Base bibliographique

Fistule urétéro-cotyloïdienne : à propos d'un cas.
Uretero-acetabular fistula : a case report.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1996, 6, 950-954

Nous présentons un cas de fistule urétéro-cotyloïdienne unique compliquant le traitement par prothèse d'une luxation congénitale de hanche et d'un cancer du col de l'utérus stade II chez une patiente de 44 ans .Cette fistule a été traitée par urétéro-iléoplastie avec greffon iléal suspendu. Complication rare de la chirurgie orthopédique, la fistule urétéro-cotyloïdienne pose un problème de prise en charge thérapeutique car il s'agit d'une affection multifactorielle. La difficulté pour le chirurgien Urologue est de bien faire la part entre ces différents facteurs afin de choisir la meilleure indication thérapeutique (traitement endourologique ou chirurgical). A travers cet article nous passons en revue les différentes modalités de prise en charge d'une fistule urétérale.

We present a case report of uretero-acetabular fistula in a female complicating orthopaedic surgery of congenital coxal difformity. An ileal pedicle graft was used to replace the terminal ureter. The difficulty of such complication is to choose the best therapeutic strategy between surgical and non surgical techniques. We review here the various urological armamentarium to affront such a rare and multifactorial complication

Mots clés:
Uretère / lésion / Fistule urinaire
Mots-clés:
ureter / lesion / Urinary fistula
Fistule urétéro-urétéro-colique 10 mois après entérocystoplastie (poche de Mainz).
Development of uretero-ureterocolic fistula 10 months after construction of a continent reservoir (Mainz pouch) for bladder substitution.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 87-90

Nous rapportons un cas de fistule urétéro-urétéro-colique à distance d'une cystectomie radicale avec remplacement vésical. Cette complication tardive rare est survenue 10 mois après l'intervention. Le patient a présenté une acidose métabolique hyperchlorémique et la diurèse a progressivement diminué jusqu'à disparition des mictions. La fistule complexe a été traitée chirurgicalement.

We report a case of delayed uretero-ureterocolic fistula after radical cystectomy with bladder substitution. This unusual late complication occurred 10 months postoperatively. The patient developed metabolic hyperchloremic acidosis. Progressively urinary volume diminished and finally the patient stopped to void physiologically. The complex urinary fistula had to be corrected surgically.

Mots clés:
iléo-cystoplastie de remplacement / complication iatrogène / fistule uro-digestive / lésion
Mots-clés:
replacement ileocystoplasty / iatrogenic complication / urodigestive fistula / lesion
Fistule urinaire après transplantation : à propos de 11 cas
TexF-PU-97-00070590.html
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1997, 7, 590-593

BUTS : Préciser les aspects anatomiques des fistules urinaires, et valuer les résultats du traitement percutané et chirurgical de la fistule urinaire post transplantation.
MATERIEL ET METHODES : 11 fistules urinaires sont observées après 160 greffes rénales, ce qui porte l'incidence de cette complication à 6,8%. Les fistules urinaires sont traitées par voie percutanée dans trois cas et chirurgicalement dans huit cas. Au cours du traitement chirurgical nous avons constaté : une nécrose étendue de l'urtère dans quatre cas, une nécrose de l'uretère terminal dans un cas, un lâchage de suture dans deux cas, une fistule pyélique punctiforme dans un cas.
RESULTATS : L'incidence de la fistule est de 5,8% pour la réimplantation de type Leadbetter et de 8,1% pour la réimplantation extra-vésicale type Lich-grégoir. Nous avons obtenu un succès chez trois patients traités par voie percutanée avec un décès et sept succès sur huit patients traités chirurgicalement. Nous avons réalisé une anastomose pyélo-urétérale avec l'uretère natif en cas de nécrose étendue de l'uretère (4 cas), une nouvelle réimplantation dans trois cas et une suture de la fistule pyélique.
CONCLUSION : Plus de la moitié des fistules urinaires post transplantation observées dans notre service sont secondaires à une nécrose ischémique de l'uretère. Nous soulignons l'intérêt de respecter la vascularisation urétérale lors du prélèvement. Le traitement doit être chirurgical et précoce afin d'éviter les complications infectieuses.

Post-transplantation urinary fistula based on a series of 11 cases.

Mots clés:
Transplantation rénale / complication iatrogène / Fistule urinaire / chirurgie réparatrice
Mots-clés:
renal transplantation / iatrogenic complication / Urinary fistula / reconstructive surgery
Fistules artérielles ilio-urétérales après chirurgie reconstructrice aorto-iliaque (à propos de 3 cas)
Ilio-ureteric fistulae after aorto-iliac reconstructive surgery. Report of three cases.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 85-92

Les auteurs rapportent trois observations de fistules ilio-urétérales dans les suites lointaines d'une chirurgie aorto-iliaque reconstructrice. Ils rappellent également les six observations similaires publiées dans la littérature mondiale. Toutes ces observations ont en commun l'apparition d'une fistule urétéro-artérielle plusieurs années après un geste vasculaire portant sur l'artère iliaque. Les suites de la thrombo-endartériectomie iliaque semblent être principalement en cause comme dans leurs trois observations aboutissant à un faux anévrisme en regard de la fermeture de l'artériotomie, d'autant plus qu'une angioplastie par patch avait été réalisée. La fréquence de cette complication est exceptionnelle. Le diagnostic doit être suspecté devant les hématuries abondantes et les antécédents et si possible confirmé par une urographie intraveineuse, une urétéropyélographie rétrograde, une artériographie, voire une tomodensitométrie. La thérapeutique en est complexe et passe par un geste vasculaire et urologique dépendant du degré d'urgence et des possibilités de reconstruction

The authors report 3 cases of ilio-ureteric fistulae following aorto-iliac reconstructive surgery. They also review 6 similar cases published in the worldwide literature. All of these cases have in common the appearance of a uretero-arterial fistula several years after the vascular operation on the iliac artery. The postoperative course of iliac thromboendarterectomy appears to be principally responsible, as in the 3 cases presented here, resulting in a pseudoaneurysm over the arteriotomy closure, especially as a patch angioplasty had been performed. This complication is exceptional. The diagnosis must be suspected in the case of profuse haematuria and a suggestive history and should be confirmed, when possible, by intravenous urography, retrograde ureteropyelography, arteriography, or even computed tomography. Treatment is complex and consists of a vascular and urological procedure depending on the degree of urgency and the possibilities of reconstruction.

Mots clés:
chirurgie vasculaire / complication iatrogène / fistule uro-vasculaire / lésion
Mots-clés:
vascular surgery / iatrogenic complication / urovascular fistula / lesion
Fistules artérioveineuses rénales intraparenchymateuses congénitales.
Congenital intraparenchymal renal arteriovenous fistulas.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1999, 9, 742-746

Nous rapportons un cas de FAV (fistule artérioveineuse) rénale congénitale survenant chez un adulte jeune et se révélant par une hématurie massive.Cette pathologie rare nécessite une collaboration entre l'urologue et le radiologue pour la prise en charge diagnostique et thérapeutique. L'examen clé est l'artériographie rénale permettant une embolisation sélective de la lésion. La place de la chirurgie conventionnelle est réduite aux échecs de l'embolisation.

The authors report a new case of congenital renal arteriovenous fistula (AVF) in a young adult, who presented with gross haematuria. The diagnosis and treatent of this rare disease required collaboration between the urologist and radiologist. The key examination is renal arteriography, allowing selective embolization of the lesion. Conventional surgery now has a usually limited place, following failure of embolization.

