Base bibliographique

Sommaire :

Morbidité de la surrénalectomie laparoscopique uni et bilatérale selon l'indication : à propos de 100 cas consécutifs
Morbidity of unilateral and bilateral laparoscopic adrenalectomy according to the indication. Report of a series of 100 consecutive cases.
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 626-631

Introduction : La surrénalectomie laparoscopique est la technique de référence pour le traitement des tumeurs surrénaliennes. Cette étude rétrospective rapporte l'expérience de 100 surrénalectomies laparoscopiques consécutives, afin d'en apprécier les indications, la voie d'abord, la morbidité et d'en déterminer les limites.
Matériel et Méthodes : Entre avril 1994 et Juin 2004, 100 surrénalectomies laparoscopiques ont été effectuées chez 92 patients par voie transpéritonéale (n=93) et rétropéritonéale (n=7). 84 surrénalectomies étaient unilatérales et 8 bilatérales. L'âge moyen était de 52 ans. Nous avons évalué les caractéristiques opératoires, post opératoires et les résultats fonctionnels.
Résultats : Le temps opératoire moyen pour la voie rétropéritonéale était de 112 min [70-175], pour la voie transpéritonéale de 101 min [40-215], pour les surrénalectomies bilatérales de 135 min [120-270]. La taille moyenne des tumeurs était de 44mm [10-120mm]. La déperdition sanguine moyenne est de 215ml [0 -1210 ml]. 10 patients ont été transfusés. La durée moyenne d'hospitalisation est de 3 jours. Les résultats histologiques retrouvaient 25 adénomes de Conn, 20 adénomes cortisoliques et syndrome de Cushing, 22 phéochromocytomes, 20 métastases, 2 corticosurrénalomes, 11 incidentalomes. 6% conversion en chirurgie ouverte ont été nécessaires pour des difficultés techniques. 7 complications post opératoire bénignes (7%) et 4 complications tardives (4%) (phlébite, épanchement, 2 récidives locales) ont été observées. Dans le groupe présentant des tumeurs secondaires surrénaliennes, 4 patients sont en vie sans récidive à 18, 28, 44 et 48 mois après surrénalectomie. Le traitement hypertenseur a été supprimé chez 16 patients sur 25 opérés d'un adénome de Conn. Le recul moyen est de 31 mois [5-98mois].
Conclusion : Cette technique a une faible morbidité, nécessite une analgésie post opératoire minimale et une courte hospitalisation. La voie rétropéritonéale ou transpéritonéale doit être choisie en fonction des antécédents du patient et des habitudes du chirurgien. L'exérèse de tumeurs supérieures à 6 cm est possible au prix d'une morbidité plus importante. Les surrénalectomies laparoscopiques pour les tumeurs malignes sont grevées d'une morbidité plus importante.

Introduction: Laparoscopic adrenalectomy is the reference technique for the treatment of adrenal tumours. This retrospective study reports the experience of 100 consecutive laparoscopic adrenalectomies, in order to assess its indications, the incision, the morbidity and to determine the limitations of this procedure.

Material and Methods: Between April 1994 and June 2004, 100 laparoscopic adrenalectomies were performed in 92 patients via a transperitoneal (n=93) or retroperitoneal (n=7) approach, with 84 unilateral and 8 bilateral adrenalectomies. The mean age was 52 years. The operative and postoperative characteristics and the functional results were evaluated.

Results: The mean operating time was 112 min [70-175] via the retroperitoneal approach, 101 min [40-215] via the transperitoneal approach, and 135 min [120-270] for bilateral adrenalectomies. The mean tumour diameter was 44 mm [10-120 mm]. The mean blood loss was 215 ml [0-1210 ml]. Ten patients were transfused. The mean hospital stay was 3 days. Histology revealed 25 Conn adenomas, 20 cortisol-secreting adenomas and Cushing syndrome, 22 phaeochromocytomas, 20 metastases, 2 adrenal cortical adenomas, and 11 incidentalomas. Conversion to "open" surgery were necessary for technical difficulties in 6% of cases. There were 7 minor postoperative complications (7%) and 4 late complications (4%) (deep vein thrombosis, effusion, 2 local recurrences). Four patients in the group with secondary adrenal tumours were alive without recurrence 18, 20, 44 and 48 months after adrenalectomy. Antihypertensive treatment was stopped in 16 of the 25 patients operated for Conn adenoma. The mean follow-up was 31 months [5-98 months].

