anatomique à 36 mois ont été de 12,8 % à l’étage postérieur, 5,1 % à l’étage antérieur et 1,2 % l’étage moyen. Le taux de ré-intervention pour récidive a été de 4,9 %.


Conclusion

La promontofixation cœlioscopique entraîne une amélioration fonctionnelle précoce qui se maintient à moyen terme.


Niveau de preuve

4.


Objectives

To evaluate the impact of laparoscopic sacrocolpopexy on symptoms, health-related quality of life and sexuality after a 36 month-follow-up. We also reported anatomical outcomes and reoperation rate.


Patients and methods

A prospective monocentric study was carried out including 82 women with symptomatic Pelvic Organ Prolapse (POP) stage2 according to Pelvic Organ Prolapse Quantification classification. Symptoms were evaluated using the Pelvic Floor Distress Inventory (PFDI-20) and health-related quality of life by the Pelvic Floor Impact Questionnaire (PFIQ-7). Sexual function was evaluated using the Pelvic Incontinence Sexual Questionnaire (PISQ-12). Measurements were recorded at the preoperative examination, then at 3, 12 and 36 months after surgery.


Results

PFDI-20 scores were significantly improved at 3 months (91.9 vs. 31.8, P <0.05) and PFIQ-7 scores also (60.8 vs. 16, P <0.05). This scores improvement remained significant at 12 months. There was no significant difference between results obtained at 12 and 36 months for PFDI-20 (36.8 vs. 42.2, P >0.05) and for PFIQ-7 (18.4 vs. 24.7, P >0.05). PISQ-12 score remained significantly improved at 3, 12 and 36 months compared to baseline (34.8, 35.3, 38.5 and 38.5, respectively). Ten patients (12.8%) had anatomical recurrence at 36 months for posterior compartment, 4 (5.1%) for anterior compartment and 1 (1.2%) for medium compartment. Four patients (4.9%) required reintervention.


Conclusion

Laparoscopic sacrocolpopexy improved early functional outcome that remained significant after at least a 36 months follow up.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Prolapsus uro-génital / Promontofixation cœlioscopique / PFDI-20 / Qualité de vie / PFIQ-7
Mots-clés:
Pelvic organ prolapse / Laparoscopic sacrocolpopexy / PFDI-20 / Health-related / Quality of life
Neurogenic bowel dysfunction (NBD) translation and linguistic validation to classical Arabic
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 553-557, suppl. 10


Introduction


Mots clés:
Neurological patient / Anorectal / Évaluation / questionnaire / Translation
Mots-clés:
A. / M.H. / S.
Résultats, tolérance et satisfaction des patientes à 6 mois d’une cure de cystocèle par voie vaginale avec pose de prothèse
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 582-588, suppl. 10


But

Évaluer à 6mois l’efficacité, la tolérance et la satisfaction des cures de cystocèle réalisées par voie vaginale avec pose d’une prothèse légère en polypropylène et sacrospinofixation antérieure bilatérale (NUVIA™ SI antérieure).


Matériel et méthode

Il s’agit d’une étude de cohorte prospective monocentrique. L’évaluation préopératoire comprenait une stadification du prolapsus selon la classification POP-Q ainsi que 3 questionnaires validés sur la symptomatologie, la qualité de vie et la qualité des rapports sexuels (PFDI-20, PFIQ-7, PISQ-12). Le succès était défini par un critère composite : Ba≤0, absence de sensation de tuméfaction vaginale et absence de réintervention sur l’étage antérieur. Les objectifs secondaires étaient d’évaluer la tolérance, la satisfaction des patientes ainsi que la prévalence des complications.


Résultats

Sur une période de 10mois, 16 patientes, âgées en moyenne de 61,9±8,8ans, ont été incluses et ont eu un suivi complet indépendant de l’opérateur à 6mois. Quatre patientes étaient sexuellement actives avant l’intervention et 5 patientes l’étaient à 6 mois. Le taux de succès était de 93,75 % (15/16) avec 1 complication peropératoire (plaie vésicale) et 1 complication à distance (majoration d’une dyspareunie préexistante). Aucune récidive de cystocèle n’a été constatée. Le taux de satisfaction était aussi de 93,75 % (15/16) avec une amélioration significative des questionnaires PFDI-20 et PFIQ-7 (p <0,0001 et p =0,0013). Trois patientes ont eu une reprise chirurgicale mais aucune ne concernait l’étage antérieur (section de la bandelette sous-urétrale (BSU) pour rétention aiguë d’urine, exposition BSU, cure de rectocèle et d’incontinence urinaire à l’effort de novo).


Conclusion

Dans cette courte série, la chirurgie du prolapsus avec prothèse NUVIA™ a été associée à un taux de succès et de satisfaction à court terme de 93,75 % avec un cas de majoration de dyspareunie et 3 réinterventions ne concernant pas l’étage antérieur (complications urinaires).


Niveau de preuve

4.


Objective

To assess at 6 months the efficiency, the safety and the satisfaction of a lightweight polypropylene mesh used for the transvaginal repair of cystocele by bilateral anterior sacrospinous ligament fixation (NUVIA™ SI).


Materiel and methods

A prospective cohort study was performed from January 2014 to June 2015. Preoperative assessment included an evaluation using the Pelvic Organ Prolapse Quantification system (POP-Q) and 3 questionnaires about symptoms, quality of life and quality of sex life (PFDI-20, PFIQ7, PISQ-12). Results were evaluated by a composite criteria: Ba0, absence of bulge sensation and absence of reoperation for cystocele recurrence. Secondary objectives were to assess the complications rates and patient's satisfaction.


