Validation en langue française du questionnaire « Ureteric Stent Symptom Questionnaire » (USSQ)

25 mars 2010

Auteurs : A. Puichaud, S. Larré, F. Bruyère, J. Auger, N. Bret, A. Chevreste, B. Doré, R. Briffaux, F. Keeley, J. Irani
Référence : Prog Urol, 2010, 3, 20, 210-213




 




Introduction


Le concept de placement endoscopique d’endoprothèse urétérale type double J (JJ) a été rapporté par Zimskind et al. en 1967 [1]. Depuis, l’utilisation de ces sondes s’est généralisée et est devenue un geste de routine en urologie.

Cependant, les sondes JJ sont responsables d’effets indésirables et de complications [2, 3, 4]. Elles sont notamment responsables de douleurs, de gênes et troubles mictionnels qui peuvent altérer la qualité de vie.

Récemment Joshi et al. ont développé et validé un questionnaire en langue anglaise, l’ureteric stent symptom questionnaire (USSQ), qui permet d’évaluer la tolérance des sondes JJ [3].

Ce questionnaire a déjà été traduit de l’anglais en italien et en turc et constitue le questionnaire de référence dans l’évaluation de la morbidité des sondes JJ [5, 6].

Il n’existe actuellement pas de questionnaire validé en français pour évaluer la tolérance des sondes JJ. Le but de ce travail était de traduire et présenter, après validation de la traduction, la version française du questionnaire USSQ.


Matériel et méthodes


Le questionnaire validé USSQ est un auto-questionnaire composé de deux parties : un questionnaire à utiliser sonde JJ en place et un autre à utiliser après ablation de la sonde JJ. Certaines parties du questionnaire diffèrent en fonction du sexe du patient, en particulier la symptomatologie en rapport avec le bas appareil urinaire. Le questionnaire est subdivisé en sept rubriques : problèmes urinaires (U), douleur (P), état général (G), retentissement professionnel (W), retentissement sur la sexualité (S), autres problèmes (A) et qualité de vie en général (GQ). Les questionnaires sont associés à un document qui explicite le mode de calcul des scores des différentes rubriques.

Pour chaque réponse de chaque item est attribué un score de 1 à 5. La somme des scores de chaque items pour un domaine correspond au résultat final (pas de sommation entre les différents domaines). Plus le score est élevé pour un domaine donné, moins bonne est la tolérance.

Le questionnaire original a été développé par Joshi et al. en trois phases successives [3]. La première phase a consisté en une revue de la littérature, la deuxième à l’élaboration du questionnaire et la troisième à sa validation en évaluant sa bonne cohérence et reproductibilité. La validation a été faite auprès de 55 patients porteurs de sondes JJ en comparant les résultats du questionnaire (rempli respectivement une semaine et quatre semaines après la mise en place de la sonde et quatre semaines après son retrait) avec un groupe témoin composé de 25 personnes ne portant pas de sondes. Les résultats étaient satisfaisants quant à la cohérence des questionnaires (alpha de Cronbach supérieur à 0,7) et la reproductibilité (coefficient de Pearson supérieur à 0,84). Excepté pour le domaine de l’activité sexuelle, cette étude a montré des différences significatives de tous les scores entre la période avec JJ en place et celle post-JJ. De même, les différences étaient significatives entre les scores des patients avec JJ et la population témoin.

Le questionnaire original, validé USSQ étant protégé par un copyright, la première étape a été de demander l’autorisation aux auteurs de traduire et d’utiliser le questionnaire en langue française. Cet accord a été obtenu en juin 2008 auprès des responsables de l’équipe qui a développé le questionnaire, les docteurs Anthony Timoney et Francis Keeley du Bristol Urological Institute. L’auteur principal de la version originale s’est ensuite joint à notre équipe de traduction pour s’assurer qu’il n’y avait pas de mauvaise compréhension et que le questionnaire d’origine ne soit pas « trahi » .

