Base bibliographique

Sommaire :

Dysfonctions sexuelles après curiethérapie et radiothérapie externe de la prostate pour cancer de la prostate localisé
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S173, suppl. S4


Objectifs

La curiethérapie et la radiothérapie externe sont deux traitements du cancer de la prostate localisé. La sexualité étant un important déterminant de la qualité de vie, et son maintien pouvant entrer en jeu dans le choix du traitement du cancer de la prostate, nous avons souhaité faire le point concernant les effets sexuels de la radiothérapie externe et de la curiethérapie de la prostate.


Méthode

Une recherché sur PubMed a été réalisée en utilisant les mots-clés : prostate cancer, erectile dysfunction, radiotherapy, brachytherapy, ejaculation et orgasm.


Résultats

Après curiethérapie comme après radiothérapie de la prostate, des troubles sexuels apparaissent progressivement, la dysfonction érectile survenant généralement 12 à 18 mois après traitement.

Bien que les mécanismes physiopathologiques aboutissant à la dysfonction érectile après curiethérapie et radiothérapie de la prostate ne soient pas clairement identifies, l’atteinte vasculaire et des bandelettes neurovasculaires, et l’irradiation des corps érectiles semblent les principaux mécanismes à l’origine de la dysfonction érectile. Encore peu de données existent concernant l’éjaculation et l’orgasme après traitement radiothérapique du cancer de la prostate. Des données récentes montrent que les hommes traités par curiethérapie conservent généralement une éjaculation et un orgasme, mais qu’ils décrivent souvent une réduction du volume de sperme et une détérioration de l’orgasme. Les patients ayant un cancer de la prostate localisé devraient être informés des conséquences possibles de la radiothérapie et de la curiethérapie de la prostate sur leurs fonctions sexuelles avant qu’ils ne fassent le choix du traitement de leur maladie. Ils devraient également être informés des possibilités de traitement de la dysfonction érectile.


Objectives

Knowing the importance of sexuality items in the choice by the patient of the modality of treatment of localized prostate cancer, we aimed at reviewing and updating the effects of prostate radiotherapy and brachytherapy on sexual functions.


Method

A PubMed search was done using the keywords: prostate cancer, erectile dysfunction, radiotherapy, brachytherapy, ejaculation and orgasm.


Results

After both radiotherapy and brachytherapy, sexual troubles occur progressively, the onset of occurrence of erectile dysfunction being 12-18 months after both treatments. Even though the pathophysiological pathways by which radiotherapy and brachytherapy result in erectile dysfunction have not yet been fully clarified, arterial damage and exposure of neurovascular bundle to high levels of radiation seem to be two main causes of erectile dysfunction after radiotherapy and brachytherapy. The radiation dose received by the corpora cavernosa at the crurae of the penis may also be important in the etiology of erectile dysfunction. Another important factor following radiotherapy is the treatment modality. Not many data about ejaculation and orgasm after radiation treatments have been published yet. Recent data show that most of the population treated by brachytherapy conserves ejaculation and orgasm after treatment, even if a majority describe reduction of volume and deterioration of orgasm. Patients need to be correctly informed on the possible sequela of radiotherapy and brachytherapy on their sexual well-being while planning their treatment. Patients should also be informed about the possible treatment modalities for erectile dysfunction.

Dysfonctions sexuelles après prostatectomie totale
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S168, suppl. S4


La dysfonction érectile n’est pas la seule dysfonction sexuelle altérant la qualité de vie des patients après prostatectomie totale pour cancer. Les patients doivent bénéficier d’une information complète concernant ces conséquences et les mesures de prévention et de traitement qui pourront être mises en place précocement après l’intervention. La fonction érectile pré-opératoire et la motivation du couple sont des éléments essentiels déterminant la qualité de la récupération d’une sexualité satisfaisante après l’intervention. Une dysfonction érectile découverte avant l’intervention doit faire l’objet d’une prise en charge médicale (évaluation des facteurs de risques et comorbidités associées) au même titre que si elle avait été le motif de la consultation. La qualité du geste chirurgical est l’autre élément déterminant qui doit faire l’objet d’une indication justifiée et d’une technique codifiée.


Erectile dysfunction is not the only sexual dysfunction that impact quality of life of patients following radical prostatectomy for prostate cancer. Patients must be informed about these consequences and also about the prevention and treatment modalities that could be proposed after surgery. Preoperative erectile function and couple motivation are predictive of the quality of the sexual relationship after radical prostatectomy. A preoperative erectile dysfunction must be investigated as well as if it was the main symptom (evaluation of comorbidities, cardiovascular and psychological risk factors). The quality of the preservation of the neurovascular bundles is the other main determinant that must be decided according to cancer characteristics and performed according to a mastered surgical technic.

Dysfonctions sexuelles après traitement du cancer de la prostate localisé
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S161, suppl. S4




 

Évaluation des dysfonctions sexuelles dans le cadre de la prise en charge du cancer de la prostate
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S189, suppl. S4


L’évaluation et l’information en matière de sexualité des patients atteints d’un cancer de la prostate se doivent d’évaluer la sexualité antérieure au diagnostic et l’impact du diagnostic du cancer sur la sexualité. La découverte d’une dysfonction érectile préexistante est fréquente et elle devra faire l’objet d’une évaluation classique. L’évaluation doit permettre de préciser la nature et la gravité des troubles sexuels chez le patient et dans le couple, les facteurs de risques cardiovasculaires et métaboliques, les traitements médicamenteux, la demande du patient et du couple en matière de sexualité. Le recours à un avis spécialisé peut dans certain cas s’avérer nécessaire avant la prescription d’un traitement. Les modalités de prise en charge post opératoire et post curie- ou radiothérapie, seront exposées et discutées en fonction des souhaits et priorités du patient et du couple.