Mots clés:
malformation rénale / Fistule artério-veineuse / Embolisation
Mots-clés:
renal malformation / Arteriovenous fistula / Embolization
Fistules urétéro-artérielles : à propos de 2 cas et revue de la littérature
Uretero-arterial fistulas : report of 2 cases and review of the literature.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1997, 7, 1007-1011

Les fistules urétéro-artérielles sont rares. Nous en rapportons deux nouvelles observations compliquant une chirurgie vasculaire iliaque. Ces fistules surviennent dans un contexte particulier : pathologie artérielle aorto-iliaque, néoplasie et radiothérapie pelviennes. Le cathétérisme urétéral prolongé est un facteur de risque retrouvé dans 65% des cas. Le diagnostic clinique est difficile et doit être évoqué devant des épisodes d'hématurie, quelquefois minimes et intermittents mais souvent cataclysmiques. La notion de terrain est alors capitale pour évoquer le diagnostic. Les examens complémentaires les plus utiles sont l'artériographie et l'urétéro-pyélographie rétrograde. Le traitement chirurgical est complexe, car il est réalisé dans un contexte d'urgence chez des patients en mauvais état général et qu'il doit prendre en charge à la fois le problème urologique et vasculaire. Dans quelques cas une embolisation peut être proposée. Un diagnostic précoce améliore le pronostic qui reste quand même sombre du fait de la fréquence et de la gravité des complications post-opératoires.

Uretero-arterial fistulas are rare. The authors report two new cases complicating iliac vascular surgery. These fistulas occurred in a particular context : aorto-iliac disease, neoplasm and pelvic radiotherapy. Prolonged ureteric catheterisation is a risk factor found in 65% of cases. The clinical diagnosis is difficult and must be suggested in the presence of episodes of haematuria, sometimes minimal and intermittent, but often cataclysmic. The clinical context is highly suggestive of the diagnosis. The most useful complementary investigations are arteriography and retrograde ureteropyelography. Surgical treatment is complex, as it is performed in an emergency context in patients with a poor general state and it must treat both the vascular and the urological problem. Embolization can be proposed in some cases. The prognosis remains serious due to the frequency and severity of postoperative complications, which is why this disease must be investigated in all patients at risk.

Mots clés:
fistule uro-vasculaire / hématurie
Mots-clés:
urovascular fistula / hematuria
Fistules vésico-vaginales simples. Artifice technique. Réflexions à propos de quelques observations.
2001
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 1991, 1, 1069-1072

L'utilisation d'une sonde urétérale solidarisée par un fil au trajet d'une fistule vésico-vaginale simple permet la dissection sous la forme d'un néo-canal et apporte ainsi une aide appréciable. Ces complications de la chirurgie pelvienne devraient pouvoir être évitées dans certains cas par des indications prudentes et la pratique de la cystoscopie per-opératoire. Le diagnostic, quoique facile, n'est pas toujours fait rapidement. La meilleure voie d'abord de ces fistules est celle qui apportera le meilleur confort opératoire. La prévention d'une incontinence urinaire d'effort résiduelle par cervico-cystopexie, dans le même temps, est recommandée.

Mots clés:
gynécologie / fistule uro-génitale / chirurgie réparatrice / lésion
Mots-clés:
gynaecology / Urogenital fistula / reconstructive surgery / lesion
Fixation du fond vaginal par myorraphie haute médiane des releveurs.
Fixation of the vaginal vault by high midline levator myorrhapy.
2001
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 1999, 9, 552-554

Le traitement du prolapsus de la voûte vaginale est complexe et fait appel à des interventions par voie abdominale ou par voie vaginale dont la morbidité n'est pas négligeable. Nous utilisons depuis 10 ans une technique simple de fixation du fond vaginal réalisée par voie basse qui répond aux exigences d'une chirurgie fonctionnelle : restitution de l'anatomie, morbidité réduite, facilité d'enseignement. Cet article a pour objet de décrire précisément le déroulement de l'intervention et de présenter nos résultats à partir d'une série de 51 patientes opérées avec cette technique.

The treatment of prolapse of the vaginal vault is complex and requires abdominal or vaginal procedures associated with significant morbidity. For the last 10 years, the authors have been using a simple transvaginal vault fixation technique, which satisfies the requirements of functional surgery : restoration of anatomy, reduced morbidity, easeto learn. This article is intended to precisely describe the surgical technique and to present the results based on a series of 51 patients operated bwiththis technique.

Mots clés:
prolapsus vaginal / élytrocèle / cure de prolapsus / voie d'abord vaginale
Mots-clés:
Vaginal prolapse / enterocele / prolapse surgery / vaginal approach
Fluorescein angiography of the bladder: technique and relevance to bladder cancer and interstitial cystitis patients
Fluorescein angiography of the bladder: technique and relevance to bladder cancer and interstitial cystitis patients
2001
- Article original
- Réf : J Urol, 1995, 154, 62-65

BUTS : L'angiographie à la fluoroscéine est utilisée depuis de nombreuses années dans différentes spécialités afin d'étudier la micro-vascularisation, les phénomènes de néo-vascularisation tumorale ainsi que l'ischémie tissulaire. Cette étude préliminaire a été faite dans le but de démontrer la faisabilité, l'innocuité et l'intérêt de cette technique pour l'évaluation de la micro-circulation vésicale, particulièrement dans un contexte de cystite interstitielle ou de cancer de vessie. PATIENTS ET METHODES : Les auteurs ont inclus dans cette étude 5 patients porteurs de cystite interstitielle diagnostiquée selon les critères du NIH et 10 patients atteints de cancer de vessie. L'angiographie vésicale à la fluorocéine nécessite une injection intra-veineuse directe de fluorocéine. Après mise en place d'un cystoscope équipé d'un filtre jaune vert (520nm de longueur d'onde) et bleu (465nm) sur la source de lumière, les patients ont reçu une injection intra-veineuse de 5ml de fluoroscéine à 10%. La vessie est ensuite étudiée en 3 phases: artérielle (5 secondes après injection), veineuse (7 à 20 secondes après injection), et extravasation tissulaire (30 à 120 secondes après injection). RESULTATS : Après hydrodistension, les lésions pétéchiales des patients atteints de cystite interstitielle sont apparues plus nettement. De même, les tumeurs papillaires ou les plages de CIS sont apparues en dégageant une forte fluorescence, tandis que le parenchyme sain restait non fluorescent. Enfin, aucun effet secondaire n'a été observé. CONCLUSION : L'angiographie vésicale à la fluoroscéine est une technique qui ne présente aucun risque particulier et qui peut être une aide utile au diagnostic de cystite interstitielle ou de tumeur de vessie.

PURPOSE: Fluorescein angiography has been used in the study of bleeding vessels, neovascularity, tumors and ischemic tissues in a variety of disorders. This pilot study was designed to evaluate the feasibility, safety and relevance of this interesting technology for the evaluation of bladder wall vessels in patients with interstitial cystitis and bladder cancer. MATERIALS AND METHODS: Five patients with National Institutes of Health defined interstitial cystitis symptoms and 10 with bladder cancer were studied during cytoscopy while they were under general anesthesia. A yellow-green barrier filter (520 nm.) was placed over the cystoscope eyepiece and a blue exciter filter (465 nm.) was attached to the light source. Patients received a 5 ml. bolus of 10% fluorescein intravenously. RESULTS: After hydrodistension, glomerulations in interstitial cystitis patients were more prominent with fluorescein angiography and occurred in the venule phase. Areas of papillary transitional cell tumor and carcinoma in situ developed a brilliant yellow-green fluorescence. Adjacent normal urothelium was nonfluorescent and provided a contrasting dark background facilitating the detection of all lesions. No allergic reaction or other adverse effect related to the fluorescein injection was observed. CONCLUSIONS: These unique observations in a limited number of patients suggest that fluorescein angiography of the bladder is a safe and simple procedure. This preliminary report underscores the relevance of fluorescein angiography in the detection of bladder tumor and offers a new approach to the evaluation of bladder wall vessels in interstitial cystitis patients.