Conclusion: This technique has a low morbidity, requires minimal postoperative analgesia and a short hospitalisation. The retroperitoneal or transperitoneal approach must be chosen as a function of the patient's history and the surgeon's habits. Tumours larger than 8 cm can be resected, but with a higher morbidity. Laparoscopic adrenalectomy for malignant tumours is associated with higher morbidity.

Mots clés:
Surrénalectomie laparoscopique / morbidité / Complications / métastase surrénalienne / Phéochromocytome
Mots-clés:
Laparoscopic adrenalectomy / Morbidity / Complications / adrenal metastasis / phaeochromocytoma
Place de la duloxétine dans le traitement de l'incontinence urinaire d'effort
Place of duloxetine in the treatment of stress urinary incontinence.
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 689-692

L'incontinence urinaire est un problème de santé publique puisque plus de trois millions de femmes en France sont concernées. La prévalence de l'incontinence urinaire d'effort est de l'ordre de 40% parmi ces femmes. La duloxétine est une molécule développée pour le traitement oral de l'incontinence urinaire d'effort. Il s'agit d'un inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline qui agit en augmentant le tonus au niveau du sphincter uréthral. Dans plusieurs essais de phase III, la duloxétine administrée par voie orale à la dose élevée de 80 mg par jour a significativement réduit les épisodes d'incontinence. Les scores totaux obtenus au questionnaire Incontinence Quality Of Life (I-QOL) étaient plus améliorés par la prise de la duloxétine que par un placebo. La nausée a été un effet secondaire constaté dans plus de 25% des cas, qui a obligé certaines patientes à cesser le traitement. Les premiers résultats encourageants de la duloxétine dans cette indication devront toutefois être confirmés lors d'essais cliniques de phase IV, dans le cas où la molécule serait disponible sur le marché en France.

Urinary incontinence is a public health problem, as more than three million women in France are concerned by this problem. The prevalence of stress urinary incontinence is about 40% among these women. Duloxetine is a molecule developed for the oral treatment of stress urinary incontinence. It is a serotonin and norepinephrine reuptake inhibitor, which acts by increasing urethral sphincter tone. In several phase III trials, duloxetine administered orally at a high dose of 80 mg per day, significantly reduced episodes of incontinence. Total scores on the Incontinence Quality of Life questionnaire (I-QOL) were more markedly improved by duloxetine than by placebo. Nausea was an adverse effect observed in more than 25% of cases and required discontinuation of treatment in some patients. However, the encouraging preliminary results of duloxetine in this indication must be confirmed during phase IV post-marketing clinical trials.

Mots clés:
incontinence urinaire / insuffisance sphinctérienne / pharmacologie / traitement médicamenteux.
Mots-clés:
Urinary incontinence / Sphincter incompetence / pharmacology / drug treatment.
Préservation de la fonction érectile et prostatectomie radicale :que faut-il penser en 2005 ?
Preservation of erectile function and radical prostatectomy : what to expect in 2005?
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 621-625

La préservation de la fonction érectile chez les patients opérés d'une prostatectomie radicale a fait l'objet de nombreuses études. Dans cet article de revue, nous discutons les différents facteurs influençant la reprise de la fonction érectile, ainsi que les différentes modalités préventives et thérapeutiques. Celles-ci font appel actuellement à quatre possibilités : (1) la préservation nerveuse per opératoire quelques soient les techniques, (2) les greffes nerveuses, (3) la stimulation des nerfs caverneux, et (4) la pharmaco-thérapie post prostatectomie .

The preservation of erectile function in patients undertaking radical prostatectomy was discussed in multiple studies. In this review article we will discuss the factors which influence the recovery of erections as well as the therapeutic modalities. In fact, four possibilities of prevention and treatment are currently available : (1) nerve sparing surgery, (2) nerve grafting, (3) nerve stimulation and (4) pharmacotherapy after surgery.

