Base bibliographique

Helical CT angiography for examination of living renal donors
Helical CT angiography for examination of living renal donors
2001
- Article original
- Réf : Am J Roentgenol, 1997, 168, 1569-1573

BUTS. Déterminer si l'ASH combinée avec la radiographie conventionnelle était suffisamment précise pour remplacer à moindre coût l'UIV et l'artériographie rénale conventionnelle, couramment utilisées pour le bilan des greffons rénaux de donneurs vivants. PATIENTS ET METHODES. Les patients ont subi un angioscanner avec un scanner hélicoïdal. Des clichés sans préparation ont été obtenus pendant la phase d'excrétion pour évaluer la voie excretrice. Les résultats ont été comparés avec ceux de l'artériographie conventionnelle et avec les constatation per-opératoires. RÉSULTATS. Sur les 57 patients qui ont subi l'ASH, 46 avaient également subi une artériographie conventionnelle et 40 ont été opérés. Pour les 46 patients, les résultats de l'ASH concordaient avec ceux de l'artériographie conventionnelle dans 86% des cas. Pour le groupe de 40 patients opérés, ASH et anatomie étaient similaires dans 90% des cas, et artériographie conventionnelle et anatomie étaient similaires dans 87% des cas. Sur les 57 patients, 6 (11%) avaient des anomalies à l'ASH qui empêchaient le prélèvement. CONCLUSIONS. 8 à 10% des artères rénales ne sont pas vues à l'angiographie. Les résultats indiquent que l'ASH est aussi précise que l'angiographie conventionnelle pour déterminer l'anatomie vasculaire du rein, et peut donc remplacer cette dernière. L'utilisation de l'ASH combinée avec des clichés simples à la place de l'UIV combinée avec l'angiographie conventionnelle peut entraîner une réduction des coûts de 35 à 50% lors de l'évaluation des donneurs potentiels.

OBJECTIVE. This prospective study was intended to determine if helical CT arteriography plus conventional radiography is sufficiently accurate to replace and less costly than excretory urography and conventional renal arteriography, the techniques currently used to examine living renal donors. SUBJECTS AND METHODS. Patients underwent CT arteriography with a helical CT scanner. Conventional radiographs were obtained during the pyelographic phase to evaluate the urothelium. Findings on CT arteriograms were compared with findings on conventional arteriograms and at surgery. RESULTS. Of 57 patients who underwent CT arteriography, 46 also underwent conventional arteriography and 40 underwent surgery. For those 46 patients, we found agreement between results of CT arteriography and conventional arteriography in 89% of kidneys. For those 40 patients, we found agreement between results of CT arteriography and findings at surgery in 90% of kidneys and agreement between results of conventional arteriography and findings at surgery in 87% of kidneys. Of the 57 patients, six (11%) had findings on CT angiograms that precluded further consideration for donation. CONCLUSION. Eight to ten percent of renal arteries are not seen on renal arteriograms when compared with findings at surgery. Our results indicate that CT arteriography is as accurate as conventional arteriography at revealing the number of vessels that perfuse and drain the kidneys and can replace conventional arteriography. Use of CT angiography plus conventional radiography instead of excretory urography and conventional arteriography can result in a 35 50% reduction in cost of the imaging studies in potential renal donors.

Mots clés:
Renal transplantation / living donor / preoperative assessent / helical CT scan
Mots-clés:
renal transplantation / Living donor / preoperative assessent / helical CT scan
Hémangiome surrénalien : revue de la littérature.
Adrenal hemangioma. Detailed review of the literature.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1996, 6, 292-296

La surrénale est une localisation rare des hémangiomes. Seulement quarante huit cas en ont été rapportés, ainsi que quatre cas non opérés. Les auteurs ont revu la littérature, y compris japonaise. Un cas supplémentaire opéré est présenté. Les quatre seuls cas d'hémangiosarcome rapportés dans la littérature ont été inclus, bien qu'aucune relation entre formes malignes et tumeurs vasculaires n'ait été rapportée. Les commentaires concernent la définition, la classification, les aspects cliniques, les moyens diagnostiques, les complications et les traitements.

Hemangiomas are rarely encountered in the adrenal gland. Only 48 surgical cases of adrenal hemangioma have been reported, with four additional cases not surgically treated. Literature has been reviewed, including Japanese, which had not been done up to now. One additional case removed surgically is presented herein. The only 4 cases of hemangiosarcoma reported in the literature are included, although no relation has been described between benign and malignant vascular tumors. Comment includes definition, classification, clinical aspects, diagnostic procedures, complications and treatment.

Mots clés:
surrénale / tumeur rare
Mots-clés:
adrenal gland / rare tumor
Hématome postraumatique de la surrénale. A propos d'un cas et revue de la littérature.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 106-109

Nous rapportons une observation d'hématome post-traumatique de la surrénale droite de découverte tardive. Les hématomes unilatéraux d'évolution chronique sont rares, leur diagnostic pré-opératoire est souvent difficile en raison du caractère ancien du traumatisme, pouvant être totalement oublié. Se pose alors le problème d'une masse surrénalienne dont l'origine n'est souvent appréciée que par l'histologie de la pièce opératoire.

Traumatic haematoma of the adrenal gland. Case report and review of the literature.The authors report a case of delayed diagnosis of traumatic haematoma of the right adrenal gland. Chronic unilateral haematomas are rare and their preoperative diagnosis is often difficult because of the long interval since trauma, which may be completely forgotten. This raises the problem of an adrenal mass whose origin is often only detected on histology of the operative specimen.

Mots clés:
surrénale / lésion traumatique / hématome / lésion
Mots-clés:
adrenal gland / traumatic lesion / hematoma / lesion
Hématome sous-capsulaire du rein après lithotritie extra-corporelle: à propos d'un cas.
Subcapsular renal hematoma following extra corporeal Shock Wave Lithotripsy : report of one case.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 1027-1030

Un hématome sous-capsulaire rénal a été observé après une séance de lithotritie extra-corporelle pour lithiase rénale et a été drainé chirurgicalement. Les auteurs discutent les conditions de survenue, les facteurs de risque, les mesures préventives, les attitudes thérapeutiques et les séquelles possibles d'une telle complication.

A 61-year old man presented with a subcapsular renal hematoma following Extracorporeal Shock Wave Lithotripsy for a renal stone. The authors discuss presenting conditions, risk factors, preventive measures, therapeutic implications and sequellae of such a complication.