Mots clés:
bladder / transitional cell carcinoma / interstitial cystitis / angiography
Mots-clés:
bladder / transitional cell carcinoma / Interstitial cystitis / angiography
Follow-up of prostatic intraepithelial neoplasia.
Follow-up of prostatic intraepithelial neoplasia.
2001
- Article original
- Réf : Eur Urol, 1996, 30, 256-260

La biopsie ou la ponction à l'aiguille fine sont les seuls moyens de diagnostiquer le PIN. Le PIN est supposé être un précurseur du cancer de prostate invasif, bien qu'il soit quasiment impossible de démontrer la progression, étant donné l'impossibilité de prélever de manière itérative le même foyer. Incidence: l'importance clinique du PIN réside principalement dans son association avec le cancer invasif. Des études autopsiques ont montré une prévalence du PIN double chez des sujets porteurs de cancer invasif que chez des sujets indemnes de cancer invasif. Ploïdie: plusieurs auteurs ont rapporté l'instabilité génétique des PIN de haut grade. L'aneuploïdie des PIN semble d'autant plus grande qu'ils sont associés à des cancers invasifs aneuploïdes. Suivi clinique: la plupart des auteurs s'accordent sur le fait que le PIN en soi ne requiert pas de traitement. Néanmoins un suivi à la recherche d'un cancer associé ou secondaire est nécessaire, au moyen de biopsies répétées. En présence d'un PIN de grade III, un cancer invasif est découvert dans 38 à 70% des cas. PSA: les données concernant le PSA sont controversées. Le PIN lui même ne devrait pas évacuer de PSA dans le sang. Etant donné la fréquente association avec un cancer invasif, les sujets porteurs de PIN ont néanmoins généralement un PSA plus élevé que des sujets porteurs d'HBP ou sains. Echographie transrectale: des études récentes ont montré que les cancers précoces étaient hypo-échogènes. Cependant leur identification échographique reste débattue. Effets du traitement hormonal: le PIN est hormono-dépendant et un traitement peut interférer avec l'identification histologique des lésions. Les auteurs recommandent une surveillance bi annuelle pendant les deux premières années, puis annuelle.

Biopsy or fine-needle aspiration cytology are the only appropriate methods for detection of prostatic intraepithelial neoplasia (PIN). PIN has been suggested to be a principal precursor of invasive carcinoma of the prostate. Most reports on an association of PIN and invasive prostatic cancer have a follow-up of less than 1 year, indicating that the successively diagnosed cancer most probably was present at the time of diagnosis of PIN. The natural history of PIN is unknown and detection of PIN should therefore not influence therapeutic decisions. If coexistent carcinoma is not found, close surveillance is recommended to identify a possible subsequent cancer at an early stage. Follow-up examinations should be performed at 6-month intervals for 2 years and thereafter annually.

Mots clés:
prostate / tumor / precancerous lesion
Mots-clés:
prostate / tumor / Precancerous lesion
Followup of intraurethral collagen for female stress urinary incontinence.
Followup of intraurethral collagen for female stress urinary incontinence.
2001
- Article original
- Réf : J Urol, 1996, 156, 1305-1309

BUTS : Etudier les facteurs pronostiques pré-opératoires et la durabilité des résultats après injection péri-uréthrale de collagène. PATIENTS ET METHODES : 187 femmes âgées de 15 à 87 ans (moyenne 63) ont été traitées par injection péri-uréthrale pour incontinence urinaire à l'effort. 63% des patientes avaient déjà eu une cure d'incontinence. L'évaluation pré-opératoire a comporté dans tous les cas un examen video-urodynamique. RESULTATS : Parmi les 187 patientes, 43 (23%) ont été guéries, 97 (52%) ont été améliorées et 47 (25%) ont été des échecs. Le recul moyen après la dernière injection a été de 22 mois (extrêmes 4 - 69). L'âge des patientes ou l'importance clinique de l'incontinence ne sont pas des facteurs pronostiques. Parmi les 31 patientes qui avaient une instabilité vésicale pré-opératoire, 13 ont été guéries ou améliorées (42%). L'existence d'une hyper-mobilité cervico-uréthrale pré-opératoire n'a pas modifié les résultats (p=0,21). Les patientes qui avaient une incontinence de type III (classification de Blaivas) ont reçu une quantité moyenne de collagène plus importante. La quantité moyenne de collagène injecté dans le groupe des patientes guéries ou améliorées a été de 9,65 cc (2,5±50), avec 2,5 traitements en moyenne (1±10). La quantité moyenne injectée par traitement a été de 3,8 cc. Pour les patientes continentes, deux mois après l'injection, la probabilité de maintenir ce résultat sans injection complémentaire a été de 71, 58 et 46% à 1, 2 et 3 ans de recul. CONCLUSIONS : Les injections péri-uréthrales de collagène sont un traitement simple et bien toléré de l'incontinence urinaire à l'effort. L'existence d'une instabilité vésicale pré-opératoire est un facteur d'échec. En revanche, nous n'avons pas retrouvé le caractère péjoratif de l'hyper-mobilité cervico-uréthrale. Enfin, en cas de détérioration du résultat une nouvelle injection permet le plus souvent de rétablir la continence.

PURPOSE: We studied patient selection parameters and durability of response of collagen injections for female stress incontinence. MATERIALS AND METHODS: A total of 187 women 15 to 87 years old (mean age 63) underwent collagen injections for urethral incompetence. Treatment outcome was determined by a change in individual incontinence grades before and after injection. RESULTS: Of the 187 women 43 (23%) were cured and 97 (52%) improved, while injection failed in 47 (25%). Mean followup in the successful (cured or improved) group was 22 months (range 4 to 69) after the last collagen injection. No difference in outcome was noted in relation to patient age or pretreatment grade of incontinence. Of the 31 patients with bladder instability 13 (42%) had a favorable outcome. No significant difference in outcome was noted in patients with or without hypermobility (p = 0.21235). Patients with type 3 incontinence required the largest amount of collagen for a successful outcome. Persistence of continence in 80 patients who were cured for at least 2 months was plotted on a Kaplan-Meier survival curve. The probability of remaining dry without additional collagen was 71, 58 and 46% at 1 to 3 years, respectively. CONCLUSIONS: Intraurethral collagen is a safe and well tolerated procedure. Pretreatment bladder instability may be an adverse factor. Patients with or without hypermobility had equal benefit. Long-term durability was noted. If deterioration occurred, repeat collagen injections restored success.

Mots clés:
Urinary incontinence / urinary incontinence surgery / periurethral injection
Mots-clés:
Urinary incontinence / urinary incontinence surgery / Periurethral injection
Forme familiale d'urétérocèle sur duplicité : deux soeurs et leur père.
Familial form of ureterocele with double ureter : two sisters and their father.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1999, 9, 747-749

La duplicité urétérale est une malformation congénitale fréquente et la présence d'une urétérocèle sur l'uretère du pyélon supérieur est une association qui n'est pas exceptionnelle. L'anomalie est habituellement diagnostiquée chez l'enfant par urographie intraveineuse ou échographie. Qu'une telle lésion soit retrouvée parmi différents membres d'une même famille est rarissime puisque seuls quelques cas ont été publiés dans la littérature. Notre observation tire son intérêt du fait que trois membres de la famille présentent l'anomalie et que c'est le père qui en est atteint et non pas la mère, comme ce fut le cas dans deux autres publications.

Double ureter is a frequent congenital malformation and the presend of a ureterocele on the ureter draining the superior renal pelvis is a not exceptional association. The abnormality is usually diagnosed in children by intravenous urography or ultrasound. It is extremely rare to find such a lesion in different members of the same family, as only a few cases have been published in the literature. Our case is original in that three members of the family presented the abnormality and it was the father who was affected, rather than the mother, as in the cases reported in the other two publications.

