Base bibliographique

Sommaire :

Lithotritie extracorporelle des calculs du haut appareil urinaire
2008
- Réf : Prog Urol, 2008, 12, 18, 878-885


La lithotritie extracorporelle (LEC), du grec « lithos » : pierre et du latin « terere » : broyer est la fragmentation des calculs par des ondes de choc créées par un générateur extracorporel. Le premier lithotriteur extracorporel disponible en France a été installé en 1983.


Extracorporeal shockwave lithotripsy (ESWL) is the fragmentation of stone by means of acoustic shockwaves created by an extracorporeal source. ESWL brakes the stone by spallation and squeezing. The optimal frequency for fragmentation is 1Hz. The initial power must be low, then progressively increased during the session. The contra-indications for ESWL are pregnancy, major deformities, severe obesity, aortic aneurism, uncontrolled coagulation disorders, untreated urinary infection, cardiac pacemaker. A stone density of 1000UH is a risk factor for fragmentation failure. The success rate for the kidney and the ureter is 60–80% and 80%, respectively. Stone clearance may be facilitated by alpha blockers. Asymptomatic and non-infected residual fragments less than 4mm must be followed-up annually.

Mots clés:
Calcul / Rein / Uretère / Lithotritie extracorporelle / Complications
Mots-clés:
stone / kidney / ureter / Extracorporeal shockwave lithotripsy / complication
NLPC tubeless
2008
- Réf : Prog Urol, 2008, 12, 18, 901-907


Selon la deuxième consultation internationale sur la lithiase urinaire tenue à Paris en septembre 2007, les recommandations suivantes ont été établies à propos de la NLPC tubeless ou NLPC sans sonde de drainage :
• la NLPC tubeless est sûre et efficace pour des patients sélectionnés (B) ;


Tubeless PCNL has been promoted by Bellman in 1997 and consists in a PCNL without placing a nephrostomy tube at the end of the procedure. Double J stent or ureteral stent are the most common internal drainage used but totally tubeless PCNL has been described by using no ureteral stent. Tubeless PCNL is safe and efficient. Exclusion criteria to propose a tubeless procedure are significant bleeding or purulent renal discharge. Stone size or location, shape, position or function of the kidneys are also irrelevant with regard to tubeless PCNL. A nephrostomy tube should be placed if a second look is necessary. Some hemostatic agents have been described but none has really proved its efficacy. The results of the more recent series of the literature will be presented.

Mots clés:
Lithiase urinaire / NLPC / Drainage / /
Mots-clés:
Urinary lithiasis / PCNL / Tubeless
Physiopathologie de la colique néphrétique
2008
- Réf : Prog Urol, 2008, 12, 18, 844-848


Introduction


Mots clés:
Lithiase urinaire / Colique néphrétique / Endoscopie
Mots-clés:
X. / O. / E. / C.
Préface
Foreword
2008
- Préface
- Réf : Prog Urol, 2008, 12, 18, 801


Depuis 1927, parmi les 74 rapports présentés aux congrès de l’Association française d’urologie (AFU), deux ont été spécifiquement consacrés à la lithiase urinaire. En 1980, il y a eu le rapport de A. Jardin sur la lithiase calicielle et, en 1982, le rapport de G. Faure et J.-P. Sarramon sur la lithiase coralliforme. Vingt-cinq ans après ce dernier rapport sur la lithiase, l’AFU nous a fait l’honneur de nous demander de rédiger ce rapport 2007 sur la lithiase urinaire et de pourvoir succéder à tant de noms prestigieux.

Mots clés:
E. / C. / O.
Mots-clés:
Renal transplantation / BCG / Urothelial carcinoma
Prise en charge des calculs de l'uretère proximal
2008
- Réf : Prog Urol, 2008, 12, 18, 977-980


Avec la surveillance, la lithotritie est le traitement le plus fréquent des calculs de l’uretère proximal (Tableau 1) [1 Conort P., Doré B., Saussine C. Prise en charge urologique des calculs rénaux et urétéraux de l’adulte Prog Urol 2004 ;  14 : 1096-1102


Proximal ureteral stone less than 4–6mm may initially be treated by surveillance. Generally, extracorporeal shockwave lithotripsy (ESWL) is the first line treatment for proximal ureteral stones, specially for stones less than 1cm. For stones greater than 1cm, the results of ureteroscopy (URS) are better than the results of ESWL and in these cases URS may be an option. In case of failure of ESWL, URS can be proposed. URS can be the first line treatment in case of severe ureteral obstruction with no urinary infection. Proximal ureteroscopy must be careful because severe complications are not infrequent. Open surgery has very rare indication. Metabolic check-up and annually follow-up with at least a renal imaging at three months are recommended.

