Base bibliographique

Effectiveness of laparoscopic varicocelectomy
Effectiveness of laparoscopic varicocelectomy
2001
- Article original
- Réf : Urology, 1993, 42, 544-547

PATIENTS ET METHODES. Nous avons étudié les résultats obtenus par la cure coelioscopique des varicocèles. Il s'agit d'une étude rétrospective sur 46 patients et 75 varicocèles opérés en 2 ans. L'âge moyen des patients était de 32,7 ans. Les indications ont été : hypofertilité (42/46), douleurs scrotales (3/46) et atrophies testiculaires (1/46). Le varicocèle était bilatéral dans 63% des cas, unilatéral gauche dans 35% des cas et unilatéral droit dans 1% des cas. Deux trocarts de 11 mm étaient placés en para-ombilical et en sus-pubien, et deux trocarts de 5mm sur le mac burney droit et son symétrique à gauche. L'artère spermatique a été repérée par l'utilisation d'une sonde doppler. Les veines ont été clippées en réséquées. Le recul moyen a été de 14,1 mois. Les patients ont eu un écho doppler couleur scrotal pré-opératoire et à 3 mois post- opératoire. RESULTATS . Dans 5% des cas le pédicule spermatique a comporté deux artères spermatiques. Nous avons pu préserver l'artère spermatique dans 80% des cas avec une amélioration significative depuis l'utilisation systématique de la sonde doppler per-opératoire. 19 patients opérés pour infertilité ont été revus avec un recul minimum de 12 mois : il existait une amélioration du spermogramme chez 68% d'entre eux et un taux de grossesse de 26%. Des complications sont survenues chez 2 patients (4%) : une plaie des vaisseaux épigastriques lors de la mise en place d'un trocart, et une lésion du nerf génito-fémoral. Il y a eu un varicocèle persistant (1%). CONCLUSIONS. Les résultats de la cure coelioscopique de varicocèles sont identiques à ceux obtenus par les techniques conventionnelles.

Laparoscopic varicocelectomy is a new technique which has been described in a limited number of clinical reports. We reviewed the results of 46 patients undergoing laparoscopic repair of 75 varicoceles over a two-year period to assess the effectiveness of this operative technique. The internal spermatic artery was preserved in 80 percent of the varicoceles and two arteries were present in 5 percent. Our ability to preserve the internal spermatic artery improved significantly with the use of the intraoperative Doppler probe after the first six months of performing this operation (p

Mots clés:
varicocèle / laparoscopic surgery / outcome
Mots-clés:
Varicocele / laparoscopic surgery / outcome
Effects of extracorporeal shock wave lithotripsy to one kidney on bilateral glomerular filtration rate and PAH clearance in minipigs.
Effects of extracorporeal shock wave lithotripsy to one kidney on bilateral glomerular filtration rate and PAH clearance in minipigs.
2001
- Article original
- Réf : J Urol, 1996, 156, 1502-1506

BUTS : Cette étude avait pour but d'examiner la période aiguë d'administration d'ondes de choc extra-corporelle sur l'hémodynamique rénale chez des miniporcs anesthésiés avec ou sans prémédication par le Verapamil. PATIENTS ET METHODES : Les auteurs ont utilisé la lithotriptie extra-corporelle par ondes de choc (2000 impacts, 24 Kvolt, lithotripteur Dornier HM3 modifié) pour tirer sur des reins droits chez des porcs femelles anesthésiées à l'isoflurane. Le flux d'urine et l'hémodynamique rénale étaient enregistrés pour chaque rein par un cathéter urétéral à ballon. La pression artérielle et le flux d'urine bilatéral, le taux de filtration glomérulaire (clairance de l'inuline) et le flux plasmatique rénal (clairance du para-aminohippurate) ont été enregistrés pendant 45 minutes avant les ondes de choc et à 1 heure, 4 heures et 24 heures après les ondes de chocs. RESULTATS : Le traitement par ondes de choc extra-corporelle crée habituellement une hématurie unilatérale et un hématome rénal sous capsulaire sur le rein traité et réduit de façon significative la filtration glomérulaire et le flux plasmatique rénal sur ces reins à 1 et 4 heures de la lithotriptie. Le flux d'urine a été réduit pendant 24 heures sur le rein traité. Le flux plasmatique rénal, mais pas le taux de filtration glomérulaire, a été significativement réduit sur le rein controlatéral non traité à 1 et 4 heures après les séances de lithotriptie. Le vérapamil intervenait sur les réductions de flux d'urine, de filtration glomérulaire rénale et de flux plasmatique rénal induites par les ondes de choc extra-corporelles sur les reins traités et éliminait la réduction du flux plasmatique rénal sur le rein controlatéral non traité. CONCLUSIONS : Ces expériences démontrent que les ondes de choc extra-corporelles créent sur un rein des dommages hémodynamiques aigus sur les deux reins et que le vérapamil atténue la réponse sur le rein choqué et l'élimine sur le rein controlatéral non choqué.

PURPOSE: This study examined the acute time course of effects of extracorporeal shock wave lithotripsy (ESWL) on renal hemodynamics in anesthetized minipigs with and without pretreatment with verapamil. MATERIALS AND METHODS: We applied ESWL (2000 shocks, 24 kV, unmodified Dornier HM3), to the right kidneys of isoflurane-anesthetized female pigs. Urine flow and renal hemodynamics were monitored from each kidney via ureteral balloon catheters. Arterial blood pressure and bilateral urine flow, glomerular filtration rate (GFR, insulin clearance) and renal plasma flow (RPF, para-aminohippurate clearance) were monitored for 45 minutes before ESWL, and at 1, 4 and 24 hours after ESWL. RESULTS: Treatment with ESWL consistently caused unilateral hematuria and subcapsular renal hematomas in the shocked kidneys and significantly reduced GFR and RPF in those kidneys at 1 and 4 hours after ESWL. Urine flow was reduced through 24 hours in the shocked kidneys. Renal plasma flow, but not GFR, was significantly reduced in the contralateral (unshocked) kidneys at 1 and 4 hours after ESWL to the other kidneys. Verapamil blunted the ESWL-induced reductions of urine flow, GFR and RPF in the shocked kidneys and eliminated the reduction of RPF in the unshocked kidneys. CONCLUSIONS: These experiments demonstrate that ESWL to 1 kidney acutely impaired hemodynamics in both kidneys and that verapamil attenuated the response in the shocked kidneys and eliminated it in the contralateral unshocked kidneys.

Mots clés:
extracorporeal lithotripsy / traumatic lesion / animal experiment
Mots-clés:
extracorporeal lithotripsy / traumatic lesion / animal experiment
Effects of SWL on glomerular filtration rate and renal plasma flow in uninephrectomized minipigs
Effects of SWL on glomerular filtration rate and renal plasma flow in uninephrectomized minipigs
2001
- Article original
- Réf : J Endourol, 1997, 11, 27-31

Les effets aigus de la LEC ont été étudiés en comparant le débit urinaire, la filtration glomérulaire et le flux plasmatique rénal chez des minipigs uninéphrectomisés et contrôlés après 2000 ondes de choc HM3. Sur les reins uniques traités la réduction des valeurs de ces 3 paramètres a été plus faible et plus courte que sur les reins traités des minipigs non uninéphrectomisés. Cet effet moindre est probablement du à l'hypertrophie compensatrice après néphrectomie qui vise à maintenir une filtration glomérulaire et un fux rénal élevés. Si l'on tient compte des valeurs globales des 2 reins, les différences entre les minipigs néphrectomisés et témoins ne sont plus significatives. En conclusion l'hypertrophie compensatrice rénale protège le rein des effets aigus de la LEC mais des effets à long terme ne sont pas exclus.