Mots clés:
malformation de la voie urinaire supérieure / urétérocèle / génétique
Mots-clés:
upper urinary tract malformation / Ureterocele / genetics
Formes familiales des cancers de l'appareil urogénital : aspects cliniques et génétiques
TexF-PU-96-00060343.htlm
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1996, 6, 343-355

Les formes familiales des cancers du rein, de la voie excrétrice et du testicule sont rares (1 à 2%), contrairement au cancer de la prostate (20%). Au sein de ces cancers familiaux, les formes héréditaires en rapport avec une anomalie génétique transmise à la descendance sont actuellement mieux connues et ont un intérêt particulier pour le clinicien. Leur diagnostic peut modifier les modalités de traitement du patient atteint compte tenu de la multifocalité des tumeurs au sein du même organe et/ou de la bilatéralité fréquente en cas d'organes pairs. Le risque de transmission du gène délétère à la descendance conduit à une information et une surveillance étroite des apparentés pour un diagnostic précoce et un meilleur pronostic.Lorsque le gène de prédisposition est connu, il est possible de cibler la surveillance uniquement sur les sujets porteurs du gène délétère compte tenu du risque accru de cancer par rapport à la population générale: c'est le cas pour le cancer du rein au cours de la maladie de Von Hippel Lindau, le néphroblastome et les exceptionnelles tumeurs de la voie excrétrice dans le syndrome de Lynch. Pour le cancer de la prostate, le plus fréquent, où les formes héréditaires représenteraient 9% des cas, le gène prédisposant n'est pas identifié et doit conduire actuellement à proposer un dépistage chez tous les hommes de la famille à partir de 40 ans compte tenu de l'âge plus précoce de survenue.

Familial forms of genitourinary cancers : clinical and genetic aspects.

Mots clés:
Rein / prostate / Tumeur / Tumeur urothéliale / génétique
Mots-clés:
Kidney / prostate / tumor / transitional cell carcinoma / genetics
Fragmentation des calculs urétéraux par laser Holmium Yag
Ureteric lithotripsy using Holmium : YAG laser.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 201-205

BUTS : Evaluer le laser Holmium Yag dans le traitement des calculs urétéraux.
MATERIEL ET METHODES : 62 patients porteurs de 84 calculs urétéraux ont été traités par laser Holmium (longueur d'onde : 2100 nm). Les calculs étaient pelviens dans 54 cas, iliaques dans 21 cas, ou lombaires dans 9 cas. 35 calculs avaient été traités sans succès par lithotritie extra-corporelle. Le diamètre moyen des calculs était de 1,6 cm. Les traitements ont été effectués avec une énergie de 1,5 joules à la cadence de 15 à 20 impacts par seconde (22-30 watts). Les traitements ont été évalués par ASP fait à une semaine, puis à 1 mois postopératoire et urographie intraveineuse faite au deuxième mois postopératoire pour s'assurer de la liberté de la voie excrétrice et de l'absence de sténose.
RÉSULTATS : Sur les 84 calculs, 75 (89,2%) ont été fragmentés : 52 étaient pelviens (96%), 17 étaient iliaques (80,9%), et 6 étaient lombaires (66,6%). Les 9 échecs (10,7%) ont été dus à des problèmes techniques ou des dysfonctionnements du laser. La durée opératoire moyenne a été de 30 minutes, dont 7 minutes de tir laser. Nous n'avons pas observé de complication majeure due au laser à l'exception d'un patient, chez qui une sonde urétérale a dû être maintenue en place.
CONCLUSION : Le laser Holmium est un traitement utile, efficace et sûr des calculs urétéraux. Ce traitement pourrait être utilisé dans la plupart des cas en ambulatoire.

PURPOSE : Evaluation of the Holmium YAG laser wave length in the treatment of ureteric calculi. MATERIAL AND METHODS : 84 ureteric stones in 62 patients were subjected to lithotripsy by the Ho-YAG laser (wave length 2100 nm). Of the stones treated 54 were lower ureteric, 21 were middle ureteric and 9 were upper uireteric stones. Thirty five stones were subjected to previous unsuccessful endoscopic lithotripsy procedures or ESWL. The mean diameter of the stones was 1.6 cm. The energy parameters followed in the study were 1.5 joules with frequency of 15 to 20 pulse/sec (22-30 watts). KUB was carried out one week and one month after the procedure and intravenous urography was performed 2 months later to evaluate upper tract improvement and to detect any stricture formation alon the ureter. RESULTS : Of the 84 stones, 75 (89.2%) were successfully fragmented : 52 (96%) of the lower, 17 (80.9%) of the middle and 6 (66.6%) of the upper ureteric stones. The cause of failure in fragmentation of the remaining 9 stones (10.7%) was due to failure of instrumentation nor machine malfunction that aborted the procedure. The average operative time per case was approximately 30 minutes and the lasing time was approximately 7 minutes. No major complications related to the laser treatment were encountered except in one patient who needed prolonged internal ureteral stenting.
CONCLUSION : Ho-YAG laser lithotripsy is useful and very effective in the endoscopic treatment of ureteric stones. It is safe, if carefully applied and most of the cases can be carried out as an outpatient procedure.

Mots clés:
Lithiase / Uretère / Calcul / lithotripsie endoscopique / Laser
Mots-clés:
stones / ureter / calculus / endoscopic lithotripsy / Laser
Fragmentation des calculs urinaires à l'aide du Lithoclast EMS. Technique et résultats
Fragmentation of urinary calculi using the Lithoclast EMS. Technique and results.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 944-950

Le Lithoclast est un lithotripteur endoscopique qui utilise l'énergie balistique créée dans une pièce à main de petite taille, par le mouvement d'une petite pièce métallique ("le Projectile"), actionnée par un jet d'air comprimé. L'énergie est transmise à une tige métallique dont le diamètre est choisi en fonction de l'application : 0,8 ou l mm dans l'uretère; 2 mm dans la vessie et dans le rein. Nous avons utilisé cet appareil pour le trai- tement de 40 calculs chez 39 malades (calculs urétéraux = 25; calculs rénaux = 11; calculs vésicaux = 4). Une fragmentation satisfaisante de la pierre a été obtenue pour 39 calculs sur 40 (soit 97,5%.). L'utilisation de l'appareil est très facile au niveau du rein et de la vessie (à ces niveaux, le risque de perforation de la voie urinaire est faible). Dans l'uretère, le risque de perforation de la paroi par embrochage avec les tiges 0,8 mm ou 1 mm est important (12% des cas); cependant, ces lésions punctiformes cicatrisent sans difficulté sur sonde double J. Par ailleurs, au niveau urétéral, des techniques particulières doivent être utilisées pour limiter le risque de refoulement de la pierre en direction du bassinet.

The Lithoclast is an endoscopic lithotriptor which uses the ballistic energy produced by a small hand-held apparatus, by the movement of a small metal part (the projectile) driven by a jet of compressed air. The energy is transmitted to a metal rod whose diameter is selected according to the application : 0.8 or 1 mm in the ureter; 2 mm in the bladder and kidney. We have used this apparatus to treat 40 stones in 39 patients (25 ureteric stones, 11 renal stones, 4 bladder stones). Satisfactory fragmentation was obtained for 39 of the 40 stones (97.5%). The apparatus is very easy to use in the kidney and bladder (the risk of urinary tract perforation is very low at this level). The risk of perforation of the ureteric wall by 0.8 mm or 1 mm rods is considerable (12% of cases), but these punctate lesions heal rapidly over a double J stent. Special techniques should be used in the ureter to limit the risk of pushing the stone towards the renal pelvis.

