Base bibliographique

Sommaire :

Urétérocèle de l'adulte compliquée de calculs : aspect diagnostique et thérapeutique. A propos de 20 cas
Diagnosis and treatment of adult ureterocele complicated by stones based on a series of 20 cases
2003
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2002, 12, 1213-1220

But de l'étude : Evaluer la place de l'endoscopie dans le diagnostic et le traitement de l'urétérocèle de l'adulte avec calculs.
Matériels et Méthodes : Cette étude rétrospective a porté sur 20 cas d'urétérocèles compliquées de calculs chez l'adulte colligés entre Janvier 1990 et Décembre 2001. Il s'agissait de 8 hommes et 12 femmes avec un âge moyen de 48,3 ans (24 - 75 ans).
La symptomatologie clinique a été dominée par les lombalgies. Le diagnostic d'urétérocèle a été posé par l'urographie intraveineuse chez 19 malades. Chez un malade, l'urétérocèle a été de découverte endoscopique. L'urétérocèle existait sur un uretère simplex dans 16 cas (80%) et sur une duplicité urétérale aux dépens du rénicule supérieur dans 4 cas.
Tous les malades avaient bénéficié d'une méatotomie endoscopique horizontale avec fragmentation et extraction des calculs. Le temps opératoire moyen a été de 27 mn (18-58).
Résultats : Les suites opératoires ont été simples chez 19 malades. Une patiente a présenté un état septique post-opératoire. Tous les malades ont été revus à 3 mois et à 6 mois pour un contrôle clinique et radiologique. Les résultats ont été satisfaisants dans tous les cas avec absence de calculs résiduels et disparition des lombalgies. Une seule patiente a présenté un reflux vésico-urétéral qui a disparu sur l'uréthro-cystographie faite à 6 mois.
Conclusion : L'urétérocèle compliquée de calculs chez l'adulte est une entité rare, bien tolérée, de diagnostic souvent aisé. La méatotomie endoscopique est facile à réaliser et donne de bons résultats. L'association à la lithiase constitue un argument de plus pour le traitement endoscopique.

Study objective: The authors study the various diagnostic and therapeutic aspects of adult ureterocele and evaluate the place of endoscopic treatment.

Materials and Methods: This retrospective study was based on 20 cases of ureterocele in adults complicated by stones and observed between January 1990 and December 2001. This series consisted of 8 men and 12 women with a mean age of 48.3 years (range: 24-75 years). The clinical features were dominated by low back pain. The diagnosis of ureterocele was based on intravenous urography in 19 patients and was discovered on endoscopy in one patient. The ureterocele affected a single ureter in 16 cases (80%) and a duplex ureter at the expense of the upper renal segment in 4 cases. All patients were treated by endoscopic horizontal meatotomy with stone fragmentation and extraction. The mean operating time was 27 min (range: 18-58 min).

Results: The postoperative course was uneventful in 19 patients. One patient developed postoperative sepsis. All patients were reviewed clinically and radiologically at 3 months and at 6 months. Satisfactory results were obtained in every case with no residual stones and resolution of low back pain. Only one patient presented vesicoureteric reflux which had resolved on the follow-up urethrocystography performed at 6 months.

Conclusion: Adult ureterocele complicated by stones is a well tolerated, rare entity that can often be easily diagnosed. Endoscopic meatotomy is easy to perform and gives good results. The associated stones constitute an additional argument in favour of endoscopic treatment.



Mots clés:
urétérocèle / Calcul / classification / Endoscopie / méatotomie.
Mots-clés:
Ureterocele / stones / Classification / endoscopy / meatotomy
Prostatectomie radicale de rattrapage après échec de la radiothérapie pour cancer localisé de la prostate
Salvage radical prostatectomy after failure of radiotherapy for localized prostate cancer.
2003
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2002, 12, 1179-1187

Objectif : Le but de cette revue a été d'évaluer l'intérêt de la prostatectomie radicale de rattrapage après échec de la radiothérapie pour cancer localisé de la prostate.
Matériel et Méthodes : Une revue de la littérature entre 1984 et 2002 a été réalisée par l'intermédiaire du MEDLINE avec comme mots clés : cancer de prostate, radiothérapie, prostatectomie radicale de rattrapage.
Résultats : Un total de 404 cas de prostatectomie radicale de rattrapage a été répertorié dont 287 prostatectomies radicales et 117 cystoprostatectomies radicales. Les critères de sélection des patients pour cette chirurgie ont été : un bon état général avec une espérance de vie d'au moins 10 ans, une récidive tumorale sans signe d'extension locale ou à distance, une preuve histologique dans un délai minimum de 12 mois après la radiothérapie et un taux de PSA inférieur à 10 ng/ml avant la radiothérapie et la chirurgie. Le taux de plaie rectale a été en moyenne de 7% (0 - 28) et le taux d'incontinence de 37 % (0 - 80). Du point de vue histologique, le taux de tumeurs confinées à la prostate a été en moyenne de 34% (20 - 60), un envahissement des vésicules séminales de 36 % (25 - 50) et un taux de marges chirurgicales positives de 36% (15 - 67). Par contre en terme de survie à long terme, cette thérapeutique de deuxième intention a fait la preuve de son efficacité avec une survie spécifique à 10 ans de 70%.
Conclusion : La prostatectomie radicale après échec de la radiothérapie est une intervention s'accompagnant d'une morbidité non négligeable mais qui chez des patients bien sélectionnés permet d'obtenir un bon taux de survie à 10 ans.

Objective: The objective of this study was to evaluate salvage radical prostatectomy after failure of radiotherapy for localized prostate cancer.

Material and Method: The literature published between 1984 and 2002 was reviewed by a MEDLINE search using the following key words: prostate cancer, radiotherapy, salvage radical prostatectomy.

Results: A total of 404 cases of salvage radical prostatectomy were identified, including 287 radical prostatectomies and 117 radical cystoprostatectomies. Patient selection criteria for this type of surgery were: good general state with a life expectancy of at least 10 years, tumour recurrence with no signs of local or distant extension, histological evidence a minimum of 12 months after radiotherapy and PSA level less than 10 ng/ml before radiotherapy and surgery. The mean rectal injury rate was 7% (range: 0% to 28%) and the mean incontinence rate was 37% (range: 0% to 80%). Histologically, the mean rate of prostate-confined tumours was 34% (range: 20% to 60%), a mean seminal vesicle invasion rate of 36% (range: 25% to 50%) and a mean positive surgical margins rate of 36% (range: 15% to 67%). This second-line treatment was effective in terms of long-term survival, with a specific 10-year survival of 70%.

Conclusion: Radical prostatectomy after failure of radiotherapy is associated with considerable morbidity, but can achieve a good 10-year survival rate in carefully selected patients.

Mots clés:
Cancer de la prostate / Traitement / prostatectomie radicale / radiothérapie / prostatectomie radicale de rattrapage.
Mots-clés:
Prostate cancer / treatment / radical prostatectomy / radiotherapy / salvage radical prostatectomy.