Varicocèle de l'adolescent. Traitement par sclérothérapie et embolisation percutanée : réflexions sur la méthode. A propos de 23 cas

16 juillet 2001

Mots clés : andrologie, varicocèle, injection sclérosante, Adolescent
Auteurs : Lopez C, Serres-Cousine O, Avérous M
Référence : Prog Urol, 1998, 8, 382-387
BUTS : Nous rapportons notre expérience du traitement de la varicocèle de l'adolescent. Grâce au développement de la radiologie interventionnelle et des procédés d'embolisation, nous utilisons depuis 1993 une technique associant sclérothérapie et embolisation percutanée.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : Depuis 1993 , vingt-trois adolescents âgés de 11 à 17 ans (m=14,5 ans) ont été traités par voie percutanée d'une varicocèle gauche de grade II et III. L'intervention s'effectue sous anesthésie locale et/ou neuroleptanalgésie. Une phlébographie par cathétérisme sélectif de la veine spermatique gauche est réalisée et permet son étude anatomique (incontinence ostiale, collatéralité). L'embolisation est ensuite réalisée sous contrôle scopique par l'injection d'un produit sclérosant liquidien : Tétradécyl sulfate de sodium (Thrombovar (r)) et complétée systématiquement par la mise en place d'un ressort métallique endovasculaire occlusif ("coil").
RÉSULTATS : Le suivi varie de 6 à 48 mois (m=30mois). L'examen clinique et échographique de contrôle montre la disparition de toute varicocèle dans 22 cas (95% des cas) ; il persiste une varicocèle gauche asymptomatique de grade I. Aucune complication n'est observée. La durée moyenne d'hospitalisation est de 48 heures.
CONCLUSION : Il s'agit d'une méthode rapide d'exécution, peu traumatisante pour l'adolescent. Son efficacité est comparable à celle des techniques chirurgicales classiques avec des résultats durables. La mise en place du "coils" est un équivalent endo-vasculaire de la ligature chirurgicale de la veine pathologique. L'embol liquide a un intérêt majeur car il diffuse et sclérose les veines collatérales, sources de récidives. L'avantage de cette méthode réside dans une meilleure compréhension des mécanismes du reflux, ce qui permet d'adapter le geste à l'anatomie veineuse. Cette technique assure le traitement des varicocèles complexes, telles que les récidives après chirurgie.