Mots clés:
Lithiase / Calcul / lithotripsie endoscopique
Mots-clés:
stones / calculus / endoscopic lithotripsy
Fréquence de la chirurgie de l'hypertrophie bénigne de la prostate.
Frequency of surgery for benign prostatic hyperplasia.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 515-521

BUTS : Calculer l'incidence du traitement chirurgical de l'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) dans deux départements français, l'Indre-et-Loire et le Cher, et en déduire l'incidence en France. METHODES : Tous les patients opérés pour une HBP par une résection trans-uréthrale ou une adénomectomie trans-vésicale ont été recensés de façon prospective pendant 6 mois auprès de tous les chirurgiens de l'Indre-et-Loire et du Cher. Le recueil des dossiers a été exhaustif et a été fait au niveau des laboratoires d'anatomopathologie à partir des pièces opératoires de prostate d'HBP. 506 patients ont été retenus.
RESULTATS : L'âge moyen des patients était de 71,8 ans. 78% des patients ont été opérés par un urologue libéral, et 93% par un urologue exclusif. La durée moyenne de séjour post-opératoire était de 7,1 jours. Elle a varié en fonction de l'âge du patient, du poids de l'adénome et du lieu de l'intervention (CHU, établissement privé et CHG). Cette étude a permis de calculer l'incidence annuelle de la chirurgie de l'HBP dans ces 2 départements : 822/100 000 hommes de plus de 50 ans. L'incidence maximale était obtenue dans la 7ème décade de la vie : 1742/100 000. Dans notre étude un urologue libéral opérait 76 patients pour HBP par an.
CONCLUSION : La projection des résultats de l'étude dans la population française permet de calculer l'incidence annuelle de la chirurgie de l'hypertrophie bénigne de la prostate en France : 776 /100 000 hommes de plus de 50 ans. A partir de ce chiffre d'incidence, on estime que 55 000 à 65 000 hommes se font opérer par an en France pour une HBP.

OBJECTIVES : To calculate the incidence of surgical treatment of benign prostatic hyperplasia (BPH) in two French departments, Indre-et-Loire and C her, in order to deduce the incidence in France. METHODS : All patients operated for BPH by transurethral resection or transvesical prostatectomy were counted prospectively over a 6-month period by all surgeons of the Indre-et-Loire and Cher departments. Collection of case files was complete and based on BPH resection specimens sent to pathology. 506 patients were included in this survey. RESULTS : The mean age of the patients was 71.8 years. 78% of patients were operated by a private urologist, and 93% by a specialist urologist. The mean postoperative stay was 7.1 days and varied according to the patient's age, the weight of the prostate and the site of the operation (university hospital, private establishment and general hospital). This study allowed calculation of the annual incidence of surgery for BPH in these 2 departments : 822/100 000 men over the age of 50 years. The maximal incidence was observed during the 7th decade of life : 1,742/100,000. In our study, private urologists operated 76 patients for BPH per year.
CONCLUSION : Extrapolation of these results to the French population indicates an annual incidence of surgery for benign prostatic hyperplasia in France of 776/100,000 men over the age of 50 years. On the basis of this incidence, an estimated 55,000 to 65,000 men are operated for BPH per year in France.

Mots clés:
prostate / HBP / résection transuréthrale / adénomectomie pour HBP / Épidémiologie
Mots-clés:
prostate / BPH / transurethral resection / prostatectomy for BPH / epidemiology
Fréquence des colibacilles adhérents dans une population de pyélonéphrite aiguë et dans une population de cystite aiguë.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 583-589

L'adhésion uroépithéliale des escherichia coli est un des principaux facteurs de colonisation et d'infection du haut appareil. Nous avons comparé 3 mesures d'adhérences bactériennes: l) Hémagglutination Mannose Résistante (HAMR), 2) Adhésion aux cellules uroépitheliales, 3) Agglutination de particules de latex, pour tester 85 souches d'escherichia coli, 42 pyélonéphrites aiguës, 43 cystites aiguës. Dans la population des pyelonéphrite aiguës, ces tests sont positifs dans 73,8% à 85,7%, dans la population des cystites ils sont positifs dans 2,3%à 14% (différence statistiquement significative). Cette étude confirme le rôle majeur des souches porteuses d'adhésine de type PAP à l'origine des pyélonéphrites aiguës.

Frequency of adherent E. coli in a population of patients with acute pyelonephritis and a population of patients with acute cystitis.

Mots clés:
infection urinaire / Pyélonéphrite aiguë / cystite aiguë
Mots-clés:
urinary tract infection / acute pyelonephritis / acute cystitis
Fréquence et signification des marges d'exérèse tumorales positives après prostatectomie totales.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1996, 7, 78-82

La fréquence des marges d'exérése tumorales positives est de 25 à 30% pour les tumeurs stade T1 et de 30 à 50% pour les tumeurs stade T2. Dans un cas sur deux, la marge d'exérèse positive semble liée à l'utilisation d'un plan de dissection inadéquat, passant à l'intérieur de la capsule prostatique et au sein d'une zone tumorale intra-glandulaire. Dans les autres cas, l'extension extra-prostatique du cancer est la cause de la marge d'exérèse positive.Il a été démontré qu'il existe un risque significatif de progression tumorale post-opératoire lié à la présence d'une marge d'exérèse positive. Du fait de la corrélation entre la fréquence d'une marge d'exérèse positive et celle des autres paramètres du stade pathologique dépendant du volume tumoral, il existe aussi une inter-dépendance de la signification pronostique de tous ces paramètres avec celle du volume tumoral.

Mots clés:
prostate / Tumeur / prostatectomie radicale / histo-pronostic / Anatomopathologie
Mots-clés:
prostate / tumor / radical prostatectomy / histoprognosis / Pathology
Frequency and location of extracapsular extension and positive surgical margins in radical prostatectomy specimens.
Frequency and location of extracapsular extension and positive surgical margins in radical prostatectomy specimens.
2001
- Article original
- Réf : J Urol, 1992, 148, 331-337

La conservation des pédicules vasculo-nerveux a permis à un plus grand nombre de patients d'accepter une prostatectomie radicale dans le cadre du traitement du cancer de la prostate, mais il n'est pas certain qu'elle n'expose pas au risque d'une ablation incomplète dans certains cas. Les marges chirurgicales positives ont été rapportées avec une fréquence alarmante dans les spécimens de prostatectomie radicale et pourraient signifier un risque accru d'échec éventuel du traitement. L'objectif de ce travail est de déterminer la location de la lésion cancéreuse, de l'extension extra-capsulaire ou des marges chirurgicales positives dans les pièces de prostatectomie radicale examinés par des coupes sériées. MATÉRIEL ET MÉTHODES. L'étude porte sur 144 spécimens de prostatectomie étudiés par des coupes sériées. Les malades avaient été opérés de façon consécutive en utilisant la technique décrite par Walsh. Lorsque les patients avaient une activité sexuelle, la conservation des pédicules vasculo-nerveux étaient la règle au début de la série, alors que vers la fin de l'étude seul le pédicule du côté opposé de la lésion a été conservé. RÉSULTATS : a) Stade T1. Sur les 46 stades T1, 98% avaient un cancer résiduel dans la prostate après résection transurétrale et dans 76% le cancer a été retrouvé dans la zone postérieure de la glande. L'extension extra-capsulaire a été identifiée chez 10 malades (22%) : dans la zone antérieure chez 5, et dans la zone la plus apicale chez 4 soulignant l'importance d'une dissection apicale large dans les cancers T1. Les marges positives ont été retrouvées chez 10 patients (22%) dont la moitié sont survenues dans la zone postéro-latérale. b) Stade T2. Sur les 98 stades T2, la tumeur a été localisée dans la partie postérieure de la glande dans 97%. L'extension extracapsulaire a été retrouvée chez 62 malades (63%) et dans 87% de ce dernier groupe l'extension était localisée dans la région postéro-latérale. Les marges positives ont été retrouvées chez 23%, le plus souvent dans la zone postéro-latérale et rectale (57% et 26% respectivement). Dans plus de la moitié des cas, les marges positives résultaient d'une incision de la capsule. Chez 18 des 144 malades (13%) une marge chirurgicale positive isolée a été le seul indicateur pathologique de l'échec du traitement et la moitié de ces marges positives sont survenues dans la zone du pédicule vasculo-nerveux. Certains des malades avec une extension tumorale extra-prostatique auraient pu être guéris si une excision large du pédicule vasculo-nerveux avait été faite. Vouloir trop metre l'accent sur la préservation de l'activité sexuelle dans les prostatectomies radicales peut conduire à laisser chez certains malades une maladie résiduelle diminuant peut-être ainsi leurs chances de guérison.