La deuxième étape a consisté à traduire le questionnaire de l’anglais au français (A.P. et J.I.). Les versions française et anglaise ont été soumises à un comité de lecture composé d’urologues (S.L., F.B. et B.D.), médecin généraliste (J.A.), cadre de soins (A.C.) et infirmière (N.B.).

La version française corrigée en fonction des différents commentaires a été adressée à une société de traduction médicale professionnelle (Nagpal, Paris) pour s’assurer de l’absence de distorsion entre les deux questionnaires lors de la traduction inverse français-anglais (forward-backward translation sequence ).

Le document définitif a été testé dans une étude pilote par quatre patients porteurs de sondes JJ pour des causes non néoplasiques (deux hommes et deux femmes). Chacun de ces patients, après lecture du questionnaire, a eu un entretien avec un des investigateurs (A.P.) afin d’évaluer qualitativement la qualité de la compréhension du questionnaire et les éventuels problèmes rencontrés par les patients pour le remplissage.


Résultats


La version définitive de l’USSQ-FR – comprenant l’USSQ-FR sonde JJ en place et l’USSQ-FR post ablation de sonde JJ – ainsi que les modalités de calcul du score des questionnaires sont présentées ci-dessous (voir documents joints) :

questionnaire USSQ-FR sonde JJ en place ;
questionnaire USSQ-FR après ablation de la sonde JJ ;
modalités de calcul du score des questionnaires USSQ-FR.

L’évaluation qualitative du questionnaire a été réalisée auprès de quatre patients porteurs de sondes double JJ pour calculs de l’uretère.

Deux hommes, respectivement de 46 et 49 ans, et deux femmes de 35 et 42 ans de différentes catégories socioprofessionnelles (un professeur de langue, un biologiste, une commerciale et une sans-emploi) ont répondu aux deux questionnaires (USSQ-FR sonde JJ en place et USSQ-FR après ablation de la sonde JJ) sans rencontrer de difficulté de compréhension ni de remplissage.

Une seule modification mineure a été apportée aux deux questionnaires (changement d’un mot : « occasionnellement » remplacé par « rarement » à la question U3 des deux questionnaires).


Discussion


La mise en place des sondes JJ est une pratique courante en urologie même si ces sondes sont responsables d’une morbidité importante retentissant sur la qualité de vie [2, 3, 4]. Peu d’études ont décrit le retentissement des sondes JJ sur le quotidien des patients et/ou évalué des stratégies de prise en charge permettant d’atténuer ce retentissement. Cette recherche nécessite un outil validé qui fournirait des critères de jugement mesurables et reproductibles.

L’équipe du Bristol Urological Institute a développé et validé en anglais le questionnaire USSQ qui évalue la tolérance des sondes JJ et leurs répercussions sur la fonction urinaire, la douleur, l’état général, la vie professionnelle, la fonction sexuelle et la qualité de vie en général. Ces six domaines regroupent 38 items. Ce questionnaire est utilisé après mise en place de la sonde JJ (Questionnaire 1) et après son retrait (Questionnaire 2). Il s’agit du seul questionnaire validé évaluant la tolérance des sondes JJ. Cela explique qu’il ait déjà été traduit dans d’autres langues [5, 6].

L’USSQ reste un questionnaire exhaustif et donc long à remplir ou à analyser et son utilisation devrait être plus appropriée pour la recherche clinique plutôt que dans la pratique quotidienne de l’urologue. Cet outil a déjà été utilisé par plusieurs équipes pour mener des recherches visant à améliorer la tolérance aux sondes JJ [7, 8, 9, 10]. Il n’existe pas de questionnaire validé en langue française actuellement ce qui pourrait freiner la recherche sur ce sujet dans les pays francophones. Nous avons donc décidé de traduire le questionnaire USSQ (USSQ-FR) en utilisant une méthodologie visant à éviter des ambiguïtés ou des contre-sens lors du passage de l’anglais au français : traduction par deux personnes, comité de lecture pluridisciplinaire, traduction inverse du français vers l’anglais (translation-backward translation ) par des traducteurs professionnels et enfin évaluation qualitative par interview d’un échantillon pilote.