Mots clés:
Lithiase / lithotripsie extra-corporelle / complication iatrogène / hématome périrénal / lésion
Mots-clés:
stones / extracorporeal lithotripsy / iatrogenic complication / perirenal hematoma / lesion
Hématome spontané sous-capsulaire du rein au cours d'une périartérite noueuse.
Spontaneous subcapsular haematoma in a case of polyarteritis nodosa.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 816-820

Les auteurs rapportent un cas d'hématome spontané sous-capsulaire du rein bilatéral, en rapport avec une périartérite noueuse. De diagnostic souvent facile, l'étiologie de ces hématomes spontanés sous-capsulaires est parfois difficile à établir malgré les données de l'échographie et de la tomodensitométrie. Les auteurs insistent sur l'intérêt de l'artériographie dans ces cas, qui peut révéler des signes pathognomoniques de la périartérite noueuse. Le diagnostic a été retenu dans notre observation sur les données de l'artériographie et les critères de l'"American College of Rheumatology" et non pas sur des critères histologiques.

The authors report a case of spçontaneous bilateral subcapsular haematoma of the kidney in a patient with polyarteritis nodosa. Although often easy to diagnose, the aetiology of these spontaneous subcapsular haematomas is sometimes difficult to establish despite ultrasonography and computed tomography. The authors emphasise the value of arteriography in these cases, which may reveal pathognomonic signs of polyarteritis nodosa. In this case, the diagnosis was established on the basis of arteriographic findings and the American College of Rheumatology criteria and not on histological criteria.

Mots clés:
Rein / hématome périrénal / péri-artérite noueuse / lésion
Mots-clés:
Kidney / perirenal hematoma / Periarteritis nodosa / lesion
Hématomes spontanés de la loge rénale : stratégie diagnostique et thérapeutique.
Spontaneous perirenal haematoma : diagnostic and therapeutic strategy.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1996, 6, 409-414

BUT : Les hématomes spontanés de la loge rénale sont rares. Les auteurs rapportent 6 cas de survenue récente et tentent de proposer une stratégie diagnostique et thérapeutique en fonction de l'étiologie.
MATERIEL ET METHODES : De janvier 1993 à mai 1995, 6 patients de 36 à 61 ans ont été hospitalisés pour hématome spontané de la loge rénale révélé par une douleur lombaire aiguë associée, dans la moitié des cas, à un tableau d'hémorragie interne.
RESULTATS : L'examen tomodensitométrique a permis à chaque fois un bilan lésionnel précis de l'hématome mais l'étiologie n'a été retrouvée en préopératoire que chez 3 patients sur 6. Il s'agissait à chaque fois de lésions tumorales (1 corticosurrénalome, 1 adénocarcinome, 1 angiomyolipome). Tous les patients ont été opérés (3 néphrectomies élargies, 2 néphrectomies d'hémostase, 1 drainage d'hématome avec biopsies). Dans 2 cas, aucune cause n'a été retrouvée.
CONCLUSION : Les hématomes spontanés de la loge rénale posent essentiellement le problème de leur diagnostic étiologique dominé par les causes tumorales. Le scanner est le meilleur examen pour affirmer le diagnostic mais peut parfois être pris en défaut. L'artériographie est utile lorsque le scanner est négatif ou en cas de pathologie vasculaire. L'attitude thérapeutique, néphrectomie ou traitement conservateur, reste controversée mais la fréquence des lésions tumorales rénales fait conseiller aux auteurs la néphrectomie au moindre doute. Lorsqu'aucune cause n'est retrouvée, le bilan doit être complété après l'intervention par une surveillance étroite et prolongée, dans la crainte d'une lésion tumorale passée inaperçue.

OBJECTIVE : Spontaneous perirenal haematomas are relatively rare. The authors report 6 recent cases and try to propose a diagnostic and therapeutic strategy based on the aetiology. MATERIAL AND METHODS : From January 1993 to May 1995, 6 patients between the ages of 36 and 61 years were admitted to hospital for spontaneous perirenal haematoma, presenting in the form of acute lumbar pain associated, in one half of cases, with signs of internal bleeding. RESULTS : In each case, CT examination allowed precise assessment of the haematoma, but the aetiology was determined preoperatively in only 3 out of 6 patients, corresponding to a neoplastic lesion in each case (1 corticoadrenaloma, 1 adenocarcinoma, 1 angiomyolipoma). All patients were operated (3 radical nephrectomies, 2 haemostatic nephrectomies, 1 drainage of the haematoma with biopsies). No cause was found in 2 cases.
CONCLUSION : Spontaneous perirenal haematomas essentially raise the problem of the aetiological diagnosis, but can sometimes be inadequate. Arteriography is useful when CT scan is negative or in the case of vascular disease. The therapeutic attitude, nephrectomy or conservative treatment remains controversial, but in view of the frequency of renal neoplastic lesions, the authors recommend nephrectomy at the slightest doubt concerning renal integrity. When no cause can be found, the assessment must be completed postoperatively with long-term, close surveillance, due to the risk of an undiagnosed neoplastic lesion.

Mots clés:
Rein / hématome périrénal / Tumeur
Mots-clés:
Kidney / perirenal hematoma / tumor
Henri IV le Grand (1553-1610) et ses maladies urogénitales
Henri IV the Great (1553-1610) and his urogenital diseases.
2001
- Histoire
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 593-598

Dans cet article, est esquissé le portrait pathologique du roi Henri IV le Grand, tout en mettant l'accent sur ses maladies urogénitales, sa fécondité et sa sexualité débridée.

In the following article we sketch the pathological portrait of king Henry IV the Great, underlining his urogenital diseases, his fecundity and his unbridled sexuality.

Mots clés:
personnage célèbre / Henri IV / infection génitale / sexualité / fertilite
Mots-clés:
celebrity / Henri IV / genital infection / Sexuality / fertility
High intensity focused ultrasound for the treatment of benign prostatic hyperplasia: early United States clinical experience.
High intensity focused ultrasound for the treatment of benign prostatic hyperplasia: early United States clinical experience.
2001
- Article original
- Réf : J Urol, 1994, 151, 1271-1275

PATIENTS ET METHODES. 15 patients porteurs d'une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) symptomatique ont été traités par ultrasons focalisés administrés par voie transrectale. Les patients, dont la prostate était estimée en échographie à plus de 80 grammes ont été exclus. Les 10 premiers patients ont eu un contrôle per-opératoire de la température péri-prostatique à l'aide de sondes thermiques placées par voie transpérinéale. Ces dix premiers patients ont été traités sous anesthésie générale ou loco-régionale tandis que 4 sur les 5 derniers n'ont eu qu'une simple sédation administrée par voie intra-veineuse. La durée des traitements a été de 25 à 35 minutes. Le suivi minimum a été de 3 mois. RESULTATS 9/10 patients n'ont eu aucune élévation de la température péri-prostatique tandis que pour un patient une élévation de 17¡c a été enregistrée. A 3 mois, le score symptôme IPSS est passé de 31,2 (extrêmes: 22-38) à 15,8 (extrêmes: 8-31). Le débit mictionnel maximum est passé de 9,3 ml/s à 14,0 ml/s. Le volume résiduel post-mictionnel est passé de 154 à 123ml. Il n'y a eu aucune modification significative du volume prostatique. Enfin l'aspect endoscopique de la prostate a été modifié de manière inconstante. Les principales complications ont été: rétention transitoire post-opératoire (11/15, 73,3%) résolutive en moins de 4 jours dans 90% des cas, et hématospermie (7/15, 46,7%). Tous ces symptômes avaient disparu à 90 jours. CONCLUSION Les résultats obtenus dans cette étude préliminaire sont encourageants aussi bien en terme de morbidité que d'efficacité thérapeutique.