Mots clés:
prostatectomie radicale / préservation nerveuse / dysfonction érectile.
Mots-clés:
radical prostatectomy / nerve preservation / erectile dysfunction.
Risques et bénéfices de la néphrectomie totale chez le sujet âgé de plus de 80 ans
Risks and benefits of total nephrectomy in elderly patients over the age of 80.
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 632-635

Objectif : il n'y a actuellement pas de consensus sur la limite d'âge dans le traitement chirurgical des tumeurs du rein et les données de la littérature sont peu nombreuses. Le but de cette étude a été d'évaluer la morbidité de la chirurgie rénale oncologique chez des patients âgés afin d'en déterminer le rapport bénéfices/risques.
Matériel et Méthodes : il s'agit d'une étude rétrospective de 157 patients opérés d'une tumeur du rein dans notre service. Deux groupes ont été individualisés : un de 40 patients âgés de plus de 80 ans et un de 117 patients de moins de 80 ans au moment de la chirurgie. Les éléments suivants ont été comparés dans les 2 groupes : présence au absence de symptômes, état général (évalué par le score de l'Eastern Cooperative Oncology Group), comorbidités associées (évaluées par le score de l'American Society of Anesthesiologists), hémoglobine et créatinine sériques préopératoires, examen anatomopathologique de la tumeur, taux de complications médicales et chirurgicales, mortalité post-opératoire, durée de séjour hospitalier et survie spécifique.
Résultats : les caractéristiques tumorales étaient identiques dans chaque groupe sauf pour la présence de métastases à distance qui étaient plus fréquentes dans le groupe des moins de 80 ans. Les patients du groupe le plus âgé avaient une créatininémie pré-opératoire significativement plus élevée (p=0,01), un score ASA plus élevé (p=0,001), un taux de complications médicales augmenté (p<0,00001) et une mortalité plus importante (p=0,04). A l'issue du suivi, la survie spécifique était comparable dans chaque groupe (32,5% versus 40%).
Conclusion : les caractéristiques tumorales et la survie spécifique après traitement chirurgical des tumeurs du rein sont comparables chez les patients âgés par rapport à une population de patients plus jeunes. Les risques de complications et d'altération de la fonction rénale sont plus importants chez les patients âgés en cas de néphrectomie totale. La surveillance rapprochée ainsi que les alternatives mini-invasives auront sans doute une place de plus en plus importante à l'avenir notamment en cas de risque chirurgical majeur.

Objective: There is currently no consensus concerning the age limit for the surgical management of kidney tumours and very limited data are available in the literature. The objective of this study was to evaluate the morbidity of renal cancer surgery in elderly patients in order to determine the benefit/risk balance.

Material and Methods: A retrospective study was conducted in 157 patients operated for kidney tumour in our department. Two groups were defined: one group of 40 patients over the age of 80 years and another group of 117 patients under the age of 80 years at the time of surgery. The following elements were compared in the 2 groups: presence or absence of symptoms, general state (evaluated by the Eastern Cooperative Oncology Group score), associated comorbidities (evaluated by the American Society of Anesthesiologists score), preoperative haemoglobin and serum creatinine, histological examination of the tumour, medical and surgical complication rate, postoperative mortality, length of hospital stay and specific survival.

Results: Tumour characteristics were identical in each group except for the presence of distant metastases which were more frequent in the group of patients young than 80. Older patients had a significantly higher preoperative serum creatinine (p=0.01), a higher ASA score (p=0.001), a higher medical complication rate (p<0.00001) and a higher mortality (p=0.04). At the end of follow-up, the specific survival was comparable in the two groups (32.5% versus 40%).

Conclusion: Tumour characteristics and specific survival after surgical management of kidney tumours are comparable in elderly patients and younger patients. The risks of complications and impaired renal function were higher in elderly patients undergoing total nephrectomy. Close surveillance as well as minimally invasive alternatives will probably have an increasingly important place in the future, especially in patients presenting a major surgical risk.