Positive surgical margins have been reported with disturbing frequency in radical prostatectomy specimens and may portend an increased risk of eventual treatment failure. We determined the location of any cancer, extracapsular extension and positive surgical margins in 144 consecutive step-sectioned radical prostatectomy specimens. Of the 46 stage A cancer patients 98% had residual cancer in the prostate after transurethral resection and in 76% cancer was found posteriorly in the gland. Extracapsular extension was identified in 10 patients (22%): anteriorly in 5, posterolaterally in 5 and on the most apical transverse section in 4. Positive margins were found in 10 patients (22%) and half of these occurred posterolaterally. Of the 98 stage B cancer patients tumor was located posteriorly in 97%. Extracapsular extension was found in 62 patients (63%) and in 87% of these it was located posterolaterally. Positive margins were found in 23%, most commonly in the posterolateral and rectal areas (57% and 26%, respectively), and in more than half of these the positive margin resulted from incision into the capsule. In 18 of the 144 patients (13%) a single positive surgical margin was the only pathological indicator of treatment failure and half of these occurred in the area of the neurovascular bundle. Some of these patients with extraprostatic tumor might have been cured if wide excision of the neurovascular bundle had been performed. Overemphasis on preservation of potency during radical prostatectomy may leave some patients with persistent local disease.

Mots clés:
prostate / tumor / radical prostatectomy / histoprognosis
Mots-clés:
prostate / tumor / radical prostatectomy / histoprognosis
Frequency-volume chart pattern in a healthy female population
Frequency-volume chart pattern in a healthy female population
2001
- Article original
- Réf : Br J Urol, 1993, 72, 708-710

BUT. Peu de travaux dans la littérature ont étudié le volume et le calendrier mictionnel physiologiques de la femme. Les auteurs rapportent une étude prospective portant sur une population de femmes indemnes de toutes pathologies. PATIENTS ET METHODES. 33 femmes âgées de 25 à 56 ans (moyenne 39,7 ans) ont été incluses dans l'étude. Aucune ne présentait de troubles mictionnels. L'ECBU était négatif 32 fois, et dans un cas il existait une bactériurie. 28 femmes ont eu une débitmétrie à l'inclusion qui a été normale dans tous les cas. Il a été demandé à chaque femme d'établir un calendrier mictionnel sur 24 heures, pendant 7 jours consécutifs. RÉSULTATS. Le volume mictionnel moyen a été de 237±67ml le jour et 379±132 la nuit. Le nombre de mictions a été de 5,63±1,6 le jour, contre 0,08±0,16 la nuit. La diurèse moyenne de jour a été de 1,11±0,35ml/min contre 0,84±0,27 ml/min la nuit. La diurèse moyenne sur 24 heures a été de 1473±386ml. La capacité vésicale fonctionnelle a été plus grande la nuit que le jour. A partir de ces données, les auteurs proposent une série de valeurs ÇnormalesÈ avec leurs écarts types pour les paramètres mictionnels de la femme.

Very few data are available on what should be considered a normal frequency-volume chart. To establish baseline figures we studied the voiding diaries of 33 normal women. A computer program was developed using 12 parameters. A normal pattern was established for young and middle-aged women. These data may be used as a reference when analysing the charts of patients with voiding dysfunction.

Mots clés:
voiding diary / female / vesicosphincteric physiology / lower urinary tract symptom
Mots-clés:
voiding diary / female / vesicosphincteric physiology / lower urinary tract symptom
Gangrène de Fournier étendue à la totalité du scrotum : traitement par excisions chirurgicales itératives multiples, colostomie de dérivation, triple antibiothérapie et réanimation post-opératoire.
Fournier's gangrene involving all of the scrotum : treatment by multiple repeated surgical excisions, diversion colostomy, triple combination antibiotic therapy and postoperative intensive care.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1999, 9, 721-726

BUTS : Décrire et analyser les modalités thérapeutiques proposées pour traiter les patients atteints de gangrène de Fournier étendue à la totalité du scrotum.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : Quatre patients ayant des lésions macroscopiquement identiques de gangrène de Fournier étendue à la totalité du scrotum ont été pris en charge par débridement chirurgical large, colostomie de dérivation, triple antibiothérapie, transfert en réanimation chirurgicale, réinterventions itératives multiples sous anesthésie pour excision des tissus atones puis greffe de peau en filet. La colostomie était refermée à 4 mois.
RÉSULTATS : Tous les patients étaient vivants après la couverture cutanée. Trois d'entre eux ont été revus 2 mois après le rétablissement de continuité digestive en bon état général avec un résultat esthétique satisfaisant. Le quatrième est perdu de vue. Le nombre moyen de réintervention a été de 6,5 par patient. La durée moyenne de séjour en réanimation a été de 9,5 semaines.
CONCLUSION : Le choix d'un traitement lourd dépend de l'étendue des lésions. En cas d'atteinte de la totalité du scrotum, les excisions chirurgicales répétées et la colostomie systématique, associées aux autres éléments du traitement, nous semblent nécessaires à la prise en charge de cette maladie dont le pronostic reste grave.

OBJECTIVES : To describe and analyse the proposed therapeutic modalities to treat a series of patients suffering from Fournier's gangrene involving the entire scrotum. MATERIAL AND METHODS : Four patients with macroscopically identical lesions of Fournier's gangrene involving the entire scrotum were managed by wide surgical debridement, diversion colostomy, triple combination antibiotic therapy, transfer to surgical intensive care, multiple repeated operations under general anaesthesia for excision of atonic tissues and mesh skin grafts. The colostomy was closed after 4 months. RESULTS : All patients survived after skin cover. Three of them were reviewed 2 months after restoration of gastrointestinal continuity and presented a good general status with a satisfactory esthetic result. The fourth patient was lost to follow-up. The mean reoperation rate was 6.5 per patient. The mean intensive care stay was 9.5 weeks.
CONCLUSION : The choice of intensive treatment depends on the extent of the lesions. When the entire scrotum is involved, repeated surgical excisions and systematic colostomy, combined with the other treatment modalities appear to be necessary to manage this disease, which still has a serious prognosis.

Mots clés:
Infection / scrotum / gangrène de Fournier
Mots-clés:
infection / Scrotum / Fournier's gangrene
Gangrène des organes génitaux externes.
Gangrene of the external genital organs.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 911-924

Le terme de gangrène des organes génitaux externes (OGE) de l'homme regroupe deux entités différentes. La gangrène primitive des OGE (5% des cas) appelée maladie de Fournier décrite en 1883 : gangrène des téguments des OGE sans cause loco-régionale, de mécanisme inconnu et d'évolution inéluctable vers une nécrose de topographie déterminée quel que soit le traitement. La gangrène "secondaire" des OGE (95% des cas) liée à une cause loco-régionale, cutanée, urogénitale ou digestive, dont l'évolution peut être modifiée par la précocité et le type du traitement. La précocité du diagnostic est essentielle, dans la vraie maladie de Fournier, pour éviter les complications générales de cette nécrose, dans la gangrène secondaire pour limiter l'extension loco-régionale et prévenir les complications générales. Compte tenu de l'évolution galopante de la maladie et dans un but de diagnostic ultra-rapide, de nombreux auteurs préconisent : ponction locale, biopsie ou recherche de gaz sous-cutané par méthode radiologique ou ultrasonique. Le traitement comporte : 1) une antibiothérapie, bi ou tri-thérapie permettant de couvrir la flore bactérienne habituellement mixte (Cocci gram positifs, bacilles gram négatifs et anaérobies). 2) un débridement chirurgical à la demande, éventuellement répété pour exciser les zones nécrosées, drainer les collections et mettre en place une irrigation des cavités, 3) une oxygénothérapie hyperbare, 4) éventuellement une dérivation urinaire (cystostomie) ou digestive (colostomie) si l'un des deux appareils est en cause ou si la dérivation facilite la gestion des soins, 5) la reconstruction chirurgicale (greffe ou lambeaux) si besoin.La mortalité reste lourde, de l'ordre de 20% : 50% s'il est âgé, s'il existe des tares, un retard de diagnostic et de traitement.