High intensity focused ultrasound via a transrectal approach was used to treat 15 patients with symptomatic benign prostatic hyperplasia. The first 10 of these 15 patients underwent continuous temperature monitoring of the periprostatic region throughout the treatment. Patients undergoing transperineal thermocouple placement for the purpose of thermometry were treated while under general or spinal anesthesia, whereas 4 of the 5 remaining patients were successfully treated using intravenous sedation alone. Of the 10 patients 9 did not demonstrate a significant temperature elevation. One patient with a small prostatic anteroposterior diameter had a transient elevation of 17C. No patient experienced a complication related to periprostatic heating. Followup was available at 90 days in all patients. At 90 days the symptom scores decreased from a pretreatment value (American Urological Association questions 1 to 7) of 31.2 (range 22 to 38) to 15.8 (range 8 to 31). Peak flow rate increased by a mean of 4.7 ml per second from 9.3 ml per second before treatment to 14.0 ml per second at 90 days. The most frequent complication was that of transient urinary retention in 11 of 15 patients (73.3%) and hematospermia in 7 (46.7%). No adverse reactions persisted at 90 days. This study represents an initial attempt using high intensity focused ultrasound to treat symptomatic benign prostatic hyperplasia. Overall, the safety and effectiveness of high intensity focused ultrasound demonstrated in this pilot study are encouraging.

Mots clés:
prostate / BPH / focused ultrasounds / minimally invasive instrumental treatment of BPH
Mots-clés:
prostate / BPH / focused ultrasounds / minimally invasive instrumental treatment of BPH
Hippocrate : un grand prophète de l'andrologie scientifique
2001
- Histoire
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 689-691
Mots clés:
personnage célèbre / Hippocrate / andrologie
Mots-clés:
celebrity / Hippocrate / andrology
Histiocytome fibreux malin rétropéritonéal.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1996, 6, 944-947

Nous rapportons deux observations d'histiocytome fibreux malin rétropéritonéal qui est une tumeur rare (200 cas décrits dans la littérature). Les signes cliniques et radiologiques sont peu spécifiques et c'est l'examen anatomo-pathologique de la pièce qui donne le diagnostic. L'exérèse chirurgicale doit être la plus complète possible pour éviter la rédicive locale. La faible incidence de cette tumeur n'a pas permis de prouver l'efficacité d'un traitement adjuvant.

Retroperitoneal malignant fibrous histiocytoma.

Mots clés:
rétro-péritoine / tumeur rare
Mots-clés:
retroperitoneum / rare tumor
Histiocytome malin de la vessie. A propos d'un cas
TexF-PU-97-00070270.html
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1997, 7, 270-272

L'histiocytofibrome malin de la vessie est un sarcome rare (16 cas décrits) très agressif. Il est parfois associé à une hémopathie maligne. Nous rapportons un cas d'un histiocytofibrome malin de vessie chez une femme de 72 ans en mauvais état général et hémodialysée. Dans ses antécédents elle avait eu une chimiothérapie et une radiothérapie pour un lymphome digestif 6 ans auparavant. Le traitement a été une cystectomie palliative pour cystalgies et hématuries. Une récidive massive pelvienne et pariétale est survenue deux mois après la cystectomie dont la patiente est décédée. Nous analysons une revue de la littérature où 16 cas à localisation vésicale ont été rapportés. L'histiocytofibrome est une tumeur dont le traitement doit être agressif en associant une chirurgie large et une chimiothérapie systémique.

Malignant histiocytofibroma of the bladder. A case report.

Mots clés:
Vessie / tumeur rare
Mots-clés:
bladder / rare tumor
Histoire et géographie des circoncisions rituelles.
History and geography of ritual circumcisions.
2001
- Histoire
- Réf : Prog Urol, 1999, 9, 1148-1157

Les circonstances dans lesquelles elles sont pratiquées peuvent permettre de distinguer deux types de circoncisions rituelles 1) Les circonstances spirituelles qui attestent une identité communautaire, religieuse le plus souvent, et sont entourées de significations complexes faisant appel à de nombreux mythes notamment bibliques et africains. 2) Les circoncisions rituelles profanes illustrées de façon particulière par le modèle des USA comportent, outre des motifs médico-scientifiques très débattus, une réelle dimension sociale et traduisent également une volonté de reconnaissance et d'appartenance communautaire. Quelles que soient les circonstances, les médecins peuvent ainsi être sollicités pour apporter leurs compétences à la réalisation d'un acte dont les significations qui peuvent leur échapper méritent d'être connues.

Ritual circumcisions can be classified into types according to the circumstances in which they are performed. Spiritual circumstances which express a community identity, usually religious and surrounded by a complex significance related to numerous myths, especially biblical and African. Non-religious circumcisions, particularly well illustrated by the USA model, comprise, apart from controversial medical and scientific reasons, a real social dimension and also reflect a desire for recognition and community membership. Regardless of the circumstances, surgeons may therefore sometimes be asked to perform circumcision and should be aware of the significance of this procedure.

Mots clés:
Circoncision
Mots-clés:
Circumcision
Histoire naturelle et évolution traitée de l'envahissement ganglionnaire des tumeurs de vessie.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 7, 157-163

Un envahissement ganglionnaire est globalement présent dans 20 à 25% des cas au moment d'une cystectomie. Les ganglions les plus souvent envahis appartiennent au groupe iliaque externe (chaînes moyenne et sous-veineuse); les métastases peuvent atteindre directement les chaîne sous-veineuse et/ou moyenne iliaques externes, en sautant les relais ganglionnaires périvésicaux. Le caractère exceptionnel de l'atteinte isolée des ganglions iliaques communs sans atteinte concomittante iliaque externe sous veineuse justifie la pratique habituelle d'un curage chirurgical limité aux ganglions iliaques externes sous veineux pour l'évaluation définitive du statut ganglionnaire d'une tumeur de vessie. Par ailleurs, en l'absence d'anomalie macroscopique, c'est-à-dire à un stade précoce d'une éventuelle extension ganglionnaire, les chaînes sous-veineuse et moyenne iliaques externes peuvent déjà être le siège d'une atteinte microscopique (14% des cas), mais les ganglions iliaques communs ne sont, dans ce cas, pas atteints. Schématiquement, l'histoire naturelle de l'extension ganglionnaire d'une tumeur de vessie suit une progression qui concerne d'abord les ganglions iliaques externes (chaînes moyenne et sous-veineuse), puis les ganglions iliaques communs, et de là les ganglions rétro-péritonéaux et les organes à distance. Des séries autopsiques montrent bien d'ailleurs la prévalence de l'envahissement ganglionnaire par rapport aux autres localisations métastatiques. Cependant, l'absence de métastase ganglionnaire pelvienne lors d'un curage ganglionnaire n'élimine pas de possibles métastases infra-cliniques déja présentes au moment de la cystectomie, et, un envahissement ganglionnaire pelvien traduit le plus souvent une extension métastatique à distance concomittante qui deviendra en post-opératoire le mode principal de récurrence tumorale. Globalement, le pronostic d'une tumeur de vessie avec métastases ganglionnaires est sombre, avec moins de 10% de chances de survie à 5 ans, mais les tumeurs de vessie infiltrantes avec extension ganglionnaire ne forment pas un groupe homogène en termes de pronostic: le sous groupe de patient ayant une survie prolongée malgré des métastases ganglionnaires est formé de patients ayant un envahissement ganglionnaire régional, limité (1 ou 2 ganglions), et éventuellement microscopique, avec une tumeur primitive dont l'infiltration ne dépasse pas le stade pT3B. Dans ce sous-groupe ainsi sélectionné, la survie peut atteindre 13 à 50% à 4 ou 5 ans.