Mots clés:
cancer du rein / sujet âgé / Chirurgie / complications.
Mots-clés:
Renal cancer / Elderly / surgery / complications.
Traitement de l'hyperplasie bénigne de prostate (HBP) par thermocoagulation au moyen d'aiguilles par voie trans-urétrale (TUNA®) et suivi à 36 mois du taux de retraitement
Treatment of benign prostatic hyperplasia (BPH) by transurethral needle ablation (TUNA) and 36-month follow-up of the retreatment rate.
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 674-680

But : L'Hyperplasie Bénigne de la Prostate (HBP) est une pathologie touchant environ 25% des hommes de plus de 40 ans. La moitié d'entre eux rapportent ressentir des symptômes qui les gênent dans leur activité régulière.
Matériel et Méthodes : Dans cette étude multicentrique, 102 patients souffrant d'HBP ont bénéficié d'un traitement par Thermocoagulation au moyen d'Aiguilles par voie Trans-Urétrale TUNA. L'efficacité du traitement a été évaluée durant les 12 premiers mois suivant l'intervention à l'aide des scores de Madsen et d'IPSS (Score International Symptomatique de la Prostate). L'évolution de la débitmétrie ainsi que de la qualité de vie (Score International) et de la fonction sexuelle ont également été prise en considération durant une année. L'innocuité du traitement a été évaluée d'après le type et la fréquence des complications.
Le taux de retraitement (chirurgical et/ou médicamenteux) a été évalué dans un second temps, après un délai de 36 mois suivant l'intervention, à l'aide d'un questionnaire de suivi optionnel complété à posteriori par les investigateurs.
Résultats : Après 3 ans, sur les 80 questionnaires obtenus, 43 patients (53,8%) sont stables et n'ont eu recours à aucun autre traitement qu'il soit médical ou chirurgical dans le cadre de l'HBP. Trente-sept (37) patients (soit 46,3%) ont nécessité un retraitement : 21 par voie médicamenteuse (26%), 17 chirurgicalement (21,25%) dont 1 ayant également été retraité par voie médicamenteuse.
Les résultats montrent une amélioration des symptômes immédiate et significative (p<0,0001 pour les scores de Madsen, IPSS et débit max. entre M0 et M12) mettant en évidence l'efficacité du système TUNA. Concernant la tolérance, un impact très positif de TUNA a été mis en évidence sur la qualité de vie. Aucun impact négatif n'a été noté sur la fonction sexuelle et l'intervention n'a eu que peu de répercussions : le nombre d'événements indésirables est faible.
Conclusion : Cette étude met en évidence l'amélioration significative et durable des symptômes de l'HBP grâce au TUNA et le place comme alternative attractive au traitement chirurgical chez des patients jeunes et/ou préoccupés par leur sexualité.

Objective : Benign prostatic hyperplasia (BPH) is a disease affecting about 25% of men over the age of 40. One half of these men report symptoms that interfere with their daily activities.

Material and Methods : In this multicentre study, 102 patients with BPH were treated by transurethral needle ablation (TUNA). The efficacy of treatment was evaluated for 12 months after the operation by means of Madsen and IPSS (International Prostate Symptom Score) scores. The course of uroflowmetry and quality of life (International Score) and sexual function were also assessed for one year. The safety of treatment was evaluated according to the type and frequency of complications. The results show an immediate and significant improvement of symptoms (p<0.0001 for Madsen and IPSS scores and maximum flow rate between M0 and M12) demonstrating the efficacy of the TUNA system. A very positive impact of TUNA was demonstrated on quality of life. No negative impact was reported on sexual function and the operation had very few repercussions with a low adverse event rate. The retreatment rate (surgical and/or drug) was evaluated 36 months after the operation by means of an optional follow-up questionnaire subsequently completed by the investigators.
Results : After 3 years, based on the 80 questionnaires returned, 43 patients (53.8%) were stable and did not need any other medical or surgical treatment for BPH. Thirty-seven (37) patients (46.3%) required retreatment: 21 were treated with drugs (26%), 17 were treated surgically (21.25%) including 1 patient who was also retreated with drugs. This study demonstrates the significant and lasting improvement of BPH symptoms by TUNA, which constitutes an alternative attractive to surgery in young patients and/or patients worried about their sexuality.