The term gangrene of the male external genital organs is applied to two different entities. Primary gangrene of the external genital organs (5% of cases), also called Fournier's disease, first described in 1883 : gangrene of the integument of the external genital organs in the absence of a local cause, according to an unknown mechanism and with inevitable progression towards a specific distribution of necrosis, regardless of treatment. "Secondary" gangrene of the external genital organns (95% of cases) related to a local, cutaneous, urogenital or gastrointestinal cause, whose course can be modified by early application of approrpiate treatment. An early diagnosis is essential : in true Fournier's disease to avoid the systemic complications of this necrosis, and in secondary gangrene to limit the local extension and to prevent systemic complications. In view of the galloping course of the disease and in order to very rapidly reach the diagnosis, many authors recommend : local aspiration, biopsy or search for subcutaneous gas by ultrasound or radiology. Treatment consists of : 1) antibiotic therapy using two or three antibiotics to cover the usually mixed bacterial flora (Gram positive cocci, Gram negattive bacilly and anaerobes). 2) surgical debridement as required, possibly repeated to excise necrotic zones, to drain collections and for irrigation of cavities. 3) hyperbaric oxygen therapy. 4) urinary diversion (cystostomy) or gastrointestinal diversion (colostomy) may be required when either of these two tracts are responsiblee for the infection, or when diversion facilitates management. 5) surgical reconstruction (grafts or flaps) as required. The mortality is high, of the order of 20% : 50% in elderly patients with other concomitant diseases, when diagnosis and treatment are delayed.

Mots clés:
Infection / gangrène de Fournier.
Mots-clés:
infection / Fournier's gangrene
Genetic events in the development of Wilms' tumor.
Genetic events in the development of Wilms' tumor.
2001
- Article original
- Réf : N Engl J Med, 1994, 331, 586-591

La tumeur de Wilms est la plus fréquente des tumeurs solides intra-abdominales de l'enfant touchant mondialement de 1-10 000 enfants. Certaines particularités de cette tumeur ont permis d'acquérir la conviction que des mécanismes génétiques étaient sous-jacents au développement de la tumeur de Wilms. Des résidus du blastème néphrogénique sont retrouvés dans 30 à 40% des reins d'enfants porteurs de tumeurs de Wilms qui peuvent persister ou régresser spontanément ou devenir de volumineuses tumeurs, simulant une tumeur de Wilms. Certains enfants ayant une prédisposition génétique à la tumeur de Wilms peuvent avoir des anomalies congénitales spécifiques incluant des anomalies du développement génito-urinaire allant de l'hypospadias et aux testicules non descendus jusqu'au pseudo-hermaphrodisme, associées à des aniridies sporadiques, des retards mentaux, une hémihypertrophie corporelle ou une viscéro-mégalie. Ces anomalies congénitales ont été associées à des gènes spécifiques impliqués dans la tumorigénèse de ces tumeurs, soit qu'ils aient une capacité d'inactivation constitutionnelle de la tumeur de Wilms (gène suppresseur), soit qu'ils soient le résultat d'une rupture de gènes située à proximité immédiate du gène suppresseur de la tumeur de Wilms. Un gène suppresseur de la tumeur de Wilms WT1, localisé sur le chromosome 11 P13, a récemment été cloné. Une deuxième localisation d'un gène WT2 sur le chromosome 11 P15 a également été retrouvée. En plus de ces deux anomalies situées sur le chromosome 11, à partir d'études familiales étendues ayant une particulière susceptibilité en faveur de la tumeur de Wilms, d'autres anomalies sont supposées. Ainsi une perte du bras long du chromosome 16 a été retrouvée chez approximativement 20% des spécimens de tumeurs, tandis que des altérations du chromosome 16Q peuvent initier une tumorigénèse ou peut-être simplement refléter une étape du développement tumoral. Ces anomalies sont en cours d'étude. Des mutations du gène suppresseur tumoral P53, localisées sur le chromosome 17 P13, bien connues chez l'adulte sont également retrouvées. Les liens étroits entre les restes du blastème néphrogénique et les anomalies génétiques impliquées dans la tumeur de Wilms sont également à l'étude. Alors que 80% des patients porteurs de tumeur de Wilms peuvent être traités par les associations thérapeutiques actuelles, les efforts des groupes collaboratifs oncologiques pédiatriques sont actuellement orientés vers la recherche de possibilité d'identifier des marqueurs génétiques d'importance pronostique permettant ainsi d'adapter les indications thérapeutiques en intensification ou en réduction selon le pronostic tumoral.

Mots clés:
kidney / rare tumor / genetics
Mots-clés:
Kidney / rare tumor / genetics
Genetic factors in calcium oxalate stone disease.
Genetic factors in calcium oxalate stone disease.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : J Urol, 1995, 153, 301-307

ComF-JU-95-01530301.html

Mots clés:
stones / genetics / etiopathogenesis / stone formation
Mots-clés:
stones / genetics / etiopathogenesis / stone formation
Georges N. Papanicolaou (1883-1962) et les grandes étapes de la cytologie urinaire.
2001
- Histoire
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 1037-1042
Mots clés:
personnage célèbre / Papanicolaou
Mots-clés:
celebrity / Papanicolaou
Glandes de Cooper : aspects anatomique, physiologique et pathologique
TexF-PU-97-00070563.html
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1997, 7, 563-569

Les glandes de Cowper, sont des petites formations, annexes de l'appareil génital masculin, que l'on observe parfois sur les clichés mictionnels d'urographie intraveineuse. Elles sont impliquées dans la défense immunitaire de l'appareil génito-urinaire, jouent un rôle dans la fertilité, et sécrètent de nombreuses glycoprotéines dont les PSA. Elles peuvent être visualisées sous la forme d'une image canalaire parallèle à l'urètre avec parfois une opacification de la glande à l'UIV. Le parallélisme à l'urètre, la limite supérieure ne dépassant pas le diaphragme uro-génital, et la position de l'orifice permettent de différencier cette image d'une fistule, d'une extravasation de produit de contraste, d'une duplication urétrale, d'une image construite. Ces glandes sont affectées par une pathologie tumorale, infectieuse , calculeuse et surtout kystique: le syringocèle. Il faut savoir penser à ces glandes devant des symptômes de la sphère génito-urinaire inhabituels, afin de ne pas méconnaître leur pathologie, et d'apporter un traitement adapté.

Cowper's gland : anatomical, physiological and pathological aspects.