This study tested the hypothesis that the effects of SWL on hemodynamics in solitary kidneys differ from those in kidneys of binephric animals. Five female miniature pigs (Pitman-Moore, 6 months of age, 30-35 kg) were anesthetized for unilateral nephrectomy. Seven pigs served as binephric controls. Two weeks later, each pig was anesthetized, prepared for unilateral or bilateral urine collections, and subjected to SWL (Dornier HM3, 2000 shocks, 24 kV). Clearances of inulin (glomerular filtration rate; GFR) and para-aminohippurate (renal plasma flow; RPF) were measured 1 hour prior to and 1, 4, and 24 hours after SWL. The GFR and RPF were higher in uninephrectomized than in intact pigs at all time points. In both groups, SWL reduced GFR and RPF. In the binephric pigs, RPF was reduced at all times post-SWL, but in the uninephrectomized pigs, RPF was returning toward baseline by 4 hours post-SWL and was not different from baseline at 24 hours. A comparison of whole-animal GFR and RPF (right plus left clearances in binephric pigs v solitary renal clearances in uninephrectomized pigs) showed that whole-animal GFR and RPF did not differ between the groups before or after SWL. Compensatory renal hypertrophy and improved hemodynamics in solitary kidneys may acutely attenuate the renal vasoconstrictive effects of SWL. The long-term consequences of the compensatory changes are unknown.

Mots clés:
stones / extracorporeal lithotripsy / renal functional tests / traumatic lesion / animal experiment
Mots-clés:
stones / extracorporeal lithotripsy / renal functional tests / traumatic lesion / animal experiment
Effet d'un cathéter urétral 6 Charrière sur la débitmétrie chez l'homme porteur d'une hypertrophie bénigne de la prostate.
Effect of a 6F urethral catheter on uroflowmetry in men with benign prostatic hyperplasia.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1035-1038

BUTS : Déterminer si la présence d'un cathéter 6 CH dans l'urètre modifie les paramètres de la débitmétrie dans une population d'hommes présentant un prostatisme.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : 260 patients, âgés de 45 à 86 ans, consultant pour hypertrophie bénigne de la prostate, ont réalisé deux débitmétries, l'une urètre libre, l'autre avec un cathéter urétral 6 CH. Les patients présentant des antécédents de maladies neurologiques, de diabète, de cancer prostatique, de chirurgie du bas appareil urinaire ou prenant des drogues susceptibles de retentir sur la miction, ont été exclus de l'étude. Débit maximum (Q max) et volume uriné ont alors été comparés lors des 2 enregistrements. Les tests statistiques utilisés étaient le test non paramétrique de Wilcoxon.
RÉSULTATS : Il n'existait pas de différence significative entre les volumes urinés dans les 2 groupes (m : 207 ml contre m : 226 ml). Il existait, par contre, une différence très significative dans les mesures du débit maximum (m : 8,62 ml/s contre m : 6,97 ml/s p=0,0001).
CONCLUSION : La présence d'un cathéter urétral, même de petit calibre (6 CH), modifie le débit de plus de 1,5 ml/s. Cette donnée doit être prise en compte dans la réalisation et l'interprétation des mesures de la pression-débit chez l'homme.

OBJECTIVE : To determine whether the presence of a 6F catheter in the urethra modifies uroflowmetric parameters in a population of men with benign prostatic hyperplasia. PATIENTS AND METHODS : 260 patients, 45 to 86 years old, presenting with benign prostatic hyperplasia, underwent two uroflowmetries, one with the urethra free, the other with a 6F urethral catheter. Patients with a history of neurological disease, diabetes mellitus, prostatic cancer, lower urinary tract surgery or taking drugs likely to affect micturition, were excluded from the study. Maximum flow rate (Qmax) and voided volume were then compared during the 2 recordings, using Wilcoxon's non parametric test. RESULTS : No significant difference was observed between voided volumes in the 2 groups (m : 207 ml versus m : 226 ml), but a very significant difference was observed for maximum flow rate measurements (m : 8.62 ml/s versus m : 6.97 ml/s p = 0.0001).
CONCLUSION : The presence of an urethral catheter, even small calibre (6F), modifies the flow rate by more than 1.5 ml/s. This element must be taken into account when performing and interpreting measurements of the pressure-flow relationship in men.

Mots clés:
Urodynamique / HBP / débitmétrie / sonde / obstruction sous vésicale
Mots-clés:
urodynamics / BPH / Uroflowmetry / catheter / Bladder outlet obstruction
Effet de la différence de poids entre donneur et receveur sur la fonction du rein greffé.
Effect of the donor-recipient weight difference on renal transplant function.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1996, 6, 257-259

BUT : Nous avons voulu dans cette étude rétrospective savoir si la différence entre le poids du donneur (pd) et le poids sec du receveur (pr) pouvait influencer la fonction des greffons rénaux. METHODES : Entre 1987 et 1994, 185 malades âgés de 43,3 + 12 ans ont pu être transplantés avec un rein provenant de donneurs cadavériques prélevés localement. Il y avait 120 hommes (42,2 ans ± 11,4) et 65 femmes (45 ans ± 12,8). La variation du poids entre donneurs et receveurs (pd-pr/pr) était de 0,06 pour les hommes et de 0,22 pour les femmes. La créatininémie des receveurs était à 1 ans de 147 mmol ± 41,7. Nous avons utilisé une analyse de variance pour l'analyse statistique univariée et effectué une régression linéaire multiple pour l'analyse multivariée.
RESULTATS : En analyse univariée, la créatininémie à 1 et 2 ans était significativement plus élevée (respectivement pCONCLUSION : Dans notre étude, la différence de poids entre le donneur et le receveur est un facteur influençant la créatininémie du receveur à 2 ans. L'âge du donneur est aussi une variable influençant la créatininémie du receveur 1 et 2 ans après la greffe rénale.

OBJECTIVE : The objective of this retrospective study was to determine whether the difference between the donor's weight (wd) and the recipient's dry weight (wr) could influence the function of renal transplants. METHODS : Between 1987 and 1994, 185 patients with a mean age of 43.3 years ± 12 were transplanted with a locally harvested cadaver kidney, corresponding to 120 men (42.2 years ± 1.4) and 65 women (45 years ± 12.8). The weight variation between donors and recipients (wd-wr) was 0.06 for men and 0.22 for women. The serum creatinine of recipients at 1 year was 147 mmol ± 41.7. We used analysis of variance for univariate statistical analysis and multiple linear regression for multivariate analysis. RESULTS : On univariate analysis, the serum creatinine at 1 and 2 years was significantly higher (pCONCLUSION : In our study, the donor-recipient weight difference was a factor influencing the recipient's serum creatinine at 2 years. The donor's age also influences the recipient's serum creatinine, 1 and 2 years after renal transplantation.

Mots clés:
Transplantation rénale
Mots-clés:
renal transplantation
Effet obstructif d'un cathéter urétral sur les paramètres mictionnels : étude théorique
Theoretical study of the obstructive effect of an urethral catheter on voiding parameters.
2001
- Recherche - Physiologie
- Réf : Prog Urol, 1999, 9, 361-370

Les perturbations hydrodynamiques induites par la présence d'un cathéter intra-urétral sur les valeurs des principaux paramètres mictionnels sont étudiées à l'aide d'un modèle mathématique de miction.Ce modèle permet la simulation des instantanés mictionnels qui seraient obtenus avec des cathéters urétraux in situ de différents calibres, pour diverses situations cliniques, chez l1homme et la femme.Au delà du calibre 3,5 Ch, l'effet obstructif du cathéter est significatif; il est plus important chez l'homme (en raison des pertes de charge), et lorqu'il existe une obstruction de type constrictif (perte des propriétés élastiques de l'urètre).Il en résulte que la méthodologie des épreuves pression-débit doit être soigneusement décrite si l'on veut pouvoir comparer les épreuves successives d'un même patient.