Mots clés:
Adénome prostatique / Traitement / radiofréquence.
Mots-clés:
BPH / treatment / radiofrequency.
Traitement des calculs caliciels inférieurs par urétéroscopie souple
Treatment of inferior caliceal stones by flexible ureteroscopy.
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 636-640

Objectif : Evaluation du traitement des calculs caliciels inférieurs par urétéro-rénoscopie souple et laser Holmium-YAG à partir de 69 interventions.
Matériel et Méthode : Entre avril 1998 et décembre 2003, 69 urétéroscopies souples, pour 55 calculs chez 49 patients ont été effectuées. L'age moyen des patients était de 51,6 ans (18-78). La taille moyenne des calculs était de 12,8 mm (5-31). Quarante-six pour-cent des calculs ont eu un traitement préalable par LEC, NLPC ou chirurgie. La lithotritie intra-corporelle était assurée par laser Holmium-YAG 45 fois, par lithoclast* 5 fois et 3 fois par extraction monobloc. Les particularités techniques, l'efficacité et la morbidité ont été étudiées. Les résultats ont été classés en sans fragment (SF), en fragments résiduels FR ≤ 4mm, en FR ≥ 4mm et en échecs. L'évaluation a été faite à J0-J1 et à 3 mois sur un ASP et une échographie.
Résultats : La durée moyenne d'intervention était de 61 minutes (25-120). Neuf calculs ont nécessité plusieurs interventions. Vingt pour-cent des calculs étaient composés de cystine. Une endoprothèse urétérale a été laissée en place 67 fois. La durée moyenne de séjour était de 2,5 jours (J0-J8). A 3 mois, après une ou plusieurs urétéroscopies, il y avait 22% de SF, 40% de FR ≤ 4 mm, 13% de FR ≥ 4 mm et 25% d'échecs. La moitié des échecs sont survenus lors des 14 premières urétéroscopies. Il y a eu 13 complications mineures et aucune complication majeure.
Conclusions : Les résultats de l'urétéroscopie souple dans le traitement des calculs caliciels inférieurs sont encourageants, notamment avec la standardisation de la technique. Elle semble être un compromis entre la LEC et la NLPC, en particulier pour les calculs compris entre 10 et 20 mm, les calculs de cystine et les échecs des techniques de référence.

Objective : Evaluation of the treatment of inferior caliceal stones by flexible ureterorenoscopy and Holinium-YAG laser on a series of 69 operations.

Material and Method: Between April 1998 and December 2003, 69 flexible ureteroscopies were performed for 55 stones in 49 patients. The mean age of the patients was 51.6 years (range: 18-78). The mean stone diameter was 12.8 mm (range: 5-3 1). 46% of stones had been pretreated by ESWL, PCNL or surgery. Endocorporeal lithotripsy was performed by Holmium-YAG laser in 45 cases, Lithoclast in 5 cases and en bloc extraction in 3 cases. Technical features, efficacy and morbidity were studied. The results were classified into fragment-free (FS), residual fragments (RF) 4 mm, RF > 4 mm and failures. The results were evaluated on D0-D1 and at 3 months on a plain abdominal x-ray and ultrasound.

Results: The mean operating time was 61 minutes (range: 25-120). Nine stones required several procedures. 20% of stones were cystine stones. A ureteric stent was placed in 67 cases. The mean length of stay was 2.5 days (D0-D8). At 3 months, after one or several ureteroscopies, the results were: 22% FS, 40% RF 4 mm, 13% RF > 4 mm and 25% failures. One half of failures occurred during the first 14 ureteroscopy procedures. There were 13 minor complications and no major complications.

Conclusions: The results of flexible ureteroscopy in the treatment of inferior caliceal stones are encouraging, especially with standardization of the technique. It appears to be a good compromise between ESWL and PCNL, particularly for stones between 10 and 20 mm, cystine stones and after failure of reference techniques.