Mots clés:
Vessie / tumeur urothéliale infiltrante / Métastase ganglionnaire / histoire naturelle / Évolution
Mots-clés:
bladder / invasive transitional cell carcinoma / lymph node metastasis / natural history / course
HLA antigens in Peyronie's disease.
HLA antigens in Peyronie's disease.
2001
- Article original
- Réf : Urol Int, 1994, 52, 34-37

Les auteurs ont étudié la répartition des phénotypes HLA chez 52 patients non apparentés, atteints de maladie de La Peyronie idiopathique. Cette première étude a mis en évidence une association des phénotypes HLA-DR3 et DQW2 avec la maladie. Le typage a été réalisé sur du sang périphérique en utilisant les tests de lymphotoxicité modifiée. La fréquence des antigènes dans la population étudiée a été comparée à celle dans la population non malade de la région. La modification de fréquence des antigènes de la famille B7 n'a pas été retrouvée, contrairement aux résultats d'études antérieures. De plus, il n'y avait de différence de répartition pour aucun des antigènes de classe I (HLA A, B, C) après correction des valeurs de p. En ce qui concerne les antigènes de classe II, la fréquence de HLA-DR3 était de 33,3% dans le groupe des patients comparée à 16,0% dans la population témoin (p corrigé

This study presents data on HLA phenotypes of 52 unrelated patients suffering from idiopathic Peyronie's disease. This first investigation on HLA class II antigens detected an association of HLA-DR3 and -DQw2 in this disorder. HLA typing was done from ACD-stabilized peripheral blood using the modified lymphocytotoxicity test. Antigen frequencies of the patient group were compared with those of healthy individuals of the local population. There were no deviations of frequencies for antigens of the B7 cross-reacting group as described in earlier studies. In addition none of the other class I antigens (HLA-A, -B, -C) showed any significant deviation in frequencies after correction of p values. Regarding class II antigens HLA-DR3 was detected in the patient group in 33.3% compared with 16.0% of the control population (corrected p

Mots clés:
andrology / La Peyronie's disease / genetics
Mots-clés:
andrology / La Peyronie's disease / genetics
How safe is 1% alum irrigation in controlling intractable vesical hemorrhage?
How safe is 1% alum irrigation in controlling intractable vesical hemorrhage?
2001
- Article original
- Réf : J Urol, 1993, 149, 264-267

Les auteurs ont conduit une étude prospective pour mesurer l'efficacité de l'irrigation intra vésicale d'une solution d'alun à 1%, sur 12 cas d'hématurie d'origine vésicale, réfractaires à une irrigation 24 heures de sérum physiologique par une sonde de Foley à trois voies. Il s'agissait de 10 cas de tumeur excréto-urinaire de la vessie et de 2 cas de cystite radique. Ils ont observé une réponse complète chez 6 patients et une réponse partielle chez 4 autres patients. Les effets indésirables locaux ont consisté en une douleur sus pubienne et un spasme vésical qui ont bien répondu au traitement par médication anti-spasmodique et/ou antalgique. Un décalage thermique discret (ne dépassant pas 38.2¡C) et transitoire s'est produit chez 4 patients. Parmi les autres paramètres cliniques et para-cliniques étudiés par les auteurs, le taux d'aluminium sérique et le taux de prothrombine ont présenté des modifications hautement significatives statistiquement. Le taux d'aluminium sérique s'est élevé à partir d'un taux moyen de base de 1,68 µmol./l à un taux de 3,36 µmol./l. sans manifestation clinique d'intoxication par l'aluminium et avec des taux bien inférieurs à ce qui est considéré comme la limite de sécurité. Le taux de prothrombine s'est élevé parallèlement à l'élévation du taux d'aluminium sérique, pour atteindre au maximum 1 fois 1/2 le témoin. Le taux de prothrombine peut donc être le paramètre suivi en clinique, puisqu'il est très facile à réaliser, ce qui n'est pas le cas du taux d'aluminium. L'irrigation vésicale avec une solution à 1% d'alun est une méthode sans danger pour obtenir le contrôle d'une hématurie d'origine vésicale dans les cas correctement sélectionnes.

A prospective study was done to evaluate the efficacy and safety of intravesical instillation of 1% alum solution in 12 cases of hematuria of vesical origin, uncontrolled by saline irrigation for 24 hours via a 3-way Foley catheter. There were 10 cases of transitional cell carcinoma and 2 of radiation cystitis. Complete response was noted in 6 patients and a partial response in 4. Local side effects included suprapubic pain and vesical tenesmus, which were controlled by antispasmodic and/or analgesic drugs. Transient low grade pyrexia (maximum up to 38.2C) was noted in 4 patients. Among the other various clinical and biochemical parameters, serum aluminum level and prothrombin time showed statistically highly significant changes. Serum aluminum increased from an average baseline value of 1.68 to 3.36 mumol./l. without clinical evidence of aluminum toxicity and with levels well below the recommended safe limit. Prothrombin time increased parallel with the increase in serum aluminum level to a maximum of 1 1/2 times the control. Prothrombin values, therefore, can be used clinically, since they are readily obtainable whereas serum aluminum levels are not. Vesical irrigation with 1% alum solution is a safe method to control hematuria of vesical origin in properly selected cases.