Hydrodynamic disturbances of the main voiding parameters induced by the presence of an urethral catheter were studied by using a mathematical model of micturition. The VBN method allows simulation of the pressure-flow studies which would be obtained with in situ urethral catheters of various calibres, for various clinical settings, in males and females. The obstructive effect of the catheter is significant beyond a calibre 3.5 F; it is greater in males (because of loss of load), and in the presence of a constrictive type of obstruction (loss of elastic properties of the urethra). The methodology of pressure-flow studies must therefore be thoroughly described in order to compare successive tests in the same patient.

Mots clés:
Urodynamique / miction / débitmétrie / étude pression-débit
Mots-clés:
urodynamics / micturition / Uroflowmetry / pressure-flow study
Effets anatomo-cliniques du traitement hormonal néo-adjuvant avant prostatectomie radicale
TexF-PU-97-00070570.html
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1997, 7, 570-578

Le traitement hormonal néoadjuvant avant prostatectomie radicale vise à réduire le taux de marges positives et donc le risque de récidive. Il utilise le plus souvent un blocage androgénique complet de 3 mois, mais il n'y a aucun consensus sur le type de blocage et la durée optimale. Les changements anatomopathologiques consistent principalement en une atrophie glandulaire avec pycnose et vacuolisation des cellules tumorales. Ces modifications pourraient témoigner d'une apoptose accrue. La tumeur résiduelle est habituellement de faible volume. Les PIN deviennent rares, posant le problème d'une chimioprévention éventuelle. Le résultat global est une augmentation importante de fréquence des tumeurs intracapsulaires et une diminution d'au moins 50% des marges positives. Certains considèrent toutefois qu'il s'agit simplement d'une lecture anatomopathologique plus délicate. La fréquence de l'atteinte séminale et ganglionnaire ne semble pas modifiée. L'hormonothérapie pourrait agir sur la balance apoptose-prolifération et diminuer également le nombre de cellules circulantes. Les résultats intermédiaires des études randomisées sont cependant contradictoires. L'amélioration de la survie globale restant l'objectif principal, seul le suivi à plus long terme permettra d'apporter une réponse claire à la pertinence ou l'inutilité du traitement hormonal néoadjuvant avant prostatectomie radicale.

Clinical and histological effects of neoadjuvant endocrine treatment before radical prostatectomy.

Mots clés:
prostate / Tumeur / prostatectomie radicale / hormonothérapie néo adjuvante
Mots-clés:
prostate / tumor / radical prostatectomy / neoadjuvant endocrine therapy
Effets indésirables des instillations de BCG par voie endovésicale.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1998, 9, 38-41
Mots clés:
Vessie / Tumeur urothéliale / BCG / complication iatrogène / effet indésirable
Mots-clés:
bladder / transitional cell carcinoma / BCG / iatrogenic complication / adverse event
Effets secondaires des traitements à visée hormonale du cancer de prostate
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1996, 7, 111-124

Les effets secondaires des traitements hormonaux du cancer de prostate sont rares, non prévisibles, variables selon les patients et le type de traitement, souvent réversibles mais parfois gravissimes. Ce travaille collige les effets secondaires signalés dans la littérature pour les traitements les plus habituels (effets liés à l'action thérapeutique, effets secondaires autres, interactions médicamenteuses), et résume leur incidence sur le suivi des patients.

Mots clés:
prostate / Tumeur / Hormonothérapie / complication iatrogène / effet indésirable
Mots-clés:
prostate / tumor / endocrine therapy / iatrogenic complication / adverse event
Efficacité et tolérance du moxisylyte en injection intracaverneuse chez le patient présentant un dysfonctionnement érectile : relation effet/dose versus placebo.
Efficacy and safety of intracavernous injection of moxisylyte in patients with erectile dysfunction : dose/effect relationship versus placebo.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 690-696

Nous avons recherché la dose optimale (efficacité et tolérance) du moxisylyte, un agent alpha-bloquant dans une étude croisée en double aveugle versus placebo incluant 30 patients. L'origine du dysfonctionnement érectile était à prédominance psychologique chez 14 patients et neurologique chez 16. Chaque patient a reçu selon un ordre randomisé, 4 injections intracaverneuses (placebo- 10 - 20 - 30 mg de moxisylyte) séparées par un délai de 7 jours. Quelle que soit la dose, le moxisylyte induit des réponses péniennes significativement supérieures au placebo sur tous les critères de l'érection. La fréquence des réponses permettant un rapport sexuel paraît en relation avec les doses dans les deux groupes étiologiques. Les réponses érectiles les plus souvent obtenues ont été une rigidité complète chez les "neurologiques" et une tumescence avec ou sans rigidité chez les "psychologiques". La tolérance a été excellente pour 95,6% des injections et aucun priapisme n'a été observé. Seuls 2 patients ont présenté à 20 et 30 mg, l'un, deux érections prolongées (patient neurologique), l'autre, 2 céphalées (patient psychologique). Aucune sensation douloureuse à l'injection n'a été ressentie. Très bien toléré, le moxisylyte permet d'induire une réponse érectile dès la dose de 10 mg. Cette dose paraît suffisante chez des patients dont le trouble est d'origine neurologique centrale; une dose de 20 mg tend à améliorer la qualité de la réponse chez les patients dont le trouble est à prédominance psychologique, bien que les différences constatées entre les doses ne soient pas statistiquement significatives sur ce nombre limité de patients.

The authors investigated the optima dose (efficacy and safety) of moxisylyte, an alpha-blocking agent, in a double-blind placebo-controlled crossover study in 30 patients. The origin of the erectile dysfunction was predominantly psychological in 14 patients and neurological in 16 patients. Each patient received 4 intracavernous injections in a randomized order (placebo, 10, 20, 30 mg of moxisylyte) at 7-day intervals. Regardless of the dose, moxisylyte induced significantly greater penile responses than placebo on all erection criteria. The frequency of responses allowing sexual intercourse appeared to be dose-dependent in the two aetiological groups. The erectile responses most frequently obtained were complete rigidity in the "neurological" group and tumescence in the "psychological" group. The safety was excellent for 95.6% of injections and no case of priapism was observed. One patient (neurological patient) experienced two prolonged erections after the dose of 20 mg and another patient (psychological patient) reported 2 headaches after the dose of 30 mg. No pain was experienced on injection. Moxisylyte is very well tolerated and is able to induce an erectile response from the dose of 10 mg. This dose appears to be sufficient in patients with central neurological erectile dysfunction; a dose of 20 mg tends to improve the quality of response in patients with a predominantly psychological disorder, although the differences observed between the doses were not statistically significant in this number limited of patients.

Mots clés:
andrologie / traitement des dysérections / Injection intra-caverneuse / alpha-bloquant
Mots-clés:
andrology / erectile dysfunction treatment / intracavernous injection / alpha-adrenergic antagonist
Efficacité et tolérance du moxisylyte en injections intracaverneuses chez des patients ayant une dysérection : étude en double aveugle contrôlée par placebo.
Efficacy and safety of moxisylyte by intracavernous injections in patients with erectile dysfunction : double-blind placebo-controlled study.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 985-991

BUTS : Evaluer l'efficacité du moxisylyte intracaverneux comparativement à un placebo, chez des patients ayant un dysfonctionnement érectile d'origine variée. Apprécier la tolérance locale et générale du moxisylyte administré par autoinjection. METHODES : Étude multicentrique, comportant deux phases de traitement : la première phase, conduite en double aveugle sur deux groupes parallèles de patients randomisés, s'est déroulée sur une période de 1 mois (1 injection par semaine) au cabinet de l'investigateur; la deuxième phase a été conduite en ouvert au domicile du patient, sur une période de 3 à 11 mois. Les autoinjections (1 à 2 par semaine) ont été pratiquées à l'aide d'une seringue pré-remplie contenant 10 mg de moxisylyte.
RESULTATS : Sur les 307 patients évalués dans la première phase, la supériorité des réponses érectiles induites par le moxisylyte par rapport au placebo a été vérifiée aux plans quantitatif et qualitatif (pCONCLUSION : Cette étude confirme la possibilité d'obtenir une réponse érectile par injection intracaverneuse de 10 mg de moxisylyte avec une très faible incidence d'effets indésirables, au plan local et général. Elle tend également à vérifier une efficacité plus importante du moxisylyte lors d'autoinjections à domicile que par injection au cabinet médical.