Mots clés:
Urèthre / glande de Cowper / anatomie / physiologie
Mots-clés:
Urethra / Cowper's gland / anatomy / physiology
Gracilis muscle dynamic urethral sphincter myoplasty: rat model experience.
Gracilis muscle dynamic urethral sphincter myoplasty: rat model experience.
2001
- Recherche - Physiologie
- Réf : J Urol, 1996, 156, 1507-1510

BUTS : Etudier chez le rat la reconstruction du sphincter urétral par graciloplastie dynamique. PATIENTS ET METHODES : L'intervention consiste à disséquer le muscle gracilis (droit interne) situé à la face interne de la cuisse de l'animal en respectant sa vascularisation et son innervation proximale. Le lambeau musculaire ainsi constitué est transposé autour de l'urètre. Un mois après la transposition, nous avons mesuré le leak point pressure et le volume vésical maximal avant survenue d'une fuite par l'urètre. Les mesures ont été effectuées à l'état de repos et avec différentes intensités de stimulation du muscle. RESULTATS : Le lambeau musculaire mesurait en moyenne 3, 8±0,3 cm de long, 0,5±0,1 cm de large et 0,2±0,1 cm d'épaisseur. Le débit sanguin du lambeau et du muscle gracilis controlatéral non disséqué étaient comparables (43±26 vs 51±30 g. cm3, ns). Le leak point pressure était significativement plus élevé lorsque le muscle était électro-stimulé (contrôle: 28±8 cm d'eau), muscle transposé non stimulé (32±12cm d'eau), muscle transposé stimulé (85±27 cm d'eau. p=0,01). De même, le volume vésical avant survenue de la fuite a été significativement plus important dans le groupe avec muscle transposé et stimulé. CONCLUSIONS : La mise en place d'un lambeau musculaire n'a pas d'effet obstructif comme le démontrent les chiffres de leak point pressure. En revanche, la stimulation du lambeau permet d'augmenter significativement les résistances urétrales.

PURPOSE: Dynamic urethral sphincter myoplasty (skeletal muscle urinary sphincter reconstruction) using a neurovascularly intact gracilis muscle was investigated in a rat model. MATERIALS AND METHODS: In female Sprague-Dawley rats, a unilateral gracilis anticus muscle flap was dissected from the medial thigh, preserving the medial muscular insertion, vascular flow, and innervation. This muscle graft was used to completely encircle the urethra and was fixed in position. Urodynamic leak point pressure (LPP) and bladder volume at leakage were measured with cystometry after 1 month, using an 18 gauge catheter placed through the bladder dome with a constant infusion rate of 0.2 ml. per minute. In addition, the effect of electrical stimulation of the gracilis myoplasty (current parameters: 1 to 10 mA, 1 to 60 Hz, 0.05 to 1 msec. duration) on intravesical leak point pressure was noted during cystometry. RESULTS: The gracilis muscle measured 3.8 ± 0.3 cm. in length, 0.5 ± 0.1 cm. in width and 0.2 ± 0.1 cm. in thickness. Blood flow rates to the grafted and contralateral gracilis myoplasty were similar at 43 ± 26 and 51 ± 30 g.cm.3, respectively (p = 0.46). The leak point pressure (LPP) of control, unstimulated gracilis myoplasty and gracilis myoplasty with electrical stimulation were 28 ± 8, 32 ± 12, and 85 ± 27 mm.Hg (p

Mots clés:
Urinary incontinence / urinary incontinence surgery / sphincteroplasty / animal experiment
Mots-clés:
Urinary incontinence / urinary incontinence surgery / sphincteroplasty / animal experiment
Granulome péri-urétéral après injection de Téflon pour reflux vésico-urétéral.
Periureteric granuloma after Teflon injection for vesicoureteric reflux.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1991, 1, 1046-1050

A propos de deux observations de cure de reflux vésico-urétéraux par injection endoscopique de Téflon avec une importante réaction à corps étranger, les auteurs analysent la tolérance de ce produit pour ce type de traitement. Sur 29 reflux revus, ils retrouvent 3 échecs (10%) de la méthode, dont 2 avec granulome à corps étrangers. Ces complications liées à l'emploi du Téflon sont peu retrouvées dans la littérature, où sont surtout évoqués les risques de migration du matériel.

Based on two cases of correction of vesicoureteric reflux by endoscopic Teflon injection associated with a marked foreign body reaction, the authors analyse the tolerance of this substance for this type of treatment. On reviewing 29 cases of reflux, they found 3 failures (10%) of the method with 2 foreign body granulomas (7%). These complications, related to the use of Teflon, have been rarely reported in the literature, which essentially refers to the risks of migration of Teflon.

Mots clés:
Reflux vésico-urétéral / chirurgie endoscopique / opération anti-reflux / téflon / complication iatrogène
Mots-clés:
vesicoureteral reflux / endoscopic surgery / antireflux procedure / teflon / iatrogenic complication
Greffe d'îlots pancréatiques : Techniques d'isolement et d'immunomodulation in vitro.
Pancreatic islet transplantation : in vitro isolation and immunomodulation techniques.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1996, 6, 871-877

BUTS : Mettre au point les techniques d'isolement et de purification des îlots pancréatiques pour pouvoir tester deux techniques d'immunomodulation des îlots pancréatiques humains sur un modèle in vitro de rejet d'allogreffe d'îlots. METHODES : L'isolement des îlots a été réalisé selon la méthode de Ricordi légèrement modifiée au cours de l'étude. La purification a été réalisée selon la méthode des gradients discontinus d'euroficoll sur centrifugeuse Cobe 2991. Les résultats des techniques d'immunomodulation (déplétion en cellules exprimant les molécules HLA de classe II, et immunomasquage des molécules HLA de classe I) ont été appréciés in vitro par cocultures mixtes îlots-lymphocytes (CMIL).
RESULTATS : Les îlots de dix-sept pancréas ont été isolés puis purifiés. Les améliorations de la technique ont permis d'accroître le rendement de 2 247 +/- 1 984 à 4 567 +/- 990 îlot-équivalents par gramme. La pureté moyenne a été de 70 +/- 19% (40-90%). L'immunomodulation par déplétion en molécules HLA de classe II a régulièrement inhibé (84%) la CMIL à la différence du masquage des antigènes de classe I qui n'a entraîné qu'une inhibition modérée (44%) et inconstante (4 expérimentations sur 6).
CONCLUSION : Les modifications apportées à la méthode d'isolement des îlots ont permis d'améliorer son rendement et permettent désormais d'envisager une application clinique. Les résultats des cocultures mixtes îlots-lymphocytes suggèrent que la suppression des cellules non endocrines exprimant à leur surface les molécules HLA de classe II réduit l'immunogénicité du greffon pancréatique.

OBJECTIVES : To develop pancreatic islet isolation and purification techniques in order to be able to test two human pancreatic islet immunomodulation techniques on an in vitro model of allograft islet rejection. METHODS : Islet isolation was performed according to Ricordi's method, which was slightly modified during the study. Purification was performed according to the Euroficoll discontinuous gradient method on a Cobe 2991 centrifuge. The results of immunomodulation techniques (depletion of cells expressing class II HLA molecules, and immunomasking of HLA class I molecules) were assessed in vitro by mixed lymphocyte-islet cocultures (MLIC). RESULTS : Seventeen pancreatic islets were isolated then purified. Technical improvements increased the yield from 2,247 +/- 1,984 to 4,567 +/- 990 islet-equivalents per gram. The mean purity was 70 +/- 19% (40-90%). Immunomodulation by depletion of class II HLA molecules regularly inhibited (84%) MLIC in contrast with masking of class I antigens, which induced only a moderate (44%) and inconstant (4 experimentations out of 6) inhibition.
CONCLUSION : The modifications made to the islet isolation method improved its yield and now allow the possibility of clinical applications. The results of mixed lymphocyte-islet cocultures suggest that the suppression of nonendocrine cells expressing class II HLA molecules on their surface reduces the immunogenicity of pancreatic islet grafts.

Mots clés:
transplantation d'îlots pancréatiques / diabète / Immunothérapie
Mots-clés:
pancreatic islet transplantation / Diabetes mellitus / Immunotherapy
Gynécomasties
Gynaecomastia : a review.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1999, 9, 1132-1132

Gynaecomastia is the least rare manifestation of the male breast disease. Urologists must therefore be able to distinguish the various forms of gynaecomastia, eliminate a testicular tumour and identify the main causes by performing a simple but complete assessment. Medical treatment is fairly disappointing. Surgical treatment is required in patients presenting with complications or when persistent gynaecomastia is aesthetically bothersome.

Mots clés:
testicule / tumeur non germinale / oestrogène / effet indésirable
Mots-clés:
Testis / non germ cell tumor / oestrogen / adverse event