Prostate cancer patients sexual management and information must evaluate prediagnosis sexual life and impact of cancer on sexuality. Discovery of a pre-existent erectile dysfunction is frequent and must lead to a standard evaluation, involving nature, severity, risks factors (metabolic, cardiovascular and drugs) using a patient and couple centered approach. Advice from an other specialist (sexologist, cardiologist…) can be necessary before to prescribe a drug. Postoperative management of induced sexual dysfunction must be explained and decided according to the patient and couple wishes.

Le respect de l'intégrité capsulaire dans la prostatectomie radicale à ciel ouvert avec préservation nerveuse
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S177, suppl. S4


Introduction

La reprise de la fonction sexuelle après prostatectomie radicale doit être évaluée en fonction du risque carcinologique encouru.


Objectif

Définir des critères de qualité, dont le risque de marges positives iatrogènes, pour évaluer la technique de préservation des lames vasculo-nerveuses et ses résultats fonctionnels.


Intervention

Prostatectomie radicale avec préservation des lames vasculo-nerveuses en respectant l’intégrité capsulaire.


Méthode

Étude histologique selon le protocole de Stanford et de la fonction érectile selon le score IIEF-5.


Résultats

Étude prospective de 507 patients consécutifs. Préservation nerveuse bilatérale 88,1% (n =273), unilatérale 11,9% (n =37). Risque de marges positives iatrogènes : 5%, marges d’exérèses positives totales : 6,3% (pT2=2,2%, pT3=14,5%). Récupération des rapports sexuels avec ou sans IPDE5 : 83,5% à 1 an et 95,1% à 2 ans.


Conclusion

La préservation des lames vasculo-nerveuses peut être réalisée dans un plan extracapsulaire apportant une grande sécurité carcinologique tout en maintenant des résultats fonctionnels excellents.


Background

Potency recovery after radical prostatectomy (RP) has to be weighed against the risks of nerve-sparing surgery in relation to long-term cancer control.


Objective

To apply quality control criteria for RP, define the risk of iatrogenic positive margins and evaluate nerve-sparing dissection and sexual outcomes.


Intervention

Nerve-sparing retropubic RP with “extracapsular” dissection.


Method

Histopathology : whole-mount 3-mm serial sections from the prostate apex to base using the Stanford technique. Recovery of erectile function evaluated with the abridged version of the International Index for Erectile Function (IIEF-5).


Results

Prospective study about 507 consecutive RP candidates. Bilateral nerve-sparing (n=273, 88.1%), unilateral (n=37, 11.9%). The risk of iatrogenic positive margins was 5%. The positive surgical margin rate was 6.3% (2.2% for pT2 and 14.5% for pT3). The potency recovery rate with or without type 5 phosphodiesterase inhibitor assistance was 83.5% at 1 year and 95.1% at 2 years.


Conclusion

Nerve-sparing can be performed in a dissection plane outside the boundaries of the capsule, thus ensuring oncological safety whilst providing highly satisfactory potency recovery rates.

Préservation neurologique et vasculaire au cours de la prostatectomie totale laparoscopique
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S180, suppl. S4


L’objectif de la préservation nerveuse est de traumatiser le moins possible les fibres non myélinisées et les artères qui se destinent aux corps caverneux. Le plan anatomique de la dissection peut être inter ou extra fascial et il est possible de préserver toute ou partie des pédicules neurovasculaires. La technique dépend du risque carcinologique évalué et des caractéristiques anatomiques locales. La préservation des artères pudendales accessoires doit également être tentée, lorsqu’elles sont identifiées afin d’améliorer les chances de récupérer des érections naturelles.


The objective of the cavernous nerve preservation is to avoid injury of the unmyelinated nerve fibers and arteries destined to the corpora cavernosa. Dissection anatomical plans could be inter or extra fascial allowing complete or partial neurovascular bundle preservation. The technic is choosen according to the carcinological evaluated risk and anatomical characteristics. Accessory pudendal arteries preservation must be performed when such an arterie is identified in order to improve the chance of recovery of spontaneous erections.

Prise en charge des échecs de la rééducation érectile après prostatectomie totale
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S198, suppl. S4


Plus des deux tiers des patients après prostatectomie totale (PT) ont une altération durable de la qualité de leur érection et peuvent être considérés comme en échec de rééducation érectile. Le traitement des échecs de la rééducation de l’érection après PT suit aujourd’hui les règles du traitement de la dysfonction érectile en fonction de son degré de gravité et des échecs aux traitements antérieurs. Une prise en charge sexologique est souvent nécessaire pour évaluer le vécu sexuel de la maladie et des conséquences du traitement dans le couple.