OBJECTIVE : To evaluate the efficacy of intracavernous moxisylyte versus placebo in patients with erectile dysfunction of various origins. To assess the local tolerance and systemic safety of moxisylyte by self-administered injection. METHODS : Multicentre study, comprising two treatment phases: the first, double-blind phase, was conducted in two parallel groups of randomized patients, over a 1-month period (1 injection per week) in the investigator's office; the second phase was conducted under open conditions in he patient's home, over a peiod of 3 to 11 months. Self-administered injections (1 to 2 per week) were performed using a prefilled synringe containing 10 mg of moxisylyte. RESULTS : Out of 307 patients evaluated during the first phase, the qualitative and quantitative superiority of erectile response induced by moxisylyte compared to placebo was confirmed (p CONCLUSION : This study confirms the possibility of obtaining an erectile response by intracavernous injection of 10 mg of moxisylyte with a very low incidence of local and systemic adverse effects. It also tends to confirm the superior efficacy of moxisylyte by self-administered injections at home than by injection in the doctor's office.

Mots clés:
andrologie / traitement des dysérections / Injection intra-caverneuse / alpha-bloquant
Mots-clés:
andrology / erectile dysfunction treatment / intracavernous injection / alpha-adrenergic antagonist
Eficacité et tolérance de la leuproréline à libération prolongée sur 3 mois dans le traitement du cancer prostatique métastasé (Etude comparative, randomisée, multicentrique)
Efficacy and safety of 3-month sustained-release leuprorelinin the treatment of metastatic prostatic cancer. Multicentre, randomized, comparative study.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1997, 7, 246-253

OBJECTIF DE L'ETUDE : Etablir l'équivalence pharmacodynamique et de tolérance entre 2 formes à libération prolongée de leuproréline, 11,25 mg et 3,75 mg, dans l'adénocarcinome prostatique métastasé. METHODES : 44 patients ont reçu des injections sous-cutanées de leuproréline pendant 9 mois (randomisation: 2/1): soit 11,25 mg trimestriellement (n=29), soit 3,75 mg mensuellement (n=15). Critère principal: testostéronémie (T), dosage mensuel centralisé.
RESULTATS : Il y a équivalence entre les 2 formes pour la testostéronémie moyenne (p = 0,002): 1M: T = 0,19 ± 0,03 ng/ml / 3M : T = 0,27 ± 0,04 ng/ml. L'analyse exploratoire ne montre aucune différence significative entre les groupes pour le nombre de patients castrés lors des visites, ni pour le nombre de patients dont toutes les valeurs de T sont ? 0,5ng/ml, ni pour les réponses cliniques ou la tolérance.
CONCLUSION : Les 2 formes ont une efficacité et une tolérance comparables.

OBJECTIVE : To establish the pharmacodynamic and safety equivalence between 2 sustained-release forms of leuprorelin 11.25 mg and 3.75 mg, in the treatment of metastatic prostatic carcinoma. METHODS : 44 patients received subcutaneous injections of leuprorelin for 9 months (randomization : 2/1) : either 11.25 mg every three months (n=29) or 3.75 mg monthly (n=15). Main criterion : centralized monthly assay of plasma testosterone (T). RESULTS : The equivalence of the 2 forms in terms of mean plasma testosterone was demonstrated (p=0.002) : 1 month : T=0.19 ± 0.03 ng/ml; 3 months : T=0.27 ± 0.04 ng/ml. Exploratory analysis did not reveal any significant difference between the groups for the number of patients castrated at each visit or for the number of patients with all T values ? 0.5 ng/ml, or for clinical responses or safety.
CONCLUSION : The 2 forms have a comparable efficacy and safety.

Mots clés:
prostate / Tumeur / Hormonothérapie / agoniste de la LHRH
Mots-clés:
prostate / tumor / endocrine therapy / LHRH agonist
Ejaculation chez l'homme : Physiologie, conservation chirurgicale de l'éjaculation
Physiology of human ejaculation. Surgical preservation of ejaculation.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1999, 9, 305-309

BUTS : La théorie la plus communément admise pour expliquer l'éjaculation fait état de deux phases : a) Une phase d'accumulation des différents constituants du sperme à l'intérieur de l'urètre prostatique.b) Une phase d'expulsion avec ouverture du sphincter strié, alors que le sphincter lisse du col vésical reste fermé.Le but de notre étude était donc de confirmer ou d'infirmer cette hypothèse.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : Huit volontaires ont été étudiés par échographie endorectale en continu permettant une analyse dynamique de l'éjaculation. Seize patients présentant un syndrome obstructif cervico-urétral ont été traités par une technique préservant le dernier centimètre d'urètre sus-montanal.
RÉSULTATS : Chez les huit volontaires sains, nous avons observé de façon constante et successive : le remplissage des canaux éjaculateurs, des contractions prostatiques, l'issue du contenu des vésicules séminales dans l'urètre sous-montanal, sans ballonisation préalable de l'urètre prostatique.Chez les 16 patients traités pour un syndrome obstructif cervico-urétral, nous n'avons pas noté d'éjaculation rétrograde.
CONCLUSION : Contrairement aux théories jusqu'à présent admises, l'étude échographique de l'éjaculation ne montre pas de ballonisation de l'urètre prostatique. La prostate semble se contracter et le liquide spermatique s'écoule de façon régulière jusqu'au niveau des muscles bulbo-caverneux où l'écoulement devient saccadé.Prenant pour base ces résultats, la préservation du dernier centimètre d'urètre sus-montanal lors d'interventions endoscopiques cervico-urétrales nous a permis de préserver l'éjaculation.

OBJECTIVE : The most widely accepted theory to explain ejaculation consists of two phases : a) A phase of accumulation of the various constituents of semen inside the prostatic urethra.b) A phase of expulsion with opening of the striated sphincter, while the smooth sphincter of the bladder neck remains closed.The objective of this study was therefore to confirm or invalidate this hypothesis. MATERIAL AND METHODS : Eight volunteers were studied by continuous transrectal ultrasonography allowing dynamic analysis of ejaculation. Sixteen patients presenting with a bladder neck obstruction syndrome were treated by a technique preserving the last centimetre of supramontanal urethra. RESULTS : In the eight healthy subjects, we constantly and successively observed :- filling of the ejaculatory ducts.- prostatic contractions.- Expulsion of the contents of the seminal vesicles into the inframontanal urethra, without prior balloning of the prostatic urethra.In the 16 patients treated for bladder neck obstruction, we did not observe any case of retrograde ejaculation.