Mots clés:
Calcul / Uretère / Suivi / Lithotritie / Urétéroscopie
Mots-clés:
stone / ureter / Lithotripsy / ureteroscopy / Surgery
Prise en charge des calculs des diverticules caliciels rénaux
2008
- Réf : Prog Urol, 2008, 12, 18, 989-991


Tous les calculs des diverticules caliciels rénaux ne doivent pas être traités. Les calculs diverticulaires asymptomatiques et non compliqués peuvent être surveillés. En revanche, des calculs symptomatiques (douleur) ou compliqués (infection) doivent être traités. La prise en charge des diverticules caliciels peuvent être la lithotritie extracorporelle (LEC), l’urétéroscopie (URS), la chirurgie percutanée (NLPC), la chirurgie ouverte ou laparoscopique.


Stones in renal caliceal diverticula with no symptom or infection can be managed with surveillance. In other cases, extracorporeal lithotripsy (ESWL) can be the first line treatment for all diverticular stones, whatever their renal location. In case of ESWL failure, the procedure choice depends of the location of the diverticulum. Percutaneous surgery is indicated for lower and posterior diverticula. The puncture must be directly targeted to the stone. Flexible ureteroscopy is indicated for upper and mid, anterior or posterior, diverticula. Laparoscopy can be indicated for anterior, mid and lower or upper, diverticula. A medical evaluation and treatment must be systematic.

Mots clés:
Calcul / Rein / Diverticule / Lithotritie / Urétéroscopie
Mots-clés:
stone / kidney / diverticulum / Lithotripsy / ureteroscopy
Prise en charge des calculs du rein (hors coralliforme et calice inférieur)
2008
- Réf : Prog Urol, 2008, 12, 18, 959-962


La lithotritie extracorporelle (LEC) est souvent le traitement de première intention des calculs du rein, quel que soit l’âge du patient (Tableau 1) [1 Conort P., Doré B., Saussine C. Prise en charge urologique des calculs rénaux et urétéraux de l’adulte Prog Urol 2004 ;  14 : 1096-1102


The management of renal stones needs a recent and good quality imaging. Contrast medium injection is optional. Extracorporeal shockwave lithotripsy (ESWL) is the most common treatment of renal stones. ESWL is indicated as first line treatment for less than 1.5cm stones. The stone-free (SF) rate at 3 months of ESWL is 70–80%. Results of ESWL for stones with more than 1000UH density or located in the lower calyx are poor. Flexible ureteroscopy (URS) is indicated in case of ESWL failure or for hyperdense, 1–2cm stones. The SF rate of flexible is 80%. Percutaneous nephrolithotomy is indicated for complex or more than 2cm stones. Asymptomatic and non infected stones, especially if located in the lower calyx, do not need urological treatment but must be followed up. In all cases, renal stones needs a metabolic evaluation and treatment, and annual follow-up.

Mots clés:
Rein / Calcul / Lithotritie / Chirurgie percutanée / Urétéroscopie
Mots-clés:
kidney / stone / Lithotripsy / Percutaneous surgery / ureteroscopy
Stérilisation et désinfection des endoscopes en urologie
2008
- Réf : Prog Urol, 2008, 12, 18, 955-958


Le but de ce travail a été de faire une mise au point sur la stérilisation et la décontamination des endoscopes utilisés en urologie. Cette stérilisation doit être replacée dans le contexte de prévention des infections transmises par les endoscopes et des infections nosocomiales, d’économie en respectant les lois et les exigences des patients, de l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins.


Sterilization and disinfection of endoscopes take account of the risk of transmitted infections and nosocomial infections. These risks are ruled by legal texts. Urology is a high risk speciality. The material which is used must be single use or at least sterilisable (18min at 134°C). Flexible endoscopes are sensitive to high temperatures and needs disinfection, and immediate use. These steps are subjected to quality control rules and marking.