Mots clés:
hematuria / hemostasis
Mots-clés:
hematuria / Hemostasis
How to select patients for high-energy transurethral microwave thermotherapy ?
How to select patients for high-energy transurethral microwave thermotherapy ?
2001
- Article original
- Réf : Urology, 1999, 53, 111-117

BUTS : Aider les urologues en sélectionnant les patients pour une thermothérapie transuréthrale par micro-ondes de haute énergie sur la base de caractéristiques fondamentales. PATIENTS ET MÉTHODES : 247 patients ayant des symptômes du bas appareil urinaire et une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) ont été traités par thermothérapie de haute énergie, en utilisant le Prostatron dans sa version 2.5. Pour évaluer le devenir à 26 semaines, les critères d'évaluation de l'Organisation Mondiale de la Santé ont été utilisés. Des modèles de régression logistique multiple ont été réalisés pour identifier la valeur prédictive des paramètres fondamentaux et de la quantité totale d'énergie utilisée. En plus, des courbes ROC et la meilleure valeur seuil pour la prédiction d'une bonne réponse pour chaque critère ont été calculées. RÉSULTATS : Pour chacun des trois critères de réponses utilisés, les courbes permettent de déterminer si la thermothérapie de haute énergie, en utilisant le Prostatron, est justifiée. Seule la quantité totale d'énergie délivrée par le matériel a un impact majeur sur les trois critères utilisés. CONCLUSIONS : Des graphiques ont été bâtis à partir de l'étude des auteurs pour aider les urologues à faire des recommandations cliniques pour le traitement de l'HBP, en utilisant la thermothérapie de haute énergie.

OBJECTIVES: To assist urologists in selecting patients for high-energy transurethral microwave thermotherapy (TUMT) on the basis of baseline characteristics. METHODS: Two hundred forty-seven patients with lower urinary tract symptoms and benign prostatic hyperplasia were treated with high-energy TUMT using the Prostatron device, software version 2.5. To evaluate outcome at 26 weeks, the World Health Organization response evaluation criteria were used. Multiple logistic regression models were created to identify the predictive value of baseline parameters and total amount of energy used. In addition, receiver operating characteristic curve and the best cutoff point for the prediction of a good response of each criterion under the condition of equal "costs" of misclassification to cases and noncases were calculated. RESULTS: For each of the three response evaluation criteria, graphs are presented to determine whether high-energy TUMT using the Prostatron can be justified. Only the total amount of energy delivered by the device has a major impact in all three criteria used. CONCLUSIONS: Graphs have been constructed from our analysis to assist urologists in making clinical recommendations for treatment on the basis of the expected outcome when using high-energy TUMT.

Mots clés:
prostate / BPH / minimally invasive instrumental treatment of BPH / thermotherapy
Mots-clés:
prostate / BPH / minimally invasive instrumental treatment of BPH / thermotherapy
Hydrocèle vaginale idiopathique. Cure par injection sclérosante de minocycline
Idiopathic vaginal hydrocele cured by sclerosing injection of minocycline.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 205-208

Les auteurs rapportent une série de 31 hydrocèles (26 patients) traités par ponction évacuatrice suivie d'une injection sclérosante de chlorhydrate de minocycline. La douleur, habituelle avec ce type d'injection, a imposé une anesthésie qui a été générale (38,70%), puis simplement loco régionale (41,94%). Les patients peuvent reprendre leurs occupations dès le lendemain mais à 6 mois seulement 51,61% d'entre eux sont sans récidive de l'épanchement. Les malades doivent donc être prévenus des résultats inconstants de la méthode.

The authors report a series of 31 hydroceles (26 patients) treated by drainage followed by sclerosing injection of minocycline hydrochloride. The pain usually experienced with this injection required the use of general anaesthesia in 38.70% of cases and local-regional anaesthesia in 41.94% of cases. The patients were able to return to work on the day after the procedure, but after 6 months, only 51.61% of them were free of recurrence of the effusion. Patients must therefore be warned about the inconstant results of this technique.

Mots clés:
vaginale testiculaire / hydrocèle / injection sclérosante
Mots-clés:
tunica vaginalis / hydrocele / sclerosing injection
Hyperplasie scrotale acquise : situation inesthétique et fonctionnellement gênante.
Acquired scrotal hyperplasia : an unsightly and functionally bothersome condition.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 266-267

La description et la prise en charge chirurgicale d'un cas d'hyperplasie scrotale acquise sont présentées. Le résultat à quatre mois est satisfaisant. Les hypothèses physiopathologiques et les implications psychologiques sont discutées.

The authors report a case of acquired scrotal hyperplasia and describe its surgical management.

Mots clés:
scrotum / hyperplasie
Mots-clés:
Scrotum / hyperplasia
Hyperthermie scrotale et infécondité masculine.
TexF-PU-92-00020031.html
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 31-36
Mots clés:
andrologie / infertilité / spermatogénèse / physio-pathologie
Mots-clés:
andrology / Infertility / spermatogenesis / pathophysiology
Hypothèses embryologiques de l'ectopie prostatique : à propos d'un cas
Embryologic hypotheses for prostate ectopia : a one case observation.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 573-577

Les évènements impliqués dans la morphonogénèse et la différenciation de la prostate sont déterminants pour expliquer la physiopathologie prostatique. La description de l'anatomie zonale de Mc Neal est un acquis essentiel et trouve ses bases dans les origines embryologiques de la prostate caudale (zone périphérique) et céphalique (zones centrale, périuréthrale et de transition). Nous décrivons une observation portant sur un cas de prostate ectopique latéro-rectale mise en évidence lors d'un bilan pour cancer de prostate localisé, et dont l'analyse histologique a montré qu'il s'agissait de tissu prostatique hyperplasique. Plusieurs cas de prostates ectopiques ont été décrits dans la littérature, les résultats histologiques et leur évolution pathologique montrent que l'on peut en distinguer deux types selon que le tissu ectopique se développe à proximité du sinus urogénital (prostate caudale) ou plus à distance le long des canaux mésonéphrotiques (prostate céphalique).

Events implicated in the development and the differentiation of the prostate gland are determinant to understand the pathology. Mc Neal's zonal anatomy is essential, the basis of which are found in the differences of embryonic origins. We describe a case of prostate ectopia, localized on the lateral aspect of the rectum. Final pathology report showed prostate adenoma. Different types of prostate ectopia have been described in the literature. Histological results showed that we can distinguish two types of ectopia : one which develops from the uro-genital sinus and the other from the mesonephrotic structures.

Mots clés:
prostate / anatomie / embryologie / malformation génitale / ectopie
Mots-clés:
prostate / anatomy / embryology / genital malformation / ectopy
Hypothyroïdie et immunothérapie par Interféron ou Interleukine pour adéno-carcinome rénal métastasé.
Hypothyroidism and interferon or interleukin immunotherapy for metastatic renal cell carcinoma.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 582-587

Nous rapportons un cas d'hypothyroïdie survenant lors d'un traitement par cytokines pour cancer du rein métastasé. Il s'agit d'une complication relativement rare de l'immunothérapie. Son étiopathogénie reste discutée. Les hypothèses d'un processus auto-immun ou d'une toxicité directe semblent possibles. Un bilan thyroïdien à la mise en route de l'immunothérapie et une surveillance régulière de la fonction thyroïdienne sont nécessaires lors de tout traitement par Interféron et/ou Interleukine. La méconnaissance d'une hypothyroïdie expose au risque d'imputer ses manifestations à une toxicité des cytokines et d'interruption intempestive du traitement alors qu'il suffit d'instaurer une opothérapie substitutive par L-Thyroxine.