Mots clés:
andrologie / Éjaculation / physiologie de la fertilité / résection transuréthrale / éjaculation rétrograde
Mots-clés:
andrology / Ejaculation / fertility physiology / transurethral resection / retrograde ejaculation
Elaboration et validation d'un questionnaire qualité de vie spécifique de l'impériosité mictionnelle chez la femme. Etude multi-centrique réalisée dans toute la France par des urologues et gynécologues
Elaboration and validation of a specific quality of life questionnaire for urgent micturition in women.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1997, 7, 56-63

L'impériosité mictionnelle perturbe la Qualité de Vie (QdV) des femmes qui en souffrent. Afin d'évaluer ce retentissement et les bénéfices des traitements, un questionnaire auto-administré, spécifique des troubles mictionnels par impériosité de la femme, a été développé à partir d'une échelle pré-existante (Mesure du Handicap Urinaire, MHU). La méthodologie de développement suivante a été adoptée : 1)génération d'un premier instrument à partir du discours des patientes recueilli par un groupe pluridisciplinaire de cliniciens : formulation des questions, regroupement des questions dans des dimensions, choix d'une période de référence et de modalités de réponse, 2)variation de contenu et test de compréhension auprès de 20 patientes, 3) étude pilote transversale (98 patientes) de réduction des questions et d'analyse de fiabilité interne et de validité clinique, 4) étude de reproductibilité. Le questionnaire final comporte 24 items regroupés dans 5 dimensions : activités (8 items), retentissement émotionnel (5), image de soi (5), sommeil (3), bien-être (3). La pertinence du regroupement des questions dans leur dimension et du calcul d'un score global a été confirmée par une analyse en composantes principales et une analyse multitrait. La fiabilité interne des scores et leur reproductibilité étaient satisfaisantes, respectivement alpha de Cronbach > 0,70 et coefficient de corrélation intraclasse > 0,80. La validité clinique du questionnaire a été vérifiée : les scores QdV des patientes étaient de façon significative d'autant plus dégradés que les symptômes étaient importants. Ce travail a permis de développer un questionnaire spécifique, fiable et cliniquement valide, s'exprimant sous la forme d'un score global et d'un profil. Le profil des patientes souffrant d'impériosité mictionnelle atteste des répercussions de la maladie sur les domaines importants et spécifiques de leur QdV. Ce questionnaire présente les propriétés requises pour être utilisé dans des essais cliniques afin d'évaluer les effets des traitements sur la QdV des patientes en complément des évaluations cliniques classiques.

Urgent micturition interferes with the quality of life (QoL) of women suffering from this symptom. In order to evaluate this disturbance of quality of life and the benefits of treatment, a self-administered questionnaire, specific to the disorders of urgent micturition in women, was developed from a pre-existing scale (Measurement of Urinary Handicap, MUH). The following developmental methodology was adopted: 1) generation of a first instrument from the patient's descriptions collected by a multidisciplinary group of clinicians: formulation of questions, regrouping of questions into dimensions, choice of reference period and modalities of response, 2) content validation and test of comprehension in 20 patients, 3) transverse pilot study (98 patients) designed to reduce the number of questions and analyse the internal reliability and clinical validity, 4) reproducibility study.The final questionnaire comprises 24 items grouped into 5 dimensions: activities (8 items), emotional repercussions (5), self-image (5), sleep (3), well-being (3). The relevance of regrouping of the questions in their dimension and of calculation of a global score was confirmed by a principal component analysis and multifactorial analysis. The internal reliability and reproducibility of the scores were satisfactory, with a Cronbach alpha of > 0.70 and an intraclass correlation coefficient > 0.80, respectively. The clinical validity of the questionnaire was verified: the QoL scores of patients became significantly lower as the symptoms became more severe. A specific, reliable and clinically valid questionnaire, expressed in the form of a global score and a profile, was able to be developed. The profile of patients suffering from urgent micturition reflects the repercussions of the disease on the major and specific domains of their QoL. This questionnaire presents the required properties to be used in clinical trials designed to evaluate the effects of treatments on the patients' QoL, as a complement to classical clinical evaluations.

Mots clés:
incontinence urinaire / Femme / impériosité / Qualité de vie
Mots-clés:
Urinary incontinence / female / urgency / Quality of life
Electro-vaporisation de la prostate (EVP) pour le traitement de l'adénome de prostate
Electrovaporization of the prostate (EVP) in the treatment of benign prostatic hyperplasia.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1996, 6, 236-239

L'électro-vaporisation de prostate est réalisée en utilisant un courant de section à haute énergie pour la destruction du tissu adénomateux. Nous présentons nos résultats préliminaires obtenus avec cette nouvelle technique. METHODES : 15 patients présentant une indication de résection transuréthrale de prostate ont été inclus dans cette étude prospective. Trois patients étaient en rétention complète. Trois patients présentaient un risque opératoire élevé (ASA 3). L'électro-vaporisation du tissu prostatique était effectuée selon les plans de la résection en utilisant une anse boule et un courant de section pure de 250 à 300 W.
RESULTATS : La durée opératoire moyenne était de 27 min (± 12), pour un volume prostatique moyen de 43 g (± 7,7). Nous n'avons pas observé d'hématurie post-opératoire immédiate. La durée de sondage était de 2,2 j, et d'hospitalisation de 2,8 j (2-4 j). A 6 mois de recul minimum, tous les patients ont été améliorés avec un débit maximum de 22,17 ± 8,6 ml/s, et un score IPSS inférieur à 7. Deux patients ont présenté une hématurie à J5 et J7, un patient a présenté une hyponatrémie biologique de réabsorption, un patient est décédé à J2 d'une insuffisance respiratoire aiguë.
CONCLUSION : l'EVP est une nouvelle technique de résection efficace dont le but est de limiter la morbidité post-opératoire et la durée d'hospitalisation et qui utilise un matériel peu onéreux. Une étude randomisée contre résection à l'anse devrait permettre d'identifier les avantages de cette technique.

Electrovaporization of the prostate consists of the use of a high energy section current to destroy hyperplastic prostatic tissue. The authors present the preliminary results obtained with this new technique. METHOD : 15 patients presenting indications for transurethral resection of the prostate were included in this prospective study. Three patients were in complete retention. Three patients presented a high operative risk (ASA 3). Electrovaporization of the prostatic tissue was performed according to the planes of resection using a round loop and a pure section current of 250 to 300 W. RESULTS : The mean operating time was 22 min (+/- 13) for a mean prostatic weight of 43 g (+/- 7.7). No immediate postoperative haematuria was observed. The duration of catheterization was 2.2 days, and te mean hospital stay was 2.8 days (range : 2-4 days). With a minimum follow-up of 6 months, all patients were improved with an average flow rate of 22.17 +/- 8.6 mL/s, and a score less than 7. Two patients developed haematuria on D5 and D7, one patient developed resorption hyponatraemia and one patient died on D2 from acute respiratory failure.
CONCLUSION : EVP is an effective new resection technique designed to limit postoperative morbidity and the length of hospital stay, which uses inexpensive material. A randomized study versus loop resection should allow identification of the advantages of this technique.

Mots clés:
prostate / HBP / chirurgie endoscopique / vaporisation transuréthrale
Mots-clés:
prostate / BPH / endoscopic surgery / transurethral vaporization
Electrostimulation des racines sacrées antérieures chez le blessé médullaire (Bilan des 25 premiers cas).
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 41-49

C'est l'analyse des 25 premiers patients blessés médullaires ayant eu la technique de G. Brindley basée sur la section des racines sacrées postérieures pour amener le calme vésical et sur l'électrostimulation des racines antérieures pour la vidange vésicale et pouvant également servir pour l'érection et l'aide à la défécation. Les indications sont essentiellement les vessies mal équilibrées avec fuites et certaines vessies hypoactives. Les resultats sont les suivants : acquisition de la continence dans 90% des cas, apacité vésicale toujours très augmentée, vidange vésicale quasi complète dans la majorité des cas, diminution très nette de l'infection urinaire, érection possible par électrostimulation chez les 3/4 des hommes, régularisation du transit intestinal. Les complications de cette chirurgie sont faibles mais redoutables : les fuites de L.C.R., les dénervations survenant en post-opératoire, les sepsis, les pannes de matériel ou de câbles.

Electrostimulation of the anterior sacral nerve roots in patients with spinal cord injuries. The authors analyse the first 25 patients with spinal cord injuries treated by G. Brindley's technique based on section of the posterior sacral nerve roots to control detrusor hyperexcitability and electrostimulation of the anterior sacral nerve roots to ensure bladder emptying and to facilitate erection and defecation. The indications for this technique are essentially unstable bladders with incontinence and certain hypoactive bladders. The following results were obtained : acquisition of continence in 90% of cases, bladder capacity was always greatly increased, almost complete bladder smptying in the majority of cases, very marked reduction in urinary tract infection, regularisation of intestinal transit. The complications of this surgery were uncommon but serious : C.S.F. leaks, postoperative denervations, sepsis, material or cable failure.

