Valeur des examens radiologiques dans le diagnostic et la stadification des tumeurs de la voie excrétrice urinaire supérieure.

16 juillet 2001

Mots clés : voie urinaire supérieure, Tumeur urothéliale, imagerie
Auteurs : Bretheau D, Lechevallier E, Uzan E, Rapal M, Coulange C
Référence : Prog Urol, 1994, 4, 966-973
De 1980 à 1991, 109 patients ont été traités pour une tumeur de la voie excrétrice urinaire supérieure. Tous ont eu une urographie intra-veineuse (UIV) dont la sensibilité a été de 61%. L'association UIV + UPR a permis de poser le diagnostic dans 72% des cas. Une échographie rénale et une tomodensitométrie abdominale (TDM) ont été réalisées respectivement dans 41 et 67 cas. La sensibilité de l'échographie a été de 41% et celle de la TDM de 72%. La TDM a eu une meilleure sensibilité pour les tumeurs du bassinet (78%) que pour celles de l'uretère (53%) (p<0,02) et lorsque le volume tumoral était supérieur à 2 cms (70% vs 45% : p<0,01). Pour l'extension ganglionnaire, la TDM a eu une sensibilité de 47% et une fiabilité de 88%. Une stadification tomodensitométrique pré-opératoire a été comparée à la stadification pathologique : la stadification TDM a eu une fiabilité de 56% ; dans 31% des cas la TDM sous évaluait l'extension pariétale de la tumeur. La sensibilité de la TDM pour apprécier l'envahissement du parenchyme rénal d'une part et de la graisse péri-rénale d'autre part a été respectivement de 5% et 74%(p<0,01). Les examens morphologiques permettent de diagnostiquer une tumeur de la voie excrétrice supérieure dans 3 cas sur 4. Une stadification correcte pré-opératoire n'est envisageable qu'une fois sur deux, ce qui constitue un écueil au développement des techniques de traitement conservateur.