Mots clés:
urologie / Endoscope / Fibroscope / Désinfection / Stérilisation
Mots-clés:
Urology / Endoscope / Fibroscope / Disinfection / Sterilization
Syndrome métabolique et lithiase urinaire. Une notion nouvelle pour l'urologue
2008
- Réf : Prog Urol, 2008, 12, 18, 828-831


Généralités–définition


Mots clés:
diabète / Obésité / Lithiase urinaire / Calcul / hypertension artérielle
Mots-clés:
O. / E. / C. / M. / J.-P.
Transplantation rénale et calcul urinaire
2008
- Réf : Prog Urol, 2008, 12, 18, 1024-1026


La lithiase en transplantation rénale peut concerner le donneur ou le receveur.


Lithiase urinaire chez le donneur



Renal lithiasis in renal donors is rare. A renal stone in a donor, or in a renal transplant, is not a contraindication for harvesting nor transplantation. If possible, the stone must be removed at the time of the transplantation. The risk of lithiasis is increased in the renal transplant recipient, with a frequency of 2–6%. Metabolic abnormalities for lithiasis are frequent and can be induced by the immunosuppressive treatment, anticalcineurins. Lithiasis can have a poor prognosis in the renal recipient with a risk for infection or renal dysfunction. Small (<4–5mm) stones in a renal transplant can be followed-up. Stones of 0.5–1.5cm need an extracorporeal lithotripsy with a previous safety JJ stent. Stones greater than 1.5cm can be treated by ureteroscopy or percutaneous surgery.

Mots clés:
Rein / Calcul / Transplantation
Mots-clés:
kidney / stone / Transplantation
Urétéroscopie pour calcul du haut appareil urinaire
2008
- Réf : Prog Urol, 2008, 12, 18, 912-916


Indication for ureteroscopy of an upper urinary tract stone depends on the location and size of the stone. For small proximal ureteral stones, first-line treatment is extracorporeal lithotripsy (ESWL). For big or distal ureteral stones, ureteroscopy (URS) is the more efficient urological treatment. URS has a higher morbidity than ESWL. URS must be careful, urines must be sterile, and a renal safety wire is mandatory. Ideal intracorporeal lithotripsy means are ballistic energy or holmium laser. Ureteral drainage is not always needed in case of easy monobloc removal of a small non impacted stone. In other cases an ureteral drainage is safer. The Stone Free rate of URS is 65–90%. The risk of ureteral stenosis is 1%.

Mots clés:
Calcul / Uretère / Rein / Urétéroscopie / complication
Mots-clés:
stone / ureter / kidney / ureteroscopy / Morbidity
Urétéroscopie souple-laser Holmium-YAG : la technique
2008
- Réf : Prog Urol, 2008, 12, 18, 929-937


Introduction


Mots clés:
Endoscopie / Calcul / Laser / Anesthésie / Traitement
Mots-clés:
O. / E. / C.
Urétéroscopie souple-laser Holmium-YAG : le matériel
2008
- Réf : Prog Urol, 2008, 12, 18, 917-928


Introduction


Mots clés:
Calcul / Endoscopie / Laser / Nitinol
Mots-clés:
O. / E. / C.
Anatomie morphologique de la voie excrétrice supérieure intrarénale : considérations anatomiques appliquées à l'endo-urologie
Anatomy of intrarenal urinary tract: Anatomic considerations in endo-urology
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 837-840

La voie excrétrice supérieure est une entité anatomique paire, divisée en voie excrétrice supérieure intrarénale (VESI) : calices et pelvis rénal (ou pyélon), et extrarénale : l’uretère. L’exploration endoscopique de la VESI peut se faire par un abord percutané ou rétrograde. Dans les années 1980, l’essor de la chirurgie percutanée avait relancé les travaux anatomiques sur la VESI et notamment, sur ses rapports avec la vascularisation intrarénale, source de complications hémorragiques. Depuis plus de 20 ans, l’exploration de la VESI par urétérorénoscopie souple (URS) est devenue une technique de choix, qui permet un accès rétrograde direct. Les deux principales contraintes anatomiques pour l’endoscopie rétrograde de la VESI sont son orientation et sa disposition dans l’espace. L’objectif de cette mise au point a été de décrire la morphologie et l’orientation de la VESI en position anatomique normale appliquée à l’endo-urologie.