Mots clés:
Neuro-urologie / vessie neurologique / neuro-chirurgie / électrostimulation des racines sacrées
Mots-clés:
neurourology / Neurogenic bladder / neurosurgery / sacral roots electrostimulation
Eliminating the need for per-operative frozen section analysis of pelvic lymph nodes during radical prostatectomy
Eliminating the need for per-operative frozen section analysis of pelvic lymph nodes during radical prostatectomy
2001
- Article original
- Réf : Br J Urol, 1995, 76, 595-599

BUT : Se passer d'examen extemporané des ganglions lymphatiques en utilisant le PSA, la stade clinique et le grade d'Anderson de la biopsie afin de prévoir l'envahissement ganglionnaire. PATIENTS ET METHODES : De 1988 à 1994, 214 patients ont subi une lymphadénectomie pelvienne bilatérale avant prostatectomie radicale pour cancer prostatique cliniquement localisé. Le PSA, le stade clinique et le grade d'Anderson à la biopsie ont été étudiés afin d'étudier leur aptitude à prévoir les résultats de l'examen ganglionnaire extemporané. RESULTATS : Le PSA était le meilleur élément prédictif, suivi par le grade d'Anderson. L'association stade clinique-PSA était un moins bon indicateur que le grade histologique de la biopsie et le stade clinique n'apportait rien à l'association PSA-grade histologique. Celle-ci permettait de prévoir à 95% la négativité de l'examen extemporané chez au moins 17% des patients subissant une prostatectomie radicale pour cancer cliniquement localisé. Le taux de faux-négatifs de l'examen extemporané était de 4,7%. En utilisant les éléments prédictifs pré-préopératoires et en tenant compte des faux-négatifs de l'examen extemporané, 11 patients sur 214 (5,1%) auraient eu une prostatectomie radicale bien qu'ayant des micro-métastases. CONCLUSIONS : La sélection de patients chez qui le curage peut être omis est possible et permettrait de diminuer les durées opératoires.

OBJECTIVE: To eliminate the need for per-operative frozen section analysis by using pre-operative serum prostate-specific antigen (PSA), clinical stage and Anderson biopsy grade to predict lymph node metastasis. PATIENTS AND METHODS: Between 1988 and 1994, 214 patients underwent bilateral pelvic lymphadenectomy before an intended retropubic radical prostatectomy for clinically confined prostate carcinoma. Preoperative serum PSA, clinical stage and Anderson biopsy grade were analysed to investigate whether they were able to predict the results of per-operative frozen sections of pelvic lymph nodes. RESULTS: Serum PSA level was the best predictor of a frozen section which was positive for lymph node metastasis, followed by biopsy grade. Clinical T-category combined with PSA level predicted lymph node status less well than did biopsy grade and had no additional value when combined with biopsy grade and PSA. Pre-operative serum PSA combined with biopsy grade predicted a negative frozen section result of bilateral pelvic lymphadenectomy with 95% certainty in at least 17% of patients undergoing radical prostatectomy for clinically confined prostate cancer. Frozen section analysis had a false negative rate of 4.7% when compared with histological staging. Therefore, combining those patients with an estimated 95% chance of a negative frozen section with the group of false negatives, 11 in 214 patients (5.1%) would have undergone radical prostatectomy while having micrometastases. CONCLUSIONS: Selecting men for whom the per-operative frozen section analysis could be omitted may save operating time and allow more efficient use of facilities.

Mots clés:
prostate / tumor / radical prostatectomy / pelvic lymph node dissection / pathology
Mots-clés:
prostate / tumor / radical prostatectomy / pelvic lymph node dissection / Pathology
Embolie artérielle du membre inférieur après lithotritie extracorporelle. A propos d'un cas.
TexF-PU-97-00071004.html
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1997, 7, 1004-1006

Les auteurs rapportent un cas d'embolie artérielle du membre inférieur droit survenu après traitement par lithotritie extracorporelle d'un calcul de l'uretère pelvien gauche.Cette complication probable de la lithotritie n'a jamais été rapportée dans la littérature.

Arterial embolism of the lower limb after extracorporeal lithotripsy. A case report.The authors report a case of arterial embolism of the right lower limb after extracorporeal lithotripsy for left pelvic ureteric stone. This probable complication of lithotripsy has never been reported in the literature.

Mots clés:
Lithiase / lithotripsie extra-corporelle / complication iatrogène / thrombo-embolie
Mots-clés:
stones / extracorporeal lithotripsy / iatrogenic complication / thromboembolism
En pratique comment lire : les échographies des tumeurs du rein
2001
- Didactique
- Réf : Prog Urol, 1991, 1, 36-43
Mots clés:
Rein / Tumeur / imagerie / échographie
Mots-clés:
Kidney / tumor / imaging / ultrasonography
Endométriose pelvienne avec atteinte urologique. Principes thérapeutiques : à propos de 2 cas.
Pelvic endometriosis with urological involvement. Therapeutic principles based on 2 cases.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1999, 9, 750-755

Nous rapportons deux cas cliniques d'endométriose vésico-pelvienne. Les signes fonctionnels urinaires et l'aspect radiologique de l'endométriose localisée à la vessie sont peu spécifiques, l'examen anatomo-pathologique de la pièce fait le diagnostic. Nous préciserons l'approche thérapeutique avec l'enjeu d'une prise en charge chirurgicale radicale afin d'éradiquer l'endométriose, la plus conservatrice possible afin de permettre une nouvelle grossesse, la place de la chirurgie urologique associée à un traitement médical par analogue LH-RH.

The authors report 2 clinical cases of vesicopelvic endometriosis. The urinary symptoms and the radiological appearance of endometriosis of the bladder are nonspecific. The diagnosis was established by histological examination of the resection specimen. The authors describe the therapeutic approach based on radical surgery designed to eradicate the endometriosis, while remaining as conservative as possible in order to allow subsequent pregnancy, and the place of urological surgery combined with medical treatment with LHRH analogue.

Mots clés:
bassin / Vessie / endométriose
Mots-clés:
pelvis / bladder / endometriosis
Endométriose rénale. A propos d'un cas.
Renal endometriosis. A case report.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1996, 6, 936-939

A propos d'une observation personnelle et d'une revue de la littérature, les auteurs rappellent les caractères particuliers de l'endométriose rénale. Cette lésion rare et de pronostic favorable est d'un diagnostic difficile, rarement fait en préopératoire. Le traitement médical par agonistes de la LH-RH est discuté et a été exceptionnellement utilisé.

In the light of a personal case and a review of the literature, the authors recall the specific features of renal endometriosis. This rare lesion, with a favourable prognosis, is difficult to diagnose and is rarely diagnosed preoperatively. Medical treatment by LHRH agonists is discussed and has been used exceptionally.

Mots clés:
Rein / tumeur rare
Mots-clés:
Kidney / rare tumor
Endométriose urétérale et vésicale : à propos d'une observation.
Urinary endometriosis. A case report and a review of the literature relating to vesical and ureteral endometriosis.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1999, 9, 522-527

Les auteurs rapportent un cas d'endométriose urétérale et vésicale découverte au décours d'un épisode de pyélonéphrite aiguë récidivante. Un traitement médical par les agonistes de la Gonadotrophin-Releasing Hormone (GnRH) associé à un traitement endoscopique conservateur a permis d1obtenir une régression quasi complète des lésions. Une revue de la littérature est proposée concernant cette localisation non exceptionnelle de l'endométriose (1 à 2% de toutes les localisations).