More than two thirds of the patients after radical prostatectomy (RP) have a lasting impairment of the quality of their erection and are may be considered as in failure of erectile rehabilitation. The treatment of penile rehabilitation failures after RP follows the rules and recommendations of the treatment of erectile dysfunction according to its degree of severity and of chess in previous treatments. Psychosexual counselling is often necessary to assess and improve the sexual living of cancer and of consequences of the treatment in the couple.

Prostatectomie totale robot-assistée
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S183, suppl. S4


Le début du XXIe siècle a ouvert l’ère de la chirurgie robotique qui concurrence aujourd’hui la chirurgie conventionnelle dite « à ciel ouvert ». Les urologues se sont emparés de la chirurgie robotique pour l’appliquer à des interventions complexes comme la prostatectomie totale. Les progrès révolutionnaires qu’apportent le Robot Chirurgical Da Vinci® sont une qualité visuelle inégalée, tridimensionnelle, un système de commande efficace à partir de la console par manettes ergonomiques et pédales, et le système de rotation des instruments (endowrist) en bout d’instruments, qui permet des mouvements équivalents et même supérieurs à ceux du poignet du chirurgien, permettant un geste naturel pour le chirurgien et une précision de dissection et de sutures dans des espaces anatomiques confinés. Le système Da Vinci® permet de réaliser une préservation nerveuse dans tous les plans décrits (inter, intra ou extra fascial) au cours d’une prostatectomie totale par une voie d’abord coelioscopique, avec une courbe d’apprentissage plus courte et des résultats plus rapidement reproductibles par un chirurgien moins ou peu expérimenté en cœlioscopie.


The beginning of the 21rst century have ushered the new era of robotic surgery that now challenges conventional open surgery. Robotic surgery has been embraced by urologists who have applied it to complex surgical procedures such as radical prostatectomy. The revolutionary improvements provided by the Da Vinci Surgical System® combines superior 3D visualization along with enhanced dexterity such as the endowrist allowing distal supranatural rotation of instruments, precision and control in an intuitive, ergonomic interface with breakthrough surgical dissection and suturing capabilities in confined spaces. Da Vinci Surgical System® allows to perform nerve sparing radical prostatectomy techniques in various surgical plans (inter, intra and extrafascial) with a shorter learning curve and probably outcomes more rapidly reproducible by a less experienced laparoscopic surgeon.

Qualité de vie après traitement du cancer de la prostate localisé
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S163, suppl. S4


Les patients traités pour un cancer de la prostate et leurs partenaires s’accordent pour classer les différents domaines de la qualité de vie avec par ordre d’importance décroissante ; la vie sexuelle, la vitalité, les troubles urinaires irritatifs et obstructifs, l’incontinence et les fonctions intestinales. Chacune des modalités thérapeutiques de première intention du cancer de la prostate possède un profil spécifique de modifications des domaines de la qualité de vie sexuelle, urinaire, intestinale et de la vitalité. Il est de plus très difficile de prévoir pour un patient donné l’importance des modifications et leur perception par le patient ainsi que leurs implications dans la vie du couple. L’information, la prévention et la prise en charge précoce des séquelles permettent d’en limiter les conséquences néfastes pour la qualité de vie.


Patients treated for a prostate cancer and their partners agree to classify importance of quality of life domains as follow: first sexual life, vitality, irritative and obstructive urinary tract symptoms, urinary incontinence and bowel function. Each first line treatment of prostate cancer (radiotherapy, brachytherapy and surgery) is responsible for a specific quality of life domains modification profile. It is very difficult to predict, for a given patient, the importance of the sequellae and their perception by the patient and the partner. Information, prevention and early treatment of the sequellae allow improving quality of life.

Rééducation érectile après prostatectomie totale
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S193, suppl. S4


Le concept de la rééducation érectile comprend l’ensemble des procédures destinées à améliorer l’oxygénation du tissu érectile afin d’éviter les lésions tissulaires qui surviennent pendant la période de récupération nerveuse après prostatectomie totale. De nombreux travaux de recherche supportent le rationnel et les mécanismes physiologiques de cette rééducation mais peu d’études cliniques permettent d’obtenir une preuve de son efficacité en clinique. Dans l’attente de nouvelles études, il est recommandé que soit proposée aux patients après PT une rééducation pharmacologique active. Celle-ci repose sur la réalisation régulière d’actes sexuels, idéalement 1 à 3 fois par semaine. Les érections peuvent être déclenchées par des d’IIC de PGE1 mais le patient peut également avoir recours à la prise à la demande d’IPDE5. L’utilisation quotidienne d’iPDE5 a fait l’objet de résultats controversés et ne peut être systématiquement recommandée dans l’attente de nouveaux résultats. La durée nécessaire de cette rééducation peut être de deux ans, les résultats s’améliorant avec le temps.


The concept of penile rehabilitation involves the procedures designed to improve oxygen delivery the penile erectile tissue to minimized tissue damage during the period of neural recovery following radical prostatectomy. Many basic research studies support the rationale and mechanism of the concept of penile rehabilitation, however they are few clinical studies in the literature that provide a clear medical evidence of its efficacy in patients. Waiting for new data, it is recommended to propose to the patients, following a radical prostatectomy, an active pharmacological penile rehabilitation. This rehabilitation involves counselling with the couple to have regular sexual activities, ideally 1 to 3 times a week. Penile erections could be induced by intracavernosal injections of PGE1 or improved by using PDE5 inhibitors on demand. The results of daily use of PDE5 inhibitor are conflicting and then it cannot be recommended systematically waiting for new data. The rehabilitation could be maintained for about 2 years as results improve with time.