Mots clés:
anatomie / Rein / Pyélon / Voie excrétrice
Bilan métabolique d'un patient lithiasique. Le rôle de l'urologue
Metabolic evaluation of urinary stone-former patients. Role of the urologist
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 849-856

En 2007, la lithiase urinaire est de siège rénal, oxalocalcique dans 80 % des cas et touche environ deux hommes pour une femme entre 20 et 60 ans. La lithiase rénale est une maladie des civilisations d’abondance. Son incidence est en augmentation constante dans les pays industrialisés et sa prévalence en France est estimée à 10 %. Si la prise en charge urologique des calculs urinaires s’est considérablement modernisée avec la disparition de la chirurgie à ciel ouvert, elle n’a pas pour autant permis de prévenir la récidive lithiasique. Les concepts du traitement médical et de la prévention de la lithiase rénale ont été précisés depuis près de 20 ans. Le but ultime de cette prise en charge médicale est de stabiliser l’évolution de la maladie lithiasique et de prévenir les récidives. Elle repose sur une enquête étiologique systématique et indispensable pour chaque patient lithiasique dès le premier épisode et nécessite une synthèse des données cliniques, radiologiques et biologiques centrée sur l’analyse du calcul. Le but de cet article a été de définir une approche simplifiée pour l’urologue pour réaliser l’évaluation métabolique des patients lithiasiques.

Mots clés:
lithiase rénale / Métabolisme / Calcium / Urine
Calcul caliciel inférieur
Stone of the renal lower pole
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 972-976

Malgré les évolutions technologiques, la lithotritie extracorporelle (LEC) reste aujourd’hui le traitement de première ligne pour la majorité des calculs. Il persiste cependant des situations où le choix de la technique à employer en première intention peut s’avérer difficile. C’est le cas des calculs en situation anatomique particulière ou associés à une anomalie de la voie excrétrice. Les calculs caliciels inférieurs posent encore aujourd’hui un problème de prise en charge optimale : les résultats de la LEC sont insuffisants et la chirurgie percutanée est associée à une morbidité non négligeable malgré ses bons résultats. L’introduction récente de l’urétéroscopie souple-laser amène à rediscuter la place de chacun de ces traitements en fonction de la taille de la nature du calcul caliciel inférieur et des caractéristiques propres du patient et de la voie excrétrice. Le but de cet article a été de faire le point sur la prise en charge des calculs caliciels inférieurs en 2007.

Mots clés:
Calcul / Calice / Endoscopie / Lithotritie
Calcul uretère distal : prise en charge thérapeutique
Distal ureteral stone: Therapeutic management
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 981-985

L’urétéroscopie (URS) pour le traitement des calculs de l’uretère distal (uretère iliaque et pelvien) est primordiale et représente aux côtés de la lithotritie extracorporelle (LEC) les deux traitements à proposer en première intention. L’urétérolithotomie à ciel ouvert a quasiment disparu et la voie laparoscopique reste exceptionnelle. La majorité (70 %) des calculs responsables de colique néphrétique aiguë se localisent au niveau de l’uretère distal et plus de 70 % de ces calculs s’expulsent spontanément. En cas de calculs plus volumineux ou d’absence d’expulsion spontanée, le traitement urologique devient nécessaire. Il est actuellement difficile de recommander une technique plus que l’autre. Les recommandations actuelles n’opposent donc pas la LEC et l’URS mais les placent au même niveau. Le but de cet article a été de faire le point sur la prise en charge des calculs de l’uretère distal.

Mots clés:
lithiase rénale / Uretère / Lithotritie / Endoscopie / Percutané
Calculs coralliformes ou calculs complexes : considérations médicales
Staghorn or complex calculi: Medical considerations
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 963-965

Le calcul coralliforme souffre toujours de l’absence d’un consensus international quant à une classification précise permettant de clarifier les publications. La classification française est rappelée. Sa physiopathologie, basée sur l’infection urinaire, est par contre bien établie. La composition des calculs coralliformes sera cependant différente dans les pays en voie de développement où il est fréquent de rencontrer des calculs coralliformes d’oxalate de calcium. L’infection urinaire récidivante et la stase favorisant la formation de ces calculs, il est normal de retrouver ces éléments sur le plan clinique. La prise en charge médicale, thérapeutique ou préventive, de ces calculs reste pour l’instant décevante et seules l’antibioprophylaxie et l’obtention d’un résultat sans fragments peuvent être recommandés.