The authors report a case of hypothyroidism occurring during cytokine treatment of metastatic renal canc er. This is a relatively rare complication of immunotherapy, whose aetiopathogenesis remains unclear. Possible hypotheses include an autoimmune process or direct toxicity. Thyroid function tests at the start of immunotherapy and regular monitoring are therefore recommended during treatment with interferon and/or interleukin. If hypothyroidism is not recognised, its clinical symptoms and signs could be attributed to cytokine toxicity, leading to unwarranted discontinuation of treatment when L-thyroxin replacement therapy would have been sufficient.

Mots clés:
Rein / Tumeur / Métastase / Immunothérapie / complication iatrogène
Mots-clés:
Kidney / tumor / Metastasis / Immunotherapy / iatrogenic complication
Identification histologique des afférences du plexus pelvien
Histological identification of the afferents of the pelvic plexus.
2001
- Recherche - Physiologie
- Réf : Prog Urol, 1991, 1, 132-138

Le plexus pelvien a deux origines, une origine supérieure sympathique issue de la chaîne sympathique thoraco-lombaire et une deuxième origine parasympathique issue des racines sacrées antérieures. Nous avons démontré chez 16 cadavres non formolés que des fibres sympathiques naissaient des ganglions sympathiques sacrés en utilisant une coloration par histofluorescence (acide glyoxalique) et une coloration histochimique (thiocholine). Ces fibres participent à la constitution des nerfs pelviens. Nous confirmons dans ce travail que les racines inférieures du plexus pelvien ne sont pas seulement parasympathiques, mais aussi sympathiques.

The inferior hypogastric (pelvic) plexus conveys two types of fibres : sympathetic fibres originating in the thoracolumbar sympathetic chain and parasympathetic fibres originating in the sacral anterior rami. By using a histofluorescent stain (glyoxalic acid) and a histochemical stain (thiocholine) in 17 fresh cadavres, we have demonstrated that the sympathetic fibres arise from sacral sympathetic ganglia. Thesefibres participate in the constitution of the pelvic splanchnic nerves. In this study, we confirm that the inferior roots of the pelvic plexus are not only parasympathetic, but also sympathetic.

Mots clés:
Neuro-urologie / physiologie vésico-sphinctérienne / neuro-anatomie
Mots-clés:
neurourology / vesicosphincteric physiology / neuroanatomy
Identification of insignificant prostate cancers: analysis of preoperative parameters.
Identification of insignificant prostate cancers: analysis of preoperative parameters.
2001
- Article original
- Réf : Urology, 1995, 45, 862-868

L'objectif est d'analyser les paramètres pré-opératoires afin de déterminer le risque d'une biopsie systématique de prostate de mettre en évidence un cancer prostatique microscopique et incidentale. Les auteurs ont revu les dossiers de 28 patients qui avaient moins de 3mm de cancer de grade et de score de Gleason respectivement ? 2 et ? 4 à la biopsie et qui ont eu une prostatectomie radicale Les pièces ont été soigneusement revues afin de déterminer le volume tumoral, le nombre de foyers, le stade, le score et le grade de Gleason. Le PSA et la densité de PSA (PSAD) ont été recueillis pour chaque cas. Seize des 28 pièces (57%) contenaient de très petites tumeurs bien différenciées (? 0,2cc); 7 (25%) contenaient des tumeurs de 0,2 à 0,5cc; 3 (11%) contenaient des tumeurs de 0,5 à 1cc et 2 (7%) contenaient de grosses tumeurs de 4 et 6cc qui n'avaient été atteintes que superficiellement par la biopsie. Les valeurs moyennes de PSA et de PSAD étaient significativement différentes entre les tumeurs de moins de 0,5cc et de plus de 0,5cc (p

OBJECTIVES. Analyzing preoperative parameters to help determine the risk of a random or systematic prostate needle biopsy specimen detecting an incidental microscopic prostate cancer. METHODS. We reviewed the charts of 28 patients who had 0.5 cc (p 0.5 cc. PSA

Mots clés:
prostate / tumor / PSA / histoprognosis
Mots-clés:
prostate / tumor / PSA / histoprognosis
Ileocolic neobladder in the woman with interstitial cystitis and a small contracted bladder
Ileocolic neobladder in the woman with interstitial cystitis and a small contracted bladder
2001
- Article original
- Réf : J Urol, 1995, 153, 42-43

Le remplacement de vessie avec un segment iléo-colique après cystectomie a été réalisé chez 5 femmes porteuses d'une petite vessie rétractée, liée à une cystite interstitielle. L'urèthre a été sectionné au col vésical chez 2 patientes et en région distale chez les 3 autres. Les trois dernières patientes vident leur vessie complètement et urinent naturellement, tandis que les deux autres ont un important résidu post-mictionnel et nécessitent le recours aux auto sondages intermittents. La moyenne d'âge de ces patientes était de 50 ans et le suivi moyen de 52 mois. Toutes les patientes ont une continence diurne et nocturne parfaite, et sont libres de tout symptôme lié à leur cystite interstitielle. Le remplacement vésical total chez la femme porteuse d'une cystite interstitielle et d'une vessie rétractée améliore significativement la qualité de vie et est une alternative aux autres formes de dérivation urinaire.

Bladder substitution with an ileocolic segment after total cystectomy was performed in 5 women with a severely contracted bladder secondary to interstitial cystitis. The urethra was divided at the bladder neck in 2 patients and distal to it in 3. The latter 3 patients empty the bladder to completion and void naturally, while the former 2 have a large post-void residual volume and require intermittent self-catheterization. Mean patient age was 50 years and mean followup was 52 months. All patients have complete diurnal and nocturnal continence, and are free of all symptoms related to interstitial cystitis. Total bladder replacement in women with interstitial cystitis and a contracted bladder significantly improved the quality of life and is an ideal alternative to other forms of urinary diversion.