Aspects psycho-oncologiques des cancers urologiques chez le sujet âgé
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S110, suppl. S3


La maladie cancéreuse affecte les conditions du vieillissement que l’on considérera comme un processus dynamique d’adaptation au phénomène biologique de la sénescence. La communication avec la personne âgée nécessite une attention particulière aux interactions entre les répercussions émotionnelles et les capacités cognitives afin de faciliter sa compréhension et obtenir l’expression de son consentement aux soins. Malgré la fréquence des morbidités et des symptômes, les personnes âgées conservent habituellement, une auto évaluation favorable de leur Qualité de vie après la fin des traitements.

Cancers urologiques du sujet âgé : rôle de la radiothérapie
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S96, suppl. S3


Les cancers urologiques sont de plus en plus souvent diagnostiqués chez des sujets âgés et la question d’un traitement à visée curative se pose alors. Il ne faut pas sousestimer l’espérance de vie de ces patients avec pour corollaire le sous-traitement. Une évaluation gériatrique spécifique est un atout majeur pour prendre la bonne décision thérapeutique. Pour les cancers de la prostate et de la vessie, la radiothérapie externe est une arme de choix, si l’option curative a été choisie, car sa toxicité est faible chez le sujet âgé. La plupart des séries montrent en effet une tolérance similaire à celle des sujets jeunes. Pour le cancer de la prostate, l’hormonothérapie seule apparaît inférieure à une association hormonothérapie et radiothérapie en termes de contrôle de la maladie, mais aussi de survie. Les nouvelles modalités d’irradiation permettront peut-être la réalisation d’une irradiation hypofractionnée, plus adaptée au patient âgé. Ceci a particulièrement été étudiée pour les cancers vésicaux, mais semble également une option intéressante pour les cancers de la prostate.

De l'intérêt d'une prise en charge multidisciplinaire structurée et adaptée…
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S65, suppl. S3




 

Définition et présentation de la cancérologie du sujet âgé
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S75, suppl. S3


L’Oncogériatrie est le concept de prise en charge des patients âgés atteints de cancer. C’est une approche égale des problèmes d’état de santé et du cancer chez le patient considéré comme un tout. Ainsi, ce n’est pas une sous-spécialité mais une pratique qui peut être utilisée dans les soins au patient atteint de cancer. Le traitement du cancer est basé sur les mêmes principes que ceux des plus jeunes, les recommandations utilisées sont celles des sociétés savantes oncologiques. Les problèmes de santé sont dépistés par des outils spécifiques. Les patients sans problème majeur de santé sont pris en charge par l’équipe oncologique en routine ; ceux chez qui le dépistage a montré des problèmes sont d’abord évalués en gériatrie et ensuite les décisions oncologiques sont adaptées à leur situation particulière. Les décisions sont prises au cours de réunion de concertation oncogériatrique. Des essais cliniques spécifiques sont nécessaires pour construire un thésaurus basé sur l’évidence et des programmes d’enseignement de l’Oncogériatrie sont indispensables.

Évolution de la démographie et de la longévité dans les prochaines décades : impact sur l'incidence des cancers urologiques
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S67, suppl. S3


L’évolution du nombre de cancers dépend de nombreux paramètres : d’une part des changements démographiques notamment de la distribution par âge de la population et, d’autre part, de l’évolution du taux d’incidence en fonction de l’âge qui dépend luimême du vrai risque d’avoir la maladie, mais aussi du risque d’être diagnostiqué. Tous ces paramètres sont entachés d’incertitudes de sorte que les projections sont présentées sous la forme de scénarii. Les scénarii démographiques proposés par l’INSEE dépendent de trois facteurs : la fécondité, la mortalité et les migrations. Ils conduisent pour les deux extrêmes à une estimation de la population variant de 61 à 79 millions d’habitants, mais aucun scénario ne remet en cause le vieillissement de la population d’ici 2050. Pour l’évolution de l’incidence des cancers, il n’existe que des projections à moyen terme. Elles sont basées sur la modélisation des tendances observées, soit tendance moyenne sur une longue période, soit tendance récente, ou enfin stabilité avec maintien de la dernière incidence observée. Ces modélisations ne prennent pas en compte une évolution des facteurs associés au risque.

L'évaluation des morbidités compétitives et des scores d'évaluation de la morbidité compétitive
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S80, suppl. S3


Un traitement est bénéfique lorsqu’il entraîne une augmentation de la durée et/ou de la qualité de vie. L’évaluation pré-thérapeutique d’un patient, quelque soit son âge, doit permettre d’estimer la morbidité, la mortalité du traitement sur le patient et d’adapter le traitement aux conditions physiologiques du patient. Les échelles d’évaluation de la morbidité compétitive et la mesure du niveau d’activité apportent des informations pronostiques utiles pour aider le praticien dans sa décision thérapeutique.