International classification of staghorn calculi is always lacking. French classification is described. Physiopatholgy of staghorn calculi is based on urinary infection. Staghorn stones in emerging countries will be composed frequently of calcium oxalate. Recurrent urinary infection and urinary stasis favour staghorn stone formation and are clinically significant. Medical treatment is rather uneffective. Only antibiotics and elimination of all residual fragments could be recommended.

Mots clés:
calcul coralliforme / Lithiase urinaire / physiopathologie / Clinique / traitement médical
Mots-clés:
Staghorn calculi / Urolithiasis / Physiopathology / Clinics / Medical treatment
Diététique et lithiase rénale. Le rôle de l'urologue
Urolithiasis and diet: The role of the urologist
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 857-862

Depuis 20 ans, les concepts du traitement médical et de la prévention de la lithiase rénale se sont considérablement modifiés. Ils reposent sur une enquête étiologique systématique et indispensable pour chaque patient lithiasique. Elle comprend l’analyse du calcul et la recherche des facteurs de risque lithogène à partir des données cliniques, radiologiques et biologiques. La nature des calculs en France s’est complètement modifiée depuis 100 ans avec aujourd’hui une prédominance de la lithiase oxalo-calcique. Ce sont les modifications des habitudes alimentaires qui expliquent ces changements de nature des calculs. L’enquête diététique représente ainsi un moment important de l’enquête étiologique et la mise en place des règles hygiénodiététiques est essentielle pour prévenir le risque de récidive lithiasique. La mise en évidence des facteurs de risques de la lithiase rénale permet d’instaurer les mesures de réajustement diététique et au besoin un traitement médicamenteux. Le but de cet article a été de faire le point sur les facteurs diététiques impliqués dans la lithogenèse urinaire et d’exposer les principes de base des règles diététiques.

Mots clés:
lithiase rénale / Calcium / Eau / Protéine / Sel
Épidémiologie des lithiases urinaires
Epidemiology of urolithiasis
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 802-814

L’épidémiologie des lithiases reflète le niveau socioéconomique et le degré de médicalisation des populations. Les caractéristiques épidémiologiques de la lithiase urinaire sont en perpétuelle évolution et traduisent les modifications des habitudes nutritionnelles, des conditions sanitaires, des facteurs d’environnement ou de la prévalence des pathologies qui prédisposent au risque de lithiase. Elles révèlent des tendances communes à l’échelle des pays du monde, mais permettent aussi d’extérioriser des liens, parfois méconnus ou sous-estimés, entre la fréquence ou la nature des calculs et des facteurs de risque ou des pathologies particulières dont la prévalence est plus élevée au sein de certains groupes de population comparativement à d’autres. La lithiase fait partie des grandes pathologies comme l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires ou le diabète dans lesquelles les facteurs d’environnement ont un rôle majeur. L’analyse des données épidémiologiques est donc essentielle pour mieux évaluer les évolutions de la maladie lithiasique et ses relations avec les pathologies ou les facteurs de risque impliqués dans son développement. Le but de cet article a été de faire le point sur l’épidémiologie actuelle de la lithiase urinaire dans le monde et en France.

Mots clés:
Calcul / Épidémiologie / Diagnostic / Oxalate / Calcium
La chirurgie percutanée de la lithiase urinaire : considérations spécifiques sur l'accès percutané
Percutaneous surgery in urolithiasis: Specific considerations about percutaneous access
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 891-896

L’accès percutané représente une des difficultés de la néphrolithotomie percutanée. Différents artifices ont été décrits pour faciliter cet accès. Afin d’améliorer le résultat ou bien pour faciliter l’extraction de certains calculs, des accès supracostaux ou multiples seront réalisés. Les indications, complications et résultats de ces accès seront revus. L’endoscopie rétrograde est parfois utilisée pour permettre des accès difficiles.

Percutaneous access is a difficult step in percutaneous nephrolithotomy. Different methods have been described to facilitate percutaneous access. To increase stone-free rate, supracostal or multiple access is required. Indications, results and complications of these specific accesses are reviewed.