Mots clés:
interstitial cystitis / replacement cystoplasty
Mots-clés:
Interstitial cystitis / replacement cystoplasty
Imagerie des bézoards candidosiques urinaires.
Imaging of Candida bezoars of the urinary tract.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1999, 9, 513-517

BUTS : Dégager le regain d'intérêt des infections candidosiques urinaires, du fait de la recrudescence des terrains immunodéprimés d'une part, et une meilleure connaissance de leurs manifestations radiologiques d'autre part.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : 2 cas ont été rapportés de bézoards candidosiques diagnostiqués par UIV, échographie et TDM chez des patientes diabétiques insulino dépendantes.
RÉSULTATS : Dans le premier cas, il s'agit d'une atteinte rénale droite, sous forme d1un retard de sécrétion rénal à l'UIV avec présence d'une lacune pyélique, d'une dilatation des cavités excrétrices supérieures à l'échographie avec un bassinet dilaté occupé par une formation échogène sans cône d'ombre postérieur, qui s'est présenté en TDM sous forme d'une lésion hypodense discrètement hétérogène non rehaussée après injection.Dans le 2ème cas, il s'agissait d'une localisation pyélique droite et vésicale.Le diagnostic de candidose urinaire a été confirmé dans le premier cas par une montée de sonde ramenant des grumeaux blanchâtres, dont l'analyse et la culture sont en faveur d'une candidose; et le deuxième par l'examen direct et la culture des urines.La mise sous traitement (amphotéricien B) a permis dans les deux cas une amélioration puis une disparition des signes.
CONCLUSION : A côté des examens de laboratoire, l'imagerie grâce aux techniques non invasives, principalement échographie et TDM, mais aussi les ponctions percutanées, constitue un élément décisif dans la conduite diagnostique et des thérapeutiques des localisations urinaires des candidoses.

OBJECTIVES : To describe the renewed interest in Candida infections in general and urinary tract infections in particular, due to a recrudescence of immunodepressed patients and a better knowledge of their clinical and radiological manifestations. MATERIAL AND METHODS : The authors report 2 cases of Candida bezoars diagnosed by IVU, ultrasonography and CT scan in two insulin-dependent diabetics. RESULTS : The first case presented with right renal involvement, in the form of delayed renal secretion on IVU with the presence of a pelvic filling defect, dilatation of the upper tract cavities on ultrasonography with a dilated renal pelvis occupied by an echogenic formation with no posterior acoustic shadow. CT showed a slightly heterogeneous low-density lesion with no contrast enhancement.The second case presented with right pelvic and vesical involvement. The diagnosis of urinary candidiasis was confirmed, in the first case, by the presence of whitish lumps on catheterization, for which analysis and culture were in favour of candidiasis and, in the second case, by direct examination and urine culture.Treatment with amphotericin B led to improvement followed by disappearance of the signs in both cases.
CONCLUSION : In addition to laboratory examinations, noninvasive imaging techniques, mainly ultrasonography and CT, but also percutaneous aspiration, constitute a decisive element in the diagnostic and therapeutic management of urinary candidiasis.

Mots clés:
infection urinaire / mycose / diabète / imagerie / scanner
Mots-clés:
urinary tract infection / mycosis / Diabetes mellitus / imaging / CT scan
Imagerie des petites tumeurs rénales
Imaging of small renal tumours.
2001
- Didactique
- Réf : Prog Urol, 1997, 7, 484-495

L'augmentation de l'incidence de découverte des petites tumeurs rénales, de taille inférieure ou égale à 3 cm, est liée à la généralisation et à l'amélioration des techniques radiologiques. De nombreuses tumeurs rénales asymptomatiques sont découvertes par échographie et tomodensitométrie. Actuellement, l'imagerie permet de reconnaître les kystes simples (caractères morphologiques, absence de vascularisation), les angiomyolipomes (mise en évidence de contingent graisseux) et les autres tumeurs rénales solides (rehaussement tumoral en tomodensitométrie). Dans ce but, un scanner réalisé sans, puis avec injection à la recherche d'un rehaussement de densité lésionnelle est l'examen de choix. En cas d'incertitude, une IRM avec injection de Gadolinium à la recherche d'un rehaussement tumoral peut être utile. L'imagerie permet avec une bonne fiabilité de démontrer le caractère vascularisé des lésions solides mais ne permet pas de faire la distinction entre un cancer du rein, un oncocytome ou une autre tumeur solide bénigne. L'imagerie permet de réaliser une cartographie pré-opératoire précise lorsqu'une néphrectomie partielle est envisagée.

The increased incidence of detection of small renal tumours, less than or equal to 3 cm in diameter, is related to the generalization and improvement of radiological techniques. Many asymptomatic renal tumours are discovered by ultrasonography and computed tomography. Medical imaging is now able to identify simple cysts (morphological characters, absence of blood supply), angiomyolipomas (demonstration of the fatty contingent) and other solid renal tumours (tumour enhancement on computed tomography). Plain, followed by postcontrast CT looking for contrast enhancement of the lesions is the examination of choice in this context. MRI with Gadolinium injection looking for neoplastic enhancement can be useful in doubtful cases. Medical imaging is able to reliably demonstrate the vascular nature of solid lesions, but cannot distinguish between renal cancer, oncocytoma or another benign solid tumour. Medical imaging allows precise preoperative mapping when partial nephrectomy is envisaged.

Mots clés:
Rein / Tumeur / imagerie / scanner / imagerie par résonance magnétique nucléaire.
Mots-clés:
Kidney / tumor / imaging / CT scan / magnetic resonance imaging
Imagerie radiologique de la pyélonhrite aiguë
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1996, 8, 89-95

Le diagnostic de pyélonéphrite aiguë reste un diagnostic clinique et biologique. Il faut éliminer une cause obstructive éventuelle par un cliché d'abdomen sans préparation et une échographie. En cas de forme sévère, résistante au traitement, sur un "terrain fragile", l'opacification doit être réalisée ; un examen tomodensitométrique associé à des clichés d'urographie intraveineuse permet alors de faire un bilan précis des lésions.

Mots clés:
infection urinaire / Pyélonéphrite aiguë / imagerie / échographie / scanner
Mots-clés:
urinary tract infection / acute pyelonephritis / imaging / ultrasonography / CT scan
Immunohistochemical detection of p53 protein in human prostatic cancer.
Immunohistochemical detection of p53 protein in human prostatic cancer.
2001
- Article original
- Réf : J Urol, 1994, 152, 1297-1301

Des coupes histologiques de 73 prostatectomies radicales ont été étudiées par immuno-histochimie pour rechercher la présence des protéines p53. Dans 7 cas on a retrouvé sur les cellules un très gros marquage immunitaire sur le noyau. 27 ont montré une accumulation plus faible, plus discrète et localisée. La comparaison des groupes à protéines p53 négatif et le groupe de protéines p53 positif montre que la présence de celles-ci est bien corrélée avec le stade de la tumeur (p

Tissue sections from 73 radical-prostatectomy specimens were studied immunohistochemically for the presence of p53 protein. In seven specimens numerous tumor cells showed a strong nuclear immunostaining. An additional 27 revealed a more discrete and focal accumulation of p53 protein. Comparison of the pathologic characteristics of the p53-negative and -positive groups showed that the presence of p53 protein closely correlated with more advanced tumor stages (p

Mots clés:
prostate / tumor / tumor marker / immunohistochemistry
Mots-clés:
prostate / tumor / tumor marker / Immunohistochemistry
Immunohistologic detection of prostate cancer pelvic lymph node micrometastases: correlation to preoperative serum prostate-specific antigen.
Immunohistologic detection of prostate cancer pelvic lymph node micrometastases: correlation to preoperative serum prostate-specific antigen.
2001
- Article original
- Réf : Urology, 1994, 43, 68-73