L'évaluation gériatrique en cancérologie chez le sujet âgé
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S71, suppl. S3


L’hétérogénéité de la population âgée rend complexe l’application simple des programmes thérapeutiques standard de prise en charge oncologique d’autant qu’ils ont été validés sur des populations jeunes. Le NCCN et la SIOG recommandent l’utilisation d’une évaluation gériatrique avant l’élaboration d’un programme personnalisé de soins. L’évaluation gériatrique a démontré son efficacité dans de nombreux domaines. Ce concept recouvre deux grandes activités : l’Évaluation Gériatrique Multidimensionnelle (EGM) qui est une évaluation gériatrique standardisée de détection des comorbidités et des grands syndromes gériatriques et l’Évaluation Gériatrique Approfondie (EGA). L’objectif de l’EGA est de répertorier les différents problèmes du malade, de distinguer les pathologies somatiques et/ou psychiatriques des conséquences physiologiques du vieillissement, d’apprécier l’impact fonctionnel des pathologies, de comprendre l’interférence de ces pathologies entre elles, d’apprécier leurs conséquences sur l’environnement social du malade et de hiérarchiser les différents problèmes de santé du patient. L’EGA est une action médicale organisée en 5 phases permettant la mise en place et le suivi de recommandations.

La chirurgie des cancers des patients âgés présente-t-elle des particularités ?
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S93, suppl. S3


La chirurgie est une arme majeure dans la prise en charge des cancers. Cette prise en charge chez un patient âgé se heurte aux co-morbidités plus qu’à l’âge légal. Ces dernières peuvent conduire à contre-indiquer le geste nécessaire. Mais, en dehors de la terminaison d’une cystectomie (dérivation cutanée ou remplacement), elles ont exceptionnellement un impact sur la technique chirurgicale. L’objectif est de faire le point sur les différentes situations possibles en cancérologie urinaire. L’élément le plus important de cette chirurgie étant la prise en charge par une équipe médico-chirurgicale où le gériatre et l’équipe paramédicale sont au moins aussi importants que le chirurgien et l’anesthésiste.

La dénutrition chez le patient âgé porteur d'un cancer urologique
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S106, suppl. S3


La dénutrition chez le sujet âgé atteint de cancer est une complication fréquente et grave. De mécanisme complexe et multifactoriel, associant des causes imputables à la pathologie néoplasique, à des facteurs liés au vieillissement, elle est à l’origine d’une surmorbidité pour ces patients.

Il est indispensable de rechercher systématiquement une dénutrition chez tous les patients âgés, dans le cadre de l’évaluation gérontologique standardisée, en utilisant les critères diagnostic de l’HAS : perte de poids, Indice de masse corporelle et Mini Nutritional Assessment.

Le traitement de la dénutrition doit être intégré au projet thérapeutique et doit donc prendre en compte la dimension éthique. En fonction des possibilités d’alimentation orale spontanée, le choix du support nutritionnel sera orienté vers la voie orale : alimentation enrichie, fractionnée associée si besoin à une complémentation orale hypercalorique ; ou vers la voie entérale. Quel que soit le traitement nutritionnel choisi, l’évaluation de sa tolérance et de son efficacité est indispensable.

Le traitement hormonal du cancer de la prostate chez le patient âgé
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S151, suppl. S3


Le cancer de la prostate (CaP) est devenu un véritable problème de santé publique. La population âgée est particulièrement exposée car l’âge est le principal facteur de risque de la maladie. Le recours à la suppression androgénique est devenu extrêmement fréquent chez les patients âgés porteurs d’un cancer de la prostate, malgré les complications significatives auxquelles elle expose les patients. Certaines de ces complications présentent un risque de mortalité spécifique et toutes altèrent la qualité de vie. Une évaluation rigoureuse de l’état de santé physique, psychique et de la situation sociale des patients âgés est nécessaire avant de poser l’indication d’une suppression androgénique. Les indications carcinologiques doivent répondre aux recommandations du CCAFU, en privilégiant le traitement différé lorsque ses résultats ne sont pas inférieurs au traitement continu. Les modalités thérapeutiques de suppression androgénique ne sont pas spécifiques des patients âgés. Elles seront accompagnées de mesures de prévention de ses complications. Le traitement intermittent sera envisagé avec prudence. La surveillance sera étroite et portera sur le dépistage des complications de la suppression androgénique.


Prostate cancer (PaC) is a significant health problem. Elderly have the highest incidence of the disease as age is its strongest risk factor. Despite its complications, the use of androgen suppression in aging patients with prostate cancer has become extremely frequent with probable excess. However, some of these complications carry specific mortality and all of them have a negative impact on quality of life. It is critical to perform a geriatric assessment, concerning physical, mental and social items, before to consider androgen suppression in this population. Indications of androgen suppression for the treatment of prostate cancer follow the guidelines of CCAFU. Delayed treatment deserves a special attention when possible. Treatment modalities are no specific to the elderly, but complications have to be anticipated with preventive measures. Intermittent androgen suppression should be considered with caution. Close follow up will focus on the diagnosis of adverse effects of androgen suppression.

Les instillations endovésicales chez le sujet âgé
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S133, suppl. S3


Les instillations endovésicales sont indiquées pour les tumeurs de vessie n’infiltrant pas le muscle de risque intermédiaire ou à haut risque. Dans la littérature, les indications de ces traitements ne sont pas adaptées en fonction de l’âge du sujet et de ses comorbidités. En l’absence de données scientifiques, il convient de proposer les instillations en fonction du risque de la tumeur de vessie, mais en les modulant en fonction de l’âge physiologique et des risques potentiels de cette prise en charge.