Mots clés:
Lithiase urinaire / néphrolithotomie percutanée / Accès percutané
Mots-clés:
Urolithiasis / percutaneous nephrolithotomy / Percutaneous access
La lithogenèse
Lithogenesis
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 815-827

Le terme de lithogenèse regroupe l’ensemble des processus qui conduisent au développement d’un calcul dans les voies urinaires. Le calcul est une agglomération de cristaux liés par une matrice organique. La lithogenèse comporte plusieurs phases qui s’expriment successivement ou simultanément. Certaines étapes, qui concernent les premières étapes de la lithogenèse et que l’on peut désigner sous le terme de cristallogenèse, correspondent à la formation de cristaux à partir de substances initialement dissoutes dans les urines et ne constituent pas en soi un processus pathologique. La pathologie lithiasique proprement dite se définit généralement par la rétention et la croissance des cristaux et agrégats cristallins. Connaître les grandes étapes de la lithogenèse, c’est mieux comprendre les facteurs qui conduisent à la formation des calculs chez un patient donné afin de leur opposer des mesures préventives, diététiques ou thérapeutiques adaptées et donc plus efficaces. Des progrès considérables ont été réalisés au cours des 30 dernières années dans la compréhension des mécanismes de formation des calculs. Certains processus lithogènes restent encore imparfaitement élucidés, comme la formation des plaques de Randall. Le but de cet article a été de faire le point sur les connaissances actuelles sur la lithogenèse urinaire.

Mots clés:
Calcul / Cristallisation / Spectrophotométrie / Cristal / Diagnostique
La néphrolithotomie percutanée : indications particulières
PCNL: Special indications
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 908-911

La néphrolithotomie percutanée est parfois indiquée dans des situations particulières mettant en jeu le patient, son anatomie ou le calcul. Ces situations seront décrites.

Percutaneous nephrolithotomy has sometimes particular indications related to the patient, his anatomy or the stone itself. These situations will be described.

Mots clés:
Lithiase urinaire / néphrolithotomie percutanée / Indications particulières
Mots-clés:
Urolithiasis / percutaneous nephrolithotomy / Specific indications
La néphrolithotomie percutanée : technique, résultats, complications actuels
PCNL: Technique, results and complications
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 886-890

Les auteurs rapportent les techniques de néphrolithotomie percutanée (NLPC) décrites dans la littérature récente. Ils présentent également les résultats et les complications des séries récentes.

Recent technological changes of percutaneous nephrolithotomy are reviewed. Results and complications of the most recent publications are presented.

Mots clés:
Lithiase urinaire / Technique / Résultats / Complications
Mots-clés:
Urolithiasis / percutaneous nephrolithotomy / Technical aspects / results / Complications
Les recommandations ou guidelines de la lithiase urinaire
Urolithiasis and guidelines
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 841-843

La chronologie des recommandations concernant la lithiase urinaire publiée dans la littérature internationale est rappelée. Ces recommandations sont illustrées par celles du comité lithiase de l’Association française d’urologie sur le traitement des calculs du rein et de l’uretère.

International recommendations about urolithiasis are summarized and illustrated by those elaborated by the urolithiasis committee of the French Urological Association.

Mots clés:
Lithiase urinaire / recommandations
Mots-clés:
Urolithiasis / Recommendations
Les variantes techniques de la NLPC
PCNL: Technical variations
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 897-900

La néphrolithotomie percutanée (NLPC) a vu depuis sa description initiale différentes variantes techniques décrites. La miniperc ou mini-NLPC consiste à réaliser une NLPC avec un néphroscope et des gaines d’accès de dimensions réduites allant de 11 à 20 Ch. Les données actuelles de la littérature ne permettent pas de recommander cette technique par rapport à la NLPC classique. La deuxième variante technique décrite dans cet article est la position de décubitus dorsal qui réduit le risque de perforation colique et trouve son intérêt dans certaines indications.

Since percutaneous nephrolithotomy (PCNL) was initially described, different technical modifications have been described. Among them, miniperc which only used small nephroscope and access sheath from 11 to 20 Fr. This technique could not yet been recommended. Supine position is also a technical modification from original PCNL. Supine position is able to reduce colic injury and could be proposed in specific indications.

Mots clés:
Lithiase urinaire / néphrolithotomie percutanée / Miniperc / Décubitus dorsal
Mots-clés:
Urolithiasis / percutaneous nephrolithotomy / Miniperc / Supine position
Lithiase cystinique : diagnostic et prise en charge thérapeutique
Cystinuria: Diagnosis and management
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 832-836

Les calculs de cystine sont rares et résultent d’une anomalie du transport des acides aminés dibasiques dans le tube proximal. Cette affection héréditaire à transmission autosomique récessive ou incomplètement récessive, selon la forme génétique, se traduit par une fuite urinaire de ces aminoacides, dont la cystine est le moins soluble. Cela conduit à une cristallisation de cystine intratubulaire et dans les voies excrétrices. Sa prise en charge médicochirurgicale est essentielle pour limiter le risque de récidive lithiasique et préserver la fonction rénale du patient. Le but de cet article a été de faire le point sur la prise en charge actuelle d’un patient cystinurique.