BUTS DU TRAVAIL. Tester l'hypothèse que les micro-métastases lymphatiques du cancer prostatique, non détectées par l'histologie conventionnelle, pourraient être diagnostiquées par des méthodes immunohistologiques et pourraient être corrélées avec le niveau pré-opératoire d'antigène spécifique prostatique (PSA). METHODE. Des blocs inclus en paraffine de curage lymphatiques pelviens prélevés lors de prostatectomies radicales et archivés ont été soumis à une coloration immunologique utilisant l'anticorps monoclonal SB3 anti-pan-cytokératine et par un anticorps anti PSA. La coloration a été pratiquée à l'aide d'un automate Ventana Medical Systems 320. Sept cas de métastases connues ont été utilisés comme témoins positifs et avaient tous des micro-métastases détectables par cette méthode. RESULTATS. Pour 13 patients dont le PSA était inférieur à 10, un (8 %) avait des micrométastases. Parmi les 10 patients dont le PSA était compris entre 10 et 20 et parmi les 9 dont le PSA était supérieur à 20, aucun n'avait de micrométastases. Les auteurs ont donc diagnostiqué une micrométastase précédemment inconnue sur 32 patients ayant subi une prostatectomie radicale (3%). Dans de nombreux ganglions, les cytokératines avaient des réactions croisées et coloraient les cellules sanguines présentes ; dans les cas de métastase, un ilot ou un groupe de cellules prostatiques étaient colorées. Pour l'observateur non averti, la possibilité de faux-positifs dus à des colorations non-spécifiques par les cytokératines doit être considérée. Ces résultats corroborent exactement ceux d'une autre étude récente qui a permis de diagnostiquer par la même méthode également 3% de micro-métastases non diagnostiquées par les méthodes conventionnelles chez les patients porteurs de cancer prostatique localisé. CONCLUSION. Notre hypothèse n'a pas été vérifiée : les micro-métastases ganglionnaires étaient rares et leur survenue non corrélée au niveau pré-opératoire de PSA. A l'inverse des cancers du sein, les micrométastases occultes non diagnostiquées par les méthodes standard sont rares dans le cancer prostatique localisé.

OBJECTIVE. To test the hypothesis that prostate cancer lymph node (LN) micrometastases, undetected by standard histology, might be found using sensitive immunohistologic methods and may correlate to preoperative prostate-specific antigen (PSA) levels. METHOD. Archival paraffin blocks of pelvic lymphadenectomy specimens from radical prostatectomy were blindly submitted for immunostaining using pan-cytokeratin monoclonal antibody SB-3, as well as antibodies directed against PSA. Automated immunostaining was performed on a Ventana Medical Systems 320 immunostainer. As a positive control, 7 cases with known nodal metastases by standard histology were blindly analyzed and all has detectable micrometastases by this methodology. RESULTS. For 13 patients with PSA 20, no occult metastases were detected. We did find previously undetected prostate cancer (CaP) LN micrometastases in 1 of 32 (3%) clinically localized prostate cancer patients who had undergone radical prostatectomy. In many LNs, cytokeratin stains cross-reacted and stained individual plasma cells, whereas in the positive metastatic case, a cluster/nest of CaP cells were reactive. To the unfamiliar observer, the pitfall of false-positive results because of nonspecific cytokeratin staining must be considered. These results are in exact agreement with another recent study which also found only a 3 percent incidence of unsuspected pelvic lymph node micrometastases in clinically localized CaP utilizing similar methods. CONCLUSIONS. Our hypothesis was not substantiated: LN micrometastases were uncommon and did not correlate to serum PSA. Unlike studies with breast cancer, occult micrometastatic nodal disease not appreciated by standard methods appears to be uncommon in clinically localized prostatic carcinoma.

Mots clés:
prostate / tumor / lymph node metastasis / PSA
Mots-clés:
prostate / tumor / lymph node metastasis / PSA
Immunological parameters in peripheral blood of patients with renal cell carcinoma before and after nephrectomy
Immunological parameters in peripheral blood of patients with renal cell carcinoma before and after nephrectomy
2001
- Article original
- Réf : Br J Urol, 1994, 74, 15-22

Le but de cette étude a été de déterminer s'il existait une modification de différents marqueurs immunologiques après une néphrectomie pour cancer du rein. 5 patients, devant subir une néphrectomie élargie pour cancer du rein, ont été inclus dans cette étude. Des prélèvements sanguins ont été effectués en pré-opératoire et 3 mois après l'intervention. Les paramètres étudiés ont été: le typage lymphocytaire cd4/cd8, la concentration de différentes cytokines circulantes, des marqueurs de l'inflammation: interleukines (il1 alpha et beta, il 6, il 2), tnf, interferon gamma et enfin l'activité des cellules nk (natural killer), lak (lymphokine activated killer) et des cellules mononuclées circulantes. Les dosages pré-néphrectomie ont mis en évidence une augmentation des marqueurs de l'inflammation et des réactions immunitaires, avec une élévation du ratio cd4/cd8. Cette élévation a été particulièrement nette chez les patients dont la tumeur était métastatique. Après néphrectomie, nous avons constaté une diminution des différents marqueurs de l'inflammation et une activation des réactions immunitaires. Par ailleurs, avant néphrectomie il existe une diminution de l'activité des cellules nk et lak qui augmente ensuite lentement après la néphrectomie. Ces résultats confirment l'importance du rôle joué par la réaction immunitaire dans le développement du cancer du rein.

OBJECTIVE: To determine the effects of nephrectomy on the immune response of patients with renal cell carcinoma (RCC). PATIENTS AND METHODS: Five patients with RCC were monitored before and over a period of up to 3 months after nephrectomy. The aspects measured were the phenotypic expression of markers on circulating lymphocytes, circulating concentrations of cytokines, markers of inflammatory and immune responses, and natural killer (NK) cell and lymphokine-activated killer (LAK) cell activity in peripheral blood mononuclear cells (PBMC). The suppressive activity of patients' plasma on NK activity and ability to generate interleukin-2 (IL-2) induced LAK cells in PBMC of normal volunteers was also investigated. RESULTS: The results indicated that high CD4/8 ratios were present pre-nephrectomy with evidence of inflammatory responses and immune activation in some patients, particularly those with metastatic disease. CONCLUSION: The effect of nephrectomy was to decrease the inflammatory response and increase immune activation. Various defects in NK cell activity and LAK cell generation were demonstrated pre-surgery which slowly improved once the primary tumour had been removed and it is suggested that such defects could have contributed to tumour growth and development due to an ineffective immune response.

Mots clés:
kidney / tumor / nephrectomy / immunology
Mots-clés:
Kidney / tumor / nephrectomy / immunology