Intravesical instillations are indicated for intermediate-risk or high-risk bladder tumors that do not infiltrate muscle tissue. In the literature, the indications for these treatments are not adapted to the subject’s age and co-morbidities. With no scientific data, instillations should be proposed according to the risk of the bladder tumor, but by adapting them to the physiological age and the potential risks of this management strategy.

Les traitements ablatifs modifient-ils la prise en charge des tumeurs du rein chez la personne âgée ?
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S116, suppl. S3


Le développement des techniques ablatives en cancérologie rénale bouleverse les attitudes de traitement des petites tumeurs rénales. L’objectif de cette revue de la littérature est d’évaluer les arguments pour traiter une tumeur rénale localisée par ces techniques chez un patient âgé. Les deux techniques retenues du fait de leur utilisation reconnue sont la radiofréquence et la cryothérapie, quel que soit la voie d’abord. Les données de la littérature retrouvent une récidive locale plus fréquente que lors de l’exérèse chirurgicale et un avantage de la cryothérapie sur la radiofréquence. Il ne semble pas exister de différence sur l’évolution métastatique. La morbidité n’est pas négligeable avec des complications majeures survenant dans un peu moins de 10% des cas. Compte-tenu de la nécessité de s’adresser à des tumeurs de petite taille (< 4cm), l’intérêt sur l’espérance de vie est remis en cause par les séries étudiant la surveillance active chez les sujets le plus âgés et présentant des co-morbidités. Les indications doivent donc dans l’état actuel des choses être mesurées et basées sur l’évaluation générale du patient en particulier de sa morbidité compétitive afin de ne pas sur traiter un patient en lui imposant d’éventuelles complications.

Particularités histologiques et principes de traitements des tumeurs du testicule du sujet âgé
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S142, suppl. S3


Au-delà de 60 ans, la pathologie testiculaire tumorale est dominée par les lymphomes (>30%). Il s’agit le plus souvent de formes de haut grade, évoluant volontiers vers des localisations cérébrales. Leur traitement repose sur une chimiothérapie adaptée. Les tumeurs germinales représentent, dans cette tranche d’âge, moins de 20% des tumeurs testiculaires. Les séminomes y sont les plus fréquents. Elles répondent aux mêmes règles de prise en charge que les formes du sujet jeune. Les tumeurs des cordons sexuels, les tumeurs conjonctives bénignes, les sarcomes et les métastases se rencontrent avec une fréquence proche de 10% chacune. Si les deux premières sont le plus souvent guéries par la chirurgie, les sarcomes sont généralement de mauvais pronostic. Celui des métastases sera fonction de la tumeur primitive, habituellement prostatique pulmonaire ou mélanique Le séminome spermatocytaire reste rare même à cet âge. Il s’agit d’une tumeur bénigne si elle ne contient aucun contingent hétérologue. Les tumeurs mésothéliales malignes sont également exceptionnelles mais de pronostic sombre. Les autres types histologiques sont exceptionnels. La connaissance de ce profil histologique doit être connue afin d’adapter la prise en charge d’une tumeur testiculaire chez un sujet âgé. Le travail rapporté ici est le résultat d’une étude rétrospective concernant 213 des 2 215 tumeurs testiculaires recueillies par le Groupe d’Étude des Lésions Urologiques entre 1990 et 2005.


After the 6th decade, primitive lymphomas are the most frequent tumors of the testis (>30%). They are usually high grade lymphomas that commonly disseminate to the central nervous system. Chemotherapy depends on histological subtype. Germ cell tumors, mainly seminomas, represent less than 20% cases. Therapy do not differ from young adults germ cell tumors. Sex cord stromal tumors, mesenchymal benign tumors, sarcomas and metastasis represent approximately 10% of cases each. The first two are usually cured after orchidectomy. Prognosis of sarcoma is bad. The one of metastasis depends on primitive tumor (prostatic or pulmonary adenocarcinoma or melanoma mainly). Spermatocytic seminoma is a rare and benign tumor, if no sarcomatous component is observed. Mesothelioma are also very rare and of bad prognosis. Other histological subtype are extraordinay rare. This particular histological profile must be in mind when considering the appropriate therapeutic approach of testis tumors in elderly. This work is based on data collected between1990 to 2005 by the french pathologists of the GELU.

Place de la néphrectomie laparoscopique chez le sujet âgé
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S124, suppl. S3


L’augmentation concomitante de l’espérance de vie et de l’incidence des cancers du rein va conduire dans les prochaines années à une augmentation des cancers du rein chez les sujets de plus de 75 ans. Une attitude attentiste en cas de volumineuses tumeurs, en particulier symptomatiques, risque d’altérer la qualité de vie des patients par des douleurs abdominales chroniques, des hématuries macroscopiques ou une altération de l’état général par évolution métastatique. Une prise en charge chirurgicale curative ou palliative peut être envisagée et doit être discutée en réunion de concertation pluridisciplinaire. Avant de valider l’indication d’une néphrectomie chez le sujet âgé, une évaluation gériatrique préopératoire rigoureuse doit être réalisée. De même, la fonction rénale pré-opératoire doit être soigneusement évaluée afin de mesurer les risques d’insuffisance rénale terminale. La diminution de la durée moyenne de séjour grâce à la voie d’abord laparoscopique permet aux patients un retour plus rapide à leur domicile ou leur institution, élément important dans la réhabilitation de ces patients très sensibles aux changements temporo-spatiaux. La néphrectomie laparoscopique dont la littérature suggère qu’elle est associée à une morbidité réduite et des résultats carcinologiques satisfaisants pourrait donc être préférée à la voie ouverte quand indiquée et techniquement faisable.