The authors report a case of both vesical and ureteral endometriosis diagnosed after recurrent acute pyelonephitis. A Gonadotrophin-Releasing Hormone (GnRH) agonist therapy and a conservative endoscopic management is started allowing an almost complete regression of the lesions. A review of the literature is presented about this unexceptional localisation of endometriosis (1 to 2% of all endometriosis).

Mots clés:
Uretère / tumeur rare / endométriose
Mots-clés:
ureter / rare tumor / endometriosis
Endopyélotomies percutanées. Résultats préliminaires (à propos d'une série de 16 malades)
Percutaneous endopyelotomies. Preliminary results in a series of 16 patients.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 45-50

Une endopyélotomie percutanée a été réalisée chez 16 patients atteints de syndrome de la jonction pyélo-urétérale. L'intervention a toujours pu être menée à terme, sans incident per-opératoire sévère. Après un suivi moyen de 18 mois (6 à 30 mois) nous rapportons 12 bons résultats (75%), 2 résultats cliniques favorables sans amendement de tous les signes radiologiques d'obstruction, et 2 échecs (12,5%) qui ont justifié une reprise chirurgicale précoce. La qualité du drainage urétéral conditionne les suites opératoires : une migration extra-pyélique de la sonde est à l'origine d'un échec thérapeutique. L'endopyélotomie est désormais une technique fiable mais ses résultats à long terme ne peuvent encore être évalués.

Percutaneous endopyelotomy was performed in 16 patients with ureteropelvic junction obstruction. The procedure was always completed with no intra-operative complication. After a mean follow-up of 18 months (6-30 mos), we report 12 good results (75%), 2 patients with no clinical symptoms but remaining partial radiological obstruction, and 2 failures (12,5%) wich required early open surgery. Much care must be given to the ureteral stenting : one of our failures was due to extra-pelvic migration of the stent. Endopyelotomy may be considered as an efficient procedure, but long-term evaluation is still required.

Mots clés:
malformation de la voie urinaire supérieure / hydronéphrose congénitale / chirurgie endoscopique / endo-pyélotomie
Mots-clés:
upper urinary tract malformation / ureteropelvic junction syndrome / endoscopic surgery / endopyelotomy
Endoscopic treatment of vesicoureteric reflux in transplanted kidneys
Endoscopic treatment of vesicoureteric reflux in transplanted kidneys
2001
- Article original
- Réf : Br J Urol, 1993, 72, 20-22

Vingt et un patients ont subi par voie endocopique une injection intravésicale sous-muqueuse de Polytef sous l'orifice urétéral pour traiter un reflux vésico-urétéral (RVU) secondaire sur des reins transplantés. L'anastomose urétéro-vésicale avait été réalisée par voie extra-vésicale dans 19 cas et par technique de Leqadbetter-Politanno dans deux cas. L'injection n'a été satisfaisante que pour six patients (30%), parmi lesquels les deux patients dont l'uretère avait été réimplanté par technique de Leadbetter-Politano.Il n'y a pas eu de complication liée à la technique. En dépit du faible taux de succès (30%), le traitement endoscopique est justifié de première intention pour le traitement du RVU chez les transplantés, étant donné les risques du RVU et les difficultés des réimplantations chirurgicales chez ces patients.

Twenty-one patients underwent endoscopic subureteric injection of Polytef paste for the correction of secondary vesicoureteric reflux (VUR) in transplanted kidneys. Ureteroneocystotomy was performed in renal transplants using an extravesical technique in 19 patients and the Leadbetter-Politano technique in 2 cases. Success was achieved in only 6 patients, including the 2 ureters reimplanted according to the Leadbetter-Politano technique. No significant complication relating to the technique was observed. Despite the low success rate (30%), endoscopic treatment of VUR in transplanted kidneys is justified as a first attempt in view of the morbidity of VUR and the difficulties of repeated surgical reimplantation in this population.

Mots clés:
transplanted kidney / vesicoureteral reflux / endoscopic surgery
Mots-clés:
transplanted kidney / vesicoureteral reflux / endoscopic surgery
Endoscopic vesical neck and uterovaginal suspension for cystocele prolapse repair
Endoscopic vesical neck and uterovaginal suspension for cystocele prolapse repair
2001
- Technique chirurgicale
- Réf : J Am Coll Surg, 1994, 178, 326-328

Le traitement de la cysto-uréthrocèle et du prolapsus génital avec ou sans incontinence urinaire d'effort, comprend généralement une hystérectomie et une colporraphie antérieure. Il y a un taux élevé d'échecs et des incontinences urinaires de novo peuvent apparaître à la suite des perturbations fonctionnelles du bas appareil. Les auteurs rapportent une nouvelle technique de suspension à l'aiguille du col vésical et de l'isthme utérin pour corriger le prolapsus vaginal et l'incontinence urinaire sans recourir à l'hystérectomie. Cette technique est peu invasive, sûre, efficace et simple. La voie d'abord est bien tolérée et pourrait être adaptée à un traitement en externe. Elle est conçue pour restaurer l'anatomie pelvienne sans dissections étendues ni colporraphie antérieure

The therapeutic surgical approach to cystourethrocele and pelvic organ prolapse with or without urinary incontinence usually involves hysterectomy and anterior colporrhaphy. This is associated with a high degree of failure and may cause the appearance of de novo urinary incontinence because of functional disturbances of the lower urinary tract. We report a new combined needle suspension of bladder neck and uterine isthmus to correct uterovaginal prolapse and urinary incontinence without the need for hysterectomy. This endoscopic procedure is minimally invasive, safe, effective and simple. The operative approach is flexible, well tolerated and could be adapted to an outpatient setting. It is designed to restore the functional pelvic anatomy without extensive operative dissection and anterior colporrhaphy.

Mots clés:
vaginal prolapse / cystocèle / prolapse surgery / vaginal approach
Mots-clés:
Vaginal prolapse / cystocele / prolapse surgery / vaginal approach
Endourétérotomie acucise pour sténose de l'uretère distal chez un transplanté rénal.
TexF-PU-97-00070633.html
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1997, 7, 633-636

Le traitement des sténoses urétérales en transplantation rénale était chirurgical. Il a récemment bénéficié des progrès de l'endourologie. L'observation est celle d'un patient transplanté rénal, ayant développé une sténose tardive de la réimplantation urétéro-vésicale du transplant. Après une néphrostomie percutanée qui a permis de récupérer une bonne fonction rénale, a été réalisée une endourétérotomie rétrograde à l'aide du ballon urétérotome Acucise(r), suivie d'un modelage urétéral sur une sonde en double J Charrière 7 pendant 2 mois. A 18 mois de recul, la fonction rénale était normale, à l'échographie il existait une hypotonie résiduelle des cavités du transplant et à l'UCRM il n'y avait pas de reflux vésico-rénal. L'endourétérotomie rétrograde Acucise(r) peut être un traitement endourologique simple des sténoses urétérales tardives en transplantation rénale.

Acucise(r) endoureterotomy for distal ureteric stricture in a renal transplant recipient.