Les limites de l’USSQ-FR sont l’absence de processus de validation de novo (en dehors de la validation linguistique). La validation de l’équipe de Bristol ayant été vérifiée par d’autres [5, 6], il est peu probable qu’une nouvelle validation soit informative. Cette première publication permettra de donner un socle pour l’utilisation de ce questionnaire dans de futures études cliniques qui pourront également évaluer son caractère discriminant, sa cohérence et sa reproductibilité.

Ces études ne devraient pas manquer de se mettre en place : la recherche en matière d’amélioration de la tolérance des JJ a été jusqu’ici étonnamment pauvre malgré des plaintes manifestes des patients pour lesquelles nous ne pouvons proposer à ce jour aucune solution efficace. Plusieurs pistes seront à explorer telles que la composition, la taille, le diamètre de la JJ et l’utilisation d’agents pharmacologiques tels les alpha-bloquants.

Nous avons déposé au Comité de protection des personnes un protocole d’étude clinique portant sur 300 patients et utilisant l’USSQ-FR comme critère de jugement principal.


Conclusion


Cette version française du questionnaire USSQ permettra aux chercheurs auprès d’une population francophone d’utiliser un outil de mesure de la tolérance des sondes urétérales JJ, validé et reconnu de façon internationale.



Annexe A. Matériel complémentaire


(234 Ko)
  
(227 Ko)
  



 Niveau de preuve : 3.




Références



Zimskind P., Fetter T.R., Wilkerson J.L. Clinical use of long term indwelling silicone rubber ureteral splints inserted cystoscopically J Urol 1967 ;  97 : 840-844 [cross-ref]
Irani J., Siquier J., Pires C., lefebvre O., Doré B., Aubert J. Symptom characteristics and the development of tolerance with time in patients with indwelling double-pigtail ureteric stents BJU Int 1999 ;  84 : 276-279 [cross-ref]
Joshi H.B., Newns N., Stainthorpe A., Macdonagh R.P., Keeley F.X., Timoney A.G. Ureteral stent symptom questionnaire: development and validation of a multidimensional quality of life measure J Urol 2003 ;  169 : 1060-1064 [cross-ref]
Chambade D., Thibault F., Niang L., Lakmichi M.A., Gattegno B., Thibault P., et al. Étude de la tolérance des endoprothèses urétérales de type double J Prog Urol 2006 ;  16 : 445-449
Tunc L., Kupeli B., Ilhan M., Kara O., Bozkirli I. Validation of the ureteral stent symptom questionnaire in Turkish patients Urology 2006 ;  68 (supplement 1) : 283 [inter-ref]
Giannarini G., Keeley F.X., Valent F., Milesi C., Mogorovich A., Manassero F., et al. The Italian linguistic validation of the ureteral stent symptoms questionnaire J Urol 2008 ;  180 : 624-628 [cross-ref]
Joshi H.B., Stainthorpe A., Macdonagh R.P., Keelzy F.X., Timoney A.G., Barry M.J. Indwelling ureteral stents: evaluation of symptoms, quality of life and utility J Urol 2003 ;  169 : 1065-1069 [cross-ref]
Dunn M.D., Portis A.J., Kahn S.A., Yan Y., Shalhav A.L., Elbahnasy A.M., et al. Clinical effectiveness of new stent design: randomized single-blind comparison of tail and double-pigtail stents J Endourol 2000 ;  14 : 195-202 [cross-ref]
Norris R.D., Sur R.L., Springhart W.P., Marguet C.G., Mathias B.J., Pietrow P.K., et al. A prospective, randomized, double-blinded placebo-controlled comparison of extended release oxybutynin versus phenazopyridine for the management of postoperative ureteral stent discomfort Urology 2008 ;  71 : 792-795 [inter-ref]
Damiano R., Autorino R., De Sio M., Giacobbe A., Palumbo I.M., D’Armiento M. Effect of tamsulosin in preventing ureteral stent-related morbidity: a prospective study J Endourol 2008 ;  22 : 651-656 [cross-ref]






© 2009 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.