The concomitant increase in life expectancy and the incidence of kidney cancers will result in an increase in kidney cancers in subjects over 75 years of age in the coming years. A wait-and-see attitude in cases of voluminous tumors, particularly symptomatic tumors, may well alter the quality of life of these patients through chronic abdominal pain, macroscopic hematurias, or alteration of the general condition due to metastatic progression. Curative or palliative surgical management can be envisioned and should be discussed in the multidisciplinary consensus meeting. Before validating the indication for nephrectomy in the elderly patient, a preoperative geriatric assessment should be made. Moreover, preoperative renal function should be carefully evaluated to measure the risk of terminal renal failure. The reduction in the mean duration of the hospital stay provided by laparoscopic surgery allows patients to return home or to their institution more quickly, an important consideration in the rehabilitation of these patients, who are very sensitive to such changes. Laparoscopic nephrectomy, with evidence in the literature of reduced morbidity and satisfactory oncological results, could therefore be superior to open surgery when indicated and technically feasible.

Place et principes de la radiothérapie dans le cancer de la prostate du sujet âgé
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S156, suppl. S3


Le vieillissement de la population fait que le nombre de patients âgés porteurs de cancer de la prostate s’accroit d’année en année. Parmi les options de traitement curatif chez un sujet âgé, la radiothérapie externe est l’option la plus souvent choisie. Un traitement combiné comportant une radiothérapie et une hormonothérapie doit être privilégié par rapport à un traitement hormonal seul y compris chez les patients âgés dès que l’espérance de vie dépasse 4 à 5 ans. Il convient de définir les indications de cette radiothérapie en évitant les risques de sur et sous traitement, d’adapter les modalités du traitement à l’âge en évaluant sa toxicité potentielle et de discuter des alternatives possibles. En cas de cancer localisé de la prostate chez des hommes qui ont un vieillissement harmonieux, un traitement standard sera proposé qui privilégiera la radiothérapie éventuellement associée à l’hormonothérapie en cas de facteurs pronostiques péjoratifs. Les patients qui ont un problème de santé réversible peuvent également recevoir un traitement standard, notamment lorsqu’il existe des facteurs pronostiques d’agressivité.


The aging of the population has resulted in an increase in the number of elderly patients with prostate cancer. Among the curative treatment options in the elderly subject, external radiotherapy is the most frequently chosen option. Combined treatment including radiotherapy and hormone therapy should be preferred to hormonal therapy alone, including in elderly patients, whenever life expectancy surpasses 4-5 years. The indications for this radiotherapy should be defined in an attempt to prevent excessive or insufficient treatment, to adapt the treatment modalities to the patient’s age by assessing its potential toxicity, and to discuss the possible alternatives. In cases of localized prostate cancer in men who are aging well, a standard treatment should be proposed, preferring radiotherapy possibly associated with hormone therapy in cases with negative prognostic factors. Patients with a reversible health problems can also receive standard treatment, notably in cases with aggressive prognostic factors.

Prise en charge anesthésique des personnes âgées en onco-urologie
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S87, suppl. S3


L’argument de l’âge ne doit pas aboutir à une prise en charge sous optimale de la chirurgie du cancer. L’évaluation et la décision pré-opératoire doivent être pluridisciplinaire. Une consultation d’oncogériatrie spécifique, permettra d’apprécier le niveau d’autonomie ou de dépendance, les fonctions cognitives du patient ainsi que son état nutritionnel. L’interrogatoire et l’examen clinique visent à évaluer l’état général du patient et à rechercher des lésions cardio-vasculaires, pulmonaires et neurologiques qui constituent les principaux facteurs pronostiques de morbidité et de mortalité non liées à la pathologie tumorale dans la période surtout postopératoire. De nombreux scores de risque opératoire sont proposés. L’index Charlson et le CIRS-G sont les plus largement utilisés pour l’évaluation de co-morbidités. En raison des modifications pharmacocinétiques et pharmacodynamiques liées à l’âge, des nouvelles techniques d’anesthésie qui permettent d’adapter la concentration aux paramètres de chaque patient (âge, poids, taille, sexe), comme l’anesthésie intra-veineuse à objectif de concentration (AIVOC), seront préférées. Les complications post-opératoires sont surtout dominées par les risques d’hypothermie, de sous dosage en antalgique et de confusion. Le principal objectif de la prise en charge péri-opératoire de la personne âgée est un retour rapide à une autonomie optimale dans un environnement habituel.

Résultats de la prostatectomie totale chez le patient âgé
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S147, suppl. S3


Très peu d’études ont été publiées concernant les résultats de la prostatectomie totale (PT) chez le patient âgé. Les rares données disponibles suggèrent que l’âge avancé n’augmente pas le taux de mortalité ou de morbidité postopératoire, sous réserve d’une sélection étroite des patients. De même, les résultats carcinologiques de la PT sont comparables entre les patients de plus de 70 ans et les patients plus jeunes. Seul le risque d’incontinence semble accru, avec un impact potentiel sur la qualité de vie. Il n’existe pas d’étude comparant les différents traitements curatifs du cancer de la prostate (PT, radiothérapie externe, curiethérapie, surveillance active) dans la population âgée. Le bénéfice en termes de survie ne peut être précisé.