Mots clés:
Urétéroscopie souple / Calculs / calice inférieur / laser.
Mots-clés:
Flexible ureteroscopy / stones / inferior calyx / laser.
Traitement des patients présentant une tumeur superficielle de vessie par la souche de BCG Moureau-Rio de Janeiro. Expérience de l'Institut National Brésilien du Cancer
Treatment of patients with recurrent superficial bladder cancer with lyophilized Moureau-Rio de Janeiro BCG strain. Brazillian National Cancer Institute Experience.
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 667-673

Objectif : Nous rapportons notre expérience avec la souche de BCG Moureau-Rio de Janeiro pour le traitement des patients atteints d'une tumeur superficielle de vessie récidivante.
Patients et Méthodes : D'Octobre 1986 à Janvier 2001, dans notre institution, 114 patients avec une tumeur de vessie récidivante ont été traités par une résection trans-urèthrale de vessie suivie d'instillations endo-vésicales de BCG. Le suivi était de 10 à 144 mois (moyenne de 50,16). Le traitement a compris un traitement d'induction de 6 instillations et un traitement d'entretien de 10 instillations de BCG. Les patients ont reçu une dose initiale de 40 mg et ensuite des doses de 80 mg de la souche de BCG lyophilisée Moureau-Rio de Janeiro. Un test du chi-2 et un test de Mantel-Haenszel, avec une significativité de 95%, ont été utilisés pour évaluer les associations possibles entre différents paramètres. La méthode de Kaplan-Meyer a été utilisée pour apprécier le taux de survie sans récidive et le test du Log-Rank pour comparer les courbes des différents groupes.
Résultats : La récidive globale et le taux de progression après traitement étaient respectivement de 45,6% et de 13%. Quatre patients (3,5%) ont présenté des complications dans les suites des instillations. Trois d'entre eux ont du être traités avec un traitement anti-tuberculeux. Ces patients présentaient respectivement une atteinte pulmonaire, une prostatite granulomateuse et une orchi-épididymite.
Conclusions : La souche de BCG Moureau-Rio de Janeiro a été bien tolérée en instillations endo-vésicales, de manière similaire aux autres souches utilisées dans la littérature. Le taux de récidive était diminué par le traitement adjuvant par BCG. Le volume de la tumeur, le grade et la présence d'un carcinome in situ associé constituaient des facteurs prédictifs de l'évolution des tumeurs superficielles récidivantes. La classification WHO/ISUP comparée au grade tumoral était supérieure dans la sélection des patients à haut risque de progression.

Purpose : We present our esperience with lyophilized Moureau-Rio de Janeiro BCG strain for treatment of patients with recurrent superficial bladder cancer.

Patients and Methods : From October 1986 to January 2001, 114 patients were treated by transurethral resection followed by intravesical instillation of BCG at our institution. Follow-up ranged from 10 to 144 months (mean 50.16 months). The treatment included 6 inductions and 10 maintenance cycles of BCG instillations. The patients received an initial dose with 40 mg and subsequent doses with 80 mg of lyophilized Moureau-Rio de Janeiro BCG strain. Chi-square and Mantel-Haenszel test, with 95% significance, were used to evaluate possible associations among variables. The Kaplan-Meyer method was used to evaluate the disease-free survival rates while log-rank test was used to compare curves among the groups.

Results : Overall recurrence and progression rates after treatment were 45.6% and 13%, respectively. Four patients (3.5%) had complications following BCG instillations. Three of them had to be treated with antituberculous therapy. These patients presented pulmonary disease, granulomatous prostatitis and epididymo-orchitis respectively.

Conclusions : Moureau-Rio de Janeiro BCG strain was overall well tolerated in intravesical instillations, similar to other strains used in literature. Recurrence rates were decreased with adjuvant BCG therapy. Tumor size, grade and presence of associated carcinoma in situ provided predictive information regarding the behavior of recurrent superficial tumors. The WHO/ISUP classification when compared with tumor grade was superior in selecting patients with high risk of progression.

Mots clés:
Néoplasies vésicales / Traitement / Immunothérapie / vaccination BCG.
Mots-clés:
Bladder neoplasms / treatment / Immunotherapy / BCG vaccine.
Tuberculose uro-génitale
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 602-603


Mots clés:
tuberculose / mycobacterie
Suivi des tumeurs germinales du testicule
Follow-up of testicular germ cell tumours. Association Française d'Urologie Oncology Committee guidelines.
2005
- Recommandations
- Réf : Prog Urol, 2005, 593

Le suivi des tumeurs du testicule doit être rigoureux car les chances de guérison d'une éventuelle récidive sont importantes.
Ce suivi est basé sur l'examen clinique, les scanner thoraco-abdomino-pelvien et le dosage des marqueurs tumoraux. La périodicité de ces examens est fonction du stade de la tumeur

The follow-up of testicular tumours must be rigorous in view of the high cure rate in the case of recurrence. This follow-up is based on clinical examination, thoracoabdomin15opelvic CT and the tumour marker assays. The frequency of these examinations depends on the tumour stage.