Results

In 10 months, 16 patients, with a mean age of 61.9±8.8years, were included and evaluated by an independent observator at 6months. Four patients were sexually active before surgery and 5 at 6 months. Results were optimal in 93.75% cases (15/16) with one intraoperative injury (bladder injury) and one postoperative complication (increase of preoperative dyspareunia). Satisfaction rate was 93.75% (15/16) and questionnaires PFDI-20 and PFIQ-7 were statistically improved (P <0.0001 and P =0.0013). Three patients had a reintervention but not about anterior wall prolapse (section of a suburethral sling for urinary retention, suburethral sling exposure and cure of stress urinary incontinence).


Conclusion

At short term, transvaginal mesh repair by anterior sacrospinous ligament fixation with NUVIA™ presents 93.75% optimal result with one case of increased dyspareunia and 3 reoperations which don’t concern anterior wall (urinary outcomes).


Level of evidence

4.

Mots clés:
prolapsus / cystocèle / Prothèse en polypropylène / Prothèse légère / Sacrospinofixation antérieure
Mots-clés:
Prolapse / Anterior wall / Polypropylene mesh / Light weight mesh / Anterior sacrospinous ligament fixation
Rupture spontanée de néovessie iléale survenue après 8 ans de sa confection : à propos d’un cas et revue de la littérature
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 589-590, suppl. 10


Introduction


Mots clés:
Néovessie iléale / Cancer vésical / Cystectomie radicale / Rupture spontanée
Mots-clés:
Ileal neobladder / bladder cancer / radical cystectomy / spontaneous rupture
Sévérité des troubles colorectaux associés aux maladies neurologiques et évaluation pratique par questionnaire à un item (PGI-S)
2016
- Réf : Prog Urol, 2016, 10, 26, 573-581, suppl. 10


Introduction

Les troubles colorectaux (TCR) sont fréquents chez les patients présentant une lésion neurologique, mais leur évaluation rarement systématique en centre de rééducation.


Objectif

Étudier la prévalence des TCR chez ces patients, et leur sévérité à l’aide du PGI-S (Patient Global Impression of Severity).


Matériel

Étude prospective sur la sévérité des TCR dans 2 centres de rééducation, par questionnaire, avec notamment utilisation du Neurogenic Bowel Dysfunction Score (Score NBD, de 0 à 47), du PGI-S, questionnaire à 1 item pour évaluer la gêne liée aux TCR (absente, légère, modérée ou sévère), et l’échelle de Bristol (consistance des selles). Les patients devaient présenter plus de 2 mois d’évolution de la maladie neurologique.


Résultats

Cent soixante-neuf patients ont été inclus : 97 patients blessés médullaires, 42 scléroses en plaques et 30 hémiplégiques. Dans chaque population, les prévalences respectives étaient de 67 %, 45 % et 17 % pour la constipation, de 82 %, 45 % et 27 % pour la dyschésie, et de 74 %, 48 % et 43 % pour les fuites (gaz ou selles). Les TCR modérés à sévères étaient retrouvés chez 61 % des patients médullaires, 43 % des scléroses en plaques et 23 % des hémiplégiques, avec des scores NBD respectifs de 11,9±6,5, 5,7±4,9 et 3,7±4,2 (p <0,01). On retrouvait un lien significatif entre PGI-S et score NBD (p <0,01). Les scores NBD les plus bas étaient associés aux consistances de selles normales (Bristol type 3 ou 4) (p <0,01).


Conclusion

Le PGI-S et l’échelle de Bristol sont des outils cliniques simples permettant une évaluation rapide des TCR.


Niveau de preuve

4.


Introduction

Bowel symptoms (constipation and incontinence) are frequent in patients with a neurologic disease, but rarely assessed in rehabilitation centres.


Aim

To study the prevalence of neurogenic bowel dysfunction (NBD) in those patients, and to assess its severity with the Patient Global Impression of Severity (PGI-S).


Material

Prospective study by questionnaires, with the Neurogenic Bowel Dysfunction Score (0–47) and the PGI-S, a 1-item questionnaire (absent, mild, moderate, severe) for the severity of the bowel symptoms, and the Bristol Stool Chart for stool consistency. All patients presenting a chronic (>2months) neurological disease were included.


Results

Inclusion of 169 patients, 97 with spinal cord injury, 42 with multiple sclerosis and 30 with hemiplegia. In each population, prevalence of constipation was 67 %, 45 % and 17 %, of pelvic floor dyssynergia 82 %, 45 % and 27 %, and leakages (gas or stools) de 74 %, 48 % and 43 %, respectively. Moderate to severe bowel symptoms were seen in 61 % of spinal cord injury, 43 % of multiple sclerosis and 23 % of hemiplegic patients, with NBD scores of 11.9±6.5, 5.7±4.9 and 3.7±4.2, respectively (P <0.01). There was a significant relation between PGI-S and NBD score (P <0.01). Significant lower NBD scores were associated with normal stool consistency (Bristol type 3 or 4) (P <0.01). In case of severe bowel symptoms, the use of transanal irrigation was hampered by patients’ motivation and acceptation, and their autonomy.


Conclusion

PGI-S and Bristol Stool Chart are reliable tools to assess the presence of bowel symptoms in clinical practice.

Mots clés:
Constipation / Incontinence / Échelle de Bristol / PGI-S / Blessés médullaires
Mots-clés:
Constipation / Incontinence / Bristol Stool Chart / PGI-S / spinal cord injury