Only few studies have been published regarding the results of radical Prostatectomy (RP) in elderly patients. The available data suggest that advanced age does not increase the postoperative mortality and morbidity rates, as far as reasonable selection is performed. Similarly, oncological results of RP are similar in patients aged >70 years and in younger patients. Only the risk of incontinence may be increased, with a potential impact on quality of life. There are no studies comparing the various curative treatments of Prostate cancer (RP, radiation therapy, brachytherapy, active surveillance) in the elderly population.

Spécificités de la prise en charge par chimiothérapie chez le sujet âgé
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S100, suppl. S3


La prise en charge du cancer chez le sujet âgé est un problème majeur de santé publique en raison du vieillissement de la population, de l’augmentation du risque de cancer avec l’âge et des progrès thérapeutiques. Le vieillissement est caractérisé par une diminution de la réserve fonctionnelle de multiples organes qui est susceptible d’influencer la pharmacocinétique et la pharmacodynamie des agents de chimiothérapie. Le développement de nouvelles molécules mieux tolérées, administrées de manière hebdomadaire ou par voie orale et des thérapeutiques de support permet de proposer aujourd’hui des stratégies thérapeutiques mieux adaptées aux sujet âgés. Cependant, la littérature manque de références scientifiques permettant d’individualiser des posologies et des schémas d’administration spécifiques dans cette population. Cet article présente une revue des spécificités de la prise en charge par chimiothérapie des pathologies tumorales chez le sujet âgé.

Traitement des cancers infiltrants non métastatiques de la vessie chez les patients âgés
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S135, suppl. S3


La cystectomie totale est le traitement de référence des cancers infiltrants de la vessie non métastatiques. Grace aux progrès de l’anesthésie et de la réanimation post opératoire ce traitement est applicable à une population de sujets âgés sous couvert d’une évaluation onco-gériatrique pré opératoire stricte. Les séries récentes de cystectomies totales chez des sujets âgés de plus de 75 ans rapportent des taux de morbidités et de mortalité comparable avec ceux de la population générale. Des stratégies de conservation du réservoir vésical peuvent être indiquées dans des cas sélectionnés. Leurs buts sont de garantir un contrôle local et une survie identiques à ceux de la cystectomie radicale, en conservant une vessie fonctionnelle et une bonne qualité de vie. Les stratégies incluent la résection transurétrale avec radiochimiothérapie sont analysées. Ainsi grâce à une concertation multidisciplinaire et une prise en charge adaptée les patients âgés et porteurs de comorbidités significatives ne doivent pas être automatiquement exclus de l’accès à des traitements efficaces de ces cancers.


Total cystectomy is the reference treatment for infiltrating nonmetastatic bladder cancers. With the progress in anesthesia and postoperative intensive care, this treatment can be applied to a population of elderly subjects provided there is a strict oncological and geriatric evaluation of the patient. Recent series reporting total cystectomies in subjects over 75 years of age report comparable morbidity and mortality rates to the general population. Strategies to preserve the vesical reservoir can be indicated in selected cases. Their objectives are to guarantee local control and follow-up identical to radical cystectomy, while preserving a functional bladder and good quality of life. The strategies including transurethral resection with radiochemotherapy are analyzed. Thus, with multidisciplinary consensus and adapted management, elderly patients with significant comorbidities should not be automatically excluded from access to effective treatment of these cancers.

Traitement du cancer du rein métastatique chez les sujets âgés
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, S129, suppl. S3


Le traitement du CRM chez les sujets âgés est identique à celui des patients plus jeunes. Alors que les cytokines étaient classiquement contrindiquées chez les patients de plus de 70 ou 75 ans (notamment l’IL2), les nouvelles thérapeutiques ciblées ont été évaluées sans limitation d’âge et l’ensemble des études de phase III a inclus des patients de plus de 80 ans. Globalement, il ne semble pas y avoir de différence d’efficacité en fonction de l’âge (sauf peut-être pour le temsirolimus). Concernant la tolérance, elle est satisfaisante avec l’ensemble des thérapeutiques. La diminution de doses est un peu plus fréquente, ce qui doit rendre prudent, notamment avec le sunitinib pour lequel une corrélation directe entre la dose administrée et l’efficacité a été rapportée. Compte-tenu des données disponibles, aucune adaptation de dose en fonction de l’âge n’est recommandée dans le CRM.


Treatment of metastatic kidney cancer in elderly subjects is identical to treatment of younger subjects. Whereas cytokines were classically contraindicated in patients over 70 or 75 years (notably IL2), new targeted therapies have been evaluated and found to be usable with no age limit, and all of the phase III studies have included patients 80 years old and older. Overall, there seems to be no difference in efficacy based on age (except perhaps for temsirolimus). As for tolerance, it is satisfactory for all therapies. Dose reduction is slightly more frequent, which calls for caution, notably with sunitinib, for which a direct correlation between the dose administered and efficacy has been reported. Given the data available today, no dose adaptation in relation to age is recommended in metastatic renal cancer.