Validation d’une échelle visuelle analogique (EVA) en médecine générale, dans l’évaluation des symptômes du bas appareil urinaire (SBAU) associés à une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP)

25 novembre 2014

Auteurs : P. Coloby, J.-L. Davin, A. De la Taille, A. Descazeaud, G. Karsenty, G. Kouri, D. Rossi, D. Jaquet, M. Zerbib
Référence : Prog Urol, 2014, 13, 24, 789-790
Objectifs

Valider, à grande échelle, en médecine générale, l’utilisation d’une EVA dans la détermination et le suivi de la sévérité des SBAU associés à une HBP ; cette échelle comporte comme le score IPSS 35 points, et a fait l’objet d’une validation dans une étude pilote pauci-centrique en 2004 auprès d’urologues (Teillac P et al., 2004).

Méthodes

Étude prospective réalisée par 707 médecins généralistes auprès de 2900 patients âgés de plus de 60ans, traités pour des SBAU associés à une HBP, chez qui une mesure simultanée du score d’EVA et d’IPSS et ont été effectuées, à l’inclusion puis 1 et 3 mois après mise en route d’un traitement par ?-bloquant.

Résultats

Un total, 2019 patients (âge 69±6,6ans), ayant des SBAU depuis 3,8ans en moyenne, ont été analysés. À l’inclusion, les médianes du score EVA et IPSS étaient de 20 [0–35] et 19 [9–35] respectivement et ont diminué significativement après 1 à 3 mois de traitement par ?-bloquant (p <0,0001) à 12 [0–32] et 10 [0–29], respectivement (Fig. 1)

Conclusion

Les corrélations obtenues à l’inclusion entre les scores EVA et IPSS n’ont pas permis de valider, sur une large population, l’utilisation de cette EVA en remplacement du questionnaire IPSS. Toutefois, les données du suivi témoignent d’une bonne sensibilité au changement et soulignent l’intérêt potentiel de cet outil dans l’évaluation du traitement des SBAU associés à l’HBP et dans leur suivi.




 




Fig. 1
Fig. 1. 

Corrélations entre EVA et IPSS et sous-scores (coefficient de Pearson).





Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2014 
Publié par Elsevier Masson SAS.