Mots clés:
transplanté rénal / Uretère / sténose / chirurgie endoscopique / endo-urétérotomie
Mots-clés:
renal transplant patient / ureter / stenosis / endoscopic surgery / endoureterotomy
Endourological management of ureteral obstruction after renal transplantation.
Endourological management of ureteral obstruction after renal transplantation.
2001
- Article original
- Réf : J Urol, 1996, 156, 1099-1100

BUTS : Le traitement endo-urologique des obstructions urétérales après transplantation rénale a été évalué. PATIENTS ET METHODES : Entre janvier 1986 et décembre 1993, 582 transplantations rénales ont été pratiquées. Une obstruction urétérale était suspectée dans 31 cas (5,3%). RESULTATS : Le traitement initial a consisté en la mise en place rétrograde d'une sonde chez 6 patients et en une néphrostomie per-cutanée chez 25 patients. Chez 3 patients, la dilatation n'était pas due à l'obstruction mais à un rejet. L'obstruction était temporaire chez 8 des 28 autres patients, dont 6 chez qui une sonde double J a été placée sans anesthésie par voie rétrograde. Chez les 22 autres patients, la canulation de l'orifice urétéral n'a pas été possible sans anesthésie, et une néphrostomie per-cutanée a été nécessaire. Même sous anesthésie générale, il a été impossible de placer un guide par voie antérograde ou rétrograde chez 7 des patients ayant une obstruction non transitoire et une chirurgie ouverte a été nécessaire. Les 13 autres patients ont subi une dilatation avec (9) ou sans (4) incision à l'anse diathermique. Les 4 patients qui n'ont pas eu d'incision ont récidivé, contrairement aux 9 patients ayant eu une incision qui n'ont pas récidivé après un suivi minimum de 27 mois (58 mois en moyenne). CONCLUSIONS : Les procédures endo-urologiques modernes ont remplacé la chirurgie ouverte pour la majorité des patients présentant une obstruction urétérale après transplantation rénale.

PURPOSE: We evaluated endourological treatment of ureteral obstruction after renal transplantation. MATERIALS AND METHODS: Between January 1986 and December 1993, 582 kidney transplantations were performed at our center, and ureteral obstruction was suspected in 31 cases (5.3%). RESULTS: Initial treatment consisted of retrograde placement of an internal stent in 6 patients and percutaneous nephrostomy in 25. Due to upper tract dilatation obstruction could not be diagnosed in 3 patients, and rejection was the cause of decreasing renal function. Obstruction was temporary in 8 of the remaining 28 patients, including 6 in whom a Double-J stent was introduced in a retrograde manner without anesthesia. In the other 2 patients was well as the 20 with definitive obstruction, cannulation of the transplant orifice without anesthesia was unsuccessful and percutaneous nephrostomy drainage was necessary. Even with general anesthesia a guide wire could not be passed along the stricture in a retrograde or antegrade fashion in 7 of the 20 patients with definitive obstruction and open surgery was performed. The remaining 13 patients underwent dilation with (9) or without (4) diathermic incision. All 4 patients treated with dilation only had recurrent obstruction, while 9 treated with dilation and incision had no recurrence after a minimum followup of 27 months (mean 58). CONCLUSIONS: Modern endourological procedures have replaced open reconstructive surgery in the majority of patients with ureteral obstruction after renal transplantation.

Mots clés:
Renal transplantation / ureter / upper urinary tract obstruction / endoscopic surgery
Mots-clés:
renal transplantation / ureter / upper urinary tract obstruction / endoscopic surgery
Enquête épidémiologique des tumeurs du rein.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 7, 200-201

Cette enquête réalisée sur 1 an a concerné 15 centres. Les résultats sont 360 tumeurs recensées, 326 néphrectomies élargies avec curage ganglionnaire dans 127 cas (39%) et surrénalectomie associée dans 233 cas (71,4%). Parmi ces 233 surrénales analysées, 200 étaient saines, 13 tumorales dont 10 métastatiques, 22 néphrectomies partielles

Mots clés:
Rein / Tumeur / Épidémiologie
Mots-clés:
Kidney / tumor / epidemiology
Enquête épidémiologique nationale annuelle sur les tumeurs du rein (avril 1993 - mars 1994)
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1996, 7, 20-23
Mots clés:
Rein / Tumeur / Épidémiologie
Mots-clés:
Kidney / tumor / epidemiology
Enquête épidémiologique nationale annuelle sur les tumeurs du rein (avril 1993-mars 1994: 970 patients
French annual national epidemiological survey of renal tumours (April-March 1994 : 970 patients.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 529-539

BUT : Evaluation épidémiologique nationale annuelle des tumeurs du rein par une enquête multicentrique proposée par le comité de cancérologie de l'Association Française d'Urologie. PATIENTS ET METHODES : Du ler Avril 1993 au 31 Mars 1994, 970 patients ont été inclus, repartis en 54 centres. Pour chaque patient, une fiche informatique était saisie, qui comprenait: Age et sexe du patient, modalités de découverte de la tumeur, examens complémentaires (radiologiques et biologiques) réalisés, traitement réalisé, stadification TNM, caractéristiques histologiques de la tumeur.
RESULTATS : L'âge moyen des patients a été de 62,1 ans avec un sex ratio de 2 Hommes/ 1 Femme. Le taux de tumeurs de découverte fortuite a été de 40%. Une néphrectomie totale élargie a été réalisée dans 90% et une chirurgie conservatrice dans 7% des cas. Un traitement médical a été institué dans 5% des cas. La répartition des tumeurs par stade TNM a été: pT1: 8%, pT2: 53%, pT3a: 21% et pT3b: 18%. Une atteinte ganglionnaire a été retrouvée dans 12% des cas, et des métastases viscérales dans 6% des cas. Les tumeurs incidentes étaient dans 80% des cas intracapsulaires. Sur le plan histologique, l'adénocarcinome à cellules claires a été la tumeur majoritairement représentée (66%). La taille tumorale moyenne de l'ensemble des tumeurs a été 6,4+3,5 cms. Cette taille a été significativement plus élevée chez les patients symptomatiques et chez ceux qui avaient des facteurs de mauvais pronostic (atteinte surrénalienne, atteinte de la veine cave inférieure, atteinte ganglionnaire et/ou viscérale). Une atteinte surrénalienne a été retrouvée dans 4% des cas de même qu'une atteinte de la veine cave inférieure. La multifocalité tumorale a touché 14% des patients et n'a pas été influencée par la taille ni par le type cellulaire. Un grade nucléaire a été déterminé dans 66% des cas. Il a été significativement corrélé à l'atteinte de la graisse péri-rénale et ganglionnaire.
CONCLUSION : Cette enquête a permis de colliger environ 1/5ème des nouveaux cas annuels d'adénocarcinome rénal dans notre pays. Elle a ainsi permis d'obtenir une évaluation précise de l'épidémiologie actuelle de cette tumeur.

OBJECTIVE : Annual national epidemiological evaluation of renal tumours by means of a multicentre survey proposed by the oncology committee of the Association Française d'Urologie. PATIENTS AND METHODS : From April 1, 1993 to March 31, 1994, 970 patients were recruited by 54 centres. A computer form was completed for each patient, including : the patient's age and sex, modalities of discovery of the tumour, complementary investigations (radiological and laboratory tests) performed, treatment performed, TNM staging, histological characteristics of the tumour. RESULTS : The mean age of the patients was 62.1 years with a sex ratio of 2 males to 1 female. The rate of incidental tumours was 40%. Radical nephrectomy was performed in 90% of cases and conservative surgery was performed in 7% of cases. Medical treatment was instituted in 5% of cases. The distribution of tumours by TNM stage was : pT1 : 8%, pT2 : 53%, pT3a : 21% and pT3b : 18%. Lymph node involvement was detected in 12% of cases, and visceral metastases were identified in 6% of cases. 80% of incidental tumours were intracapsular. The predominant histological type was renal cell carcinoma (66%). The mean tumour size for the entire series of tumours was 6.4 ± 3.5 cm and was significantly larger in symptomatic patients and in those with poor prognostic factors (adrenal involvement, inferior vena cava invasion, lymph node and/or visceral involvement). Adrenal and inferior vena cava involvement was detected in 4% of cases. 14% of patients had multifocal tumours, which was not correlated with either the size of the tumour or the cell type. The nuclear grade was determined in 66% of cases and was significantly correlated with perirenal fat and lymph node involvement.
CONCLUSION : This survey collected approximately 1/5 of all new annual cases of renal cell carcinoma in France and therefore provided a precise evaluation of the current epidemiology of this tumour :

Mots clés:
Rein / Tumeur / Épidémiologie
Mots-clés:
Kidney / tumor / epidemiology