Mots clés:
génétique / Cystinurie / Lithiase urinaire / Enfant
Lithiase et grossesse
Urolithiasis and pregnancy
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 1000-1004

Le diagnostic d’une lithiase urinaire pendant la grossesse n’est pas plus fréquent que chez la femme non gravide. Cependant, la conduite diagnostique sera différente puisque basée essentiellement sur l’échographie. Le recours à l’imagerie irradiante sera exceptionnel et réalisé en cas de doute échographique et de non-accessibilité à une IRM. La prise en charge thérapeutique prendra soin de la mère et du fœtus, le risque d’accouchement prématuré étant augmenté. Le traitement conservateur sera privilégié en respectant les contre-indications des différents traitements médicaux en rapport avec la grossesse. En cas de situations compliquées, le drainage de la voie urinaire sera proposé en priorité même si le traitement endoscopique du calcul a été montré comme réalisable. Celui-ci sera, en général, proposé avec le bilan étiologique dans le post-partum.

Diagnosis of urolithiasis during pregnancy is a common condition not more frequent than in non pregnant women. Ultrasonography will be the main tool of diagnosis. If sonography fails, ionizing radiation will be used only if MRI is not available. One must take care of the mother and the foetus because preterm delivery is increased in case of lithiasis during pregnancy. Conservative treatment is favoured taking care of specific contraindications of medical therapy related to pregnancy. In case of complications, drainage of the urinary system by retrograde or antegrade approach will be considered. Endoscopic treatment is realized only in case of failure of drainage or in the post-partum with etiologic investigations.

Mots clés:
grossesse / Lithiase urinaire / Prise en charge
Mots-clés:
Urolithiasis / pregnancy
Lithiase rénale et anatomies particulières
Urolithiasis with complex or anomalous renal anatomy
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 992-996

La prise en charge des calculs urinaires en cas de circonstances particulières associées, comme un rein en fer à cheval, un rein pelvien, un diverticule caliciel ou un rein unique, ou une obésité morbide nécessite d’évaluer les avantages et inconvénients de chaque technique. La littérature sur ce sujet n’est pas abondante et concerne des séries limitées, fruit d’expériences personnelles. Il n’est donc pas possible de donner ici des recommandations consensuelles strictes. La lithotritie extracorporelle (LEC) reste donc l’outil thérapeutique à privilégier pour le traitement de première intention des calculs de moins de 20 mm de diamètre. Pour les autres calculs et pour les échecs de la LEC, il faudra discuter au cas par cas du traitement le plus adéquat où dominent la néphrolithotomie percutanée et, plus récemment, l’urétérorénoscopie souple-laser holmium. Le recours à la chirurgie à ciel ouvert et/ou à la cœlioscopie doit rester exceptionnel. Le but de cet article a été de faire le point sur le traitement des calculs associés à des circonstances particulières.

Mots clés:
lithiase rénale / Obésité / diverticule caliciel / Rein en fer à cheval / Rein pelvien
Lithiase urinaire de l'enfant
Urolithiasis in childhood
2008
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 12, 1005-1014

La lithiase chez l’enfant est rare. Elle pose des problèmes de prise en charge spécifique et la lithotritie extracorporelle (LEC) représente le traitement de référence des calculs du rein et de l’uretère. Depuis 1986, de nombreuses séries pédiatriques ont été publiées confirmant l’efficacité et son caractère peu invasif. Il persiste cependant des incertitudes quant au nombre d’impacts à ne pas dépasser, à l’intervalle à respecter entre deux séances et sur les effets à long terme des ondes de choc sur un parenchyme rénal en pleine croissance. L’endourologie est actuellement peu développée, en particulier chez le jeune enfant. Enfin, la prise en charge métabolique doit être une priorité afin d’affirmer ou d’infirmer une maladie génétique ou un trouble métabolique grave. Le but de cet article a été de faire le point sur la prise en charge médicochirurgicale de la lithiase urinaire chez l’enfant.

Mots clés:
Lithotritie / Lithiase urinaire / Rein / Enfant / scintigraphie rénale