Mots clés:
testicule / Cancer / recommandations
Suivi des tumeurs malignes du pénis
Follow-up of malignant tumours of the penis. Association Française d'Urologie Oncology Committee guidelines.
2005
- Recommandations
- Réf : Prog Urol, 2005, 596

Les tumeurs du pénis sont des tumeurs potentiellement graves, peu fréquentes dans les pays occidentaux.
Le suivi est basé sur l'examen clinique et le scanner thoraco-abdomino-pelvien.

Tumours of the penis are potentially serious tumours, but are uncommon in western countries. Follow-up is based on clinical examination and thoracoabdominopelvic CT scan.

Mots clés:
Pénis / Cancer / recommandations
Suivi des tumeurs urothéliales
Follow-up of urothelial tumours. Association Française d'Urologie Oncology Committee guidelines.
2005
- Recommandations
- Réf : Prog Urol, 2005, 581

Le suivi des tumeurs urothéliales a pour but la détection précoce d'une éventuelle récidive ou évolution pour laquelle un traitement est possible.
Les points récents intéressants à noter sont :
- l'utilisation plus fréquente et plus simple de la nouvelle classification en bas grade et haut grade appliquée essentiellement à la prise en charge et la surveillance des tumeurs atteignant la muqueuse ou le chorion.
- la place modeste des marqueurs urinaires.

The follow-up of urothelial tumours is designed to allow early detection of recurrence or progression, for which treatment is possible. Recent interesting points are: the more frequent and simpler use of the new classification into low grade and high grade, essentially applied to the management and surveillance of tumours involving the mucosa or lamina propria; and the limited place of urinary markers.

Mots clés:
recommandations / comité de cancérologie / Vessie / Uretère / Cancer
Suivi du cancer de la prostate
Follow-up of prostate cancer. Association Française d'Uro-Oncologie Committee Guidelines.
2005
- Recommandations
- Réf : Prog Urol, 2005, 586

Le suivi du cancer de la prostate est d'autant plus justifié que des possibilités thérapeutiques efficaces existent en cas de récidive. Les conditions du suivi du cancer de la prostate varient selon l'âge, les morbidités compétitives du patient, le stade de la tumeur, les facteurs pronostiques au diagnostic et la séquence thérapeutique réalisée au préalable.

The follow-up of prostate cancer is especially justified now that effective treatment options are available in the case of recurrence. Conditions of follow-up of patients with prostate cancer vary according to age, comorbidities, tumour stage, prognostic factors at diagnosis and the pervious treatment sequence.

Mots clés:
prostate / Cancer / recommandations / CCAFU
Suivi du cancer du rein
Follow-up of renal cancer. Association Française d'Urologie Oncology Committee guidelines.
2005
- Recommandations
- Réf : Prog Urol, 2005, 577

Le suivi du cancer du rein est essentiellement basé sur la tomodensitométrie (TDM) thoraco-abdominale. La durée de ce suivi et la fréquence des examens sont fonctions des groupes de risque.
La détection précoce des métastases a un intérêt thérapeutique actuellement faible, hormis pour les tumeurs de bon pronostic ou pour la gestion des complications évolutives. Des publications récentes sur les thérapeutiques ciblées apportent un nouvel espoir et nous amèneront peut-être à modifier les recommandations de suivi.

The follow-up of renal cancer is essentially based on thoracoabdominal computed tomography (CT). The duration of this follow-up and the frequency of examinations depend on the patient's level of risk. Early detection of metastases has a limited therapeutic value at the present time, apart from tumours with a good prognosis or for the management of complications. Recent publications on targeted treatments raise new hopes and may lead to a modification of follow-up guidelines.

Mots clés:
recommandations / Cancer / Rein