Utilisation d’un nouveau logiciel informatique pour l’évaluation de la courbure dans la maladie de Lapeyronie : l’étude GOSOFT

25 novembre 2017

Auteurs : J.-E. Terrier, L. Florez Valencia, M. Orkisz, C. Nelson, N. Morel Journel, E. Miranda, J. Mulhall
Référence : Prog Urol, 2017, 13, 27, 687-688
Objectifs

L’évaluation de la courbure (EC) est un challenge dans la maladie de Peyronie (MP) et est une étape cruciale dans l’évaluation du patient. L’évaluation en consultation utilisant l’injection intracaverneuse (IC) combinée au goniomètre (IG) est probablement l’approche la plus standard. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’utilité d’un nouveau logiciel (GoSoft) pour la mesure de la déformation de la verge dans la maladie de Lapeyronie.

Méthodes

Hommes atteints de MP, qui avaient une EC utilisant IG. Jusqu’à trois injections IC étaient réalisées pour obtenir une érection rigide. Le degré de courbure était mesuré avec un goniomètre, tandis que simultanément une photo était prise. La photo était analysée à l’aide du logiciel GoSoft par trois observateurs à différents moments, chacun étant à l’aveugle de l’évaluation goniomètrique. Le critère de jugement principal était de comparer la fiabilité inter-observateur et de GoSoft. Nous avons également comparé la concordance entre GoSoft et le goniométre. La corrélation était comparée pour des courbures45° et pour>45°. Une variabilité de 5° était acceptée et nous considérions une sous- et une sur-estimation si la différence était>5°.

Résultats

L’analyse comprenait 53 sujets. La fiabilité intra-observateur était excellente, ce qui représentait une corrélation élevée (r =0,96 à 0,98, p <0,001) avec une variance entre les moyennes de 1,3±0,6° (Tableau 1). La fiabilité inter-observateur était également élevée (r =0,89 à 0,95, p <0,001) avec une variance entre les moyennes de 2,2±1° (Tableau 2). Les coefficients de corrélation de Pearson (r ) entre le goniomètre et GoSoft pour chaque observateur étaient :

– observateur 1 : r =0,75, p <0,001 ;

– observateur 2 : r =0,73, p <0,001 ;

– observateur 3 : r =0,80, 5° dans 30 % des courbures.

La corrélation semblait être plus élevée pour des courbures plus importantes. Pour une courbure45°, les corrélations entre goniomètre et GoSoft variaient de : r =0,41–0,47, p =0,03 ; Tandis que, pour les courbures>45°, les corrélations variaient de : r =0,59–0,65, p <0,01 (Figure 1).

Conclusion

L’évaluation GoSoft est comparable avec la goniométrie. L’excellente fiabilité et reproductibilité pourrait fournir un instrument plus standardisé pour les évaluations de courbure chez les hommes atteints de maladie de Lapeyronie.




 





Figure 1
Figure 1. 





Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.




Tableau 1 - Corrélation intra-observateur.







Tableau 2 - Corrélation inter-observateur.









© 2017 
Publié par Elsevier Masson SAS.